• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > La curieuse destinée d’un gland

La curieuse destinée d’un gland

JPEG

 

Où va-t-il pêcher tout ça ?

 

 

Il était un gland tombé innocemment sur le sol dans l'espoir d'un avenir radieux. Il confia son sort à la destinée comme c'est bien souvent le cas dans la nature. Il avait une confiance aveugle en cette grande dame, ignorant sans doute que les humains depuis toujours, aimaient à provoquer de grands troubles dans un ordre jusqu'à eux, immuables. Mais ne divulgachons point notre récit.

Le gland, pour des raisons obscures qui ne nous appartiennent pas d'élucider, attira l'attention et la convoitise d'un oiseau migrateur, un héron cendré, grand pêcheur devant l'éternel. Il survolait le Portugal, se dirigeant vers la France quand il s'aperçut qu'il ne disposait pas de son passe sanitaire. L'animal pensa qu'il pourrait contourner cet obstacle en graissant la patte d'un fonctionnaire lors d'un éventuel contrôle.

Qui avait pu mettre cette sotte idée dans sa petite tête ? Je ne peux vous éclairer à ce propos. Nos amis les oiseaux à force de nous prendre de haut, n'ont guère d'illusions sur nos petits et grands travers. Ils en paient d'ailleurs souvent le prix fort, que ce soit en se laissant prendre à l'infâme glu, dans les filets, sous les balles ou bien les crocs des chats domestiques.

Par contre le bel échassier se trompait lourdement en pensant qu'un gland lui aurait servi de monnaie d'échange. Il est de notoriété publique que les corrompus sont plus gourmands que ça. Cependant, comme le voilier malhabile et pataud, il passa sans encombre la frontière et se délesta de son gland dans une roselière située auprès d'une charmante rivière fort poissonneuse sur laquelle il jeta son dévolu.

Le gland ne fut pas mécontent de ce baptême de l'air. Il avait pris grand plaisir à voir du pays d'autant plus que bien souvent, un chêne-liège comme lui, n'est pas essence à se lancer dans la grande aventure du transport. Il prit racine entre les grands arbres à quenouille comme on appelle parfois les grandes cannes de Provence. Il comptait bien faire souche d'autant que le héron dans sa grande sagacité lui avait épargné un sous sol calcaire, parfaitement déconseillé à son espèce.

L'arbre en devenir qui avait grandi en apprenant la fable de Jean de la Fontaine, le chêne et le roseau, se persuada que là était sa chance. En s'associant avec l'un deux, il aurait un formidable tuteur pour l'élever vers les cieux tout en le préservant des tempêtes. C'est bien là le danger avec la littérature, il y a parfois des textes qui vous font prendre des vessies pour des lanternes. Nous allons le voir tout à l'heure…

Le gland germa et se lança dans sa lente et incertaine croissance. Il eut le bonheur de cohabiter avec un roseau de belle taille qui se caractérisait par une droiture remarquable. C'est ainsi qu'il consentit avec plaisir à servir de guide à ce nouveau venu. Le sens de l'hospitalité est plus fréquent chez les végétaux que parmi ceux de notre espèce bipède.

Leur collaboration fit des merveilles. Le roseau se dressait fièrement vers le ciel tandis que le jeune chêne liège grandissait cahin-caha comme le font tous ses semblables, s'accordant détours et contorsions pour aller de l'avant. Son guide le remettant souvent dans le droit chemin, en faisant ainsi un arbre très respectable.

Tous les deux, forts d'une complicité née d'une incroyable coïncidence, se voyaient vivre le reste de leur âge, sans soucis ni la moindre angoisse. Ils ignoraient que plane toujours la menace de l'exploitation humaine, les arbres étant dans le collimateur de bien des individus qui aiment à pratiquer la politique de la terre brûlée pour leur seul profit.

C'est pourtant un brave homme qui vint bouleverser l'existence de nos deux amis. Il était pêcheur et voulait s'équiper d'une canne pour tendre une ligne dans la rivière. Il jeta son dévolu sur cette perche parfaitement rectiligne qui pointait son nez dans le ciel. Il la coupa à la base, faisant fi des plaintes de cet étrange arbre biscornu qui faisait tâche dans la roselière.

L'homme se mit à dégager cette magnifique perche, légère à souhait qui allait servir à merveille son dessein halieutique. Soudain, pris d'une forte envie de se moucher et ignorant que plus tard c'est dans le coude qu'il faudrait se délester de la chose, pour attraper son joli mouchoir en tissu issu des manufactures de Cholet, il planta son couteau venu des coutelleries de Thiers dans le chêne qui se trouvait à ses côtés. Je tiens à toutes ces précisions pour vous signifier qu'à part l'arbre venu du Portugal, tous les autres acteurs de cette histoire ont vu le jour dans un pays qui était encore industrieux.

Constatant avec surprise et étonnement la facilité avec laquelle la lame s'enfonça dans l'arbre, notre personnage se pencha sur la question. Après avoir fait ce qui le préoccupait dans l'instant, emprisonnant une myriade de virus dans du coton soigneusement tissé afin qu'ils s'y tiennent à carreau, il chercha un usage pour ce bois si malléable et léger.

Poursuivant son dessein et las de mettre à l'eau des lignes de fond, il eut soudain la révélation d'une autre forme de pêche. Si au milieu de la ligne, un flotteur lui permettrait de rentrer en communication visuelle avec le poisson qu'il entendait piéger, la pêche deviendrait dans l'instant un loisir plaisant et non plus cette simple activité nourricière. Il touchait ainsi à la grâce, réalisant une avancée considérable dans la grande marche du progrès.

Le chêne voyageur fut sacrifié à l'autel de cette idée. L'homme poussa le bouchon plus loin encore en le coupant pour exploiter son invention à plus grande échelle. Le chêne et le roseau finirent en matériel de pêche, la Fontaine n'avait pas prévu cette fin tragique. Il est vrai qu'il ne s'appelait pas Rivière.

Le héron se mordit un temps les pattes d'avoir semé le gland en ce lieu. Il se trouva bien vite devant une armée d'individus jetant le bouchon dans sa rivière pour y prendre le poisson qui jusqu'alors lui servait de pitance. La concurrence fut si rude qu'il songea même reconvertir son alimentation vers les batraciens à la cuisse légère. Il en fut une fois encore pour ses frais puisque la grenouille se plut à se laisser prendre par ceux qui agitaient un chiffon rouge.

Le héron se jura, mais un peu tard, qu'il n'y avait rien à gagner à rendre service aux humains. Le roseau et le chêne quant à eux l'avaient payé de leur vie. Ce sont souvent les comparses d'une aventure qui trinquent en premier. On nomme ce phénomène du nom plaisant de dégât collatéral. Mais à force d'étendre leur pouvoir nocif sur toute la planète, les humains vont bientôt se mettre eux aussi en danger. Que cette farce leur mette un peu de plomb dans la tête, il en est grand temps.

Fabulistement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • voxa 25 janvier 12:00
    La curieuse destinée d’un gland ?

    politicien ???


    • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 13:07

      @voxa

      Un président sans doute


    • charlyposte charlyposte 25 janvier 14:29

      @C’est Nabum
      Celui qui a quatre glands ! smiley


    • Séraphin Lampion Schrek 25 janvier 15:34

      @charlyposte

      Il parait que dans les harems, les combats d’eunuques étaient sans glands.

      Peut-être qu’à l’Elysée aussi !


    • charlyposte charlyposte 25 janvier 15:43

      @Schrek
      Ya bien longtemps que nos z’élites ne savent plus ce que veut dire avoir des couilles smiley une castration naturelle, sûrement smiley


    • troletbuse troletbuse 25 janvier 15:50

      @Schrek
      Mais Jean-Michel  ?


    • troletbuse troletbuse 25 janvier 15:53

      @troletbuse
      Et au gouvernement ; c’est une véritable armée de glands, au sens figuré là.


    • troletbuse troletbuse 25 janvier 15:56

      @troletbuse
      Ils glandouillent, quoi !


    • Joséphine Joséphine 25 janvier 12:17

      En voyant le titre, j’ai cru naïvement que cet article parlait de François Hollande ! 


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 13:07

        @Joséphine

        Ils sont trop nombreux à mériter ce titre


      • Joséphine Joséphine 25 janvier 14:06

        @C’est Nabum

         smiley


      • wagos wagos 25 janvier 13:56

        N’en faisons pas non plus tout un fromage de ce gland....


        • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 14:05

          @wagos

          Ce n’est pas simple


        • charlyposte charlyposte 25 janvier 14:34

          Y parait qu’on peut macérer le gland , le mettre en pot et le déguster comme un bonbon ou un amuse gueule smiley ceci n’est pas une plaisanterie mais une glanterie... hum, non, une gâterie smiley



          • juluch juluch 25 janvier 15:26

            Je me suis demandé un court instant de quel gland vous contiez nous conter...... smiley


            • Xenozoid Xenozoid 25 janvier 16:02

              @juluch

              tout ça dépend,de la taille du boullier... smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 16:21

              @juluch

              Il faut semer le trouble



              • voxa 25 janvier 16:53

                @C’est Nabum

                C’est encore mieux quand c’est bien dit...
                y plus qu’a fermer les yeux...


              • charlyposte charlyposte 25 janvier 17:07

                @C’est Nabum
                Tu nous fais rêver... smiley


              • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 17:53

                @voxa

                Merci


              • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 17:53

                @charlyposte

                Je fais ce que je peux


              • The White Rabbit The White Rabbit 25 janvier 18:40

                Les glands du vivarais sont parait-il les meilleurs pour les cochons !?  smiley


                • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 21:07

                  @The White Rabbit

                  Envoyez les au gouvernement


                • xana 25 janvier 18:45

                  Moi je trouve vos petites fables très poétiques. Simples, sans prétention, mais fraîches et joyeuses.

                  Reposantes.

                  merci C’est Nabum !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 21:08

                    @xana

                    C’est très gentil

                    Je suis moi-même un peu simplet


                  • mosel 25 janvier 18:52

                    nous en avons un beau specimen de gland rue du faubourg saint -honoré que meme les cochons n’en veulent pas


                    • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 21:09

                      @mosel

                      S’ils ont très faim ils n’en feront qu’une bouchée


                    • chat maigre chat maigre 25 janvier 21:00

                      aujourd’hui c’est un peu fête smiley

                      on a un très bon article sur les cons,

                      un superbe article sur les glands,

                      il ne manque que l’article sur les cornichons et la boucle sera bouclée  smiley

                      merci Nabum, pour l’amateur de pêche que je suis, c’est une histoire merveilleuse.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 25 janvier 21:10

                        @chat maigre

                        Excellente idée, je vais mettre les cornichons aux vinaigre


                      • Battre la campagne avant qu’il ne soit trop tard. La quenouille à QUENEAU : 

                        A cheval sur ses branches

                        le peuplier dit au roseau

                        au lieu de remuer les hanches

                        venez faire la course au trot

                         

                        le peuplier caracole

                        il fait des bonds de géant

                        c’est tout juste s’il ne s’envole

                        pas ; le roseau, lui, attend

                         

                        l’arbre se casse la gueule

                        expire chez le menuisier

                        et servira de cercueil

                        à quelque déshérité

                         

                        amère amère victoire

                        le roseau qui n’a pas bougé

                        ne retirera nulle gloire

                        de s’être immobilisé


                        • C'est Nabum C’est Nabum 26 janvier 14:04

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                          La concurrence est rude
                          je ne peux rivaliser


                        • xana 26 janvier 18:35

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                          Bravo Mélusine, je ne savais pas que vous pouviez apprécier la poésie.
                          Je suis heureux de faire amende honorable et de vous découvrir un peu mieux.
                          J’aime bien C’est Nabum. Il prétend être un peu simplet, mais c’est surtout un modeste. Et ca me fait laisir que vous l’appréciez aussi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité