• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Qui a tué Davy Moore ?

Qui a tué Davy Moore ?

Cette chanson, créée par Bob Dylan et adaptée en français par Graeme Allwright, est reprise par Bernard Lavilliers sur son nouvel album.

 

JPEG

Boxeur américain né en 1933, Davy Moore devient champion du monde des poids plumes en 1959. Il décédera des suites d’un choc violent, en 1963, deux jours après un combat. Sa mort suscita un certain émoi et relança le débat autour des dangers de ce sport. Bob Dylan en fera une chanson, adaptée en français par Graeme Allwright.

Dans son dernier album, Bernard Lavilliers interprète cette chanson avec quatre autres chanteurs, jouant un proche du jeune boxeur. Son entourage a bien du mal à assumer sa part de responsabilité face au drame. Chacun se dédouane à tour de rôle, clamant son innocence. Comme sur un ring. Gaëtan Roussel, qui réalise également le titre, Izïa, Eric Cantona et Hervé se succèdent au micro autour de Bernard Lavilliers. La vidéo, réalisée par Gaëtan Chataigner, est un clin d’oeil assumé aux collectifs de coupables des romans d’Agatha Christie.

 

Bernard Lavilliers - Qui a tué Davy Moore ? avec Eric Cantona, Hervé, Izïa, Gaëtan Roussel

 

« Sous un soleil énorme », le nouvel album de Bernard Lavilliers, est sorti le 12 novembre dernier. Mêlant voyages réels, rêvés, chroniques sociales et sentiments intimes, avec toujours le même fil conscient et poétique. L’album résonne de façon troublante avec notre époque. Certifié « or » et bien parti pour être « platine » au printemps avec déjà plus de 90.000 exemplaires vendus, il est incontestablement l’un des grands succès de 2021.

Bernard Lavilliers a par ailleurs démarré une tournée qui l’emmènera partout en France jusqu’à la fin de l’année, avec deux passages à l’Olympia, du 16 au 19 juin et du 27 au 30 octobre 2022.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 21 mars 18:41

    Ah... Lavilliers, notre conscience sociale...

    Content qu’il ait retrouvé sa voix, ne fût-ce que pour le chant.

    Encore un rebelle en peau de lapin...


    • Lynwec 21 mars 18:57

      @Clocel

      La plupart des « artistes » se sont planqués couardement pendant la tyrannie sanitaire, quand ils n’ont pas carrément baissé culotte pour pouvoir reprendre plus vite la scène ( pas très Splendid, tout ça...).

      Les rares à oser l’ouvrir se sont bien vite fait ostraciser, y compris par le bourgeois sans dents incapable de comprendre qu’il est le prochain sur la liste...
      Ah, pour se gaver pendant des années sur le thème porteur des restaus du cœur, y avait pléthore, mais pour risquer sa carrière en parlant vrai quand le vent souffle, c’est sauve qui peut...


    • Seth 22 mars 12:08

      @Clocel

      ... chantant Dylan, rebelle professionnel lui aussi, prix nobel de littérature.


    • Clocel Clocel 22 mars 15:12

      @Seth 

      Ouais... Sa voix m’évoque le bruit d’une scie à ruban attaquant du bois sec...

      Le temps où Babylone savait encore bien vendre sa merde, mais bon, Vivaldi peut dormir peinard...


    • Fergus Fergus 21 mars 19:20

      Bonjour, Frozen

      Très belles chansons de Bob Dylan et de Graeme Allwright. Merci de les avoir évoquées à l’occasion de la sortie de l’album de l’excellent Lavilliers.

      Il se trouve que le 5 novembre dans son billet sur France Inter François Morel s’est appuyé par analogie sur cette chanson en questionnant chacun d’entre nous sur cette question : Qui a tué Dinah Gonthier ?, cette jeune fille de 14 ans, suicidée par pendaison à la suite d’une campagne de harcèlement sur le web.

      Je vous invite à écouter (lien) ce billet si poignant et si douloureux car il nous implique finalement tous, nous qui sommes si souvent sourds et aveugles aux souffrances d’autrui.


      • Frozen Frozen 22 mars 08:06

        Bonjour Fergus,
        Merci pour ce lien, un billet à écouter


      • Garibaldi2 21 mars 23:47

        Excellente adaptation de Graeme Allwright. Il nous a quitté en 2020 à 93 ans. Une belle vie.


        • Pauline pas Bismutée 22 mars 09:27

          D’une époque ou on ne mangeait pas tous les jours non plus, mais on s’en foutait, on partageait nos « peu », se refilait une chambre, un lit, pour quelques jours ou quelques semaines, respirait l’air du temps moins pollué et plus insouciant, avec la vague presque certitude que le pire allait être évité, plus tard, avec seulement la bonne volonté de la majorité des êtres humains, les vrais...

           smiley


          • troletbuse troletbuse 22 mars 12:50

            Je na sais pas qui a tué Davy Moore mais je sais que la vaxxination aujourd’hui tue un grand nombre de personnes.  smiley

            https://www.apar.tv/societe/les-triples-vaccines-sont-51-fois-plus-susceptibles-de-mourir-du-covid-19-que-les-non-vaccines/


            • Rincevent Rincevent 22 mars 15:04

              Lavilliers a bénéficié d’une grosse promo pour cet album. Sur France Inter il était partout ! Personnellement, je ne vais pas m’en plaindre…

              Quand à Graeme Allwright on lui doit beaucoup. Sans ses traductions, comment aurait-on pu apprécier Woody Guthrie, Pete Seeger, Tom Paxton, inconnus du grand public en Europe ? Pour Bob Dylan, c’était Hugues Aufray qui en avait fait assez rapidement son fond de commerce…

              Petite anecdote sur Paxton : au festival de l’ile de Wight de 1969, il fait un vrai tabac et le public ne veut pas le laisser partir comme ça, donc il prolonge un peu. Or, cette année là, la grosse vedette c’est Bob Dylan qui doit passer juste après et qui, du coup, est obligé d’attendre. Il parait qu’il a tiré une gueule épouvantable ! Ego, quand tu nous tient...


              • Luniterre Luniterre 23 mars 15:05

                Sans doute pas le round final, mais une bonne reprise, néanmoins.

                Intéressante, l’idée de « répartir » les rôles et les voix, en un sens, mais cela permet d’apprécier d’autant mieux la version de Greame Allwright, qui les assumait tous, les « jouant » comme personnages tout en les chantant.

                https://youtu.be/XG6gTwg1fk0

                Pas vieilli d’une ride, donc !

                Luniterre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité