• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Tartuffe » miroir spéculatif de Comédie Française

« Tartuffe » miroir spéculatif de Comédie Française

Alors que sur le trombinoscope actualisé de la troupe, Muriel Mayette la 477ème sociétaire de La Comédie Française y apparaît en compagnie d’une poupée de chiffon, cajolée « bouche cousue », débute salle Richelieu le « Tartuffe » de Galin Stoev, première création, sous l’ère du nouvel administrateur Eric Ruf, nécessairement programmée par sa prédécesseure !

JPEG - 50.7 ko
TARTUFFE
photo © Christophe Raynaud de Lage

C’est donc la continuité artistique dans sa splendeur classieuse qui prévaut, en cette rentrée 14-15 au Français, avec tout le tact qui sied aux familles de bon aloi.

A ceci près que le metteur en scène bulgare a délibérement ciblé la famille d’Orgon comme étant le véritable champ de bataille originel, peut-être métaphorique, des infortunes dont, précisément, celle-ci va être la victime théâtralisée.

Bien sûr, là comme ailleurs, Tartuffe ce dévot jusqu’au-boutiste n’y est point un personnage modèle ni donc recommandable, il n’empêche que c’est bien la naïveté, la fatuité, la mégalomanie d’Orgon qui vont susciter l’opportunité des vilenies dont Tartuffe profitera, au mieux de ses intérêts, sans avoir à forcer ses scrupules !

Ainsi, cette mise en perspective collective où le pater familias Orgon et sa mère Madame Pernelle sont les artisans objectifs d’erreurs d’appréciations sur les déviances patentes de la nature humaine, est fort intéressante car elles font du fameux imposteur habituellement caricaturé, davantage un fantoche voire même une création ex nihilo qui concentrerait, à elle seule, tout le mal de la société alors que c’est cette dernière qui se l’aurait forgé contre elle-même par manque de clairvoyance !

De là à dire qu’il pourrait y avoir de la pédagogie subliminale dans l’air, nous n’oserions franchir le pas d’une telle observation mais néanmoins l’agencement scénographique sur plusieurs plans, alors que la mauvaise conscience y apparaît en miroir d’une vacuité générale, est comme la signification donnée par Galin Stoev de responsabilités mal assumées en raison d’un climat de confiance bafouée voire usurpée.

Cette dialectique du double s’emparant du partenaire pour tenter de le retourner en son contraire va constituer le miel du duo Didier Sandre - Michel Vuillermoz qui, en contrepartie, sera régalé par un superbe essaim de comédiennes en plein jeu d’influences contradictoires, Claude Mathieu, Cécile Brune, Elsa Lepoivre et Anna Cervinka.

Oui, décidément, nous apprécions cette mise en scène à sa haute valeur pertinente car, fort des distorsions d’une « réalité » se dédoublant en des diablotins projetés, ce Tartuffe ne saurait, en aucun cas, être manichéen !

photos © Christophe Raynaud de Lage

TARTUFFE - ***. Theothea.com - de Molière - mise en scène Galin Stoev - avec Claude MATHIEU, Michel FAVORY, Cécile BRUNE, Michel VUILLERMOZ, Elsa LEPOIVRE, Serge BAGDASSARIAN, Nâzim BOUDJENAH, Didier SANDRE, Anna CERVINKA et Christophe MONTENEZ - Comédie Française salle Richelieu 

JPEG - 54.8 ko
TARTUFFE
photo © Christophe Raynaud de Lage

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • hans 2 octobre 2014 19:03

    Il y a déja des pièces sur NS ! quel succès !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires