• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fin de vie

L'Etat et le gouvernement doivent prendre leurs responsabilités. Le maintien artificiel de la vie pour complaire à des lobbys intégristes, n'est pas acceptable. Il faut un complément à la loi, qui permette à chacun de bien maîtriser sa fin de vie, d'être décideur, c’est-à-dire citoyen jusqu'au bout : directives anticipées collectées par un organisme indépendant, personne de confiance.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 23 mai 22:28

    Je ne vois aucun problème moral à maintenir quelqu’un en vie tant que la personne décideuse a les moyens de financer cette prise en charge.

    J’ai eu récemment un cas en Belgique (Bruxelles) de médecins qui déclaraient une maman bonne a débranchée qui est maintenant en pleine forme et avec ses enfants. Si son compagnon n’avait pas insisté elle ne serait plus là.
    L’aillant vécu ça recadre la problématique et la confiance envers le corps médical. (Peut-être avait-elle des organes compatibles avec un patient riche en attente de greffe ?)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès