• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Start 2012 : pas vraiment en crise !

Start 2012 : pas vraiment en crise !

Peut-être, grâce à son éclectisme, la seizième foire d’art contemporain de Strasbourg ( St-art) tient le coup « parce qu’elle le vaut bien ». Ont été présentes une centaine de galeries, les 2/3 venues de toute le France, une douzaine d’Allemagne et le reste de toute l’Europe. Les Allemands de L'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau ont été particulièrement actifs. Ajoutons -y un zeste sud-coréen et un autre japonais.

Près de 30000 visiteurs ont fait de cette seizième édition la première foire en France, hors de Paris( FIAC). Toutefois, on est loin de Art-Basel ( Bâle) qui, à peine à une centaine de kilomètres à vol d'oiseau de la capitale alsacienne, draine les professionnels du monde entier, ceux surtout en mesure d’ aligner une série impressionnante de zéros. Francs suisses, dollars ou euros, peu importe. C’est autre chose, une autre catégorie. Destinée aux pros !

Ici la fourchette est de 1000 à 10000 euros avec de rares pics vers les 100.000. A côté d’œuvres de grande taille, les galeristes offrent aussi des tableaux de format « domestique », à des prix très raisonnables, accessibles. Et des répliques d'oeuvres présentées en lithographies nettement moins chères.

Art contemporain, vraiment ?

Que recouvre le concept ? S’il ne s’agissait que de dater l’œuvre, ce serait simple.

Ainsi une galerie affichait sur un pan de son espace « Abstraits des années 50 » : soit l’interface entre Art Moderne et Art Contemporain selon l’avis de ce galeriste parisien qui vient à St-art depuis 12 ans et qui considère que les Picasso, Dali, Miro …n’ont plus à y paraître, pas plus qu’à la Fiac de Paris d’ailleurs. Soit .

Déjà loin aussi le temps des Poliakov, Estève ou Estienne, tous ceux de la Nouvelle école de Paris ? L’avant-garde est-elle déjà passée au stade suivant ?Normal !

Dans cette veine, la galerie parisienne Arnoux honorait particulièrement un des ses fidèles, Wadyslaw Lopuszniak disparu en 1995 à 91 ans.

Cela date déjà pour certains mais reste beau et peut rendre nostalgique.

Le surréalisme pourtant demeure partout mais, dispersé, confus ou diffus, à faible ou forte dose dans des œuvres hybrides, déraisonnables, insolites, libres. Souvent dans l’Art Brut.

 C’était le cas à la galerie Ritsch-Fisch qui avait aménagé habilement son espace en antre, en « Cabinet des Curiosités ou Wunderkammer » et montrait des œuvres de ces eaux -là qui ne peuvent laisser insensibles même si elles provoquent parfois un réflexe de recul . Etrange, secouant mais beau encore ! Par certains côtés ?( Portfolio)

On ne pourra pas dire que, par exemple, Denis Jully ( Galerie Brûlée ) est un avant-gardiste à moins que le retour au figuratif traditionnel soit le prochain stade qui se profile à l’horizon...Sûrement pas ou alors sous d’autres formes composites et avec des techniques mixtes, très mixtes. Comme dans la mode vestimentaire ? Pas lui.

Ses sujets eux sont pourtant avant-gardistes ou prophétiques car il peint un monde qu’il voit à son stade ultime tel qu’on l’imagine dans le roman de Mac Carthy « La route ». Très beau, mystérieux .

JPEG - 24.4 ko
photo : Là-bas Denis Jully

On ne le dira pas davantage de Yves Siffer, sans doute un des meilleurs sinon le meilleur des peintres sous verre, dans cette discipline qui se perd car elle est effroyablement difficile, exigeant une habileté, une dextérité d’horloger, l’ordre des opérations étant inversé ( Galerie Pascale Froessel).  Après un période « de dévoiement conceptuel », cet artiste si délicat est revenu à des sujets plus conventionnels comme la mémoire du patrimoine industriel. Cette technique rend le résultat inégalable, un peu à la Hopper qui profiterait des effets particuliers du verre. Superbe !(

PNG - 571.1 ko
photo : Une gare, la nuit

Bien sûr, on trouve dans la plupart des galeries qui ont pignon sur rue, quelques pièces d’ artistes plus connus comme Combas( beaucoup)…mais aussi Olivier Debré et même une superbe descente de croix de Fujita…petite certes mais curieusement « exposée-cachée » dans une galerie fort bien achalandée pourtant. ( 25000 Euros : on me dit que c’est une affaire unique).

 

Mais aussi de la « spiritualité » ou des choses de l’esprit.

Peintre New-Yorkais devenu germanopratin, sans snobisme, H. Graig Hanna, 44 ans, a confié à Laurence Esnol Gallery ( Paris) une théorie de 42 portraits en tête, très soignés. On lit sur ces têtes le résultat de l’introspection des sujets, souvent aux yeux clos ou mi-clos sur eux-mêmes. Coup double en quelque sorte ! Psychanalistes ou psychiatres, regardez bien ! Très réussi, exceptionnel et indiscutable ! voir portfolio "Girl with red lips"

JPEG - 180.4 ko
photo : Girl with red lips

 

Un petit coup de cœur de la découverte ira tout de même à Philhelm. Pour l’originalité de son travail minutieux et sa recherche inlassable et passionnée. Il exposait dans la Galerie Noor Arts, (Arts de la Lumière, me dit-on) à coté d’œuvres de l’art aborigène « qui a pour langue l’Harmonie …..entre Ciel et Terre  ». Donc une interrogation sur des racines très anciennes, les mythes tout simplement.

Tentation de l’ésotérisme ? Un peu, il faut le dire, mais un art complet qui allie la palette et le pinceau du peintre talentueux et la production d’une œuvre qui se veut pédagogique et même initiatique.

C’est le cas pour l’Apocalypse .. 

A propos de Philhelm, on a parlé de Tanguy et de Léger et même de manga. On peut. Mais, après le premier regard réjoui par la seule beauté, on est entraîné plus loin, dans le temps passé comme dans celui à venir. L’apocalypse de St Jean contraint à une recherche du sens, une initiation sur un chemin balisé certes, mais dans un jeu sérieux.

C’est le tableau accaparant par excellence mais il en est d’autres du même peintre tel que la « La lettre d’amour » qui prétend raconter toute une histoire amoureuse qui finit mal dans un premier temps, la suite étant à imaginer. L’originalité là encore réside dans une recherche purement sémiotique…pour faire entendre des choses jamais écrites…cryptograhiques. Cela valait le détour. Très, très étonnant et beau. L'artiste est lauréat du prix de la Ville de Florence.

Un bilan satisfaisant.

Une foire( St-Art) réussie pour les uns, en demi-teinte pour les grincheux. Bon an, mal an, St-Art se fraye sa place parmi les "Grandes" même si sa voisine de Bâle bénéficie d’un rayonnement mondial. Tant mieux puisqu’on reste dans la grande métropole trinationale du Rhin Supérieur. Les voisins allemands sont de plus en plus présents avec des galeries de très haute qualité. Les visiteurs d’Outre-Rhin, Allemands comme Suisses ou, quasi voisins, Luxembourgeois sont peut-être des acheteurs privilégiés.

Un petit regret cependant, exprimé par de nombreux fidèles : pourquoi l’ambition de devenir la foire spécialisée dans l’Art du Verre a-t-elle été aussi mal poursuivie (3 galeries seulement cette année). Question de prix et corollaire de la crise ?

Antoine Spohr.

(article paru également sur Mediapart)

JPEG - 2.3 Mo
Galerie Ritsh-Fisch

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires