• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Lorsque les femmes reproduisent la culture de la masculinité (...)

Lorsque les femmes reproduisent la culture de la masculinité !

Fairouz Recham, est romancière et académicienne. Maître de conférences à la faculté de lettres et de langues à l’Université de Bouira (Algérie). Elle vient de publier "Honorée par ton départ", un roman et "Poétique des genres littéraires dans la littérature arabe : Le cas de Nizar Kebbani". Connue par ses articles et sa présence dans les séminaires et congrès internationaux, Fairouz Recham est l’une des intellectuelles algériennes intéressées par la cause féminine.

Dans votre roman « Honorée par ton départ », paru dernièrement en Jordanie, vous avez posé un regard courageux et profond sur la radicalisation religieuse et ses conséquences désastreuses sur la société et particulièrement sur la condition féminine. Quels sont les méfaits de ce fléau sur le plan psychologique et sur le plan social ?

 

L’extrémisme religieux n’a pas corrompu seulement les mentalités et les comportements mais il a troublé les relations sociales d’une manière inimaginable. Il a compliqué davantage la vie des femmes. A cause de cette nouvelle compréhension de la religion qui ne fait pas encore l’unanimité, la famille algérienne vit des déchirures et des divisions dangereuses. Cette nouvelle religiosité est apparence plus que spiritualité. Ce qui a généré un comportement qui n’a rien à voir avec la foi affichée. Une schizophrénie. Ce fanatisme religieux extrémiste menace les hommes comme les femmes dans leurs simples libertés individuelles. Mais plus dangereuse encore la conséquence de cet état de choses sur l’éducation des enfants. Malheureusement, les méfaits psychologiques et sociaux engendrés par dix ans de massacres en Algérie sont aujourd’hui visibles à l’œil nu.

 

Les histoires des individus sont la vraie histoire des sociétés, écrivez-vous au début de votre roman, l’histoire de Fatma zahra est-elle celle de la société algérienne ?

 

Effectivement, ce roman n’est pas seulement l’histoire d’une femme qui a souffert de la violence familiale, subi les lois d’une société patriarcale. Il met en lumière les changements profonds qui ont touché la structure de la société algérienne, ainsi que la mutation de ses perceptions, ses comportements quotidiens, sa culture. En un mot, telles sont les conséquences de la radicalisation qui a frappé le pays durant et après la décennie noire. J’ai essayé à travers ce roman de questionner plusieurs angles de la souffrance féminine en commençant par les violences physiques et morales, son exploitation matérielle, la confiscation de sa liberté d’expression, de sa relation avec son corps. Et d’autres questions ; le voile, l’insatisfaction sexuelle, la fragilité de la structure conjugale, le divorce…

 

N’est-il pas évident que la condition de la femme sera meilleure après avoir imposé son droit à l’éducation, au travail ?

Il est vrai que la femme a milité, elle eu le droit de s’instruire et travailler, mais cela ne veut absolument dire que sa souffrance est derrière elle. Je traite aussi dans le roman un phénomène très répandu mais resté tabou, c’est l’exploitation financière des femmes salariées par leurs maris. Pour pouvoir travailler, elles sont obligées de renoncer à leur salaire tout entier au profit du mari pendant toute leur vie professionnelle. Ne soyez pas surpris, si vous savez qu’une professeure universitaire, une femme médecin ou une avocate n’a pas le droit de gérer son argent, pire encore, parfois elles s’endettent pour satisfaire des besoins nécessaires comme payer les soins d’une maladie chronique !

 

Ne sont-elles pas responsables de leur condition sociale ?

 

Oui bien sûr, elles sont, dans un sens, responsables de leur sort. Il est vain de continuer à jouer le rôle de la victime opprimée par le mâle et la société car cela n’aboutit à rien, voire à plus d’humiliation. Telle est la conclusion de fatma Zahra, après avoir expérimenté toutes formes de violence.

 

Mais que pourrait-elle faire Fatma Zahra ?

 

Si elle le voulait, la femme pourrait changer le cours de l’Histoire, mais le problème c’est qu’elle ne croit pas encore en ses capacités à renverser la table. Il est difficile d’évoquer la libération de la femme de la prison de cette culture phallocratique humiliante et misogyne si elle-même croit qu’elle est déficiente dans sa religion et dans sa raison et qu’elle est une honte, uniquement créée pour la procréation. Beaucoup de femmes reproduisent elles-mêmes la culture patriarcale. Façonnées, formatées par le patriarcat, ce dernier est devenu selon elles comme la norme naturelle. Cela dit, on ne peut avancer que seuls les hommes sont responsables de la condition pitoyable des femmes. En partie, elles sont responsables de leur condition. Mais en l’absence d’une certaine mesure qui garantirait le dialogue et le respect entre la femme et l’homme dans les sociétés arabes, tous les deux se retrouvent malheureux en fin de compte. Selon moi, l’ennemi de la féminité n’a jamais été l’homme, mais l’ignorance. Et on peut même dire que l’homme est lui aussi victime d’une culture pérennisée par les femmes. C’est l’ignorance qui a poussé les gens à embrasser des idées religieuses extrémistes qui compliquent davantage la relation entre les deux sexes.

 

Vous évoquez dans votre roman d’une façon émouvante la souffrance d’une femme atteinte d’un cancer du sein…

 

La vie d’une femme est très courte dans notre culture, elle commence par la puberté et se termine avec la ménopause. La société n’attend d’elle que de jouer son rôle social, rien d’autre, même aux dépends de sa santé et de ses rêves. La société arabo-islamique n’a pas d’estime pour les femmes malades. Les femmes atteintes de maladies chroniques souffrent doublement dans ces pays. Le cancer du sein est une maladie très délicate car elle touche d’une façon directe la féminité de la femme. Et il est tres difficile de décrire la souffrance, psychologique et sociale, que vivent les femmes qui subissent l’ablation d’un sein. Dans ces contrées, la femme est déjà mal vue quand elle est entière, en bonne santé. C’est une catastrophe si elle est malade, pire encore si elle perd un sein !


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  •  
     
     
    « Il y a des filles qui ont un pénis et des garçons qui ont des vulves. C’est aussi simple que cela ».
     
    Joli dessin
     
    Campagne gogocho de castration des glands remplacés espagnols
     
    http://www.abc.es/espana/madrid/abci-hazteoir-desafia-carmena-y-circulara-autobus-antitransexualidad-delante-despacho-201703011050_noticia.html
     


    •  31 mars 1929 : George Hill, PdG (P...de Gogôôôche) de la Tobacco Co,
       
      veut que les femmes s’empoisonnent aussi au tabac. Edward Bernay, neveu de Freud, organise sur la 5e avenue un défilé de putes à poils qui allument leurs « torches of freedom » , émancipation féminine, avec un sous entendu libidineux gôôôchiste... cigarettes où pipes ?
       
      La consommation rend libre .... alors PdG va étendre jusqu’au shiteux et au gode-bébé gpa.
       
      L’Australie est une île, elle peut dire merde aux négriers et à la cigarette.
       
      Soros, le spéculateur philanthrope négrier gogocho, encourage la drogue, cqfd :

      https://fr.sputniknews.com/societe/201010271022156214-californie-soros-verse-un-million-de-dollars-pour-legaliser-le-cannabis/


    • Crab2 7 mars 10:53
      Sexisme
      - Fausse route

      Droits des femmes et gratuité de la pilule du lendemain
      Il n’y a pas de différence entre un régime théocratique musulman et, en Europe, le système politique d’un pays chrétien tel que la très catholique Pologne ou l’Irlande dès qu il s’agit de maintenir ou d’abaisser le statut des femmes, soit par la déconstruction « d’acquis de droits » ou, au nom de dieu, inscrire dans la loi le refus de valider les droits des femmes à disposer librement de leur corps – Suite :

      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/sexisme-fausse-route.html


      • Crab2 7 mars 10:55

        Le sexisme au Danemark s’est réduit comme une peau de chagrin - Suites :

        Suites  :

        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/sexisme-2017.html


        • Crab2 7 mars 10:56

          Ces femmes, sur le théâtre de guerre, se montrent capables de faire reculer les hordes de Daech sur tous les fronts, dans le même temps elles se donnent les moyens politiques de déconstruire les mentalités négatives masculines

          http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/femmes-kurdes-yezidis-et-syriaques.html


          • Jao Aliber 7 mars 17:22

            « Si elle le voulait, la femme pourrait changer le cours de l’Histoire... ».Si et seulement si la volonté pouvait changer l’histoire, on serait dans le paradis ! Mais non, l’histoire change en fonction du changement dans les conditions d’existence des hommes(indépendantes de leur volonté).


            Quel est le parti politique qui n’aimerait pas, qui ne rêve pas, par exemple, de supprimer le chômage ? Mais la croissance économique(car sans croissance c’est la mort de toute économie) suppose la hausse de la productivité(= produire avec le moins possible de salariés pour baisser les coûts de production) qui signifie à son tour chômage.

            La société actuelle détruit donc elle même(production de chômeurs en masse) et ne sait pas faire autre chose que ça comme une musique qui tourne en boucle.Elle produit donc sans cesse la classe des chômeurs qui, arrivée au stade de la majorité de la population, renverse la société du salariat.

            C’est seulement dans la communauté des chômeurs révolutionnaires, que la domination de l’homme sur la femme devient impossible.Cette communauté étant incompatible, à son stade achevé, avec la propriété privée sous toutes ces formes(Capital, salaire, mariage, famille, etc.).





            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 mars 19:20

              C’est casse couille, ces femmes qui ne sont plus femmes et ces mecs plus mecs ! ^^



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires