• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mai-Juin 1940 - autopsie d’un désastre évitable

Mai-Juin 1940 - autopsie d’un désastre évitable

En ce mois de mai, nous venons de célébrer de 75ème anniversaire de la victoire des alliés contre l’Allemagne nazie. Lors de ces commémorations, avec des cortèges limités (confinement oblige), notre secrétaire d’états aux armés (poste qui ne sert à rien au demeurant), a montré toute la profondeur de ses connaissances, en omettant de citer l’URSS parmi les vainqueurs de 45, qui il est vrai n’est responsable que de ... 85% des pertes allemandes subies pendant tout le conflit. Il a été rappelé de manière grandiloquente la contribution à la victoire finale de la résistance et de l’armée française, qui dans les faits a été limitée, mais ne saurait non plus être dédaignée comme par le commandant chef de la Wehrmacht, le feld marechal Keitel (ou plutôt « Lakeitel », le laquais d’Hitler comme le surnommaient les officiers placés sous ses ordres) juste avant de signer l’acte de capitulation à Berlin (ah les Français, ils ne manquaient plus que çà !)

Il y a en revanche un autre anniversaire qu’on ne commémorera pas, et pour d’évidentes raisons, c’est celui du début de l’offensive allemande sur le front de l’ouest, il y a 80 ans, le 10 mai 1940 à 5h35, et qui allait conduire à la plus grande défaite de l’histoire de France (qui pourtant ne manque pas d'exemples, d'Azincourt à la guerre de 70, en passant par les guerres de François 1er et celle de 7 ans). Il convient néanmoins d’analyser cet épisode, qui restera à jamais un traumatisme dans la mémoire collective française.

 

L’attaque allemande et le « miracle » des Ardennes

Ainsi donc, il y a 80 ans jour pour jour, le 10 mai à 5h35 du matin exactement, débutait l’offensive allemande sur le front de l’ouest. Conformément au plan jaune (« Fall Gelb »), ou Von Manstein du nom du général allemand qui a proposé ce plan, l’aile nord du dispositif allemand (le groupe d’armée B du général Von Bock) violait la neutralité des Pays-Bas et de la Belgique. L’armée française et le corps expéditionnaire anglais croyant alors que les allemands veulent reproduire le plan de leurs prédécesseurs en 14, s’avancent profondément en Belgique. Dans le même temps, l’aile centrale du dispositif allemand, et porteur de l’attaque principale, représentée par le groupe d’armée A du général Von Rundstedt avance dans les Ardennes. Revenons sur cette dernière attaque que la plupart des historiens qualifient de majeure pour expliquer la défaite de la France. En effet, il a toujours été affirmé que les généraux français ont commis une grave erreur en pensant que les allemands ne pouvaient pénétrer par les Ardennes, car réputées « infranchissables ». C’est oublier que les allemands ont bénéficié en lançant cette attaque d’un coup de chance formidable, que l’on peut qualifier de miracle. En effet le 11 mai, 41 000 blindés et camions des forces allemandes sont bloqués dans un gigantesque embouteillage sur le peu de routes qui traverse les Ardennes. Les alliés auraient pu profiter de cette opportunité pour infliger des pertes considérables aux forces motorisées allemandes, grâce à leur aviation qui il faut le rappeler représentait à l’époque 4500 avions contre 3500 côté allemand. Mais la RAF, qui montrera ces crocs un peu plus tard lors de la bataille d’Angleterre, a été totalement absente. Il est vrai qu’à l’époque le Royaume Uni était dirigé par Neville Chamberlain, l’un des pires dirigeants de l’histoire de cette nation, et le principal « architecte » coté allié des accords de Munich en 38, qui permettra à Hitler de dépecer la Tchécoslovaquie, sans tirer une balle, et surtout de faire main basse sur sa formidable industrie qui contribuera grandement à alimenter la machine guerre nazi. Côté français, les relations entre l’infanterie et l’aviation sont marquées par une absence totale de coordination voire de rivalité, contrairement aux allemands. A noter qu’une partie des avions français avait été rendu inutilisable, de peur que les ouvriers d’usine s’en emparent, dans un contexte du pacte de non-agression signé entre l’URSS et l’Allemagne le 23 Août 39, permettant ainsi à Hitler d’avoir les mains libres à l’Ouest, mais aussi n’incitait pas les fervents communistes français à s’impliquer dans la production de guerre (la répression du gouvernement français envers les membres PCF n’a pas non plus aidé il est vrai).

La percée puis l’encerclement :

En conséquence, les allemands avancent « tranquillement » dans les Ardennes, rencontrant peu de résistance, le contingent des forces alliées étant limité sur ce secteur jugé « infranchissable ». Résultat le 12 mai c’est l’halali, la percée de Sedan (Ville qui décidément ne porte pas chance aux français dixit la guerre de 70) est réalisée par les allemands. Des généraux novateurs comme Guderian et Rommel, fins connaisseurs des rouages de la guerre moderne, ordonnent à leurs « Panzerdivisionen » de foncer tout droit sur la Manche, contre l’avis de leurs supérieurs (illustrant l’esprit initiative qui régnait au sein de l’armée allemande cher au comte Von Moltke à la fin du 19ème siècle), afin de garder l’initiative et empêcher les alliés de reconstituer une ligne de défense cohérente. Leur avance sera stoppée temporairement le 15 mai, par un régiment de tirailleurs marocains, dont le sacrifice est totalement ignoré dans l’histoire française mais salué en revanche par les belges. Le 20 mai, les allemands atteignent la manche, à Noyelles sur Mer dans la baie de Somme. Le piège s’est refermé sur les forces franco-britanniques, composées de 500 000 hommes, et qui se sont bien trop avancées en Belgique, leurrée sur les intentions. En 10 jours, la Wehrmacht a avancé de 400 km (exploit dont les équivalents ont été reproduits seulement par les soviétiques respectivement en juin 44 lors de l’opération Bagration et en Janvier 45 lors de l’offensive Vistule-Oder, avec cette fois-ci les allemands en tant que victimes). Résultat, c’est la panique qui domine du côté du commandement allié. Les britanniques décident d’évacuer (« un peu vite ») leur corps expéditionnaire à Dunkerque. L’avance des forces allemandes, sur ordre d’Hitler, et de Von Rundstedt ne l’oublions pas, est toutefois stoppée. Cela permettra au corps expéditionnaire anglais d’évacuer de manière quasi-intact Dunkerque à l’exception du matériel resté sur place. Ce fameux « Haltbefehl » a souvent été cité comme la première erreur stratégique d’Hitler, offrant aux britanniques l’opportunité de poursuivre le combat par la suite. Ce point de vue est notamment partagé par les « mémorialistes allemands », ces fameux généraux allemands qui ont déclaré après-guerre que la Wehrmacht n’avait commis aucun crime de guerre, et que l’Allemagne avait perdu par la seule faute d’Hitler qui n’avait pas écouté leurs « brillants » conseils. Ils oublient d’une part de préciser, que cette décision d’Hitler était partagée par le haut commandement allemand, et que d’autre part il existait un réel risque que l’aile centrale qui avait atteint la Manche soit coupée en 2 par une contre-offensive venant par le sud des français. Malheureusement, de contre-attaque il y’en aura pas, le commandement français était totalement tétanisé par la fulgurance de l’avance de l’allemande, et incapable de modifier sa stratégie qu’il voulait purement défensive. Rappelons que concomitamment aux attaques des ailes nord et centrale, l’aile sud du dispositif allemand, le groupe d’armée C, prend les frontières opposées à la ligne Maginot, mais ne l’attaque pas, conscient de la puissance que représentait cette ligne de défense. Mais l’objectif n’est pas là. Cette attaque a portée limitée, permet de fixer une partie des forces françaises, mais également de leurrer le commandement allié sur les véritables intentions allemandes. Notons que par ailleurs, fait peu connu, que des troupes françaises avaient également été positionnées en face de la frontière Suisse, dans l’hypothèse ou pour esquiver la ligne Maginot, les allemands avanceraient par la vallée entre le Jura et les Alpes, en violant la neutralité suisse. Un plan qui n’a jamais été envisagé par l’état-major allemand, l’Allemagne ayant et aura toujours un intérêt pendant toute la guerre à conserver la neutralité avec la Suisse, pour pouvoir se procurer des devises ainsi acheter les matières premières dont elle avait besoin pour alimenter sa machine de guerre. Le dicton « à être faible partout, on est fort nulle part » va comme un gant à la stratégie de l’état-major français.

La débâcle puis la capitulation :

 La suite, nous la connaissons, les allemands vont liquider la poche de Dunkerque, et ensuite s’enfoncer dans le territoire français assez aisément, faute de la paralysie du commandement français qui n’a pas su adapter son plan assez rapidement et donner des consignes claires à ces troupes. Résultat, les troupes françaises se battent courageusement il faut le souligner, mais de manière décousue, en face d’un ennemi bien organisé, et maitrisant parfaitement l’art de la coordination entre l’infanterie, l’aviation, l’artillerie et les forces blindés.

Des succès locaux seront néanmoins obtenus comme par un certain Colonel de Gaulle à Abbeville, qui avait parfaitement compris qu’il fallait employer dans une guerre moderne les chars dans des unités autonomes, et non seulement en appui de l’infanterie qui était la doctrine du commandement français, enfermé dans ses schémas de 14-18. Notons, au-delà des compétences indéniables de commandement de De Gaulle et de la bravoure du soldat français, que la qualité des chars français, notamment le modèle B1, était en moyenne meilleure que celle des allemands.

Il convient à ce sujet de briser un mythe, et je suis loin d’être le premier à le faire ni le dernier, concernant la soi-disante supériorité de l’arme blindée allemande. Nous avons tous en tête, pour les spécialistes d’entre nous, les images des mastodontes de l’armée allemande, tels le légendaire « Tigre » ( Redoutable il est vrai grâce à son blindage frontale et son mortel canon de 88mm, mais produit à seulement 1600 exemplaires contre à titre de comparaison pour le Sherman américain.. 50 000 exemplaires), le soi-disant meilleur char du monde le « Panther » (davantage remarqué par les tankistes allemands par ses fréquentes pannes de moteur) et autre « Elephant « tout droit directement sortis du bestiaire des usines de guerre allemande. Sauf que ces modèles sont entrés sur le champ de bataille qu’à partir de fin 42-début 43. En réalité, les allemands étaient équipés en 1940, au 2 tiers de chars légers (Pz1 & 2 principalement) et pour le reste de chars moyens (Pz3 & 4 essentiellement), qui certes sont adaptés à la guerre de mouvement, mais disposent d’un blindage relativement mince et d’une faible puissance de feu. Notons enfin pour conclure à ce sujet, que les français disposaient également d’un avantage quantitatif (2574 chars français contre 2285 allemands).

Mais quelques succès locaux n’empêchent pas la débâcle générale. Les lignes françaises sont enfoncées le 10 Juin. Paris est déclarée ville ouverte le 11 Juin 1940. L’armistice est signé le 22 Juin 1940 sur le lieu et dans le wagon mêmes ou avait été signé l’armistice du 11 Novembre en 1918, à Rethondes dans une clairière de La Forêt de Compiègne. Avant l’arrivée d’Hitler, on recouvre avec le drapeau à croix gammée le monument représentant un aigle renversé, transpercé par une épée, symbolisant la défaite de l’empire germanique agresseur face aux valeureuses troupes françaises. L’Allemagne venait d’obtenir sa revanche (par pour longtemps !).

Conclusions :

Nous venons de le voir, les causes de l’écrasante défaite française, en dépit d’un équipement supérieur aux allemands sont multiples.

Coté allemand les facteurs de la victoire sont les suivants :

  • Un plan audacieux, qui est exécuté parfaitement, avec une certaine dose de chance (cf miracle des ardennes)
  • Une maitrise parfaite de la coordination entre les 4 armées (aviation, artillerie, blindée, et infanterie)
  • Une grande souplesse dans le mode de commandement, avec l’armée qui fixe le cadre général, charge aux niveau inférieur (division, régiment) de l’adapter aux circonstances locales. L’esprit d’initiative est encouragé. La désobéissance des Rommel et autre Gudérian permettra un encerclement rapide des forces francobritanniques

Coté français les facteurs de la défaite sont les suivants :

  • Un étatmajor prisonnier de son schéma purement défensif, qui disperse ses forces de la Manche à la frontière italienne, et surtout qui ne réagit pas vigoureusement en lançant une contre-attaque pour briser l’encerclement des forces alliés en Belgique.

 

  • Des services de renseignements totalement incompétents, qui n’ont pas su déceler les intentions de l’ennemi, causant la dispersion des forces tout au long du front. 

 

  • Une structure de commandement sclérosée, qui ne facilite pas les décisions rapides, face à un ennemi rodé à la guerre de mouvement. Pour citer un exemple, parmi tant d’autres, notons le cas de la 55ème division du général Lafontaine, dont l’ordre de contrattaque sur Bulson (commune du département des Ardennes) lancé le 13 mai à 20 heures et dont l’exécution commence le 14 mai à 7 h 30...

 

  • Une armée britannique, pas très brillante, avec une RAF quasiinexistante au-dessus du sol français, et un corps expéditionnaire qui a un peu vite évacué à Dunkerque…

Dans ce tableau noir, citons néanmoins des points positifs comme la combativité de la troupe française. Contrairement à un mythe bien répandu, et popularisé par le film « la 7ème Compagnie » (film français ayant fait le plus d’entrées au cinéma en Allemagne sic), les soldats français se sont bien battus, subissant des pertes définitives de 60 000 hommes, contre 40 000 infligées aux allemands. Aussi faute de savoir contre-attaquer, la France a manié avec une certaine expertise l’art de la retraite. Le directeur du musée du Louvre organisera ainsi l’évacuation de l’ensemble des œuvres de l’institution, qui auraient fini sans cette action très certainement dans la galerie personnelle du Goering (puis en Russie avec la victoire de l’armée rouge). Également, l’or de la Banque de France a été évacué (2500 tonnes !) hors du territoire métropolitain, au grand désarroi des allemands, qui auraient apprécié de pouvoir les monnayer auprès de la Banque Fédérale Suisse contre des devises.


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Séraphin Séraphin Lampion 13 mai 2020 17:24

    « Que les générations futures ne versent pas dans la fausse représentation d’un pays acceptant d’avance la défaite ».

    Marc Bloch - «  l’Etrange Défaite » (été 1940)


    • amiaplacidus amiaplacidus 13 mai 2020 18:14

      @Séraphin Lampion

      À (re)lire l’ouvrage de Bloch.

      Je me permets de nuancer la citation. Le peuple n’acceptait pas d’avance la défaite, mais les « élites » de l’époque ?


    • Séraphin Séraphin Lampion 14 mai 2020 10:15

      @amiaplacidus

      c’est toujours la même chose : quand on parle des « intérêts de la France », on parle des intérêts des élites.


    • Et hop ! Et hop ! 16 mai 2020 13:42

      @Séraphin Lampion

      L’erreur à la base, c’est d’avoir déclaré la guerre à l’Allemagne plutôt qu’à l’URSS qui était un régime terriblement oppressif et meurtrier pour ses populations, et dont on oublie toujours de dire qu’il a attaqué et envahi la Pologne en même temps.

      Il faut dire que l’Allemagne avait évincé les Juifs du pouvoir, et qu’en URSS, c’était les juifs qui étaient au pouvoir.

      On peut en déduire de qui a décidé la politique anglo-américaine d’hostilité à l’Allemagne et d’alliance avec la Russie.


    • armand 13 mai 2020 18:13

      Ne pas oublier la bataille de Gembloux. Merci de cet article


      • chuppa 14 mai 2020 18:57

        @armand  merci pour ce rappel 
        sujet relégué aux oubliettes surtout dû à la participation des unites marocaines et algériennes.(61 % des engagés à Gembloux)
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Gembloux_(1940)


      • Dr Destouches Dr Destouches 13 mai 2020 18:27

        Nos fanfarons et incompétents dirigeants francais ont déclaré 3 guerres à l’Allemagne et se sont fait écrasés,les 2 dernières pour les intérets des anglais

        Une catastrophe inouie !


        • Christian 14 mai 2020 06:34

          @Dr Destouches
          C’est laquelle la troisième ? J’en connais deux : 1870 et 1939. Que je sache en 14 c’est l’Allemagne qui a déclaré la guerre.
          Il est vrai que lorsqu’on déclare la guerre, c’est en principe que 1 on dispose d’une armée d’attaque et non de défense et 2 on attaque immédiatement après la déclaration. Déclarer la guerre et se mettre en défense n’a aucun sens. Par exemple disposer de milliers de blindés en défense pose un sérieux problème de déplacements : destruction des ponts .
          En URSS vu les immenses étendues plates ce problème ne se posait pas.

          Et en ce qui concerne les blindés, les Allemands pouvaient communiquer entre eux grâce aux appareils radio ITT, alors que les Français n’avaient pas cette possibilité,
          récit :
          http://pages.livresdeguerre.net/pages/sommaire.php?id=rousselle


        • CN46400 CN46400 14 mai 2020 09:03

          @Christian
          Vous croyez vraiment qu’il n’y avait pas le téléphone dans les forts de la ligne Maginot ? ni d’atouts dans les parties de belote.....
          Par contre on ne disait pas aux soldats que bientôt ils occuperaient, 5 ans durant, les postes de travail libérés en Allemagne par les prolos boches partis envahir l’URSS....Une partie de la France mise au service du Reich hitlérien par la grande bourgeoisie !


        • Christian 14 mai 2020 11:32

          @CN46400
          Vous croyez vraiment qu’il n’y avait pas le téléphone dans les forts de la ligne Maginot 

          Je n’ai pas parlé des forts mais des blindés...des tanks...


        • CN46400 CN46400 14 mai 2020 13:42

          @Christian
          C’est faute de lien entre les blindés qu’on a évité d’attaquer pendant que les nazis étaient en Pologne ?


        • Et hop ! Et hop ! 16 mai 2020 11:50

          @Christian : «  Que je sache en 14 c’est l’Allemagne qui a déclaré la guerre. »

          Formellement, oui.

          Mais en réalité, en décrétant la mobilisation générale de 3 millions de soldats, le gouvernement René Viviani a créé une menace immédiate pour l’Allemagne qui s’est retrouvée obligé de faire voter une déclaration de guerre pour pouvoir riposter en cas d’invasion.

          L’Allemagne qui ne voulait pas de guerre et qui est rapidement devenue victorieuse, a proposé deux fois de mettre fin aux combats et de revenir à la situation d’avant, sans gain ni indemnité de part et d’autre.

          Le gouvernement français a préféré faire tuer plus de 60 % des garçons de 18 à 28 ans, et gravement estropier et mutilier les autres.

          En 1939, la déclaration de guerre était complètement illégale, la Constitution de la IIIe République exigeait le vote d’une loi par le parlement.

          A partir de cette déclaration de guerre, le gouvernement était anticonstitutionnel, il n’est redevenu légal qu’avec la .... remise des pleins pouvoirs à Pétain par un vote très majoritaire des deux chambres.


        • Dr Destouches Dr Destouches 16 mai 2020 12:11

          @Christianl
          Les Français et les Russes ont mobilisé avant les Allemands ,déclaration de guerre de facto
          Les Allemands ont demandé la paix en 1916,« statu quo ante bellum » ;refus de Clemenceau
          Hitler a aussi réitéré les demandes de paix ,
          Il fallait détruire l’Allemagne ,devenue trop forte (Churchill)


        • exocet exocet 13 mai 2020 21:08

          Il ne faudrait peut-être pas oublier l’impréparation presque totale de la France à l’époque....c’était Sibête Ndiaye contre le maréchal Gudérian.

          ..

          Pourtant, entre les deux guerres un jeune colonel avait bien essayé de tirer la sonnette d’alarme concernant cet état d’impréparation de la France face à un éventuel nouveau conflit en Europe :

          dans ses ouvrages « La discorde chez l’ennemi », « le fil de l’épée », « vers l’armée de métier », « La france et son armée »... tous les ingrédients sont là pour remettre dans le bon chemin une Armée Française qui deviendrait alors une armée moderne.

          Le développement des blindés, la sélection des troupes et de l’encadrement, la gestion des matériels en temps de paix...

          .

          Si les ouvrages de ce militaire surdoué rencontrent un franc succès outre-Rhin, jusque chez les plus hauts gradés de l’armée Allemande, dans notre Pays l’accueil est tiède, critique, des cercles militaires aux politiques.

          .

          C’est que restructurer de manière efficiente l’armée et sa doctrine va contre trop d’intérets cachés : le pays n’a pas de fabriquants de blindés, beaucoup de postes bien placés dans l’armée sont alors occupés par des gens dont on a favorisé l’ascension, des « pistonnés », et une restructuration pourrait leur couter leurs postes, bref, peu de gens ont intéret à ce que l’Armée Française devienne efficace...

          .

          Jusqu’aux marchés de cartouches à fusils qui sont truqués : l’armée accepte de grosses livraisons de cartouches obsolètes, qui ne vont pas dans les fusils modernes...ce dont s’apercevront les conscrits aux premiers jours du conflit : les cartouches qu’on leur a donné ne rentrent pas dans leur fusil...

          .

          pourtant, aux premiers jours du conflit, les généraux l’assurent aux politiques : « l’armée est prête, il ne manque pas un bouton de guètres »...

          .

          Curieusement un air de déja vu avec une guerre plus moderne et plus récente, contre un tout petit virus...

          .


          • julius 1ER 14 mai 2020 10:51

            C’est que restructurer de manière efficiente l’armée et sa doctrine va contre trop d’intérets cachés : le pays n’a pas de fabriquants de blindés, beaucoup de postes bien placés dans l’armée sont alors occupés par des gens dont on a favorisé l’ascension, des « pistonnés », et une restructuration pourrait leur couter leurs postes, bref, peu de gens ont intéret à ce que l’Armée Française devienne efficace...

            @exocet
            tu enlèves le terme « armée » et tu t’aperçois vite que cette problématique est applicable dans de nombreux domaines et que ce ne sont pas les « meilleurs » et les les plus qualifiés qui sont aux commandes ....
            à cela l’armée ne fait pas exception, lorsque tu vois Trump comme Chef de Guerre contre Covid19 , tu as tout compris !!!


          • Et hop ! Et hop ! 16 mai 2020 12:00

            @exocet : «  Pourtant, entre les deux guerres un jeune colonel avait bien essayé de tirer la sonnette d’alarme »

            En fait, c’est faux, De Gaulle a modifié son livre après 1942 pour rajouter l’emploi coordonné de l’aviation et des communications radios qui avaient fait le succès des divisions blindés allemandes, et dont il n’avait pas parlé dans la première édition.

            Lui-même commandait une division blindée qui a échoué, il est ensuite arrivé à devenir vice-secrétaire d’état à la guerre lors de la fuite de l’armée anglaise et de la déroute de l’armée française. De Gaulle fait partie des responsables de la défaite de l’armée française en 1940, contrairement à Pétain qui était en retraite depuis 1918 et qui n’avait aucun poste de commandement avant d’être nommé Premier Ministre en pleine débacle (le gouvernement était réfugié à Bordeaux et s’apprêtait à embarquer pour fuir à bord d’un paquebot réquisitionné).


          • exocet exocet 13 mai 2020 21:10

            ce colonel, tous ou presque l’auront reconnu, il s’agit du colonel Charles de Gaulle...


            • Montdragon Montdragon 14 mai 2020 12:41

              @exocet
              Un très mauvais colonel, Montcornet avec 14 tués est une honte, la preuve que son image se construisait déjà dans le marasme défaitiste.
              Perdre 14 hommes et reculer..
              Il faut relire Dorgelès plutôt, et Luca, qui témoignent de la faillite des Ardennes.


            • CN46400 CN46400 15 mai 2020 08:23

              @exocet
              Tous à Moncornet ce dimanche pour applaudir notre jeune et vaillant président...


            • Christian 14 mai 2020 06:57

              Je remarque que toute histoire de guerre devient hyper patriotique et que les faits sont souvent interprétés différemment selon le rôle joué par tel ou tel pays.

              Poutine exagère aussi car il fait peu de cas des victimes du stalinisme et les millions de morts soviétiques lui sont aussi dû. Ne pas reconnaître qu’une partie de l’Europe est passée directement de la dictature nazie à la communiste est une erreur.

              Et puis aussi rappeler que de toute façon les Américains auraient été vainqueurs puisque possédant seuls la bombe A. Ni les Allemands ni les Soviétiques pouvaient rivaliser avec.

              Je conseille par contre de lire le livre les Carnets de guerre de Nicolaïe Nikouline.

              Miraculé, héros de guerre, dix décorations et....détestant autant le communisme que Staline ! Fallait le faire. A Berlin il s’interroge : Victoire ! Quelle victoire ? Après la victoire les Russes espéraient enfin un peu de liberté et c’est au contraire une répression encore plus dure qui les attendaient.

              Excellente analyse de Jean Lopez 

              https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/la-seconde-guerre-mondiale-a-t-elle-ete-gagnee-a-l-est-20200508


              • chantecler chantecler 14 mai 2020 07:21

                @Christian
                Ca c’est vous qui le dites  !
                Hitler a bien mené une « guerre totale » à l’union soviétique , une « guerre d’extermination » .
                Il ne s’en est jamais caché et ses armées , la population allemande , devaient bien être au courant .
                Autrement dit les Russes étaient condamnés à mort dès l’opération Barbarossa en 41.
                Qu’à partir de 44 et 45 ceux ci n’aient pas fait de cadeau à leurs assassins ,leurs bourreaux , c’est certain .
                Mais vous n’avez pas assisté à tous les crimes de l’Allemagne nazie .
                Et vous ne les mentionnez même pas .
                J’ai même l’impression que vous leurs pardonnez beaucoup , pour ne pas parler de révisionnisme historique ...
                ...
                "Je remarque que toute histoire de guerre devient hyper patriotique et que les faits sont souvent interprétés différemment selon le rôle joué par tel ou tel pays.

                ...« ’
                ....
                Et moi je remarque que selon les individus et leurs positions idéologiques , l’histoire n’est pas appréhendée ni écrite de la même manière .
                ...
                Cela vous va bien de parler de »terreur stalinienne" , alors que les Russes se sont massivement rangés derrière Staline et ses généraux ,pour leur survie et pour aboutir à Berlin et à la destruction des structures et des troupes nazies .
                ...
                Et de passer si légèrement sur l’utilisation des bombes atomiques .
                S’il ne s’agit pas de terreur qu’est-ce que c’est ?
                ....
                Ce n’est pas parce que l’Allemagne et les Allemands ont la mémoire courte, que leur sentiment de culpabilité a été faible voire inexistante , si tant est qu’ils l’aient ressenti dans leur majorité , et qu’ils n’ont eu de cesse de masquer leurs actes et leur responsabilités , ça s’appelle le déni , tout en allant se réfugier auprès des GI ,et des généraux US , en y affirmant de bonnes raisons : la lutte contre le communisme qui allait alimenter la guerre froide , que vous devez les absoudre de tout crime .


              • Christian 14 mai 2020 08:06

                @chantecler
                Tout en reconnaissant totalement l’horreur nazie, j’ai assez lu à ce sujet, j’y oppose la démocratie style Churchill et de Gaulle, entre autres et non pas le communisme .
                Passer d’une occupation nazie à la démocratie engendra une liesse que n’ont point connues les pays de l’Est, ça me paraît clair. Alors bien entendu chaque fois que l’on critique la dictature communiste on se fait passer pour nazi.
                Et tiens, à propos pourquoi n’écouteriez-vous pas ceci, afin de rappeler quelques souvenirs intéressants...
                https://www.franceinter.fr/emissions/rendez-vous-avec-x/rendez-vous-avec-x-08-avril-2020


              • chantecler chantecler 14 mai 2020 09:43

                @Christian
                La dictature communiste à l’ouest , autrement dit le rideau de fer , a été essentiellement punitive .
                Il s’agissait pour le pacte de Varsovie , de se protéger contre les éléments militaristes prussiens, des nazis recyclés par l’ouest , et donc d’un retour de la barbarie .
                Chacun sa ligne Maginot ....
                ...
                L’URSS a payé assez cher la possibilité de récupérer un peu des massacres et destructions évoqués .
                Nous n’en avons eu par ailleurs que les échos de la propagande de nos chères démocratie .
                ....
                Par contre , quand les démocraties populaires se sont effondrées et tout a été fait pour ,nous en avons vu les effets à l’ouest  : « fin de l’histoire » , mondialisation , néolibéralisme , début de l’appauvrissement des populations , de l’endettement massif , explosion du chômage , etc etc ...
                ....
                Quelle que soit la lecture de cette période , nous vivions mieux en France quand l’Allemagne était coupée en deux et quand le communisme servait de repoussoir .


              • CN46400 CN46400 14 mai 2020 08:00

                Au fait, 9 mois entre la déclaration de guerre, par la France et la GB et l’attaque allemande du 10 mai 40 c’est qui le responsable.... et le pourquoi.... Un détail qui n’existe pas dans cet article !


                • Contador94210 14 mai 2020 10:23

                  @CN46400

                  Pour faire l’autopsie de ce désastre, un article n’est pas suffisant smiley Tu as tout à fait raison de rappeler l’inertie du commandement allié, notamment pendant la drôle de guerre (que je ne trouve pas si drôle au demeurant). En effet, en Septembre 39, les allemands n’alignaient que 3 pauvres divisions sur le Front de L’Ouest. Il est complètement anormal que les Francais n’aient pas attaqué à cet instant. Visiblement la propagande nazie sur la « redoutable » ligne Siegfried avait fait de l’effet à l’extérieur. Mais en toute sincérité, je situe la défaite avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, avec la construction de la ligne Maginot qui va enfermer le commandement français dans un schéma purement défensif. 


                • CN46400 CN46400 14 mai 2020 12:23

                  @Contador94210
                  Ouais , non intervention en Espagne en 37, Munich en septembre 38, drôle de guerre en 39, drôle de défaite en 40, 2 millions de prisonniers au travail en Germanie, toutes les usines de France qui, jusqu’en 44, tournent plein pôt pour Hitler, çà fait pas beaucoup pour résumer tout cela par des « erreurs de galonnés ».... A quoi sert donc la notion de trahison des élites bourgeoises contre la République ?


                • Shopi 14 mai 2020 09:06

                  Excusez moi, mais vous avez oublié de mentionner que l’armée allemande était dopée jusqu’aux yeux par les amphétamines.

                  Qu’ils ont avancé de ce fait bien plus rapidement que prévu et que les amphé les ont aidé à être plus performants


                  • julius 1ER 15 mai 2020 09:56

                    @Shopi
                    ce ne sont pas « les amphets » qui ont pesé le plus .... cependant c’est sûr que Gamelin ou Weygand en aurait eu besoin pour booster leurs neurones !!!!


                  • confiture 15 mai 2020 11:38

                    @Shopi
                    uniquement vers la fin 1942 et que chez certains groupes ( einsatzgruppen )


                  • julius 1ER 14 mai 2020 10:41

                    En effet le 11 mai, 41 000 blindés et camions des forces allemandes sont bloqués dans un gigantesque embouteillage sur le peu de routes qui traverse les Ardennes.

                    @l’auteur,

                    là vous mettez le doigt sur un aspect historiquement important de l’attaque allemande ..... des avions de reconnaissance français avaient repéré ces immenses colonnes mais c’est encore une fois l’Etat -major qui n’ a pas voulu en tenir compte puisque cet état-major avait décrété que c’était une resucée du Plan Schliefen qui était appliqué ..... alors !!!!!

                    Donc l’état-major n’a rien fait à ce sujet , car si des avions de reconnaissance des forces aériennes ont pu survoler les colonnes allemandes elles auraient dû être en mesure de bombarder ces colonnes ???? 

                    mais cela appelle une autre question la capacité de bombardement des forces franco-anglaises et là c’est moins brillant d’une part les bombardiers français étaient bien moins performants que les avions allemands Heinkel et Dornier car trop lents mais d’autre part la dissémination ne permettait pas l’usage massif des forces aériennes contre un objectif donné....Bravo Vuillemin... et c’est là que l’on se rend compte encore une fois que l’etat-major n’a jamais été une seule fois capable de monter une action offensive .... c’est clairement une option stratégique qui n’a jamais été évaluée !!!

                    et que dire de l’absence de radio dans les chars ne serait ce que pour coordonner une attaque et pouvoir alerter l’aviation lorsque des points défensifs étaient trop importants ...

                    là encore c’est la combinaison Chars d’assaut / Stukas qui a fait la différence et pas la qualité du matériel c’est ce qu’on a pu vérifier à Montcornet brillante attaque menée par De Gaulle mais sans soutien tactique aérien, ni liaison radio performante , De Gaulle s’est cassé les dents sur les canons de 88 allemands !!!!

                    Nos généraux n’avaient retenu aucun enseignement de la Guerre d’Espagne et de ce qu’avait fait la Légion Condor là-bas mais le pire n’avaient tiré aucun enseignement de la défaite des polonais en 1939 ou en 3 semaines l’affaire avait été pliée ... faillite des élites, en même temps faillite du renseignement mais pas seulement faillite des analyses et mise en place des solutions avec plus de réactivité ... et je dirai que c’est le Maître-mot , la réactivité dans la phase de 1940 !!


                    • julius 1ER 14 mai 2020 11:41

                      Là encore une armée blindée n’est rien sans couverture aérienne surtout dans une phase offensive, on l’ a constaté en 1944 lors de la Bataille des Ardennes où là clairement encore la force blindée la meilleure était allemande ....

                      sauf que l’armée allemande a profité du mauvais temps et du plafond bas pour avancer mais dès que le temps et l’horizon se sont éclaircis sans couverture aérienne les blindés allemands se sont faits dézinguer par les Thunderbolts américains qui se sont livrés à du « tir aux pigeons » si bien qu’en quelques heures l’armé allemande était disloquée !!!!



                      • generation désenchantée 14 mai 2020 14:59

                        @julius 1ER
                        tu oublie aussi un détail , bien soulignés dans les Films « Patton » , la « bataille des ardennes » , Hitler a lancé cette offensive avec trop peu de carburant en réserve et un « tigre royal » , consomme énormément de carburant , et ils étaient très fragiles mécaniquement et a cause de leur poids , avec une énorme consommation de carburant 

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_VI_K%C3%B6nigstiger


                      • julius 1ER 14 mai 2020 15:28

                        @generation désenchantée
                        même avec du carburant les nazis auraient reculé parceque les avions tels que le Thunderbolt et le Tempest par exemple surnommé le tueur de chars, auraient réglé leur compte aux tigres et même si nécessaire les lancasters ou B17 auraient pu les noyer sous un tapis de bombes ... en 44 ou même aujourdhui un char ne peut résister au Carpet bombing !!!
                        et en matière de flotte aérienne fin 44, la messe était dîte les allemands se battaient à 1 contre 10 aussi je vois mal comment ils auraient pu inverser la tendance !!!


                      • generation désenchantée 14 mai 2020 17:09

                        @julius 1ER
                        Oui , mais avant la guerre le gouvernement Français avait fait un sacré effort pour l’aviation , ils avait été aller jusqu’à commander des avions de combat aux USA et financer les équipements des usines d’aviation US et les avions commandés , c’était des avions récents et des prototypes , mais trop tard
                        Le dernier acte du gouvernement français fut de transférer les commandes d’avions aux anglais

                        https://books.openedition.org/igpde/2026?lang=fr


                      • adeline 14 mai 2020 17:11

                        @generation désenchantée
                        le char tigre a été utilisé à partir de 1942 soit presque à la fin de la guerre


                      • julius 1ER 14 mai 2020 20:07

                        @generation désenchantée
                        en Juin 40 il n’y avait que le chasseur Dewoitine capable de rivaliser avec le ME BF109 E mais c’était un chasseur et pas un engin tactique pour le soutien au sol ..
                        aucun avion d’appui au sol comme le Stuka JU87 qui a été le grand vainqueur de la campagne de 1940 ainsi qu’en 41 lors de l’Opération Barbarossa ...
                        le seul bémol c’est que le Stuka devait avoir une couverture aérienne parceque lent et peu maniable mais bon avec des Messerschmitts en couverture cela pouvait aller !!!
                        quand au Morane -saulnier MS 406 en majorité dans les forces aériennes françaises lui aussi pas assez rapide, pas assez armé et pas assez maneuvrable d’ailleurs la plupart ont été abattus par la chasse allemande !!!


                      • generation désenchantée 14 mai 2020 20:07

                        @adeline
                        oui , mais il a été développé avant 1942 dès 1937 a 1941 divers études de projets de chars lourds ont été mené , la wehrmarcht dès mai 1941 voulait un char lourd
                        après la bataille de France où a Stonne un B1bis a fait un massacre de chars allemands

                        https://www.youtube.com/watch?v=Lb6wvaw3G98

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Panzerkampfwagen_VI_Tiger

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Stonne


                      • generation désenchantée 14 mai 2020 21:03

                        @julius 1ER
                        si tu regarde les tableaux de commandes françaises , il y a pas mal de bombardiers DB-7 , 370 en fait et c’est vraiment un avion polyvalent allant suivant la version de l’attaque au sol a chasseur de nuit
                        c’est le bombardier bimoteurs d’appui que tu voit dans les films d’actualité de l’époque en Europe

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Douglas_A-20_Havoc

                        200 de ces avions qui arrivent et larguent des bombes explosives et incendiaires , lors de l’embouteillage des chars allemands , cela aurait certainement fait une grosse différence dans la suite de la bataille de France


                      • DACH 14 mai 2020 13:23

                        Merci à l’auteur pour cette analyse descriptive. Un ami proche, historien afait beaucoup de recherches sur cette période, et confirme. Mais il a ajouté 2 faits : un ambassadeur de France et les services secrets français avaient averti en avril le gvt et l’état major du plan allemand de passer par les Ardennes, de prendre Sedan pour s’ouvrir les plaines du nord et couper jusqu’à la Manche. Réponse des autorités= IMPOSSIBLE. Adjectif que les militaires doivent s’interdire depuis les Thermophyles ou Alexandre... Quand une politique est basée sur ce qu’on a envie de croire et de faire croire...Enfin anecdote de JF Deniau : les cartes d’état major pour diriger allaient de Paris à Berlin, mais rien pour de Paris à Rennes, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Belfort. D’où le bordel dans la débacle retraite des armées françaises.


                        • julius 1ER 14 mai 2020 15:18

                          Mai-Juin 40, Autopsie d’un désastre évitable ???

                          @l’auteur,

                          moi je mets des points d’interrogation à votre titre, et j’aurais plutôt dit « autopsie d’un désastre inévitable » car les dés étaient joués dès la percée à Sedan pour de multiples raisons y compris celles que j’ai évoqué un peu plus haut mais la principale raison finalement c’est les 4 années précédentes lorsque la France n’a pas voulu aider la République espagnole et ce faisant elle a abandonné le terrain aux fascistes qui avaient trouvé en Espagne un magnifique terrain de jeux et d’entraînement .....

                          alors que les nazis organisaient la rotation des troupes et notamment des pilotes d’avion (plusieurs milliers de pilotes formés à moindre frais ) nous français assistions en spectateurs à l’anéantissement de la jeune république espagnole sans tirer un coup de feu hormis quelques français engagés dans les brigades internationales rien de décisif et pourtant sans aucun cynisme se confronter aux fascistes aurait sans doute donné un coup de frein à leurs velléités expansionnistes et ce faisant tué dans l’oeuf le nazisme !!!!

                          mais pour cela il aurait fallu avoir lu « mein Kampf » et bien peu de politiciens se sont donnés la peine de le lire !!!!

                          malheureusement en abandonnant le terrain aux fascistes les dernières Démocraties européennes se sont tirées une balle dans le pied d’une part en n’apprenant rien de la première guerre moderne qu’a été le conflit espagnol mais aussi et le plus important en ne testant pas leur matériels à l’échelle d’un conflit majeur, chars ,avions, canons rien n’a été testé tant sur le plan tactique que stratégique et c’est bien là le principal manque à l’entrée en en guerre en 39/40 !!!


                          •  C BARRATIER C BARRATIER 14 mai 2020 17:45

                            Bêtise ou occasion de se débarrasser du Front Populaire et de la République ? La COLLABORATION a montré ensuite que de nombeux Français soutenaient l’extermination communiste et des juifs.

                            François d’Astier de la Vigerie, général d’aviation, avait alerté les pouvoirs publics et proposé avec son aviation de détruire immédiatement les chars qui arrivaient. Notre aviation n’aurait fait alors qu’une bouchée de l’aviation allemande. Hitler qui n’avait rien d’une lumière annonça après coup que nous étions tombés dans le piège..mais à mon avis c’était bien pire que cela. Une véritable trahison, certes d’incapables, mais pas assez bêtes quand même pour ne pas comprendre que d’Astier avait raison.

                            Voir en table des news ;

                            Résister, héritage ardechois http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=305


                            • Olivier 15 mai 2020 19:02

                              « Désastre évitable » ? Je n’en crois rien. Le matériel et surtout les capacités tactiques allemandes étaient très supérieurs.

                              Il faut aussi parler du moral des troupes : Si les soldats n’avaient pas « lâché » à Sedan (armée Corap) alors qu’ils avaient un armement considérable, les panzers ne seraient pas passé ou auraient été ralentis. L’armée française, bureaucratisée et ultra-hiérarchisée (au sens négatif du terme) n’a jamais rien fait pour susciter un allant quelconque. Et puis le sens de cette guerre n’apparaissait pas évident aux yeux des français. Les politiciens leur ont imposée un conflit dont ils ne voulaient pas.


                              • CN46400 CN46400 16 mai 2020 07:43

                                @Olivier
                                Les politiciens voulaient la guerre contre l’URSS pas contre l’Allemagne qui, en définitive, s’est traduite par le transfert vers les nazis de la totalité du complexe militaro-industriel français....


                              • julius 1ER 16 mai 2020 09:17

                                Et puis le sens de cette guerre n’apparaissait pas évident aux yeux des français. Les politiciens leur ont imposée un conflit dont ils ne voulaient pas

                                @Olivier
                                ce que tu dis a du sens mais c’est encore plus simple et finalement plus complexe que cela ..... dans les années 30 les français surtout dans l’Est et le Nord avaient encore en mémoire les ravages de la Guerre précédente « la der des ders » ....cette expression exprime toute la quintessence de la pensée profonde du peuple français, c’est à dire que cette guerre avait été trop coûteuse en termes d’hommes et de destructions,il n’y a qu’à regarder les monuments aux morts dans chaque village de France, lorsque l’on a des milliers de villages où plusieurs tranches d’ages on été complètement gommées cela donne une idée.... de surcroît cela signifiait plus d’hommes valides, ne restaient que des femmes et des vieux !!!!
                                aussi le sens d’une guerre lorsque l’on n’a pas encore soigné les plaies de la précédente n’apparaît pas si évident que çà .... cela explique aussi le sens ultra-défensif de la pensée militaire qui a contaminé tout le pays avec cette fausse certitude de sécurité qu’ était la Ligne Maginot « mère de la pensée profonde de l’époque » malheureusement un concept déjà dépassé à l’époque ... c’est d’ailleurs ce qu’avait compris De Gaulle je pense lorsqu’il prônait l’usage massif des forces blindées..... sans succès d’ailleurs au niveau de la pensée et du concept...finalement cette guerre était la guerre de trop et sa traduction dans les faits c’est que tout le monde y est allé à reculons ..... mais peut -on faire une guerre « à reculons » la réponse est non bien sûr .....

                                Napoléon disait : « la meilleure défense c’est l’attaque » .... cela a l’air d’un concept purement théorique sauf que cela implique de sacrifier des milliers de vies, des destructions incommensurables et que l’on n’ est jamais vacciné contre cela .... d’ailleurs le fait que la population allemande soit monté au créneau alors qu’elle aussi avait laissé aussi une bonne partie de sa jeunesse sur les champs de bataille laisse pantois ...
                                cette résilience est due essentiellement au travail de propagande des Nazis et à l’absence de destructions massives en Allemagne ....sinon comment l’expliquer ??
                                L’Allemagne avec les Nazis, mais sans Hitler n’aurait sans doute pas été aussi loin dans ses prétentions territoriales, ni sans doute aussi aventureuse dans ses conquêtes avec des Traités signés un jour et déchirés le lendemain tout ceci est la marque du Génie du mal qu’était Adolphe Hitler sans foi, ni Loi ... juste aller au bout de ses idées, en faisant fi de tout le reste !!!!!


                              • François Delpla 18 mai 2020 07:25

                                Hitler peu nommé, il est pourtant renommé !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Contador94210


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité