• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Immigrants Français au Québec : L’Arnaque

Immigrants Français au Québec : L’Arnaque

Que le Québec ait un immense besoin de chair à canon francophone pour assouvir diverses arrières pensées stratégiques est une chose. Mais que leurs agents de l’immigration ne cessent, depuis des années, de sillonner les routes de France à la recherche de pigeons auxquels ils racontent n’importe quoi (comme on va le voir) il est grand temps de réagir...

IMMIGRER AU QUEBEC : LE COTE OBSCUR DE LA FARCE

Aucun doute : Le Québec est l’endroit du monde où il est le plus facile d’immigrer. En 2004, il fut meme question d’offrir purement et simplement le visa de résident permanent aux étudiants étrangers ayant fait une partie de leurs études aux Québec. C’est dire ! Comparé aux politiques d’immigration restrictives en vigueur dans tous les autres pays du monde, le Québec fait définitivement figure de brave fille pas farouche pour un sou.

Seulement voilà… Faut-il se jeter corps et âme dans pareils bras si chaleureusement ouverts ? N’y a-t-il pas anguille sous roche ?

Laissons aux agents des services de l’immigration du Québec à Paris le soin de continuer à dépeindre cet Eden où le lait et le miel coulent à flots. Ces bons apôtres font cela très bien : Avec 45.000 immigrants qui tombent chaque année dans leurs filets et qui dépensent chacun des milliers de dollars pour s’installer, faites le calcul ! Sans compter qu’après le lobby de l’immigration, il faut affronter le lobby des formations (payantes) puisque le Québec se moque des diplômes, des références et des expériences acquises hors de son auguste territoire. Tant qu’à presser le citron, autant le faire jusqu’à la dernière goutte !

Que le Québec ait un immense besoin de chair à canon francophone pour assouvir diverses arrières pensées stratégiques est une chose. Mais que leurs agents de l’immigration ne cessent, depuis des années, de sillonner les routes de France* à la recherche de pigeons auxquels ils racontent n’importe quoi (comme on va le voir) il est grand temps de réagir...

* Leurs "séances d’information", continuelles et gratuites (ben voyons !), peuvent être consultées ici :
http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/biq/paris/sea...

Nous allons donc présenter la face cachée du Québec, afin que les candidats francophones à l’immigration puissent enfin être en mesure de peser le pour et le contre. Dans un souci d’impartialité - pour ne pas dire de raffinement - nous citerons majoritairement des auteurs québécois faisant autorité, et publiés par des médias québécois. La plupart de ces citations sont extraites d’études scientifiques dont les sources sont toujours mentionnées.

Qu’on veuille quitter la France est compréhensible. Le tout est de savoir où poser ses bagages afin de ne pas échouer dans un endroit pire encore, et éviter ainsi de commettre la même erreur que tant d’autres ont déjà commise.
 
Mais d’abord, sept petits conseils pour ceux qui sont sur le point de partir, ou déjà sur place :

1. Le visa permanent obtenu par le biais d’une Délégation Générale du Québec n’oblige absolument pas à résider au Québec. On peut parfaitement ne jamais y mettre les pieds et aller s’établir ailleurs, à Vancouver, Toronto ou Calgary (innocents exemples cités au hasard). La citoyenneté canadienne sera accordée exactement de la même façon, en déposant une demande après trois ans de résidence. Autre détail important : Une fois arrivé dans une autre province canadienne, ne vous présentez pas comme québécois, mais bien comme français. Vous serez beaucoup mieux accueilli. Les Québécois sont en effet très mal vus dans le reste du Canada.

2. Le racisme anti-français n’existe qu’au Québec, pas dans les autres provinces. Pourquoi ? Parce que les québécois considèrent souvent les français comme arrogants, prétentieux et donneurs de leçons, ce qui n’est pas toujours faux. Cela dit, les français installés au Québec ne sont pas en reste : Ils considèrent le plus souvent les québécois comme incultes, superficiels et ultra-matérialistes, ce qui n’est pas faux non plus.

3. Bien que le processus d’immigration soit autrement plus complexe et sélectif que ne l’est celui du Québec, deux autres destinations méritent d’être étudiées : Les États-Unis et l’Australie. Signalons aussi que la Suisse vient d’ouvrir ses portes à l’immigration en provenance de quelques pays de la CEE, dont la France. Il n’est donc plus du tout indispensable d’être très fortuné pour aller s’y établir.

4. Les provinces canadiennes intéressantes pour les immigrants sont toutes situées à l’ouest du Québec (une bonne pratique de l’anglais est indispensable). Les provinces situées à l’est du Québec, oubliez-les.

5. Si vous êtes envoyé au Québec par le gouvernement français pour un poste de fonctionnaire expatrié ou si vous êtes détaché d’une grande entreprise vers l’une de ses filiales (L’Oréal, Axa, Alcatel et consorts), alors vous ne devriez pas avoir trop de problèmes car un logement et un emploi sont supposés vous attendre. En revanche, si vous émigrez de votre propre initiative, avec ou sans votre famille, vous ne tarderez pas à comprendre que le Québec n’a strictement rien à vous offrir, surtout si vous êtes un « maudit français », comme on vous appellera ici (mais jamais en face).

6. Nous recommandons fortement la lecture du livre intitulé (ironiquement) « Bienvenue au Québec » (Gérard Quoilin, Éditions l’Harmattan, 1998). Remarquez le piège à rats sur la couverture ! Parfait symbole en effet... Notez que la date de parution de ce livre est instructive car elle démontre que l’arnaque ne date pas d’hier et que tous les gouvernements du Québec, quelle que soit leur orientation politique, ont eu recours au bétail francophone et à ses devises.

7. Dans la même veine que le livre que nous venons de citer, nous recommandons aussi la visite des sites suivants :

a) Pour ceux qui veulent quitter le Québec :
http://www.quitterlequebec.com/

b) Un témoignage instructif :
http://www.gabuzomeu.com/quebec/article.php3?id_article=1...

c) Vidéo de Français arnaqués :
http://www.dailymotion.com/video/x2wp6_face-cachee-de-lim...

d) Un autre excellent site qui en dit long :
http://quebecattention.blogspot.com/

En route maintenant pour le coté obscur du Québec, vu par des québécois eux-mêmes.

Accrochez-vous…

 

1. Bien-etre - Santé - Médecine

Selon Immigration Québec :

"La société québécoise a fait des choix fondamentaux axés sur le développement de la personne. Ses services de santé, d’éducation et de sécurité sociale évolués garantissent le bien-être de toute sa population" (cliquez ici)

La réalité :

« Les erreurs médicales tuent plus de 2000 personnes chaque année au Québec, soit l’équivalent de cinq écrasements de Boeing 747 »
Source : Congrès de l’Association des Hôpitaux du Québec (mai 2002)
 
« Au Québec, 14 % des enfants de 12 ans auraient déjà pensé à se suicider et 6 % auraient déjà tenté de s’enlever la vie »
Source : Direction de la Santé Publique de la Montérégie (juin 2001)
 
« Le Québec a franchi l’an dernier le cap des 80.000 naissances, mais près de 70.000 enfants se retrouvent chaque année en sérieuses difficultés »
Source : Journal 24 Heures (12 juin 2007), d’après rapport de la DPJ (Direction de la Protection de la Jeunesse)
 
« Des patients meurent, faute de places aux soins intensifs »
Source : Emission Enjeux (Radio Canada, 24 avril 2007)
 
« Chaque jour au Québec, cinq personnes se suicident et 250 autres tentent de le faire »
Source : Le Journal du Barreau (15 avril 2001)
 
« 180.000 enfants du Québec sont contraints d’utiliser le Ritalin » (Note : Le Ritalin est un antidépresseur pour enfants)
Source : http://sites.rapidus.net/jeancbou/ritalin.html
 
« Rapidement, dès la garderie, les jeunes mâles sont ratatinés psychologiquement par des intervenantes qui voient dans la virilité normale des garçons de la graine de violeurs, d’agresseurs et de tueurs en série. Et on est tout surpris ensuite de constater la montée du phénomène des gangs de rue chez nos adolescents mâles dégoûtés d’un système scolaire qui n’a pas respecté les particularités de la masculinité et qui a été incapable de leur proposer des modèles masculins respectables »
Source : Jean-Pierre Gagnon, Le Bulletin Régional (3 septembre 2006)

« Chez les jeunes hommes, le Québec enregistre le taux de suicide le plus élevé au monde » (soit 31 suicides pour 100.000 habitants)
Source : www.agoravox.fr/article.php3&nbsp ; ?id_article=9463 (2006)
 
« Selon les résultats de l’enquête de Santé Québec, par chaque 100 000 Québécois ou Québécoises, 850 disent avoir fait une tentative de suicide au cours de l’année. Cela correspond à plus de 40 000 individus »
Source : Dr Richard Boyer (Association des Médecins Psychiatres du Québec, 2006)
 
« C’est parmi les immigrants arrivés depuis au moins 10 ans que la perception d’un mauvais état de santé atteint un sommet »
Source : ESCC (Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2000-2001)
 
« Les troubles mentaux tels que la phobie, l’anxiété et la dépression nerveuse sont en nette progression à Montréal et près d’une personne sur 5 en souffre quotidiennement »
Source : Direction de la santé publique de Montréal (enquête auprès de 4700 personnes)
 
« Le Dr. Pierre Audet-Lapointe et Mme Nicole Magnan, demandent au gouvernement du Québec de tenir un débat public, en commission d’enquête parlementaire, sur l’état alarmant de la lutte contre le cancer au Québec »
Source : Coalition Priorité Cancer au Québec (12 avril 2006)
 
« Au Québec, le pourcentage de toxicomanes du jeu (joueurs compulsifs) est de 5%. C’est le taux le plus élevé du Canada et probablement de tout les pays occidentaux »
Source : Sondage Léger Marketing (2001), commentaires du Dr Jean Leblond (2005)
 
« 42 % des Québécois considèrent que le suicide est un geste acceptable »
Source : Sondage Léger Marketing (septembre 2006)

Statistiques suicide :
Moyenne au Canada : 9 suicides pour 100 000 habitants
Moyenne au Québec seul : 20 suicides pour 100.000 habitants
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide
 
Ratio de médecins pour 100.000 habitants :
Montréal = 120 ; Toronto = 144 ; Vancouver = 172

Source : Institut Canadien d’Information sur la Santé

 2. Pauvreté

Selon Immigration Québec :

"Le Québec offre une économie diversifiée, dynamique, moderne et ouverte sur le monde" (cliquez ici)

La réalité :

« Le nombre systématiquement plus élevé de chômeurs, d’assistés sociaux, et de ménages locataires au Québec est un indice clair du fait que le niveau de vie en général y est moins élevé que dans les autres provinces »
Source : Institut Économique de Montréal (Mai 2006)
 
« 1 enfant sur 4 vit dans la pauvreté au Québec. 1 enfant sur 3 vit dans la pauvreté à Montréal »
Source : Société Saint Vincent de Paul (2006)
 
« Les écoles québécoises sont dans un état lamentable »
Source : Reportage Écoles en Ruine (Radio Canada, 17 avril 2007)
 
« Il est généralement admis que l’état des infrastructures au Québec est déplorable »
Source : The Academies of Arts, Humanities and Sciences of Canada (21 février 2006)
 
« Le Québec arrive au 41e rang sur 60 dans le classement des provinces canadiennes et États américains en matière de création d’emplois, de productivité ainsi que de niveau et de durée de chômage (...) Terre-Neuve (50e) est la seule province à avoir fait pire au Canada »
Source : Fraser Institute (29 août 2007)
 
« Les travailleurs du Québec subissent les effets d’un des marchés du travail les moins performants du pays »
Source : Fraser Institute (août 2007)
 
« La pauvreté d’un nombre important de jeunes et de moins jeunes devient importante, voire endémique »
Source : www.nuitdessansabri.ca (2003)
 
« A Montréal, le taux de chômage des immigrants très récents oscille entre 21 % et 24 % » (Note : Si l’on considère ceux qui immigrent de leur propre chef, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas envoyés par leur entreprise ni par le gouvernement français, leur taux de chômage doit être énorme)
Source : CIC (Avril 2005)
 
« Au Québec, l’insécurité alimentaire affecte un nombre alarmant d’individus : plus de 10 % des enfants et des adolescents ne mangent pas assez (...) à cause de problèmes financiers »
Source : Ordre Professionnel des Diététistes du Québec (11 mai 2005)

 3. Montréal

Selon Immigration Québec :

"La région de Montréal offre une qualité de vie enviable et est reconnue pour sa vigueur économique" (cliquez ici)

La réalité :

« Montréal affiche le taux de pauvreté le plus élevé au Québec, et ce taux continue de grimper constamment »
Source : Mission Old Brewery (2005)
 
« La région métropolitaine de Montréal est très touchée par la pauvreté. Alors qu’elle représente 47% de la population du Québec, elle accueille 56% des personnes vivant dans la pauvreté au Québec »
Source : Sylvain Schetagne, Canadian Council on Social Development (1999)
 
« Les problèmes sociaux que connaît Montréal n’ont pas été réglés par les réorganisations successives. Il y a toujours autant de pauvreté, d’itinérance, de détresse humaine. Montréal affiche le plus haut taux de personnes à faible revenu de toutes les grandes villes canadiennes »
Source : Yves Bellavance (Journal Le Devoir, 6 octobre 2005)

Massacres dans les écoles de Montréal :
1989 : Marc Lépine tue 14 étudiantes à l’Ecole Polytechnique
1992 : Valery Fabrikant tue 4 professeurs à l’université Concordia
2006 : Kimveer Gill tue 1 étudiante et en blesse grièvement 11 autres au Collège Dawson.
Durant la même période, une seule personne était abattue dans des circonstances similaires pour tout le reste du Canada (en 1999, à Taber, près de Calgary).
Sources : Nombreuses archives disponibles sur le Web

« A Montréal, la fréquence des familles à faible revenu est de 41% » (Toronto 27%, Calgary 20%)
Source : Ressources Naturelles Canada (http://atlas.nrcan.gc.ca/site/francais/maps/peopleandsociety/)
 
Chômage à Montréal = 15% (Toronto 8%, Calgary 6%, Paris 10%)
Source : Ressources Naturelles Canada (http://atlas.nrcan.gc.ca/site/francais/maps/peopleandsociety/)

« Montréal est un trou laid, moche, qui pue et qui fait fuir les touristes »
Source : Journal 24 Heures (1er février 2007), d’après Charles Lapointe, PDG de Tourisme Montréal.
 
« Montréal, ville laide : Un documentaire de Jérôme Labrecque, qui tend un miroir non complaisant à la métropole québécoise. Son plaidoyer contre ce qu’il qualifie d’épouvantable laisser-aller est suivi d’un débat animé par Joane Prince »
Source : Radio-Canada (30 janvier 2006)
 
« La laideur de Montréal fait fuir les touristes »
Source : Laurier Cloutier, Journal La Presse (31 janvier 2007)

« La route de Dorval à Berthier nous fait traverser Montréal en passant par l’autoroute 40. Temps gris, neige grise, ville grise. Mon Dieu que c’est laid. Et ces trous dans les routes, ces fils électriques qui pendouillent, accrochés à des poteaux qui penchent dans tous les sens... On dirait l’Amérique, en plus moche, en plus pauvre... en BEAUCOUP plus pauvre »
Source : Minh Quang, Yvonet (28 juillet 2004)

« Au Québec, (…) il y aurait une trentaine de viaducs qui sont en moins bon état que celui qui s’est écroulé (…) Le manque de ressources est un problème chronique »
Source : Pauline Gravel, Journal Le Devoir (3 octobre 2006)
 
« Plusieurs bâtiments de l’hôpital pour enfants Sainte Justine de Montréal pourraient s’ecrouler en cas de vent violent »
Source : Journal 24 heures (24 octobre 2007)
 
« Avec son manque d’uniformité architecturale (…) le mauvais goût de certains commerçants et sa saleté devenue tristement légendaire, Montréal est une ville qui remet en question les notions d’esthétisme »
Source : Radio-Canada (30 janvier 2006)
 
« Je me souviens assez précisément de mes premiers sentiments à l’égard de Montréal, c’était en février 1998. J’avais trouvé la ville sale, grise, déprimante. Son tissu urbain effiloché, mité de terrains vagues convertis en parkings, les rues défoncées, la crasse, participaient au sentiment de cité en déshérence. L’indigence des commerces, le manque de grâce des vitrines souvent bordéliques, tout respirait l’absence de volonté esthétique, de soin. Sans parler de ses immeubles à la dérive suintant la pauvreté, de ses mendiants omniprésents (…) Même la foule était à l’unisson de la ville, triste, mal habillée, crottée »
Source : Laurent Gloaguen, Journal La Presse (Dossier « Montréal, ville laide ? », 20 mars 2005)

4. Culture - Enseignement - Éducation

Selon Immigration Québec :

"Le Québec a développé une culture vivante, résolument contemporaine et ouverte sur le monde" (cliquez ici)

La réalité :
 
 « En 2007, le constat est plus que jamais lourd de conséquences (…) 49 % des québécois ont des difficultés de lecture »
Source : Journal 24 Heures, 14 septembre 2007 (Maryse Perrault, PDG de la Fondation pour l’Alphabétisme)
 
« L’abandon scolaire des adolescents demeure l’un des plus graves problèmes sociaux du Québec : 27% des jeunes n’obtiennent pas leur diplôme secondaire. À Montréal, la situation est encore plus dramatique : 33% décrochent avant la 5e secondaire »
Source : Nathalie Dyke, revue Interface Vol 21 no. 2 (mars-avril 2000)
 
« Il est déplorable de constater que trop de nos jeunes enseignants sont des ignares (...) le québécois adulte moyen est l’un des pires lecteurs du monde occidental et nos bibliothèques scolaires sont dans un état pitoyable »
Source : Jean-Pierre Gagnon, Le Bulletin Régional (3 septembre 2006)
 
« Au Québec, 1,3 million d’adultes (Soit 1 sur 5) sont directement touchés par l’analphabétisme. La récente enquête internationale (EIACA) a démontré que, sur une échelle de 1 à 5, près d’un quart de la population québécoise de plus de 16 ans ne dépasse pas le plus faible niveau de compétence en lecture, écriture et calcul. L’EIACA démontre également que plus de la moitié de la population québécoise de 16 ans et plus n’atteint pas le niveau de lecture et d’écriture jugé souhaitable pour bien fonctionner dans nos sociétés »
Source : Enquête Internationale sur l’Alphabétisation et les Compétences des Adultes (2003)
 
« Près de la moitié de la population montréalaise âgée de 20 ans et plus n’a pas atteint le niveau collégial (...) dans le sud et l’est de la région, on retrouve des territoires où plus de 60 % de la population n’a pas suivi d’études collégiales »
Source : Robert Choinière & Danièle Dorval, Direction de santé publique de Montréal (13 octobre 2003)
 
« Au Québec, 43 % des adultes affirment ne lire que très rarement ou jamais »
Source : http://www.lurelu.net/i_articles/pdf/lecture_en_cadeau.pdf
 
« 66 % des enseignants pensent que la majorité des élèves n’ont pas, à la fin du secondaire, développé le goût de la lecture »
Source : CSLF (2005)
 
« Au Québec, qui vérifie la qualité de l’enseignement dans nos écoles ? Qui est responsable d’évaluer, sur le terrain, la qualité des cours de français ou de mathématiques ? Personne »
Source : Réjean Breton (http://members.tripod.com/ BrigitteP/index.html</...< a>)



 5. Société

Selon Immigration Québec :

"L’attrait du Québec comme terre d’accueil pour les immigrants tient en grande partie aux valeurs fondamentales qui le caractérisent" (cliquez
ici)

La réalité :
 
« 59 % des Québécois de souche admettent être racistes (…) Autre donnée intéressante : les Québécois sont plus racistes que les autres Canadiens »
Source : Sondage Léger Marketing réalisé pour Le Journal de Montréal et le réseau TVA (15 janvier 2007)
 
« La police a identifié une dizaine de gangs de rue fortement criminalisés, responsables de neuf homicides et 29 tentatives de meurtre depuis le début de l’année à Montréal (…) Au métro St-Michel et à l’école Joseph-François-Perrault, les membres des Bo-Gars font régner la terreur (…) Les gangs sont présents dans les quartiers défavorisés de Montréal et recrutent des jeunes de 12 à 13 ans »
Source : Interview du chef de la police de Montréal, Y. Delorme, sur la chaîne TVA (14 août 2006, 18h)
 
« Québec est le repère des voleurs professionnels de véhicules en Amérique du Nord (…) Les voleurs de véhicules au Québec sont parmi les plus expérimentés au monde »
Source : Craig Armstrong, PDG de Repérage Boomerang Inc. (13 Février 2007)
 
« Pour les infractions relatives à la drogue, Montréal-centre arrive toujours en tête avec 21.3% »
Source : Université de Montréal
 
« Au Canada, c’est le Québec qui affiche les taux de divorce les plus élevés tandis que les provinces Maritimes, la Saskatchewan et l’Alberta ont les plus faibles »
Source : Pr. Anne Marie Ambert, Institut Vanier de la Famille (2005)
 
« Les québécois sont très déconnectés du reste du Canada »
Source : Gouverneure Générale du Canada (Septembre 2006)
 
« La monoparentalité est un phénomène très répandu à Montréal. Le tiers des familles ayant des enfants est constitué d’un seul parent »
Source : Robert Choinière & Danièle Dorval, Direction de santé publique de Montréal (13 octobre 2003)

« La détresse sociale existe toujours et les difficultés persistent »
Source : Jean-Marc Potvin, directeur du Centre Jeunesse de Montréal (Juin 2007)

 

6. Fiscalité

Selon Immigration Québec :

"La fiscalité du Québec est axée sur un taux d’imposition des profits parmi les plus avantageux en Amérique du Nord. Ce taux d’imposition peu élevé, combiné à certaines mesures fiscales favorables aux nouvelles entreprises et aux investissements, rendent le régime québécois des plus compétitifs" (cliquez ici)

La réalité :


« Le contribuable québécois est le plus taxé en Amérique du nord »
Source : Valentin Petkantchin, directeur de la recherche à l’Institut Économique de Montréal. (juin 2006)
 
« Nous sommes le territoire le plus lourdement taxé d’Amérique du Nord »
Source : Jean-Luc Migué, président du Conseil scientifique de l’Institut Economique de Montréal (19 Février 2000)
 
« Le fardeau fiscal des Québécois est le plus élevé en Amérique du Nord »
Source : Monique Jérôme-Forget, présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale (31 janvier 2004)
 
« Le Québec n’a pas les moyens de réduire le fardeau fiscal des contribuables »
Source : Dr Gaétan Barrette, président de la Fédération des Médecins Spécialistes du Québec (24 mai 2007)
 
« Les automobilistes du Québec sont surtaxés »
Source : Robert Gagné, professeur à HEC Montréal


Le mot de la fin...
 
Les lignes ci-dessus démontrent bien évidement à quel point les allégations racoleuses d’Immigration Québec en vue d’attirer des immigrants sont mensongères, délirantes et pathétiques. Certes, les rêves et les idéaux en prennent un sérieux coup, mais rassurez-vous : Même les belles photos du Canada qui nous ont tous fait rêver (lacs turquoise, montagnes, forêts de séquoias, petites îles au milieu d’un fleuve) ont été prises le plus souvent dans les provinces de l’ouest (Alberta et Colombie Britannique). Le titre de « Belle Province » n’est qu’un slogan commercial dont s’est affublé le Québec pour attirer le chaland et ses devises. Pathétique une fois de plus... La vraie « Belle Province » du Canada, c’est la Colombie Britannique. Que ça plaise ou non aux rabatteurs d’Immigration Québec.


Veuillez noter : Si cette page web s’adresse en particulier aux français, c’est parce que la France est le territoire de chasse privilégié des missionnaires d’Immigration Québec. Si vous êtes un candidat à l’immigration originaire d’un autre pays francophone (Maghreb ou Afrique Noire par exemple), ne vous faites surtout pas d’illusions : C’est exactement le même sort qui vous attend.
A bon entendeur...

Réalisé par un collectif d’immigrants représenté par Mme Mireille Maresquier

Il faut en parler et alerter les medias français sur le sujet…


Moyenne des avis sur cet article :  3.28/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • guad 31 mars 2009 14:43

    Bonjour,

    Article tres orrienté contre le Québec et sa politique d’immigration. Toutefois, je pense qu’il ne faut pas généraliser et faire peur aux personnes qui souhaitent ou qui sont en cours d’immigration. Certe le Québec n’est pas l’El Dorado mais ce n’est pas l’enfer.

    Mon expérience du Québec est tout de même beaucoup plus positive. cela fait plus de 4 ans que je suis au Québec avec ma femme. Nous avons tout les deux un boulots qui nous plait et nous avons reussit à nous installer dans une ville moyenne non loin de Montréal (donc pas les inconvénients de la grande ville, ni les inconvénient d’un coin perdu). Ceci est selon moi la base d’une immigration réussi, à savoir un environnement professionnel et de vie qui nous conviennent.

    Ensuite les liens avec les gens sur place, certes il y a une différence culturelle, le matérialisme est une réalité (C’est l’amérique du Nord) mais c’est comme partout il faut un certain temps avant de se créer un cercle d’amis ayant sensiblement les mêmes vocations.(pour notre part je parle du respect de l’environnement, la non consommation à outrance,...) mais on y arrive.

    Pour conclure, il faut comprendre que chaques immigrations est unique, tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on part, il ne faut pas se faire trop d’illusions et croire que tout est mieux que la france, sinon on tombe de haut. Ceci est vrai pour le Québec mais pour tout autres destinations.


    • bob 31 mars 2009 15:55

      bonjour,

      Oui et non, la famille partie la-bas il a deja une decennie ne peut que s’en feliciter. En depit des differentes crises economiques et du racisme quebecquois, elle a prospere malgre une absence totale de liens affectifs initiaux. Cela dit, il est tout a fait concevable que d’autres francais n’aient pas eu la meme experience et les memes opportunites.

      Concernant les diplomes, j’ emettrais un leger bemol : certaines facultes et grandes ecoles vendent un diplome denue de competence. Le seul fait de corrompre un ou plusieurs professeurs est alors suffisant pour obtenir tout ou partie de ce diplome. Vous comprendrez que le Canada en general et notemment la belle province se mefie de ce type de pratique dans un pays qui possede des traditions differentes des siennes. Ne vous inquietez pas, l’Asie du nord ( Chine, Coree du sud, Japon) pratique la meme politique.


      • Cris 31 mars 2009 18:31

        Article très intéressant qui décrit fidèlement la situation au Québec et plus particulièrement celle des immigrants et leurs difficultés de trouver un emploi, dernière statistique 30 % de chomage chez les maghrébins (4 fois plus que la moyenne) qui sont 3 fois plus diplomés que les Québecois (source radio-Canada), il est temps que le gens commencent à dénoncer cette discrimination et soyons nombreux.


      • Yaka Yaka 31 mars 2009 20:09

        - Les Quebecquois sont assez protecteurs, donc les immigrés auront toujours plus de mal a trouver du boulot, mais admettons que c’est pareil dans pratiquement tous les pays.


        - Les Canadiens comme les américains et comme les anglais attachent beaucoup moins d’importance au diplome que nous, et prenne beaucoup en compte les boulots d’étudiants. Or les francais (les magrebins je sais pas) travaillent beaucoup moins pendant leurs études que les Canadiens.


      • andré 31 mars 2009 20:26

        Merci Léon de souligner le contribution plus qu’estimable de Pierre Chantelois aux débats qui nous intŕessent tous de part et d’autre de l’Atlantique. Pierre Chantelois, si je ne m’abuse, est originaire de la Belgique. Il est l’un des nombreux exemples de personnes de qualités qui ont pu s’intégrer à la société québécoise. Je doute que monsieur Chantelois commente cet article. La charge est ellement hargneuse qu’elle n’invite pas à l’échange. Il serait bien par contre que des français comme vous nous fassent savoir ce qu’ils pensent d’une charge pareille ? Y voyez-vous de la demesure ? Est-ce que vous seriez montés aux barricades si dans "Une année en Provence" Peter Mayle avait écrit sur la France 1% des vilaineries qui sont colportées sur le Québec dans l’article de Mireille ?

        Quand un Québécois attaque bassement la France ( il y a aussi des hargneux aux Québec), il me rencontre sur son chemin. Les québécois sont comme les français. Ce n’est pas le paradis ici, ni chez-vous. Nous avons des problèmes. Vous en avez. Ici, dans un article, composé à plus de 60% de copié-collé à partir d’un livre hargneux, écrit il y a quelques années on dépeint le Québec comme étant l’enfer et les québécois comme des archi-nuls. Devant ce constat, pourriez-vous faire un peu plus que de demander aux québécois de réagir. Pierre Chantelois ne réagira pas. Mais vous qui avez lu l’article, pouvez-vous réagir ? Vous n’avez pas à refuter les chiffres. Que pensez-vous de la charge ? Je pose la même question aux autres français qui ont lu cet article ? Seriez-vous fiers de faire lire cet article à un ami québécois ? Qu’en pensez-vous ?


      • Gwenolito 31 mars 2009 22:50

        Cher André, je m’y colle, certainement maladroitement.
        Cet article est tout simplement idiot, et ne peut que contribuer à la guerre des peuples, chose que je répugne au plus haut point.
        Je suis français vivant en France, avec pour meilleur ami, un québécois vivant au Québec. Je ne lui ferai même pas part de ce torchon pathétique qui ne représente qu’un véhicule absurde de haine.
        Pourtant je suis d’accord : effectivement, le Québec n’est pas le paradis. Incroyable non ? Tout comme la France et environ 100% des autres pays de cette planète... Les Etats-Unis, l’Australie dites-vous ? Je pourrai écrire une liste de griefs toute aussi longue, ainsi que pour la France, et même la Bretagne que j’adore.
        Les québécois ? Comme partout, la même quantité de connards, d’imbéciles, qu’ailleurs (une bonne constante universelle). La culture ne vous plait pas ? Allez ailleurs, personnellement j’ai trouvé l’endroit où j’aime vivre, le tout c’est de savoir apprécier les autres, de s’ouvrir.
        Mon ami québécois résume finalement très bien (pour moi) la situation : "le Québec, c’est un peu de la France, de l’Angleterre et des Etats-Unis, et parfois on prend le meilleur des trois, et d’autres fois... le moins bon !". Ce qui ne signifie nullement qu’il n’y a pas une "âme québécoise" en plus de tout cela.
        Dernier point : dans bien des cas, des jeunes diplômés FRANCAIS vont au Québec tout simplement parce que la France n’a pas été capable de leur fournir du travail...
        Allez, si ça ne vous plait pas, prenez l’avion, on ne vous en voudra pas, ni d’un bord, ni de l’autre.
        Bises


      • andré 1er avril 2009 02:26

        Merci Gwenolito,
        C’est bon de vous lire. Je suis allé à la rencontre des français à plusieurs reprises et pendant de longs séjours. J’aime profondément la France parce que partout j’ai partagé avec des gens comme Mac, Angst, Lisa Melia, Montagnais et les autres qui s’expriment amicalement ici. J’aime la France parce que vous êtes des millions de français chaleureux, affables, pleins de bonne volonté. J’aime aussi que les français aiment les québécois. Cela n’a rien d’étrange. Je sais par expérience que nous nous enrichissons mutuellement. Merci encore Gwenolito.


      • bob 1er avril 2009 12:46

        Les maghrebins trois fois plus diplomes que les canadiens ???
        Vos sources s’il vous plait


      • Yaka Yaka 31 mars 2009 17:59

        Un article à peine orienté, avec un auteur un brin subjectif dans ses propos.

        Je n’ai pas tout lu mais il y a quelques précisions à apporter :


        - Les taux de suicides et de depression sont incroyablement élevés parce qu’ils prennent en compte les reserves indiennes du Quebec, que l’on paie à ne rien faire. L’Etat de ces reserves est une vraie catastrophe : drogue, alcool, suicide ...
        Sans ces reserves, le Quebec aurait un taux de suicide dans la moyenne.


        - Il est vrai que Montréal n’est pas une super belle ville, mais les paysages du Quebec sont magnifiques.


        - Je ne connais pas les détails pour l’éducation, mais ici 50% des gens et surtout les jeunes sont bilingues. On devrait s’en inspirer un peu pour nos cher pays.


        - Attention quand les gens s’estiment surtaxés ici, ils ne comparent pas avec les champions du monde francais ! mais plutot avec les USA.
        Pour les automobilistes l’essence est quand même à 80 cents canadiens, soit 50 centimes d’euros le litre ...

        « Près de la moitié de la population montréalaise âgée de 20 ans et plus n’a pas atteint le niveau collégial (...) dans le sud et l’est de la région, on retrouve des territoires où plus de 60 % de la population n’a pas suivi d’études collégiales »


        Il faut préciser que leur collège est après notre BAC (c’est 2 ou 3 ans avant l’université)


        • Binabik 1er avril 2009 17:05

          Faux. (formation)

          Tout depend quel critere est utilise.
          Le college au quebec c’est entre 16 et 18ans (2ans de foramtion) et donnant acce a l’universite.

          En gros Ecole secondaire (Qc)= 5ans (college francais + secondre general)
          College (Qc) = 1ere terminale (avec specialisation, science, lettre, medical, etc...)

          Il ne faut pas confondre le "college" quebecois avec les colleges US ou Canada (hors quebec) qui eux correspondent plutot a nos IUT (francais).




        • Yaka Yaka 1er avril 2009 20:50

          Je voulais dire à la base que le collège Quebecquois n’est pas le collège francais.

          Pour être précis et clore le débat :

          Les études primaires durent 6 ans (contre 5 en France)
          Le cycle secondaire dure 5 ans (contre 7 en France)

          Après vient leur collège qui dure 2 ou 3 ans, ils rentrent donc au collège quand nous rentrons en terminale.

          Pour un schéma clair : http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_d%27%C3%A9ducation_qu%C3%A9b%C3%A9cois#.C3.89ducation_secondaire


        • andré 31 mars 2009 18:58

          La charge est tellement lourde qu’elle en devient risible. Une charge semblable ne peut venir que de quelqu’un qui ne voit que le noir sur un dalmatien. L’auteur écrit un article long comme ça pour dire sa haine du Québec. Pourrait-elle en écrire un aussi long sur ses raisons de vouloir quitter la France. La France est un beau pays. Je connais la France et j’aime. Je vis au Québec et j’aime aussi. Vous étiez malheureuse en France. Vous n’avez pas été plus heureuse au Québec. Le problème ne vient pas de la France. Il ne vient pas du Québec, non plus. Il suffit de vous lire pour comprendre que le problème, ma chère Mireille, c’est vous. Vous ne serez pas plus heureuse en Australie ou en Suisse. Avec votre dalmatien tout noir vous serez malheureuse partout

          J’ai cru comprendre en vous lisant que vous aviez fait un séjour au Québec et que vous étiez de retour en France. Je souhaite que ce retour en France vous comble de bonheur. Personnellement, quand je vis en France, j’aime le pays, j’aime les gens qui ont construit ce pays et qui continuent de le faire. Je respecte les différences. Je m’en enrichies. Quand je suis en France, je ne fuis pas le Québec. Je suis bien où je suis. Je suis responsable de mon bonheur et de mon malheur. Jamais il ne me viendrait à l’esprit de reprocher à 63 millions de français ou à 7 milliions de québécois d’être responsable de ma mauvaise humeur. Je fais partie des centaines de milliers de québecois qui considèrent que la France est un pays merveilleux et que les français sont des gens adorables. Je m’explique mal que vous n’ayez pas rencontré quelqu’un comme moi lors de votre séjour chez-nous. 


          • andré 1er avril 2009 02:24

            Merci Gwenolito,
            C’est bon de vous lire. Je suis allé à la rencontre des français à plusieurs reprises et pendant de longs séjours. J’aime profondément la France parce que partout j’ai partagé avec des gens comme Mac, Angst, Lisa Melia, Montagnais et les autres qui s’expriment amicalement ici. J’aime la France parce que vous êtes des millions de français chaleureux, affables, pleins de bonne volonté. J’aime aussi que les français aiment les québécois. Cela n’a rien d’étrange. Je sais par expérience que nous nous enrichissons mutuellement. Merci encore Gwenolito.


          • TSS 31 mars 2009 19:03

            Je ne connais pas les détails pour l’éducation, mais ici 50% des gens et surtout les jeunes sont bilingues. On devrait s’en inspirer un peu pour nos cher pays.

            combien de canadiens coté pacifique sont bilingues ?

            en Angleterre combien sont bilingues ?

            pourquoi seraient ce toujours les francophones qui devraient faire l’effort ?

            Il faut préciser que leur collège est après notre BAC (c’est 2 ou 3 ans avant l’université)

            donc c’est comme en France 3ans(seconde,première,terminale)donc leurs collèges c’est niveau 3ème... !


            • guad 31 mars 2009 19:11

              Non, il s’est mal exprimé,

              Au québec le college ou plus précisement le DEC (Diplome d’étude Collégial) est a peu est l’équivalent d’un BTS ou DUT (2 ans apres le Baccalaureat).

              Au niveau des équivalence, théoriquement, un étudiant français ayant attient le niveau de premiere pourrait entrer dans un college pour faire unDEC au Québec, mais comme le BTS dure 2 ans et le DEC dure 3 ans, en fin de compte ca revient au même.


            • E-fred E-fred 31 mars 2009 19:31

              Malgré cet article, je reste convaincu que le Québec est une superbe destination.
              Effectivement j’ai été un peu mal à l’aise avec la gueguerre anglais-québecquois, mais bon, chez nous aussi on a nos gueguerres liées à l’histoire de nos régions.

              Il y a vingt ans, on me disait "Vous êtes Français de France ? " et c’était le plus beau des passeports...

              Que c’est-il passé ?


              • del Toro del Toro 31 mars 2009 19:36

                Bonjour,

                Expérience et idées partiellement partagées par de nombreux candidats à l’émigration au Canada, que cela soit de France ou d’Afrique du Nord.

                Cela dit, sur le plan de l’argumentation, il y a des choses qui clochent. Cela va des "taxes" aux "jeunes qui ont déjà pensé à se suicider". Aucun pays ne peut vous promettre le contraire, d’autant plus que les politiques sociales ont un coup, surtout face à un modèle menacé par le voisin étatsunien.

                C’est un peu comme si je devais dire à tout le monde : ne venez pas en Espagne, la droite religieuse est encore présente et les jeunes boivent et vomissent comme des veaux à chaque botellón.

                Je redonne ce lien indispensable quand on veut parler de dysfonctionnements et d’inégalités selon les variables les plus connues : l’observatoire de inégalité. Un outil tout simplement indispensable.



                • c.d.g. 31 mars 2009 19:43

                  j e suis alle au quebec pour des raisons professionnelles.
                  J en ai garde un bon souvenir.

                  - les quebecois sont beaucoup plus aimable que les francais (et je parle pas de nos fournisseurs qui pourvaient etre interessé). En venant de paris, c est quand meme agreable

                  - pour les taxes, il faut comparer le cout/service rendu. C est peut etre critiquable la bas, mais est ce mieux en France ???

                  - la ville ou j etais (victoriaville) m a pas paru sale. Monreal, je n ai fait qu y passer -> pas d opinion

                  - c est la guerre des sexes comme aux USA. divorcer coute une fortune au mari. L ideal si on est un homme, c est d etre homo. smiley

                  quand au toux de chomage et de pauvrete, c est aussi a comparer avec ce qu il y a en France
                  Je connais des gens qu se sont expatries au quebec, ils ne le regrettent pas

                  bref article un peu excessif mais qui peu aider certians a eviter de rever. les rues ne sont pas paves d or.

                  PS : vous coryez qu en france les diplomes canadiens sont reconnu ??


                  • mac 31 mars 2009 20:13

                     Article quand même super orienté qui émane peut-être de quelqu’un revenu la q...e entre les jambes de là-bas ?
                    Certes le Québec n’est pas un Eldorado mais où en trouve-t-on en 2009 ?

                    Franchement les reproches que vous faites au Québéc par québécois interposé : Chômage, suicides, surconsommation d’antidépresseurs et inculture crasse des élèves, vous pourriez sans problème les faire à la France de 2009.

                    Même notre système de santé qui avait une longueur d’avance est en train de perdre de sa superbe.

                     

                    Personnellement, j’ai vécu toute mon adolescence et le début de ma vie d’adulte au Québec et je serais de nouveau tout à fait près à y retourner, même si je suis fançais d’origine.

                     

                    Quant à dire que le Québec c’est moche, il fallait oser ! C’est à se demander si la personne qui écrit ce texte y a déjà mis les pieds ?

                    Visitez la région de Toronto (sans relief, industrielle et banlieue énorme) et celle de Montréal à moins d’une heure des Laurentides et de ses Parcs naturels et vous verrez la différence !
                    Montréal est une ville plutôt dynamique sur le plan culturel (on ne peut pas en dire autant de certaines de nos grandes villes de province !) et en pointe dans des secteurs comme l’informatique et les biotechnologies mais certes pour réussir là bas il faut aussi peut-être avoir un minimum de qualités...


                    • Lisa Melia 31 mars 2009 20:43

                      J’ai trouvé ce texte exagéré. Je ne suis pas au Québec depuis assez longtemps pour pouvoir affirmer que la vie y est belle tout le temps et pour toujours, mais pour l’instant j’en suis ravie. Le problème n’est pas le fait que le Québec ne soit pas aussi bien que ce que les gens s’imaginent, c’est plutôt le fait qu’il y aient des personnes qui croient qu’un Eldorado (que ce soit le Québec, les Etats-Unis ou l’Australie) existe quelque part.

                      Au lieu de simplement lancer des chiffres et des citations par dizaine (d’autant plus qu’on peut faire dire beaucoup de choses à une citation sortie de son contexte), un parallèle avec la France aurait été intéressant. Vous nous donnez des données en veux-tu en voilà comme si c’était sensé être clair. Tous ces chiffres me parleraient davantage si je savais ce que la France fait en la matière.

                      Concernant le "racisme" des québécois... bizarrement je ne l’ai pas encore expérimenté ! Tous les québécois que j’ai rencontré jusqu’à présent étaient accueillants et m’offraient volontier leur aide, malgré mon statut de "maudite française". Il faudrait d’ailleurs balayer devant sa porte avant de critiquer ce qu’il se passe chez les autres. Les français sont loin de pouvoir donner des leçons en matière d’intégration et d’immigration (l’insee vous founira les chiffres des discriminations à l’emploi, pour obtenir un logement, et dans la vie courante en générale, selon que l’on est français ou immigré). Je ne pense pas qu’un seul pays au monde soit exempt d’une partie de la population qui n’aime pas les étranger. Et peut-être que je m’avance un peu (beaucoup ?), mais le Québec n’a pas son Jean-Marie Le Pen qui est arrivé au second tour de l’élection présidentielle.
                      Que les québécois soient fatigués de la condescendance française, je peux parfaitement le comprendre, surtout quand je lis un texte comme celui-ci. "incultes, superficiels et ultra-matérialistes" ?!? Mais pour qui vous prenez-vous ? Ces qualificatifs ne s’appliquent à aucuns français peut-être ? Il n’y a rien de plus "superficiels" il me semble que de réduire une population de plus de 7 millions de personnes à une masse inculte et superficielle.

                      Je peux comprendre que la vie au Québec soit loin du Nirvana, qu’elle soit décevante pour ceux qui s’attendait à mieux (mais en ce qui concerne la publicité que fait l’immigration québécoise, je ne vois pas où est le scandale, je ne pense pas que les français présentent leur pays négativement quand ils veulent en faire la promotion...), mais l’agressivité qui émane de ce texte me semble déplacée, et c’est occulter tous les aspects positifs de la vie au Québec.


                      • chiktaba 31 mars 2009 20:54

                        Oulaaa.Que de rancoeurs !
                        Si vous avez cru les recruteurs, en vous disant que tout il est beau tout il est gentil au Quebec, ma foi vous etes bien naive. Bien sur le Quebec, n est pas un endroit parfait (ou est ce qu il y en a ?). Les problemes sont differents de ceux de la France.
                        Je suis tout autant amoureux du Quebec que de la France, mais pour des raisons differentes. A chacun son experience.


                        • Angst 31 mars 2009 22:07

                          "Si vous êtes un candidat à l’immigration originaire d’un autre pays francophone (Maghreb ou Afrique Noire par exemple), ne vous faites surtout pas d’illusions : C’est exactement le même sort qui vous attend".
                          En disant ça Mireille, vous restez tout de même, assez loin de la réalité de tous les jours.
                          L’immigrant français possède par rapport aux autres francophones, un certain nombre d’avantages :

                          - Il est blanc, celà lui permet de passer plus facilement "inaperçu" avec les gens qu’il croise. Ce qui facilite une certaine intégration sociale.

                          - Il porte le plus souvent un nom qui inspire "confiance". Ce qui représente un avantage certain, lors des recherches d’emploi entre autres.

                          - Il a de menus avantages administratifs que lui confère sa qualité de ressortissant français comme par exemple : le permis de conduire qu’il n’est pas tenu de repasser d’où un certain gain de temps et d’argent. -Le plus important restant le système d’équivalence des diplômes qui permet toujours à un français de se retrouver ou en tous cas d’espérer, alors que les autres immigrants que vous citez doivent définitivement tirer une trait sur leurs diplômes. Il se trouve que ces immigrants là possèdent le plus souvent ,des diplômes authentiques et véridiques (contrairement à ce qu’en pense Bob), d’un niveau supérieur par rapport à la majorité de la population québécoise immigrante ou "pure laine".
                          Imaginez donc un seul instant, les difficultés auxquelles aura à faire face un cardiologue ou un Docteur en droit qui est noir ou basané, qui s’appelle Ahmadou ou Abdelfatah et qui vient du Benin ou d’Algerie. Avec un peu de chance il va finir livreur de pizza ou chauffeur de taxi et c’est vraiment pas évident par ces temps de "crise économique".

                          Mais en quoi le Québec est responsable de tous ça ?
                          C’est vrai que cela pourrait aller nettement mieux, que des efforts pourraient être faits dans l’accueil et l’intégration "professionnelle" des immigrants. Mais, finalement, le Québec ne fait que répondre à la loi de l’offre et de la demande.
                          Humiliés et chassés par leurs pays d’origine, refusés par leur modèle "européen", ils sont "acceptés" par le Québec aprés avoir été triés et sélectionnés pour leur francophonie, leur situation financière, leurs diplômes et leur fertilité.
                          La francophonie est le signe d’une certaine intégration culturelle et donc d’une facile assimilation future, la situation financière est un "plus" qu’on ne néglige jamais et les diplômes témoignent d’un niveau supérieur d’éducation. Quant à la "fertilité", il s’agit sans doute du facteur essentiel de tout ce processus. Tout se passe comme si : on va choisir au plus possible, des gens éduqués, aisés et francophones que l’on va ensuite sacrifier. Le but étant de faire de leurs enfants de "vrais" futurs québécois qui viendront pallier au vieillissement de la population générale.
                          Est-ce-que ça marche ?
                          En matière de scolarité, les statistiques sont favorables puisque, il semble que les enfants d’émigrants obtiendraient de meilleurs résultats scolaires et moins de décrochage que le reste de la population selon "statistique canada". Y a t’ il meilleur gage d’intégration et d’assimilation que celui-là ?


                          • julienmellier 22 septembre 2013 17:11

                            Bonjour , je suis un français de 17 an et je projette aller au Québec après avoir travaillé 5 ans dans une entreprise avec une bac + bts électrotechnique ( ce diplôme fait partie de ARM donc est valide au Québec). Faut t’il que je me fasse du souci a propos d’y immigrer ?


                          • herve33 31 mars 2009 22:20

                            les rancoeurs contre ce pays me paraissent vraiment trop grosse pour etre vraie , c’est plutot une opinion de mauvaise fortune .

                            En fait , il n’y a pas de mauvais pays mais des pays de culture différente et dans tout pays , on trouve des gens interessants encore faut il avoir l’esprit ouvert .

                            Le Québec , c’est d’abord l’Amérique , la seule particularité de ce pays c’est que ses habitants parlent français , pour le reste , cela s’arrête là . On retrouve donc beaucoup les qualités et les inconvénients de l’Amérique du Nord avec cependant un système social plus élaboré mais en aucun cas, équivalent à la France .

                            Donc si vous essayez de retrouver la France au Québec , vous serez complétement perdu .

                            petite note , lorsque j’ai passé mes vacances en 2005 , les fonctionnaires québecois réclamaient une augmentation de 14 % , les notres sont des petits joueurs .



                            • Montagnais Montagnais 31 mars 2009 23:03

                              La motivation de l’auteur restera un mystère pour tous les commentateurs. L’industrie de la Réclame, que ce soit pour vanter les charmes d’un pays ou les qualités d’un produit, convoque à son service des images d’Epinal, des représentations de "réalité enrichie", des clichés enjolivés. Tout le monde sait cela, sauf le collectif dont l’auteur serait la porte-parole apparemment.

                              Fort heureusement, tenter d’anéantir un pays par quelques lignes pesantes et maladroites, aussi furieuses soient-elle, est un ridicule et vain combat. Quels esprits faibles l’auteur prétend-elle convaincre ? A moins que l’objectif soit inverse : le nombre de temoignages à décharge de l’inculpé rend la chose plausible. Dans ce cas, chapeau la manipulation...

                              Le Quebec, surtout pour ceux qui y sont allés, reste à jamais la deuxième patrie des francophones de tous pays, la "Nouvelle France", pas seulement au sens de l’Histoire, mais dans la perspective d’une nécessité de quitter les parties du monde que "la crise" qui s’annonce rendra bientôt impraticables.

                              Vive la France libre ! Et lorsque nos cris époumonés ne serviront plus de rien, nous irons rejoindre nos frères québecois pour continuer la lutte au nom du Quebec libre.


                              • mike57 31 mars 2009 23:26

                                Peace Village, près de Toronto
                                Première enclave musulmane au Canada



                                Bienvenue à Peace Village, où toutes les rues mènent à la mosquée .
                                 Située à Vaughan en banlieue de Toronto, cette enclave musulmane est en pleine expansion. On y compte 260 maisons appartenant principalement à des immigrants originaires du Pakistan, de la secte Ahmadi. Les maisons cossues sont construites selon leurs préférences culturelles, avec cloisons coulissantes pour séparer les hommes et les femmes au besoin. L’école publique s’adapte. Durant le Ramadan, les enfants affaiblis souffrant de maux de tête et d’étourdissements peuvent s’allonger à l’infirmerie.

                                Même si le promoteur précise que ce développement est ouvert à tous, on peut présumer que peu de non-musulmans seront enclins à s’établir dans un milieu où l’appel à la prière résonne 5 fois par jour en langue arabe. Et où la « mosaïque canadienne » a un ton passablement monochrome.

                                À l’heure où on demande aux Québécois de calmer leurs instincts xénophobes et de faire davantage d’efforts en vue d’intégrer les immigrants, voilà que des musulmans exaltent l’auto-ségrégation. Ils veulent des sortes de réserves, des bantoustans, des enclaves où ils pourront vivre selon les préceptes de leur religion et à l’abri de la culture canadienne. Qui sont les xénophobes ici ?


                                • Jean-paul 31 mars 2009 23:52

                                  L’auteur ecrit cet article pour vomir sa haine du Quebec mais bizarrement ne repond a aucun commentaire .
                                  Le pays est superbe et les canadiens tres sympas .


                                  • frédéric lyon 1er avril 2009 00:56

                                    La charge contre le Québec est un peu lourde, mais il est exact que la province la plus active du Canada est la Colombie Britannique et la ville la plus belle est Vancouver.

                                    Mais c’est pareil aux USA, la côte Pacifique est plus attractive que la côte Atlantique.


                                    • jojolapin 1er avril 2009 02:13

                                      tres bon article,tres juste.
                                      Pour en finir avec le mythe du"cousin" super sympa....


                                      • Jean-paul 1er avril 2009 02:26

                                        @jojolapin
                                        Tres bon article ,tres juste .
                                        Ah bon !!!! Vous connaissez le Quebec ou vous etes juste content que l’on dise du mal du Quebec .


                                        • jojolapin 1er avril 2009 02:54

                                          je connais le quebec,et je connais quelques francais qui en sont revenus la queue entre les jambes.
                                          Le Quebec est un pays comme les autres avec ses bons cotes et ses mauvais cotes.
                                          Les Francais ont tendance a idealiser ce pays.Ils s’imaginent souvent que les quebecois sont des francais qui vivent en Amerique du nord alors que ce sont plutot des americains qui parlent francais.C’est important de remettre les pendules a l’heure.
                                          Pour etre tout a fait juste,les francais ont leur reputation d’arrogance qui n’est pas toujours injustifiee,pas toujours...Le monde entier connait trop les francais et pas assez les Quebecois.Il faut equilibrer les reputations de temps en temps quand meme !non ?


                                        • andré 1er avril 2009 04:04

                                          Bonjour Jojolapin,

                                          Ce que tu écis à un peu de bon sens. Il y a peut-être un mythe du cousin super-sympa ? Le québécois n’est pas un français qui vit en Amérique, dis-tu. Tu as parfaitement raison. Par contre quand tu prétends que le québécois est un américain qui parle français, tu risque fort de créer un autre mythe.

                                          Un samedi de février 2002, lors des grandes manifestations contre le déclenchement de la guerre en Irak, il y avait dans les rues de Montréal plus de 250,000 manifestants.Il faisait moins 32 degrés Celsius à Montréal. À Vancouver, il y avait 4 000 manifestants. À Vancouver, il faisait moins 5 degrés Celcius. Les québécois, des américains qui parlent français ????

                                          Souvenez-vous du dicours de Dominique de Villepin à l’ONU. Les québécois ont applaudi ce discours à 90%. Les québécois étaient-ils français pour autant ? Non. Les québécois, mon ami Jojolapin, ne sont ni des français vivant en Amérique, ni des américains qui parlent français. Les québécois sont des québécois, des québécois qui souhaitent avoir les rapports les plus harmonieux possibles avec leurs cousins français de la Bretagne, de l’Auvergne, du Pérgord, de Paris et même avec les cousins qui vivent en Australie. Bon soleil, cousin Jojolapin.


                                        • jojolapin 1er avril 2009 05:15


                                          Bonjour Andre,
                                          A vrai dire je pense que parmi de nombreux francais la reputation du Quebecois"super sympa" demeure vivace,quoiqu’ elle semble s’effriter.C’est peut-etre la vision de ces memes francais qui est tronquee,pour moi le quebecois n’est ni mieux,ni pire que n’importe qui d’autre.Mon commentaire n’est pas anti quebecois.

                                          Dire americain en parlant des quebecois n’a rien de pejoratif,c’est un fait.Les quebecois partagent le fait d’etre americain(ou plutot nord-americain) avec les etasuniens,par exemple.Ils en partagent egalement certains aspects culturels,comme la guerre des sexes il me semble.



                                          bien a toi


                                        • andré 1er avril 2009 05:44

                                          Ni mieux, ni pire, Jojolapin, tu as raison. C’est bien ainsi. Nous avons juste un lien particulier avec les français. Nous sommes les seuls en Amérique à savoir qui est Ronsard, Bourvil ou Anne Sylvestre. Quant à la guerre des sexes que nous avons en commun avec nos voisins du sud, je ne comprend pas de quoi il s’agit. La guerre des sexes ? Je ne vois pas. Tu peux m’expliquer ? 


                                        • jojolapin 1er avril 2009 07:28

                                          Jamais entendu parle ?Ce n’est certes pas une specificite nord-americaine,mais un peu de bonne foi quand meme,l’article l’evoque.

                                          http://www.armagh-qc.com/armagh_echec_reforme_scolaire.htm

                                          Peut-etre devrait-on parler de"guerre faite aux hommes" ? :

                                          http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/05/23/quebec-la-guerre-faite-aux-hommes.html

                                          Ou de"misandrie institutionalisee" ?

                                          https://nantes.indymedia.org/article/2946?print_page=true


                                          http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article214



                                          Sale temps pour les hommes au Quebec on dirait,je prefere rester au chaud.



                                        • andré 1er avril 2009 11:23

                                          - C’est ça la guerre des sexes au Québec ?

                                          - Hum ! Hum ! L´article l’évoque.

                                          - Ah, bon ! Si l’article, l’évoque, je devrais en avoir entendu parlé, moi qui vis au Québec depuis 60 ans ?

                                          - Mais monsieur cet article est sérieux.

                                          - Ah, bon !

                                          - Les références de cet article sont séreuses.

                                          - Ah, bon ! Ça m’avait échappé. 

                                          - Monsieur, un peu de lbonne foi... en l’article ! Ça ne doit pas être jojo pour les lapins du Québec !

                                          - Si c’est un Jojolapin d’Australie qui le dit, c’est sérieux.

                                          - Hé, oui, les carottes sont cuites pour toi au Québec.

                                          - Je l’ignorais. Merci de m’en avoir informer Jojolapin.

                                          - De rien ! Quand on sait, on a le devoir d’informer.

                                          - Tu es un vrai copain professionnel, Jojolapin. Merci encore.


                                        • Jean-paul 1er avril 2009 17:40

                                          @jojolapin
                                          Je suis d’accord avec vous le Quebecquois est un Nord Americain qui parle francais .Sa culture est americaine et il est proche de New York .En retraite il vit 6 mois par an en Floride (6 mois de visa ).En Floride si vous parlez francais on vous demande si vous etes canadien .


                                        • hellwood 1er avril 2009 03:11

                                          pour ma part je pense que l’auteur dénigre d’abord l’action de recruteurs peu scrupuleux comme on peut en trouver sur les campus etasuniens pour l’armée...
                                          apres, en effet, pour quelqu’un qui, comme moi, aurai envie d’emmigrer vers Quebec sans y etre jamais allé, apres la lecture d’un tel requisitoire a charge, evidemment que cela refroidit smiley
                                          c’est comme pour la guadeloupe ou j’habite depuis 13 ans, vu les evenements recents et la publicité qui en resulte, les eventuels candidats au départ y reflechissent a 2 voir 3 fois smiley

                                          bref, article a charge et orienté grave... avant d’emmigrer, on se renseigne personnellement et serieusement, en évitant les ragots et "on dit".


                                          • ASINUS 1er avril 2009 07:07

                                            au fait quel jour sommes nous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires