• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > [SSAFT Film Production Proudly Presents] Lune Promise, Lune (...)

[SSAFT Film Production Proudly Presents] Lune Promise, Lune due

D’office, je l’annonce, cette photo n’est pas de moi…

C’est l’œuvre de Steve Kelley.

 

Lune promise, lune due comme dit le titre. J’ai préparé un petit teaser aux usagers de Facebook, en leur faisant miroiter un photo-reportage de mon propre cru. En effet, le 21 décembre 2010, a eu lieu une éclipse lunaire (fait pas trop rare), au moment du solstice d’hiver (et donc de la nuit la plus longue de l’année, coïncidence plutôt rare vu que la dernière a eu lieu en 1638 et que la prochaine aura lieu en 2094). Evènement astronomique à ne pas rater, conditions météorologiques idéales (enfin par idéales, je veux juste dire pas de nuages prévus…) et premiers essais concluants pour la prise de clichés de lune avec mon nouveau matériel, il ne m’en fallait pas plus pour me décider à braver le froid et la fatigue et vous offrir ce compte-rendu de mes merveilleuses aventures :

Carnet de bord du Capitaine Taupo, Coordonnées espace-temps (40.759166,-73.95239-21/12/2010-00.30AM-EST ou chez moi minuit trente pour les intimes…)

Un bref coup d’œil à l’horloge me permet d’estimer le temps qu’il me reste avant de lancer l’opération Eclipse-Solstice : une heure. Le moral est au beau fixe. Le matériel est prêt : Caméra Canon EOS 550D et son objectif EF-S 55-250mm, batterie plus ou moins pleine, carte SD (dans l’appareil, c’est plus pratique), gros manteau d’amiral sibérien et gants de ski : check !

Officiellement, cela fait déjà une minute que l’éclipse lunaire a démarré, mais au final, la lune n’a fait que rentrer dans la pénombre de la terre. La terre, en effet, projette un cône d’ombre composé de deux parties : un cône interne très sombre appelé l’umbra qui est entouré par une zone plus claire appelée penumbra.

 

339px-Lunar_eclipse-fr.svg

 

Du coup, lorsque la lune entre dans la penumbra, on ne peut pas percevoir la différence à l’œil nu. Il faut attendre encore 45 bonnes minutes avant qu’un effet notable soit perceptible.

Au loin, une lumière s’éteint près du lit… Cela signifie que j’ai perdu une camarade d’expédition, certainement vaincue par la fatigue et la perspective d’aller se peler les miches sur le toit pendant deux heures.

Le moral est un poil moins au beau fixe.

 

01.25 AM-EST

Il est temps d’aller sur le toit de mon immeuble pour affronter le froid… à pas de loup pour ne pas réveiller la belle endormie. Arrivé sur les lieux, un vent glacial m’accueille, ainsi qu’un autre photographe astronome amateur qui prépare son matériel. On échange les présentations de rigueurs entre membres de la même fratrie :

_ Ha ha !

_ Ho ho !

_ (bruit d’un trépied qu’on défait)

_ (silence gêné car je n’ai pas encore acheté de trépied… je tripatouille mon gros objectif pour compenser).

Les obligations sociales ayant été remplies, il est temps de tourner la tête vers la star (enfin façon de parler) de la soirée.

 

01.36 AM-EST

Première photo réussie :

Débute de l'éclipse lunaire

Je continue sur ma lancée, et mitraille à tout va. Vu que je n’ai pas de trépied, je m’appuie sur un pylône pour stabiliser mon appareil. J’imagine que de loin je dois ressembler à un photographe bourré…

 

01.47 AM-EST

Première retraite dans la cage d’escalier pour se réchauffer. Etant donné que je n’arrive pas à prendre mes photos avec mes gants de skis (idée à la con encore…), je dois les enlever toute les trente secondes pour changer les réglages de mon appareil. De fait, je ne sens plus mes doigts et décide d’aller me réchauffer une minute avant de prolonger la séance photo. Il n’y a pas un pet’ de nuages, et pour cause, un vent glacial chasse tout ce qui bouge dans le ciel, et sur les toits des immeubles…

Mon confrère me suit. On a une discussion de professionnels :

_ It’s cold out there.

_ Yes so cold !

_ (bruits des deux photographes qui bidouillent nerveusement leur appareil pour admirer leurs derniers clichés)

 

02.09 AM-EST

 

Eclipse lunaire, 2.09 am

Je m’aperçois avec horreur que cela fait plus d’une demi heure que je mitraille la lune et que pas une seule de mes photos ne montre la partie rouge qui parait dans l’ombre de la terre. C’est parce que mes réglages optimisent les détails visibles dans la partie claire de la lune. En adaptant les vitesses d’obturations, ISO et ouverture du diaphragme, je peux enfin prendre un cliché de ce que je peux voir de mes propres yeux (à travers mes larmes gelées).

Eclipse lunaire, cuivrée

Qu’est-ce qui fait que la lune prend cette apparence cuivrée d’ailleurs ?

Et bien si on se trouvait sur la lune au moment de l’éclipse, on aurait peu de peine à comprendre pourquoi. La terre serait dans le ciel, sa partie sombre nous faisant face, et au moment où elle éclipserait totalement le soleil (et oui, sur la lune, c’est une éclipse de soleil !), un incroyable halo rouge-orangé apparaitrait à sa périphérie : il s’agit de la lumière de tous les levers et couchers du soleil qui ont lieu sur terre à ce moment précis. C’est cette lumière qui contamine et teinte l’ombre de la terre portée sur la lune et transforme notre satellite en orbe rouge ! Et si vous voulez savoir pourquoi le ciel est rouge au lever/coucher de soleil, allez faire un tour sur Pourquoi le ciel est bleu

 

2.31 AM-EST

Mon camarade semble en avoir assez pour la soirée et quitte les lieux. Il est vite remplacé par un couple de voisins chinois. Le mari vient me parler, de manière très enthousiaste, mais dans sa langue natale. Sachant à peine commander mes plats dans un restaurant de Chinatown, je reste coi et essaie péniblement de comprendre ce que ce charmant monsieur veut obtenir de moi. Au bout d’un moment je comprends qu’il veut savoir quels sont les réglages que j’utilise pour prendre mes photos. Avec fierté je lui montre mes derniers clichés en lui parlant en Français (je vois pas pourquoi je peux pas utiliser ma langue natale non plus…). Il a l’air ravi et commence à mitrailler la lune de son côté.

 

2.45 AM-EST

1 heure et 20 minutes après mon arrivée sur le toit, avec 836 clichés dans la boite, je capitule enfin et rentre dans mes quartiers. J’ai rarement eu aussi froid de ma vie et mes doigts sont complètement glacés. Je sais que je ne vais pas pouvoir rentrer direct dans mon lit sous peine de me voir tabasser à mort par ma compagne après l’avoir effleurée de mes pieds congelés. Du coup, je me regarde un petit épisode de Mythbuster avant de rentrer sous les couettes à 3h30 du matin.

Et alors au final, c’est quoi le résultat de tout ce travail ? Et bien c’est ça mes braves gens : mon premier Timelapse avec mon nouvel appareil photo et une jolie bannière :

Lune rouge

Ah ben oui, c’est petit, mais si tu cliques sur l’image, tu chopes la version moyenne, et si tu cliques ici t’auras la version Megalodon

 

Bon, je suis assez content du résultat, même si, du fait de l’absence de trépied, mon timelapse est assez bordélique. J’ai dû sélectionner 33 images parmi 800, les aligner à l’œil et ajuster le contraste pour certaines… deux nuits…

Bon et maintenant, ça ressemble à quoi des véritables photos du phénomène par des astronomes ou photographes professionnels ?

Allez on commence par un véritable timelapse réalisé par William Castleman.

Et beh oui, tout de suite, avec le matos et l’expérience, ça en jette. Maintenant on passe à la gamme largement supérieure avec cette sublime, strange et supra funky photo de Francis Anderson :

Eclipse lunaire dans le cercle arctique, Francis Anderson

Cette photo a été pris à Tuktoyaktuk, situés dans les Territoires du Nord-Ouest, au Canada. Il s’agit d’une petite ville située à l’intérieur du Cercle Arctique ce qui explique la qualité du ciel (pas de pollution lumineuse), mais surtout la sublime Aurore Boréale qui vient d’ajouter au phénomène de l’éclipse lunaire du solstice d’hiver. L’aurore boréale est la lueur verte qui apparait lorsque des particules solaires viennent percuter notre atmosphère. Le champ magnétique de notre terre agit sur ses particules et les fait naviguer au dessus de nos tête vers les pôles. En entrant dans l’atmosphère, ces particules réagissent avec les molécules de l’air, leur arrachant des électrons ce qui créent ces lueurs.

Par contre, c’est un tout autre phénomène qui fait que des rais de lumières orangés semblent jaillir de la terre vers le ciel, comme des projecteurs dirigés vers le spectacle céleste. Il s’agit de piliers solaires, créés par les cristaux de glace qui réfléchissent la lumière du soleil couchant, ou dans le cas de la photo, les lumières de Tuktoyaktuk.

Eclipse lunaire observée depuis la navette Discovery

C’est une photo trompeuse que celle-ci parce qu’on pourrait croire qu’elle a été prise depuis l’espace, mais en fait il s’agit d’une photo prise près de la navette Discovery… au sol, son prochain décollage étant prévu le 3 février 2011.

Tracy Caldwell Dyson a bord de la Station Spatiale internationale

Oui, oui, d’accord, cette photo n’a rien à voir avec l’éclipse lunaire, mais vu qu’on était dans le thème de l’espace, difficile de ne pas en profiter pour partager cette incroyable cliché de l’astronaute Tracy Caldwell Dyson en profonde contemplation de notre planète, depuis la coupole de la Station Spatiale Internationale. J’ai sincèrement cru au début qu’il s’agissait d’un extrait d’un film de Science Fiction (et en plus y’a un léger degré de ressemblance avec Sigourney Weaver…).

Je vais pas vous le cacher, cette séance de photo était quand même vachement intense ! Du coup, pour le prochain photo-reportage pour SSAFT, j’aimerais renouveler l’expérience de l’aquarium de Boston, et même une attaque de zombie me semble plus confortable.

 

Liens :

Article Laughingsquid

Articles Bad Astronomy (1, 2, 3)

Article Space.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Taupo

Taupo
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires