• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Un Divan pour la Scène » Suite à résidence au Funambule, bis repetita (...)

« Un Divan pour la Scène » Suite à résidence au Funambule, bis repetita placent !

Deux ans et demi plus tard, voici donc les mêmes, à l’exception de José Da Silva se substituant à Stéphane Berger dans le rôle de Charles le psychiatre didactique, qui se sont donnés deux mois (sept-oct) au Funambule Montmartre pour approfondir dans ses retranchements la pièce de Jean-Luc Solal tout à la fois auteur, metteur en scène, directeur de compagnie (Théâtre de la Promesse) et, ce n’est pas le moindre, acteur ayant le rôle principal ou tout au moins pivot d’enjeux relationnels duels en dialectique avec la psychanalyse. 

   

JPEG - 59.5 ko
UN DIVAN POUR LA SCENE
© Theothea.com

  

Ainsi, Vincent le thérapeute, respectivement & successivement en prise avec Charles, Julia et Colombe alors que celle-ci, sa patiente apprentie comédienne, entre en résistance avec Erwann directeur d’acteur, tous s’entrecroisent dans le but de faire émerger la désaliénation, la sortie de l’emprise liée à l’altérité et si possible la paix avec soi-même.

Tout compte fait, le sujet thématique illustré ici par les pérégrinations comportementales métaphoriques de Don Juan reste toujours pérenne et bien ancré depuis sa création selon notre chronique « Un Divan pour la Scène et faire face au harcèlement » en 2015.

 

JPEG - 41.6 ko
UN DIVAN POUR LA SCENE
© Philippe Petit

  

Cependant, ce qui semble avoir évoluer au Funambule, c’est le parti pris de mise en scène. De toute évidence, Jean-Luc Solal a désormais cherché à faire basculer sa pièce du côté de la farce. Ainsi, il a octroyé à son personnage d’analyste fébrile des tics & des tocs qui ne l’ont plus quitté du début à la fin de la représentation.  

L’auteur réalisateur a décidé de faire, de son guérisseur des âmes, un fantoche mal dans sa peau, un être instable réversible à chaque décision, un paranoïaque effrayé à l’idée de changer quoi que ce soit au statu quo de son angoisse latente.

Woody Allen n’est pas loin, du moins dans ses intentions de démontrer que son personnage incarné ne maîtrise rien de rien alors même qu’en tant que créateur, il maintient tous les autres partenaires à équidistance de sa zone d’influence.

 

JPEG - 47.1 ko
UN DIVAN POUR LA SCENE
© Theothea.com

  

Jean-Luc Solal cherche à développer ce savoir-faire artistique en caricaturant au maximum sa propre interprétation, de telle façon que les rôles satellites se transforment en autant de relais à un humour de plus en plus objectivé et, par conséquent, à un certain cynisme affiché par rapport à la méthode professionnelle fort « approximative » d’un tel analyste confronté à sa responsabilité thérapeutique.  

Au demeurant, la pièce « Un divan sur la scène » est en voie de devenir franchement « comique » et ce n’est pas Olga Shuvalova qui serait en reste de cette tendance car le talent extraverti que l’actrice a de nouveau mis pour composer le comportement étrange de Julia est en soi un condensé de mauvaise foi en posture provocante alors même qu’il serait impossible de la prendre en défaut. Un vrai régal de beauté fatale relookée hyper classe !…

 

JPEG - 64.7 ko
UN DIVAN POUR LA SCENE
© Theothea.com

  

Bref, nous attendons avec impatience une nouvelle reprise parisienne de cette pièce qui, n’en doutons pas, pourrait encore nous ménager de formidables surprises.

Pourquoi pas, par exemple, imaginer la substitution de la séquence improbable du faux plombier au profit d’une réelle rencontre transgressive où puissent se « faire face » soit, dans une dualité paroxystique, Vincent et Julia, soit, dans une innovation réactive, Colombe et Julia ? A moins que tout autre fantasmagorie subjective de spectateur puisse venir combler l’attente d’une confrontation relationnelle cathartique !

 

JPEG - 58.7 ko
UN DIVAN POUR LA SCENE
© Theothea.com

  

A suivre donc au fil du temps, Le Théâtre de la Promesse dans son devenir forcément ouvert à tous les possibles !…

 

photo 2 © Philippe Petit  
photos 1, 3, 4, 5 & 6 © Theothea.com

   

UN DIVAN POUR LA SCENE - ***. Theothea.com - de & mise en scène Jean-Luc Solal - avec José Da Sylvia , Grégory Ondet, Olga Shuvalova, Jean-Luc Solal & Claire Tatin - Reprise 2017 / Théâtre Le Funambule Montmartre

 

 

JPEG - 71.5 ko
UN DIVAN POUR LA SCENE
© Theothea.com

    


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires