• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Une rencontre qui fait réfléchir : L’homme qui avait loupé le bus de (...)

Une rencontre qui fait réfléchir : L’homme qui avait loupé le bus de la sénilité

Je m'apprête à manger au soleil pour ma pause déjeuner, bercée par les voix des clients aux terrasses, quand je vois arriver vers moi un senior, marchant certes avec un bâton de marche mais d'un pas alerte malgré la pente. Il commence à m'exprimer sa légère déception : son bus n'est pas passé ! Je lui propose alors de regarder avec lui les horaires et lui explique que son bus n'a pas eu de retard, mais passera dans une heure : il s'est simplement trompé de ligne. Commence alors un dialogue mémorable : ( je ne vous fais part que de la partie le concernant ; il m'a posé aussi plein de questions sur moi, mais c'est nettement moins intéressant)

En riant, il me dit :

- Ça y est, je l'ai faite ! Je fais une bourde par jour, aujourd'hui, c'est le bus ! Vous savez à mon, âge, on est moins attentif... J'ai 96 ans !

En entendant son âge, je suis piquée de curiosité : voir quelqu'un si vieux et en si bonne santé reste rare...Sentant que ce monsieur a une envie débordante de discuter, mon côté journalistique s'engouffre dans la brèche :

- Vous avez vraiment cet âge ?

- Mais oui ! Et vous voulez que je vous dise ? Je serais le centenaire de ce village, j'y travaille ! (Riant) Personne ne me croit quand je dis mon âge ! Quand je vais à l'aéroport, ça peut pas manquer, on regarde à deux fois mon passeport !

- Parce que vous voyagez beaucoup ?

- Une fois par an, je m'offre un cure thermale en Roumanie. On s'occupe bien de moi là-bas ! Mais, vous savez je prends soin de moi ; je vois régulièrement une esthéticienne pour mon visage et puis, je suis suivi par une dermatologue, qui me dit de ne pas m'inquiéter. Malgré mon âge, je suis en pleine forme. Je prends juste un petit traitement de... (Il cherche quelques secondes pour me sortir le nom d'un médicament à coucher dehors, tout content d'avoir retrouvé le nom...Moi qui ne retiens même pas le nom des antidouleurs et qui décrit la couleur de la boîte au pharmacien...) J'ai des taux de glycémie haut, mais le pharmacien dit que c'est normal à mon âge ! Tout est dans l'ordre ! Vous allez rire, je suis plus en forme aujourd'hui que quand j'avais 40 ans ! Oh, à l'époque, j'avais un problème d'épaule et toujours un truc qui n'allait pas. Maintenant, bon je marche avec un bâton, mais vous me verriez sur les pistes de ski...Je redeviens un jeune homme avec une agilité incroyable !

- Euh...parce que vous skiez ?

- Et comment ! Tous les matins je skie !

Il commence alors à me décrire toutes les pistes qu'il prend...Parmi les plus difficiles, à plus de 2000 m d'altitude...Tout était tellement clair et détaillé que je suis bien obligée de le croire !

- Ah, oui, bravo...(dans ma tête j'espère surtout qu'il ne me pose aucune question en retour, moi qui peine encore sur une piste bleue. Je décide donc de changer habillement de sujet...) Et pour être en si bonne forme, vous avez un mode de vie spécial ?

- Alors, moi, mon secret, c'est que je cuisine tout moi-même. Je mange peu de viande ou alors de la qualité. Beaucoup de poisson, et des légumes...Ce n'est pas bien compliqué mais devinez quoi ? J'adore ma cuisine ! Je peux d'ailleurs vous dire comment je cuisine la côte de bœuf...Oh ça me rappelle ma vie avec une de mes ex femmes, on se faisait des côtes de bœuf extraordinaires ! Elle avait un talent fou pour les faire !

- Vous vivez toujours en couple aujourd'hui ?

- J'ai été marié 3 fois. C'était bien mais au bout d'un moment, il y avait toujours quelque chose qui n'allait pas. Non, j'ai préféré largement mes relations...Oh, quel est le mot...Zut ça va me revenir...

- (je me hasardais à l'aider ) Euh...extraconjugales ?

- Non, non, pas exactement...Bref, je retrouverai (je pense qu'il voulait dire "en concubinage"). Je ne vis plus en couple, mais je ne me sens jamais seul dans mon studio, je suis heureux ! Je sors, je rends visite aux commerçants, il y a une dame qui passe m'aider pour les papiers et le ménage 2h par semaine et puis regardez, qu'est ce que je fais là ? Je parle avec vous ! Non, je ne souffre jamais de la solitude, je me sens libre au contraire !

- Vous faisiez quoi comme métier avant ?

- Oh il y a longtemps, je travaillais dans les affaires, une dizaine d'années en Afrique...(je n'arriverai pas à en savoir plus). Mais ma vraie vie à commencé à partir de la retraite : du temps libre, le forfait de ski gratuit ! Je rigole quand je vois les gamins de 60 ans trop sérieux ! Pour moi, ce sont des gosses qui ne comprennent encore rien à la vie  ! (et là j'ai réalisé que ce monsieur avait pris sa retraite il y a plus de 30 ans...)

Observant fascinée sa peau, je ne peux m'empêcher de demander :

- Mais le soleil africain et montagnard ne vous ont pas fragilisé la peau ?

- Je n'ai pas fait assez attention à ma peau étant jeune, surtout que, moi j'avais une peau grasse, alors j'ai toujours cru que cela me dispensait de crème solaire ! Je n'en ai jamais mis une goutte, j'aurais dû... Enfin, comme vous le voyez, je n'ai pas une si vilaine peau... (on lui donnait 70 ans, seules ses rides d'expression étaient marquées) et puis, moi, j'aime le soleil, je suis naturiste, donc je peux vous dire que j'en ai profité du soleil ! (J'ai retenu ma respiration pour ne pas rire devant tant de spontanéité !)

L'heure est passée très vite et je l'avertis que son bus est sur le point d'arriver. Pas pressé de repartir, il prend le temps de me serrer la main en répétant plusieurs fois mon prénom pour s'en rappeler :

- Je vous remercie de m'avoir tenu compagnie, je me souviendrai de vous et je repasserai vous voir !

Chose dite, chose faite, il repasse souvent avec la même bonne humeur, il me reconnait tout de suite et m'appelle par mon prénom.

A chaque fois que je le rencontre ou que je pense à lui, je prends un large sourire et je me dis : "Ouah ! La curiosité, une bonne hygiène de vie et la sociabilité sont les maîtres mots d'une vieillesse heureuse et nous avons tout notre temps pour y arriver ! Carpe diem !-)"

 

NB : Notre Jacques a bel et bien fêté son centième anniversaire, comme il rêvait de le faire !


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 22 juin 09:47

    Souhaitons qu’il échappe à Gates, Fauci et consort votre ancêtre ! smiley


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 22 juin 12:35

      @Clocel
      Profitons de l’expérience de nos derniers centenaires : grâce à Pfizer, nous n’en aurons bientôt plus.


    • velosolex velosolex 22 juin 22:20

      @doctorix, complotiste
      Il y eut ce centenaire Ukrainien, vétéran de la seconde guerre, qui est mort dans son appartement de Morioupol, sans avoir eu besoin de prendre du Pfizer. Un obus envoyé par Poutine a suffi. 
      Même destin pour un autre qui avait survécu à Dachau. 
      « Des néonazis ! » a dit le dictateur. 
      Certains trouvent que ces centenaires sont des bibliothèques vivantes. D’autres pensent que la vie des autres ne vaut rien, et n’hésitent pas à les pousser dans le vide, ou bombarder les abris où ils se trouvent. 
      C’est là le grand scandale. L’innonmable. La mort ordinaire, que je n’ose comparer à la roulette russe, en ces jours obscurs, n’est rien à coté. Elle est liée à l’impondérable, parfois à la farce de la vie. Comme cet homme qui échappa au naufrage du Titanic et du Lusitania, et qui mourru noyé dans sa baignoire.
      En tout cas nous l’admettons. Même si elle est terrible, et se joue de la vie d’un enfant atteint de leucémie ; Mais c’est malgré tout le sort humain, qui fait que la vie est chaque jour une chance obtenue dans un loto qu’on n’a pas même à gratter. 
      L’assassinat est une autre affaire.
      Elle ramène à la mauvaise rencontre, en groupe, pour les crimes de masse. 


    • Legestr glaz Legestr glaz 22 juin 22:52

      @velosolex

      Lorsque l’indignation est « sélective », lorsque l’indignation suit le fil des médias, on en arrive à votre commentaire, sans jamais faire de mises en perspective.

      Désolant ! Il y a eu l’Irak, la Serbie, la Lybie et au Yémen, depuis un bon moment, c’est l’horreur absolue. Mais c’est Poutine le méchant dans les scénarios des médias. Vous avez écrit « crimes de masse » ? 

      https://www.h24info.ma/monde/yemen-85-000-enfants-morts-de-faim-ou-de-maladie-selon-save-the-children/


    • velosolex velosolex 22 juin 23:22

      @Legestr glaz
      Pourquoi voudriez vous que mon indignation soit sélective. Je pleure sur toutes les boucheries sans nom, et j’ai manifesté contre la guerre du vietnam avant peut être que vous ne soyez né.
      Ainsi il faudrait se taire en raison que l’histoire passé est tragique, et que le présent devrait lui ressembler ;
      On ne peut excuser l’horreur Ukrainienne, par le fait que des gamins yeménités se font tuer. Et on ne peut dédramatiser l’horreur Yemenite par les massacres Ukrainiens. Qu’est ce que cette logique boiteuse ? 
      Il se trouve que Poutine est le dernier Néron sur la liste, et que sa présence s’inscrit même en lettres géantes, par la hauteur du forfait.
      Il y a des choses sur lesquelles on peut discuter. Il en est d’autres qui situent les hommes dans leur scélératesse, quand ils soutiennent de telles exactions, ou les relativisent. Ce qui est la même chose. 
      On m’a reproche dernièrment ici, de faire dans la « sensiblerie » quand j’évoquais les horreurs de Boudha, et d’autres scènes de crimes géantes, qui semblent pourtant bien irirter assez pour qu’on parle « de figurants » et de « mises en scène ». ce qui en dit assez sur le déni. Pourtant il semble que les preuves des crimes sans nom inquitent assez le pouvoir russe pour qu’ils tentent de les désarmocer. 
      « Un espion Russe se faisant passer pour un étudiant Brésilien... »Sa mission s’est arrêtée à l’aéroport d’Amsterdam (Pays-Bas). Sergueï Tcherkassov a été refoulé avant même d’entrer sur le territoire néerlandais. L’espion russe a été renvoyé au Brésil, dont il détient un passeport. Il s’est patiemment construit une identité brésilienne, avec un nom d’emprunt : Viktor Muller. Les experts du renseignement appellent cela « une légende ». Il venait aux Pays-Bas pour faire un stage à la Cour pénale internationale de La Haye, très certainement pour obtenir des informations sur les enquêtes pour crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine." France info


    • Adèle Coupechoux 24 juin 18:21

      @velosolex

      Non l’assassinat n’est pas une autre affaire. Bénéfice risque, ça ne veut vraiment pas vous parler. Rendre malades des bien-portants c’est la nouvelle normalité.
      Mais tout ceci est hors sujet.
      Ce billet parle de la vie. Qui nous a été interdite pendant plus de deux ans. De la vie au plein air, à plein poumon.
      Dont des dictateurs au pouvoir malsain, pervers nous ont privés.
      De liens sociaux indispensables dont ces mêmes dictateurs nous ont privés pendant plus de deux.
      Et surtout de tout les acquis qui nous sont ôtés brutalement par de véritables petites frappes à col blanc.
      Allez à la guerre au lieu de vouloir y envoyer les autres.


    • ZenZoe ZenZoe 22 juin 10:38

      Tant mieux pour lui. Mon père aurait eu le même âge que lui si un cancer malencontreux ne l’avait pas fauché avant. Pourtant il mangeait bien, faisait du sport, avait des projets et restait actif, tout comme le Jacques de l’article. Sans doute la mort de ma mère est-elle pour quelque chose dans son départ définitif peu après.

      Bien sûr que le style de vie joue un rôle, mais je ne pense pas qu’il y ait de recettes miracles et infaillibles pour vieillir jeune, il y a tellement de paramètres, d’évènements imprévus, de tempéraments différents.

      Le mieux à mon avis est de ne pas se préoccuper du temps qui passe et de faire ce qu’on a à faire sans penser à son âge. Plus facile à dire qu’à faire...


      • wagos wagos 22 juin 12:35

        Ma femme était infirmière libérale et oeuvrait dans une maison de retraite, le doyen était centenaire et en pleine forme , grand type mince, toujours en costard, fumait le cigare et dragueur en plus ...

        ancien commerçant que je supposais aisé ( le privé coûte toujours bonbon ) j’avais sympathisé avec lui ......

        ah oui il avait une copine de 93 ans, qui avait du être belle femme , encore de beaux restes, mais elle perdait la boule par contre ...

        Ben lui aussi, amateur de belles nanas depuis toujours, marié plusieurs fois et pas très fidèle, c’est ce qui l’a maintenu en pleine forme ....


        • Fergus Fergus 22 juin 16:17

          Bonjour, wagos

          Quant à moi, j’ai connu un vieux qui vendangeait encore à 94 ans dans les (modestes) vignes de mes cousins du Lembron (Puy-de-Dôme). Encore qu’il passait moins de temps à couper des grappes qu’à raconter des histoires grivoises dans l’espoir de faire rougir les filles. Lui aussi était en pleine forme. Un an plus tard, il est mort sans avoir eu le temps de souffrir.


        • Anecdote pour anercdote, on m’a cité il y a quelques temps le cas d’un octogénaire qui venait d’obtenir une ceinture noire dans un art martial et était le père d’un nouveau-né.


          • Le secret de ces gens ? Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.


            • ZenZoe ZenZoe 22 juin 14:20

              @Giordano Bruno - Non vacciné
              Ou ils ne s’embarrassent pas de considérations altruistes, on peut le voir comme ça aussi, par exemple ai-je causé de la peine à toutes les femmes que j’ai trompées, avoir un enfant à plus de 80 ans est-il un acte d’amour pour ce petit
              etc.


            • @ZenZoe
              Si je devais choisir entre :

              1. me réincarner avec un père de 80 ans ;
              2. ne pas me réincarner.

              Je ferais le second choix.


            • @Giordano Bruno - Non vacciné
              Je me suis trompé. Je voulais écrire :
              Je ferais le premier choix.


            • velosolex velosolex 22 juin 22:05

              Faut éviter de jouer au malin avec la mort, en jouant sur son harmonica « Young forever ». Jeune, je pensais un moment ne pas dépasser les 30 ans. En tout cas que je n’étais pas fait pour vieillir, avoir une maison, un métier. Je crois que c’est l’arrivée de mon fils qui m’a boosté...Le plus vieux truc du monde.

              Un jour on dépasse l’âge de la chanson de Lennon, son ’when I am sixty four", un âge que ce gars n’aura jamais atteint. On se croie alors en roue libre, peinard pour de longues années. A moins que la prostate ne vous condamne, ou Charcot, à moins que ce soit Monsieur Alzeimer, qui frappe à la porte, et qu’on ne sache plus qui on est.

              Il y a eut tous ces accidents, et ces rappels du pied de la mort pour me rappeler qu’elle est là. Je ne crois pas au bel âge des vieiillards. Car il s’accompagne de la dispartiion des autres. 


              • Legestr glaz Legestr glaz 22 juin 22:43

                @velosolex

                « ....  A moins que la prostate ne vous condamne, ou Charcot, à moins que ce soit Monsieur Alzeimer, qui frappe à la porte, et qu’on ne sache plus qui on est.… »
                Mais « rien n’est inéluctable. Les maladies ne sont pas dues au hasard. Hormis quelques cas génétiques, très rares, et des expositions malheureuses à des radiations ou des compositions chimiques, les maladies sont généralement en lien avec nos habitudes de vie délétères, sur du temps long. 
                Les maladies métaboliques ne sont pas une fatalité, les cancers pas davantage, ni les maladies dégénératives. Elles ont des causes, identifiés aujourd’hui, mais que l’on rechigne à exposer, d’une manière pédagogique, aux populations. 

                L’immuno-métabolisme nous enseigne que les voies métaboliques engagées par l’organisme sont la pierre angulaire de notre santé et de notre système immunitaire. Et ces voies sont en réalité, pour faire simple, de deux natures : l’état nourri et l’état moins nourri. Et l’organisme, et son métabolisme, et la production de cytokines inflammatoires, ou anti-inflammatoires, et la prolifération cellulaires, comme lors des cancers, ou le renforcement cellulaire, ne doivent non plus rien au » hasard« . L’on peut vivre âgé et en bonne santé si on prend »la bonne voie"’, si l’on reprend le bon chemin, le plus souvent possible. Et ces deux voies sont identifiées par les scientifiques : 
                 la voie mTOR, à l’état nourri.
                 la voie de la protéines kinase activée par l’AMP, soit l’AMPK, à l’état moins nourri. 

                Et le comportement de l’organisme ne sera pas du tout le même lors de l’engagement de ces deux voies, le système immunitaire ne répondra pas de la même façon, dans un cas ou dans l’autre. La première vous entraine vers la maladie tandis que la seconde nettoie les cellules pour les rendre fonctionnelles et les rajeunit. 

                Il n’y a donc pas de fatalité à craindre pour sa prostate, ni à choper Alzheimer pas plus que la SLA. A n’importe quel âge il existe des solutions pour rétablir sa santé. Mais ces solutions ne sont pas médicamenteuses, parce que, à la réflexion, les médicaments ne soignent que les effets des maladies, ou les atténuent, mais rarement ne les soignent. Ce sont les voies métaboliques engagées par l’organisme qui font la différence. 


              • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 22 juin 23:17

                @Legestr glaz
                Maintenant, nous avons aussi notre petit kit de suicide individuel et portatif :
                https://www.facebook.com/100010047578210/videos/1453195531787653/?d=n

                J’ai toujours mon portable dans ma poche de chemise, juste en face du coeur.
                Il y a trois ans, on m’a trouvé une tumeur de 32 mm dans l’oreillette, qui s’agitait comme un grelot. Coeur ouvert et tout le bazar. RAS depuis.
                Y a-t-il un rapport, je ne sais pas.
                Mais mon portable est toujours dans la même poche. Quand on est con, on est con...


              • velosolex velosolex 22 juin 23:49

                @Legestr glaz
                J’ai été infirmier pendant presque 30 ans, en soins généraux, et en psychiatrie. Aussi je suis assez sensibilié sur la détresse humaine, mais aussi sur les capacités de résilience des individus.
                Je dirais même que parfois la maladie peut rendre service à l’homme, à condition bien sûr qu’elle ne soit pas létale.
                C’est valable d’ailleurs pour deux pays qui se sont combattus. Comme la France et l’’Allemagne, refusant de continuer un processus destructeur. 
                Mais quand la maladie ou la guerre, permet de se connaitre, et de tirer des leçons, on peut estimer que la leçon de vie n’a pas été inutile.
                Tout n’est pas néamoins lié à la responsabilité de l’individu, ses choix, ses possiblitiés, en lien avec la pschopathie, ou lié à notre habitude de vie, dans ce monde où déjà Pythagore recommandait aux médecins de faire le tour de la ville, et de se quérir auprès des habitants, de ce qu’ils mangeaient, buvaient, et travaillaient.
                Il avait déjà tout compri donc à la systémie, et à l’importance de l’alimentation.
                Qui n’est pas tout. Pythagore était sensible à l’osmose, pas à ce qu’il ne pouvait connaitre. Selon l’endroit où vous naissez, socilalement, votre sort est lié à des dynamiques plus ou moins mortifères. La forme génétique de la maladie de Kreutzelb Jacob a une chance infime de vous concerner, ainsi que votre descendance mâle.

                Il y a des hommes qui travaillent au bien de l’humanité, et d’autres qui ne pensent qu’à leur vanité personnelle, à leur pouvoir sur la vie des autres. NOn pas pour les sauver, comme Pasteur, mais pour les dominer, ou les tuer. 
                Ce genre d’individu lié au pouvoir archaïque, n’a plus sa place actuellement dans la politique, si l’on veut simplement que notre espèce et les autres puissent envisager de continuer à vivre. 
                L’homme en ce moment ne vai pas très bien, je pense, en rapport avec un monde qui est inquiétant, autant en termes de valeurs, de propostions d’avenir, et de déséquilibre du vivant. Ne parlons pas du climat et du milieu. Le déni est encore la solution pour les jusqu’aux boutistes, pour tenter de s’en sortir, et de résoudre leur angoisse. 
                Ne manque que le retour à la barbarie totale du nationalisme, en lien, comme une réponse névrotique, enclenchant des dynamiques mortifères, qui se solde aussi par le retour à l’utilisation du charbon pour certains pays...
                C’est la parabole du vol du papillon enclenchant une ouragan à l’autre bout du monde. Sauf que le papillon est une charge explosive située sous le siège du conducteur. 
                 


              • velosolex velosolex 23 juin 00:05

                @doctorix, complotiste
                J’ai juste un portable à l’ancienne mode. Il me sert de balise de détresse quand je vais faire du vélo, au cas où j’aurais un ennui. Ce n’est pas vraimet une position militante. Le smartphone m’emerde. Je n’ai pas besoin de ce truc pour prendre des photos, mais de mon reflex, et je ne vais pas sur les réseaux. n’ai aucun envie d’avoir ce fil à la patte, qui me semble ressembler au collier du chien dans la fable de La Fontaine ; Le loup et le chien.....
                Le smarphone permet aux individus de se juger les uns sur les autres, d’après ce qu’ils font, mangent, aiment. C’est l’instrument du malheur qui a mis sur les routes des milliers de réfugies africains, révant aux mirages de l’occident dont ils voient les échos sur leur écran, dans une réalité trompeuse et artificielle. 
                Cet engin a changé le rapport au monde de millions de gens, et permet à toutes les polices et au marchand de composer un portrait robot exact de leur vécu, de leurs désirs. Une boite noire que l’on paye, comme des esclaves acceptant d’acheter leurs chaines. 
                Les antennes 5 G la dedans me semblent les portes de l’enfer. Nous rentrons dans des fréquences que personnne n’est capable de certifier innofensives. J’ai choisi mon cadre de vie dans les monts d’arrée, en m’écartant des antennes et des pesticides. Et de la vie moderne et du traffic en général, comme un retour aux années 70. Pour la mort, rien ne sert de faire de la bravade. Elle est aussi rapide qu’un appel, dans sa meilleure version. Dans l’autre, c’est un message sans sens, qui n’en finit pas. Et une douleur qui disparait uniquement quand la batterie est épuisée. 


              • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 07:38

                @velosolex

                Les guerres n’arrivent pas non plus par hasard. 

                Ecoutez Francis Cousin, 27mn qui ne seront pas perdues. Les guerres sont « économiques ». Il faut relever la tête du solex pour comprendre que les enjeux des guerres sont simplement économiques. 

                Ceux qui nous gouvernent ne travaillent pas au bien de l’humanité mais sont les serviteurs du grand capital. 

                https://www.tvlibertes.com/zoom-francis-cousin-la-grande-explosion-sociale-arrive


              • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 08:14

                @doctorix, complotiste

                Et oui les ondes sont nocives, et il vaudrait mieux s’en protéger le plus possible. 

                Mais une question doctorix : avez vous de la graisse viscérale, de la graisse ectopique ? Parce que les valeurs indicatives de l’IMC, pour être un être « sain », sont comprises entre 18,5 et 24,9. A partir de 25, vous le savez, vous êtes en surpoids. Le rapport taille/hanche est aussi un excellent indicateur de santé et d’ailleurs meilleur prédicteur des maladies cardiovasculaires que l’IMC.

                Un homme de 50 ans, mesurant 1,75m et pesant 76 kg, aura un IMC de 24,82.
                Un homme de 50 ans, mesurant 1,75m et pesant 57 kg aura un IMC de 18,61

                Il y a 19 kg entre ces deux personnes, qui sont supposées avoir une corpulence « normale ». Et pourtant, il n’y a strictement aucun doute, la personne pesant 76 kg a accumulé de la graisse viscérale et elle est en mauvaise santé, elle a intoxiqué son organisme, elle s’est rendue malade, sans même le savoir. Parce qu’il faut bien le reconnaitre, extrêmement rares sont les personnes très musclées. Ce sont des cas particuliers.

                Parce que, ce que les gens ignorent majoritairement, c’est que le tissu graisseux, n’est pas simplement un « dépôt graisseux, » c’est un « organe » à part entière, qui produit des hormones et des quantités d’adipokines. C’est à dire que le tissu graisseux influence au plus haut point le métabolisme de l’organisme. Notre corps ne produira pas du tout les mêmes molécules s’il a accumulé de la graisse viscérale ou s’il ne l’a pas fait. Il n’engagera pas du tout les mêmes voies métaboliques si vous avez un bedaine ou si vous n’en avez pas. Et il suffit d’examiner les gens dans la rue pour se rendre compte qu’après un certain âge, et même assez jeune, les petits bidons et les bedaines sont majoritaires. Ces gens là sont des malades « métaboliques » avec tout ce que cela entraine comme conséquence sur leur santé. 

                https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2003/revue-medicale-suisse-2424/le-tissu-adipeux-un-veritable-organe-endocrine

                https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0248866309005190


              • CATAPULTE CATAPULTE 23 juin 14:05

                @doctorix, complotiste
                .

                Coeur ouvert et tout le bazar. RAS depuis.


                .
                ...sûr ?
                .

                Quand on est con, on est con...


                .
                ...sûr !

              • Pauline pas Bismutée 23 juin 05:14

                Oui, ce vieux monsieur est tout a fait sympathique.

                Et prouve que l’attitude, envers la vie en general, et la curiosité, l’ouverture aux autres sont des choix et des presque responsabilités, puisqu’il nous est impossible de choisir nos parents, notre sexe (oui je sais, mais bon..), notre lieu de naissance, etc...

                Autant donc faire du mieux qu’on peut avec ce que l’on a.

                Et il a accès a une retraite, a des soins médicaux (plus carrément esthéticienne, cures en Roumanie, etc..).

                Certains d’entre nous n’ont rien de tout ca, Ce qui ne nous exclut en rien d’assumer nos choix. Mais les paramètres deviennent (très) rigoureux.

                On fait alors le moins mal qu’on peut avec ce qu’on n’a pas.

                Je reste persuadée que l’attitude est (presque) déterminante, et aussi, paradoxalement, la capacité de vivre seul, de pouvoir rester en sa propre compagnie sans jamais « se sentir seul »...


                • velosolex velosolex 24 juin 00:25

                  @Pauline pas Bismutée
                  Je vous rejoint tout à fait, et regrette que le monde ne s’initialise par sur les valeurs de tempérance et de calme relatifs qui furent les siens pendant si longtemps. Le silence est la grande affaire, pour l’équilibre. J’appelle silence cette symphonie tranquille faite cependant des bruits de la nature, que la civilisation a éteints.
                  C’est là le grand scandale, au miliieu de tant de pollutin, cettte rumeur insupportable, qui a totalement déprimé le monde animal. 
                  Bienheureux ceux qui ne s’ennuient pas en leur présence propre. Seul, on est toujours au moins à deux.
                  Car il y cet autre, en soi, un alter ego, construit au fil des années, qui vous fait sa rhétorique et la controverse, pourvu qu’on l’ai construit. C’est le bénéfice de l’age d’avoir ainsi un compagnon tranquille pour certains, alors que pour d’autres, ce sera un fou qui commentera leurs gestes et leurs pensées.

                  Et puis il y a les livres, cet océan d’expériences et de musiques que l’on fait soi. Ecrire, et peindre, lire et faire de la poésie sont des autres délices qui parlent d’un monde non parfait, mais qu’on peut mettre en équilibre en l’apprivoisant par son plus beau versant


                • Pauline pas Bismutée 24 juin 01:17

                  @velosolex

                  Oui, ce silence qui va devenir rare et précieux (comme l’air pur, sans doute bientôt) pour ceux et celles qui y trouvent leur propre musique, rythme, rêve, poésie, ou simple plaisir d’exister...
                  Mon idée de l’enfer : des pubs qui déferlent continuellement dans les oreilles sous des néons aveuglants....
                  Les voleurs de silence et de nuit, l’éradication de tout ce qui nous relie le plus profondément a nous-mêmes, et donc aux autres.
                  Les jeunes âmes veulent vivre dans un jeu vidéo, les vieilles âmes s’en échapper...
                  Je n’arrive jamais a me sentir seule.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité