• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Oui ! L’étudiante et Monsieur Henri sont au Petit Théâtre de (...)

Oui ! L’étudiante et Monsieur Henri sont au Petit Théâtre de Paris

Débuter une nouvelle saison théâtrale par une pièce d’une telle qualité humaine, c’est tout simplement un cadeau venu de la plume d’un scénariste de cinéma qui, s’essayant pour la troisième fois à l’écriture du spectacle vivant, signe un coup de maître en dramaturgie comique.

Dans sa note d’intention, Yvan Calbérac se situe comme un observateur attentif de la perspective patrimoniale déterminant chaque individu dans sa relation avec ses congénères.

En toile de fond, sa lecture discrète mais omniprésente d’une interprétation psychanalytique des comportements sociaux vient conforter son empathie envers ses personnages pris dans une toile subjective mais néanmoins flexible où les sentiments paraissent sans cesse surnager à la surface de la réalité, à la manière d’une piscine à débordement.

Ainsi, toujours à la limite du déséquilibre affectif, chacun mène sa barque comme le funambule de la vie quotidienne sollicitée sans cesse par les interréactions transgénérationnelles.

Mettant en scène un quatuor où les rôles se complètent en opposant leurs destinées au prorata du vertige de la solitude implicite qui les menace, José Paul parachève cette angoisse existentielle en n’ayant d’autres échappatoires objectives que celles de faire surgir, à chaque instant, le rire salvateur.

Défi si bien gagné au plus fort d’un tel enjeu fusionnel que Roger Dumas semble se promener au sein d’un précipité du troisième âge incarné en temps réel, tel l’ange exterminateur des motivations fallacieuses.

Face à lui, une jeune étudiante (Claudia Dimier), mal orientée dans des choix d'apprentissage mal assumés, tente de ramer à contre-courant d'auto-frustrations alors qu'elle voudrait dévorer les failles du vécu.

Entre eux deux, se dresse un couple de tourtereaux vulnérables (Lysiane Meis & Sébastien Castro) qui, tout à la fois, souhaiteraient la fuite en avant à tire-d’aile alors que la pesanteur ne cesse de se rappeler à la vigilance de l’autorité mémorielle, sous le truchement du masque familial.

Quatre comédiens en pleine possession de leurs facultés à communiquer au public, le flux et le reflux des affects pulsionnels, quel que soit l’âge de sincérité à les exprimer entre bougonnerie calculée, espoir onirique et enthousiasme crédule.

Ce huis clos mis au profit d’un hébergement locatif vient, à point nommé, ajuster la trajectoire de chaque destin individuel en le replaçant habilement au cœur d’une cohabitation l’enveloppant d’un cocon à la fois protecteur et inhibiteur.

Ivan Talbérac et José Paul s’emploient à le faire imploser à petites touches ininterrompues d’hilarité au énième degré d’une émotion à fleur de peau.

photo © Bernard Richebé

L'ETUDIANTE ET MONSIEUR HENRI - ***. Theothea.com - d'Ivan Calbérac - mise en scène : José Paul - avec Roger Dumas, Lysiane Meis, Sébastien Castro & Claudia Dimier - Petit Théâtre de Paris

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires