• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > En un tour de main

En un tour de main

 

Ces gestes oubliés à user avec parcimonie

 

 

Le confinement et toutes les règles innombrables qui encadrent cette macération collective pour les indésirables de la société ont ceci de merveilleux qu’ils font la part belle à des comportements et des pratiques qui avaient totalement disparu de nos habitudes. Je veux pour preuve ce retour en grâce pour les familles claquemurées de l’archaïque tour du pâté de maison qui naturellement ne s’exprime plus de la sorte. Il est devenu une déambulation à caractère sanitaire sans dépasser la barrière sociale fixée par une circonférence circonscrite à un rayon de 1km tracé à partir de votre domicile. Les technocrates se sont toujours montrés tatillons tandis que la police nous épie avec un compas dans l’œil afin de se montrer pointilleuse.

Durant ce droit de sortie limité à un vingt quatrième d’une journée d’enfermement, les emmurés redécouvrent ce bonheur simple de saluer les gens qu’ils croisent et qui nécessairement sont des voisins qui jadis s’ignoraient. La courtoisie a cependant des limites parce qu’il existe dans la population une frange non négligeable d’individus qui considèrent désormais leurs semblables comme des ennemis potentiels, des vecteurs malsains de la fureur du temps. Ceux-là détournent la tête, refusent de rendre ce bonjour qui porte en lui tous les postillons du monde. Ils font même un pas de côté et se disent qu’à l’avenir, ils écriront une lettre de dénonciation pour mettre définitivement aux arrêts ces irresponsables.

Laissons les enfants chéris de la macronie pour nous préoccuper des autres, ceux qui n’ont pas encore renoncé à leur statut d’êtres sociaux. Parfois une conversation s’engage, les adeptes de la pérégrination aléatoire s’arrêtent pour converser avec des gens de rencontre. Naturellement ils enfreignent la loi et s’exposent à la fameuse amende si peu honorable, mais qu’importe, ils redécouvrent le bonheur irremplaçable de la communication de vive voix, une pratique qui remonte à la nuit des temps et qui s’est dissoute avec l’invention du portable.

Se parler rentre désormais dans le champ des gestes prohibés, des pratiques subversives. C’est vous dire le prodigieux recul de notre humanité. Fort heureusement nous parvenons à résister et chose plus surprenante encore, nous retrouvons ce souffle de liberté que nous offre la pratique de l’écriture et ceci sous l’injonction du pouvoir. Ceci mérite explication…

Chaque jour, nous sommes astreints à remplir une attestation de circulation. Oui, vous ne rêvez pas, la République a aboli notre liberté de circulation, mais ceci ne doit être qu’un détail de l’histoire sans doute. Il y a naturellement deux écoles pour cette formalité administrative. Les uns, ceux de la jeune école, se contentent d’un formulaire numérique qui permet une traçabilité et une géolocalisation, annonciatrice des temps futurs. Laissons-les devenir les robots de demain. Les autres, qui n’ont pas encore perdu les souvenirs de l’école communale, remplissent à la main le formulaire ad-hoc. 

 Ils retrouvent ce plaisir de la belle graphie, de la majuscule aérienne pour la première lettre de leur prénom puis de leur nom. Ils s’appliquent, tirent la langue s’il le faut pour écrire le mieux possible et ne pas ainsi se faire taper sur les doigts par le maître d’école déguisé en policier. Ils se disent alors qu’écrire est un bonheur qu’ils avaient oublié. Certains osent même rédiger sur papier libre cette demande dérogatoire de lever provisoire d’écrou. C’est là que les ennuis commencent.

S’ils ont le malheur de croiser dans leur pérégrination horaire un représentant de l’ordre en place, ils peuvent se trouver confrontés à un personnage qui se trouvera en difficulté devant une composition qui échappe à la stricte formulation prévue par la loi. Écrire certes, sur un papier manuscrit passe encore mais dans le strict respect de ce qui rentre dans les cases. Votre prose doit se contenter de rester dans les clous sinon vous serez épinglés. Il n’est pas question d’exiger du fonctionnaire une lecture attentive suivie d’une compréhension de texte. Il passera vite la main et sanctionnera les mots qui échappent à son lexique. Dieu créa le verbe pour que le policier verbalise.

Le tour de main de l’écriture revenu, prenez garde de ne pas vous trouver confrontés au tour de vis d’un pouvoir qui a mis le livre à l’index. Si vous avez repris goût à l’écriture, c’est donc dans la clandestinité qu’il faudra écrire, sur des papiers qui passeront sous le manteau ou seront collés subrepticement sur les murs de nos cités. Par contre, prenez bien garde à ne jamais utiliser une plume d’oie, vous seriez accusés de propager la grippe aviaire. À l’amende il faudra adjoindre la mise au cachot. On ne plaisante plus dans ce pays.

Manuscritement vôtre.
 

Je peux vous le livrer dans le LOIRET

Ailleurs, vous pouvez le commander, je vous l'envoie


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • rogal 13 novembre 13:57

    Et le tournemain pour prolonger le détour...


    • C'est Nabum C’est Nabum 14 novembre 06:51

      @rogal

      Remplir un parchemin pour aller sur les chemins
      Un codicile pour aller en ville


    • pipiou2 13 novembre 14:12

      Se restreindre temporairement sa liberté de jouir, tout ça pour protéger des gens fragiles, quel recul prodigieux de notre humanité ... ou bien c’est le contraire : se plaindre d’une restriction provisoire de sa liberté pour sauver des vies, n’est-ce pas là un prodigieux recul de l’humanité ?


      • C'est Nabum C’est Nabum 14 novembre 06:52

        @pipiou2

        Ce provisoire sera éternel et pas les personnes fragiles


      • ETTORE ETTORE 13 novembre 16:20

        C’est Nabum @

         « Dieu créa le verbe pour que le policier verbalise »


        Magnifico !

        Et c’est vrai que le policier, ne supporte ni le verbe haut, ni le verbi-âge. considéré comme inutile, retranché derrière ce magnifique mantras, lourd comme un casse tête de combat de chevaliers cuirassé :

        « Nul n’est censé ignorer la loi  »

        Et c’est vrai, que nous avons, avec ces êtres du présent composé , une vraie

        Balise, au vert .


        • C'est Nabum C’est Nabum 14 novembre 06:52

          @ETTORE

          Ils méritaient bien cet honneur
          Leur zèle interroge et énerve


        • zygzornifle zygzornifle 14 novembre 08:48

          @ETTORE

           Comme le disait si justement Einstein pour les militaires , pas besoin de cerveau la moelle épinière suffit, en ce moment on a plus de risques en croisant des flics que des racailles.


        • babelouest babelouest 14 novembre 09:00

          @ETTORE je ne suis pas vraiment certain que les robocops connaissent les lois, toutes les lois. Quand on en imagine le nombre, alors que certaines font des dizaines de pages (pas souvent claires), c’est mission impossible.

          « In principio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum. »
          Et qu’en eût-il été si verbant du haut du Vert Bavoir, les pandores assermentés au verbe puissant eussent verbalisé des quidams usant du verbatim avec application ? Que répondre ? « Verboten » ?


        • juluch juluch 13 novembre 21:25

          Faut faire l’attestation par téléphone....plus simple et pas besoin de papelard.

          Ici il y a du monde sur la plage vu qu’il fait beau.....alors...et les rues sont pleines , on est bien loin du premier confinement.

          merci Nabum !


          • C'est Nabum C’est Nabum 14 novembre 06:53

            @juluch

            Erreur funeste
            Vous rentrez dans les radars


          • zygzornifle zygzornifle 14 novembre 08:43

            Et bientôt pour avoir le droit de sortir il faudra une carte de LaREM et ses cotisations a jour .....


            • zygzornifle zygzornifle 14 novembre 08:53

              D’ailleurs il n’est pas normal qu’un flic n’aie pas son papier de circulation dument rempli et limité a 1h dans un rayon d’1km ....

              Eux peuvent circuler en transmettant le virus a tous ceux qu’ils contrôlent, ha oui mais il y a chat perché pour les gallinacés .....   



              • math math 14 novembre 11:20

                « En un tour de main »

                Jeux de mains jeux de vilains...là nous sommes gâtés en ce moment... !


                • ETTORE ETTORE 14 novembre 12:31
                  babelouest 14 novembre 09:00

                  @ETTORE je ne suis pas vraiment certain que les robocops connaissent les lois, toutes les lois. Quand on en imagine le nombre, alors que certaines font des dizaines de pages (pas souvent claires), c’est mission impossible.

                  __________________________________________________________________

                  Bonjour babelouest@

                  Ah...Mais rien n’est impossible à ces schtroumpfs verts-tueux !

                  Mêmes les menottes, si vous persistez à leur faire comprendre que tout n’est pas enregistré dans leur neurone unique.

                  Mais, voyez vous, une fois les mains jointes, par ce rosaire métallique, il ne vous reste plus qu’à prier, et avoir la foi en l’humain....Même habillé de bleu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité