• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > “My life in a click” portrait de Gianni Berengo Gardin par Max (...)

“My life in a click” portrait de Gianni Berengo Gardin par Max Losito

J'ai eu la chance de rencontrer Max Losito au Florian, qui m'a été joyeusement présenté par Stefano Stipitivich, Directeur de la Communication du Florian. Max se distingue par ses moustaches d'artiste et sa bonne humeur conviviale. Ce fut tout de suite une belle entente et je découvris rapidement le trésor que Max avait à peine terminé : un film de 80 minutes sur Gianni Berengo Gardin, ce grand photographe italien célèbre pour ses photos sociales, témoignages de son temps. Un travail réalisé en huit ans de reprises discontinues entre Venise, Paris et New York, pour un résultat exceptionnel, un portrait de G.B. Gardin dans son intimité, raconté par lui-même et par ceux qui le connaissent le mieux : sa femme, ses deux enfants, des interviews exclusives de grands de la photographie ou de l'architecture avec qui il a travaillé, tel Renzo Piano, Elliott Erwitt, Sebastiano Salgado etc.

Le film “My life in a click” en Italien avec sous-titres en anglais est en Noir & Blanc, de rigueur en hommage au grand maître, qui nous explique :” Je suis né avec la photographie en noir & blanc, avec la télévision en noir & blanc, avec les films en noir & blanc et moi par conséquent je ne pouvais être qu'un photographe en noir & blanc parce que j'ai sucé du lait en noir & blanc”. Il ajoute que “La couleur distrait le photographe de son sujet : l'humain” et conclut : “ Ne compte pas comment on photographie mais ce que l'on photographie”.

Gianni Berengo Gardin aime utiliser le grand angle et refuse de couper les photos pour qu'elles gardent toutes leur authencité. Peut-être seront elles moins belles mais elles seront plus sincères. Ce que Gianni Berengo Gardin photographie dans ses 250 livres de photographies se sont les hommes, encore et toujours. Avec lui, le terme de photo sociale prend tout son sens : il veut photographier les hommes dans leur vérité, il veut photographier leurs émotions.

D'où le choix des thématiques de ses livres de photos : les fous enfermés dans les hôpitaux psychiatriques dès 1968 avant que l'opinion publique ne s'empare du sujet. Sur la pression de l'opinion publique fut votée la loi 180 dite Basaglia en 1978 (dix ans après) qui fermait les asiles de fous, mis fin à certains traitements inhumains comme l'attachement à leurs lits des patients agités, l'utilisation des électro-chocs etc.

Autre sujet choc photographié : les conditions de vie des gens ayant tout perdu après des tremblements de terre : celui de l'Aquilea en Abruzzo en 2009. Il a immortalisé leur situation d'attente avant le retour à une vie normale.

Mais aussi la vie des ouvriers dans les grandes entreprises comme l'Olivetti etc. puis la collaboration avec l'architecte Renzo Piano en 1979 pour la photographie d'architectures industrielles. Il a aussi photographié une communauté très décriée, celle des Tziganes, entre eux, pour qui il a beaucoup d'affection.

Enfin, sa dernière alerte : la dénonciation des grands paquebots passant dans le canal de la Giudecca à Venise, défigurant la ville, au mépris de son intégrité physique, avec de lourdes conséquences en termes de pollution atmosphèrique, visuelle, de la fragilisation de ses rives et des rsiques liés à ces allers et venues pendant toute la saison touristique à Venise. Dès 2013, Gianni Berengo Gardin publie ses photos symboles qui feront le tour du monde en faveur du comité “No grandi navi”. La lutte est encore en cours.

C'est dire l'importance des photos sociales pour faire prendre conscience des vrais problèmes, souvent soigneusement cachés du regard des citoyens (comme pour les hôpitaux psychiatriques).

G.B. Gardin a réalisé au cours de sa carrière plus de 250 livres photographiques sur tous les sujets, mais avec au centre les émotions humaines, comme cette merveilleuse photo de deux amoureux s'embrassant dans les années 50 sous les portiques des Procuraties de la place Saint-Marc.

Tous ceux qui le connaissent citent toujours sa discrétion, son humilité et sa générosité même si sa femme et ses deux enfants ne peuvent faire à moins de dire qu'il a été un fort mauvais père, un fort mauvais époux, un fort mauvais ami, du fait de ses inombrables absences à courir le monde avec sa Laica analogique. Mais sa femme l'excuse disant : “qu'il avait besoin de raconter des histoires”. Il nous dit de lui même : “Je ne suis pas un artiste et la photographie artistique ne me plait pas : j'aime documenter” G.B. Gardin veut témoigner du monde dans lequel il vit. Il ajoute : “Mes photos ne sont pas importantes aujourd'hui. Mais dans cent ans elles le deviendront car elles raconteront comment nous étions il y a cent ans”.

Contre toute attente, Gianni Berengo Gardin reste donc un homme modeste qui ne prétent pas faire de belles photos, même s'il a été classé comme l'un des 32 plus grands photographes au monde en 1972 par la revue “Modern Photography”. Mais un manager de la fameuse marque d' appareils photos Leica, dont il a possédé sept différents modèles toujours analogiques, nous confirme : “La beauté d'une photo dépend à 85 % du photographe. Le reste seulement de l'appareil”.

Présentation du réalisateur du film Max Losito  :

Max Losito est né en 1972 en Italie et a été le plus jeune photographe de “Still life”. Puis il se lança dans la réalisation de spots publicitaires. En 2003, il fonde sa propre maison de production la Losito international films avec laquelle il a déjà réalisé plus de 150 spots publicitaires internationaux, en particulier du secteur alimentaire et cosmétique. My life in a click est son premier film, qui sortira prochainement sur la chaine télévisé Sky.

Trailer du film, en avant première sur Agoravox.fr  :

https://vimeo.com/240396554

Pour en savoir plus sur la Losito international films :

Www.lositointernationalfilms.com


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 avril 09:30

    Bonjour. Je suis allé voir ses photos sur le net ... Effectivement grand talent. Merci de cette découverte.


    • Venise Venise 8 avril 11:49

      @Aita Pea Pea

      Oui ses photos sont merveilleuses, de la poésie exprimée en Noir et blanc. Je suis ravie que cet article vous ait permis de le découvrir ! Merci à vous pour votre curiosité !


    • DACH 7 avril 17:44

      Encouragements chère Hélène. Derrière leurs yeux ces photographes ont su mettre un regard. Ils savent ainsi donner ainsi du sens à ce qui est devant leurs yeux.


      • Venise Venise 8 avril 11:50

        @DACH

        Tout à fait !


      • DACH 7 avril 17:50

        Il n’y a pas très longtemps j’ai passé quelques heures chez lui avec Ludovico de Luigi, toujours aussi génial dans sa peinture et son approche de la vie. Voir aussi sur ce sujet la vidéo de la vénitienne Annamaria Carraro, magnifique.


        • Venise Venise 8 avril 11:51

          @DACH

          Ah ce cher Ludovico de Luigi, le roi de la provoc d’alors ! Un peintre de talent.


        • #NonoS LP/R #NonoS LP/R-42 8 avril 16:50

          Y’a évidemment personne au #B52 !

          Les smarties qui traînent sur la ligne, ça va faire un de ces biens de les renvoyer à leur néant ! smiley

          Pour qui a des cojones et/ou un cerveau, parlons de choses tangibles : qui mate Paris-Roubais, que je lui montre de ses yeux vu à la tv française comment je vais faire gagner un local contre toute attente !?


        • #NonoS LP/R #NonoS LP/R-42 8 avril 16:56

          @#NonoS LP/R-42

          Bon comme c’est juste un amuse gueule peu suivi, y’a pas de frenchie, mais un Suisse inconnu... qui va griller la politesse à Sagan !


        • #Shawford #Shawford42 8 avril 17:05

          @#NonoS LP/R-42

          Allez je suis bon prince comme d’hab, je fais rentrer qques clampins et cloportes dans ma danse !


        • #Shawford #Shawford42 8 avril 17:13

          @#Loïc Le Meur

          Aïe aïe aïe, ça va faire très très mal mes cht’ites torpilles MHD troudeversiques quand j’aurai pris possession de tout ton #U52 après victoire du Suisse : la course de sa vie, man, et même de ses 42 ! smiley smiley smiley smiley

          Enfin le nez de Cléopâtre en version Super Mustang pour nous tous seuls en #U42 ! smiley


        • #Shawford #Shawford42 8 avril 17:17

          @#MonOncledAmerique

          T’es moulu tonton, t’as encore qques forces avec toi (dad and lumière qu’ont pas daigné souhaiter avec moi la victoire du suisse)

           smiley

          Over


        • Cyrus Cyrus 8 avril 17:17

          @#NonoS LP/R-42


          Black samedi pour l’ homme de fer ...

        • #Shawford #Shawford42 8 avril 17:31

          @Cyrus

          L’ami potentiel, avec tout le respect que je te dois comme celui que je donne sans chichi à tout smartie : seules les histoires qu’on s’est raconté avec le taulier du cercle à La Brède au sujet de Sylvère me parlent et m’intéressent en l’etat.

          Et y’a 3 options, pas une de plus :

          - soit c’est toi Sylvère, en direct, alors arrête donc de faire ta pucelle,
          - soit c’est ton alter ego de l’autre côté de la vie, et je peux te le dire : vous êtes juste des losers impropres à être dignes de me parler,
          - soit t’es un smartie, tu sais pas trop comment tu débarques dans cette galère, et alors peut être à la prochaine.

          Dans tous les cas de figure, ton black machin c’est pas du tout le genre de zique que j’ai dans ma playlist, et c’est pas par hasard, ici et maintenant !

          Et ça va donc sortir en bloc fissa de mon #U42, comme les Harley à la con, les hell’s ché pas quoi ...sauf miracle bien défini en substance et en os qui m’y fera m’y intéresser par amitié et partage bienveillant et désintéressé.

          Tschuss


        • Cyrus Cyrus 8 avril 17:45

          ami/ennemie c’ est foireux comme concept hors IRL et dans le cadre Mental d’ agora-revelli-symbion.


          -sylvere est hors connection 
          -ce n’ est pas non plus walter-ego de « fringe » 
          -non pas un smarties , plutot un menthos reagisant au phosphorique 
          -le metal n’ est qu’ un gros « joke fakenews » des année 70-80

          En 2020 nous somme revenus a un son plus chamanique ... agnostique , ou meme pour certain polytheiste .

          Tellement de tempete sur l’ ocean de la spiritualité ....
          la realitee est que nous mourons chaque jours un peut plus .

          Que la mort est notre due ineluctable a moins de « pactiser » et de devenir « demons » 
          le demon de la natalite , celui de vivre plus que nos vie , et aux milieux nos enfants pour eponger la dette du pacte.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès