• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Un mot

Divagation lexicale

Un mot suffit parfois pour dévider le fil d’un texte qui va tourner autour de sa drôle de bobine. L’explorateur du sens se donnant le droit d’aller à la recherche de tous les possibles, les contraires et les faux-frères. Un mot dispose toujours d’une grande famille qui se décline sans jamais se lasser, qui joue du préfixe comme du suffixe, du contexte comme des circonstances et qui aime à donner de la nuance pour exprimer bien des variations.

Il dispose tout autant de contraires, ces savants antonymes qui éclairent sa face sombre, exprimant des acceptions imprévues, des contre-pieds surprenants qui le renforcent dans ses certitudes. C’est parfois de là que naissent la lumière et la compréhension de son sens. Celui qui nous laisse interdit devant un abîme mystérieux. Le mot a besoin de toutes ses couleurs pour se donner pleinement, pour libérer tout le champ de ses possibles.

Il se joue de ses faux frères, homonymes qui égarent celui qui a toujours été contrarié par l’orthographe, qui se perd dans le son tel un âne en mal de rectitude dans la graphie. C’est alors l’occasion de passer pour un idiot, un mauvais lexicographe, incapable de lui donner ses bons habits. C’est ainsi qu’on juge ici, à l’aulne d’une convention absurde destinée à priver tout un chacun du droit d’écrire sans se faire moquer. Certains préfèrent jouer dans la cour quand d’autres grandissent de cours en cours.

Car le principal dans le mot c’est sa force, sa valeur, sa signification. Il porte des nuances, il se pare d’acceptions subtiles qui ouvrent l’esprit, libèrent la pensée. Il a les deux pieds ancrés dans une histoire, un pays et des origines souvent lointaines. Son étymologie est une invitation au voyage tout comme à la curiosité. Elle permet d’envisager une évolution qui jamais ne s’arrête. Elle porte l’évolution des mœurs ou des croyances, des sociétés et des pensées.

Le mot est un être vivant qui déteste être terrassé par un cousin germain ou plus certainement anglo-saxon. Il existe, il réclame sa part, refuse les raccourcis. Il se compense, a besoin parfois de faire union avec un voisin, se glisse dans une valise pour voyager autour du monde. Le mot aime se grimer, se cacher, s’insinuer dans d’autres civilisations. Il accepte de se plier aux prononciations exotiques pourvu qu’on lui reconnaisse toujours ses origines.

Le mot aime être pris à ? lui-même, il se glisse sur une langue bien pendue, se gonfle quelquefois de manière démesurée, il est alors grossier et mal élevé alors qu’il est si aimable quand il est petit et doux, tendre et bienveillant. Les mots d’amour donnent des frissons, ils sont les plus beaux de tous. Ils font le bonheur de ceux qui les susurrent au coin de l’oreille.

Le mot se moque de la manière dont on le transmet. Il aimait jadis se glisser sous la plume d’une oie, se faisant magnifique avec ses pleins et ses déliés. Il appréciait le papier parfumé. Depuis il doit se plier aux exigences de l’heure, il se concentre, se dilue, se synthétise sur des claviers ou bien des écrans pour aller à l’essentiel. Il porte encore l’émotion initiale tout en acceptant le mode d’expression sans nuance.

Le mot a dû s’adapter. Il est de plus en plus souvent expédié de par le monde, sur des réseaux immatériels qui le font voyager sans papier. Il traverse les continents, s’offre des voyages dans les étoiles, il circule pour terminer sa course dans un petit boîtier caché dans une poche. Il se fait unité, se chiffre ou bien s’octroie le droit d’être illimité. Il devient alors si banal, qu’il est galvaudé, balancé sans que son expéditeur n'en mesure véritablement l’importance.

Le mot a besoin de solennité pour être digne de son passé et conserver un avenir. A trop le banaliser, on en fait un sous-produit de communication, une banale ponctuation d’une parole sans pensée. Le mot a besoin de conserver sa grandeur. C’est pourquoi il méritait ce petit hommage lui qui est mon plus fidèle compagnon.

Sémantiquement sien.

Documents joints à cet article

Un mot

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès