• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Extraits d’ouvrages > Ema van de Winckel, De l’inconscient à Dieu

Ema van de Winckel, De l’inconscient à Dieu

Ema van de Winckel, De l'inconscient à Dieu, ascèse chrétienne et psychologie de Carl Gustav Jung, Editions Aubier Montaigne, 1959, collection "La chair et l'esprit"

Table des matières :

Introduction - Première partie : notions préliminaires - I. L'analyse psychologique - II. Inconscient et archétypes - III. Le symbolisme - IV. Les rêves - V. L'individuation et le Soi - VI. L'analyse et la religion, selon Jung - VII. Analyse et ascèse - Deuxième partie : Rapports entre la psychologie jungienne et l'ascèse chrétienne - Chapitre premier : inconscient et vie intérieure - Chapitre II : "Connais-toi toi-même" - Chapitre III : Persona et orgueil - Chapitre IV : L'ombre. Le problème du Bien et du Mal. Satan - Chapitre V : Le couple parental - Chapitre VI : La traversée nocturne, la nuit obscure - Chapitre VII : Anima-Animus. Eros et Caritas (Agapè) - Chapitre VIII : Le Soi. Unification. Unité. Union - Chapitre IX : Du symbolisme au transcendantal. Du symbole au Dieu vivant 

Extrait de l'introduction : 

"La découverte par Jung de l'inconscient collectif, au cours des années 1912-1913, est à l'origine de toutes ses découvertes ultérieures que l'avenir appréciera plus que notre époque. Or, la plupart des êtres vivent actuellement dans une ignorance absolue de leur inconscient. Le matérialisme outrancier, le scientisme sectaire, le rationalisme forcené ont provoqué une perte de contact avec l'inconscient, d'où résulte une sorte d'hypertrophie du conscient. Cette rupture est précisément un des éléments les plus préjudiciables à notre civilisation. Pourquoi ? Parce que - l'expérience de la psychologie jungienne le prouve avec force - "l'inconscient est plus ancien que le conscient, il est le don originaire hors duquel le conscient surgit toujours à nouveau".

C'est dans l'inconscient que sont les "racines réelles mais invisibles du conscient"

Donc, par cette perte de contact avec l'inconscient, la psyché se trouve amputée, lésée d'une part essentielle d'elle-même ; elle ne peut ainsi prétendre à une harmonie véritable et se développe comme le fruit d'un arbre qui n'aurait plus de racines.

La civilisation contemporaine s'épuise et s'effrite en dépit du progrès matériel - à cause de lui, peut-être. Les philosophes, les sociologues, les intellectuels, les poètes, le constatent un peu plus chaque jour. Que de cris d'alarme jetés en vain, semble-t-il. De leur côté, les prêtres, les spirituels se plaignent d'une absence de vie intérieure, d'un défaut d'attention, d'un manque de spiritualité, d'une routine attachée à des rites, à des formules vidées de toute vie. Ils sentent l'urgence d'un renouveau au sein de la civilisation et de l'Eglise. Cette scission, qui se poursuit depuis des années, se retrouve dans les civilisations du passé, aux périodes de décadence ou de transition. C'est elle qui, aujourd'hui, jette certains esprits dans le monde sartrien d'une liberté fausse et sans but, tandis qu'elle précipite d'autres dans une quête éperdue de cette liberfté, à travers l'occulte et les sectes innombrables.

Pour Jung une des causes initiales de cette désagrégation est sans conteste l'ignorance ou la méconnaissance de l'inconscient.

Le temps est révolu où l'on croyait que l'inconscient n'était qu'une sorte de négatif du conscient - un réservoir de désirs refoulés, de sexualité non vécue, d'intincts mauvais et dangereux - on en faisait ainsi une description injuste et effrayante ; grâce surtout aux travaux de Jung, cette hypothèse nocive n'est plus soutenable.

Certes, l'inconscient contient, entre autres, cet aspect noir de notre être, mais il possède aussi un prodigieux potentiel de forces positives. Il détient notre pouvoir créateur, nos valeurs les plus vraies, nos possibilités les plus belles, il possède enfin une inépuisable puissance libératrice et salvatrice. les oeuvres d'art, les découvertes géniales, les inventions en tous domaines, la mystique elle-même, ont leurs racines dans l'inconscient..." (p.17-19)

Mon avis :

Dans cet ouvrage, la psychanalyste jungienne Erna Van de Winckel, fait le lien entre la psychologie analytique et la spiritualité judéo-chrétienne. Le mot "ascèse" qui figure dans le sous-titre ("ascèse chrétienne et psychologie de C.G. Jung") doit être pris au sens d'exercice.

La connaissance de soi, à la lumière de la psychologie jungienne peut en effet constituer, selon elle, un exercice d'accès à une spiritualité authentique, adulte et créatrice, débarrassée de l'infantilisme et du conformisme. La psychologie analytique peut nous aider à affronter lucidement les principales étapes du développement humain : le passage de l'enfance à l'adolescence, de l'adolescence à l'âge adulte et l'approche de la mort, afin d'accéder à une vie spirituelle plus authentique.

Comme l'atteste la mythologie comparée et les rites d'initiation chez les peuples premiers, c'est la dépendance vis-à-vis de la mère réelle, symbolique et archétypale, aussi bien chez la fille que chez le garçon qui constitue l'obstacle majeur à la réalisation du "Soi" chez Jung et chez les mystiques, notamment Thérèse d'Avila, à l'union avec Dieu.

Le livre rappelle les principales notions de la psychologie jungienne : les archétypes, l'ombre (la part négative de nous-mêmes que les chrétiens appellent le "péché" et que nous devons nommer, reconnaître et accepter sans nous y soumettre), animus et anima, l'individuation (la réalisation du "Soi" qu'il ne faut pas confondre avec l'individualisme). La dernière partie du livre analyse la relation de complémentarité entre l'éros (le désir charnel) et agapè (l'amour oblatif).

L'équilibre psychologique et la santé spirituelle dépendent en premier lieu de la prise en compte de l'injonction, reprise par Socrate, inscrite au fronton du temple d'Apollon à Delphes : "Connais-toi toi-même !"

L'auteure rapproche la "traversée nocturne" qui suit l'ébranlement de la personnalité sociale (la "persona") des grands textes de la mystique carmélitaine et ignatienne (Thérèse d'Avila, Jean de la Croix, Ignace de Loyola), de la "nuit obscure" et le processus analytique des (sept) pièces du "château de cristal" qu'il faut successivement traverser pour parvenir à Dieu.

Elle ne dissimule pas pour autant les divergences, notamment autour de la notion du mal comme "privation du bien" (privatio boni) dans la théologie chrétienne et comme réalité substantielle chez Jung, qui est plus proche de la gnose et du manichéisme... de la personne du Christ, archétype majeur chez Jung (la "tri-unité"), Dieu et fils de Dieu dans la théologie chrétienne, et de la Trinité que la théologie chrétienne considère comme l'essence même de l'absolu ("Dieu est amour") et non comme un simple archétype, aussi important soit-il comme le fait Jung, ainsi qu'autour du rôle de la grâce (on ne peut pas se "sauver" soi-même, ni par le seul processus de transfert sur l'analyste).

Erna Van Winckel montre que c'est volontairement que Jung en est resté au plan de l'immanence psychologique et qu'il a laissé aux théologiens le domaine de la transcendance et que cette limitation ne constitue nullement un obstacle, bien au contraire, car elle nous laisse libres ou non de franchir le pas de la foi, mais d'une foi dynamique en un Dieu vivant, nettoyée des scories de la superstition et du conformisme. La psychologie analytique ne pas l'équivalent du "salut", mais elle peut y contribuer.

Petit vocabulaire jungien :

"Persona" : Carl Gustav Jung a repris ce mot qui désignait dans la Rome antique le masque de l'acteur de théâtre pour désigner la part de la personnalité qui organise le rapport de l'individu à la société, la façon dont chacun doit plus ou moins se couler dans un personnage socialement prédéfini afin de tenir son rôle social. Le moi peut facilement s'identifier à la persona, conduisant l'individu à se prendre pour celui qu'il est aux yeux des autres et à ne plus savoir qui il est réellement. Il faut donc comprendre la persona comme un « masque social », une image, créée par le moi, qui peut finir par usurper l'identité réelle de l'individu. 

"Archétype" : Murray Stein, dans le Dictionnaire International de la Psychanalyse(2005), résume ainsi le concept jungien d'archétype : « l'archétype est chargé de coordonner et d'organiser l'équilibre homéostatique de la psyché ainsi que ses programmes de développement et de maturation. Un des archétypes, le Soi, est au centre de cette coordination de l'ensemble de la dynamique psychique auquel il donne son ossature. L'archétype lui-même n'est pas directement accessible à l'expérience ; seules ses images et les schèmes créés par lui deviennent manifestes et perceptibles par la psyché. La quantité et la variété de ces images archétypales sont virtuellement sans limites. On trouve ces schèmes universels inscrits dans les mythes, dans les symboles et les idées des diverses religions, et transmis dans les expériences numineuses ; ils sont souvent représentés aussi dans des rêves symboliques et appréhendés dans les états de conscience altérés. Au sein de la psyché les images archétypales sont liées aux cinq groupes d'instincts, auxquels elles donnent une direction et un sens potentiel. ». Les archétypes sont pour Aimé Agnel des « potentiels d'énergie psychique ». "la Persona", "l'Ombre", "Animus et Anima", le "Soi" sont des archétypes.

L'ombre :  « Carl Gustav Jung pensait qu'au bout de la pénible exploration de notre inconscient se trouvait la découverte du soi, notre lumière intérieure, la part de sagesse divine enfouie au plus profond de nous-mêmes. Mais le psychiatre suisse affirmait qu'avant d'arriver à cette lumière, l'explorateur devait d'abord rencontrer un personnage qu'il a appelé "l'ombre". L'ombre peut être définie comme notre double inversé, celui ou celle que nous aurions pu être, mais que nous ne sommes pas. C'est notre face obscure, elle contient l'ensemble des traits de caractère qui n'ont pas pu se développer dans notre personnalité. Elle symbolise en quelque sorte notre frère jumeau opposé qui est caché dans les profondeurs de notre inconscient.  » (Daniel Cordonier, Le pouvoir du miroir)

"Animus-Anima" : Selon C. G. Jung, chaque être humain porte en lui l’image de l’autre sexe. L’ inconscient de l’homme contient un élément féminin complémentaire, l’« anima » ; l ’ inconscient de la femme contient un élément masculin, l’« animus ». C’est ce « partenaire intérieur » qui fait de nous un être humain entier et autonome, mais pour parvenir à être entier, il faut être capable de reconnaître et de laisser s’exprimer cette part de soi méconnue.

"Le Soi" : « le Soi est la donnée existant a priori dont naît le Moi. Il préforme en quelque sorte le Moi. Ce n'est pas moi qui me crée moi-même : j'adviens plutôt à moi-même. » Le Soi est un concept limite qui regroupe en un même ensemble le conscient et l'inconscient : inconscient personnel et inconscient collectif. Il traduit l'expérience de la totalité, la capacité de représentation de la totalité, autant que le processus psychique qui va dans le sens d'une conscience englobant de plus en plus d'éléments inconscients. Le Soi intervient dans le processus d'individuation : il en est le moteur, l'organisateur et, dans une certaine mesure, le but. 

"Le soi, aboutissement du processus d'individuation est l'unification du conscient et de l'inconscient. Il suppose l'harmonisation des opposés par intégrations successives. Arriver au soi c'est retrouver psychiquement l'androgynat initial, archétype de toute complétude humaine. Il est un état d'harmonie qui procède de l'intérieur à l'extérieur et vice versa. En effet, être "accordé" avec soi-même implique l'accord avec l'univers." (E. van de Winckel, De l'inconscient à Dieu, Aubier-Montaigne, p.171)

"L'individuation" : L'individuation est le processus de création et de distinction de l'individu. Il se rapporte à la réalisation de soi par l'accessibilité à l'archétype du Soi, par la prise en compte progressive des éléments contradictoires et conflictuels qui forment la « totalité » psychique, consciente et inconsciente, du sujet. Carl Gustav Jung le définit ainsi : « J'emploie l'expression d'individuation pour désigner le processus par lequel un être devient un in-dividu psychologique, c'est-à-dire une unité autonome et indivisible, une totalité »


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • cyborg 24 août 10:24

     
     
    Après la baffe sur la joue DE gauche, tends ton cul DE mondialisé, dit le prêtre pédophile 
     smiley
     
    C’est ainsi que le camp des saints est grand remplacé.


    • cyborg 24 août 17:08

      Pourquoi il fallait rester panthéiste et ne pas devenir gochotien.
       
      Bienheureux les temps qui peuvent lire dans le ciel étoilé les cartes des voies qui leurs sont ouvertes et qu’ils ont à suivre ! Bienheureux les temps dont les voies sont éclairées par la lumière des étoiles ! Pour eux tout est neuf et pourtant familier ; tout signifie aventure et pourtant tout leur appartient. Le monde est vaste et pourtant ils s’y trouvent à l’aise, car le feu qui brûle dans leur âme est de même nature que les étoiles. Le monde et le moi, la lumière et le feu se distinguent nettement et jamais pourtant ils ne deviennent étrangers l’un à l’autre, car le feu est l’âme de toute lumière et tout feu se vêt de lumière. Ainsi il n’est aucun acte de l’âme qui ne prenne pleine signification et ne s’achève en cette dualité : parfait dans son sens et parfait pour les sens ; parfait parce que son agir se détache d’elle et que, devenu autonome, il trouve son propre sens et le trace comme un cercle autour de lui. « Philosophie, dit Novalis, signifie proprement nostalgie, aspiration à être partout chez soi »
       
      Début de la Théorie du roman (Chap.1 Les civilisations closes) G. Lukacs


      • cyborg 24 août 18:46

        Pourquoi le psychologisme transcendantal archi-typique des gogochontiens est mort :
         
        Dans de telles limites [la patrie des archétypes] le monde ne saurait être que clos et parfait. Même si au-delà du cercle que les constellations du sens présent tracent autour d’un cosmos immédiatement vécu et destiné à recevoir forme, on présent l’existence de puissances menaçantes et incompréhensibles, elles restent impuissantes à le priver de sens. Capables de détruire la vie, elles ne sauraient attenter à l’être ; elles peuvent jeter des ombres sinistres sur le monde qui a reçu forme, mais ces ombres elles-mêmes entrent dans le système des formes à titre de contraste qui les font mieux ressortir. Le cercle métaphysique à l’intérieur duquel vivent les grecs est plus étroit que le nôtre ; c’est pourquoi nous ne saurions jamais y trouver notre place ; où mieux, ce cercle dont la finitude constitue l’essence transcendantale de leur vie, nous l’avons brisé ; dans un monde clos nous ne pourrions plus respirer. Nous avons découvert que l’esprit est créateur ; et c’est pourquoi, pour nous, les archétypes ont définitivement perdu leur évidence objective, et notre pensée suit le chemin infini de l’approximation toujours inachevée.
         
        C’est ainsi qu’advient cyborg smiley
         
        (le même, sa période idéaliste purement hégélienne... après son égarement de jeunesse dans le néo-kantisme archi-typique des gogochontiens de 12 ans...)


        • cyborg 25 août 10:31

           
          On dit pas « auteure » on dit « auteuse » quand on veut vraiment bien se branler à la vacuité gochiste.
           


          • Tombe à pic, je viens de rêver que je recevais la bénédiction d’HORUS.


            • Festugière a parfaitement intégré le processus comme KABALEB et l’arbre Séphirotique. Mais les personnes en vibration 2 (la mère) sont incapables de franchir ce seuil. Le matérialisme sera toujours à placer du côté de la mère. Et même dans les couples homo, cela se compliquera. Le couple parental étant fusionné, l’enfant ne pourra franchir : le pont vers le soi. HORUS est associé au KETHER dans l’arbre séphirotique (le haut). Mais il est dit aussi que pour arriver au sommet, il ne faut sauter aucune étape et revenir en permanence vers Malkuth (la matière, le réel). Autrement on s’embourbe dans le flou du new age, perdant les échelons nécessaires à l’ascension. Et comme Job ou Jacob, c’est la chute,...


              • @Jean Neymar


                je ne sais qui vous êtes. Votre avatar est en totale contradiction avec vos commentaires.... J’aimerais l’avis d’ETIREV. Effectivement : la colonne vertébrale et la glande pinéale qui se ressource dans le bas du dos comme deux poissons inversés(lune pleine en poisson ce 26) qui descendent et remontent. apportant l’énergie du bas vers le haut et inversement. Le chiffre 11 est associé à URANUS. Le plus synchronistique de la roue ZODIACALE. Electrique ET aquatique, préparant l’étape suivant en poisson : THOT HERMES TRISMEGISTE, le mercure divin ;

              • @Jean Neymar


                D’où la nécessité de la récupération énergétique par le sommeil et une bonne alimentation. Mais ma confiance en moi est très forte, sachant être sur la bonne route et ne craignant pas ou plus la mort. Et comme mon ange est IMMAMIAH ; Du solide face aux épreuves. De l’avantage d’avoir été structurée. Mais : le calme est préférable à l’agitation de la foule. Françoise Nyssen (cousine de mon amie) faisant du Yogs tous les matins, nous savions qu’elle allait craquer. Plus le poids et la culpabilité du suicide du fils. TOO MUCH,...

              • @Jean Neymar


                je sais tout, tout,... Eh, j’ai fait mon mémoire sur la dyslexie. Scène primitive,... si vous avez quelques notions de psychanalyse. 

              • Autre scoop. La culture ne l’intéresse pas vraiment, et elle lit très peu...ce qui m’a un peu sciée, la sachant proche de BLAVATSKY....bon je n’en dirai pas plus que ce que l’on sait déjà. Mais, comme l’affaire est devenue publique. Lire aussi : LES NAUFRAGEURS de GUY DEBORD. Tout est lié,....J’ai fait assez de recherches,...


              • @Jean Neymar


                Kabaleb est excellent, ayant réussi à réunir Freud et JUNG. Bel exploit. CHAPEAU. et en plus (c’est écrit sur GOOGLE) : FELIBRE.

              • @Jean Neymar
                https://www.amazon.fr/Grand-livre-Tarot-cabalistique-int%C3%A9rieurs/dp/2850900699/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1535208157&sr=8-2&keywords=KABALEB. PLUS LE TAROT de 72 cartes. Seul défaut à mon avis, il n’évoque pas le centre (ou trou noir). Je ne me souviens du nom.


              • @Jean Neymar



                Anecdote. Isabelle Nyssen, ma tiré le tarot. Incroyable : tu es parfaitement à ta place....Je lui ai dit que je le savais avant qu’elle ne tire les cartes puisque je suis synchrone,...

              • Communisme (le sol nourricier) et nazisme (le sang, les gènes, la race, résumé par le biologique version alexis Carell) sont les deux mamelles de la chute dans la matière. Marx du signe terrien du taureau, et Hitler idem (à cheval bélier - TAU-reau, mais avec une majorité de planète en taureau). On reconnaît l’homme borné, entêté et qui certainement rêvait peu ou alors cela devait être l’enfer,...


                • Ne jamais s’effrayer quand les nerfs sympathiques travaillent dans le dos avec une légère impression de fibrillation. C’est le système qui se recharge. ...


                  • Macron tente la voie du milieu. Difficile. Prêt à larguer le versant Nyssen (le premier livre D’Hubert Nyssen étant justement : LE NOM de l’arbre). A méditer,....


                    • A savoir : Planète :
                       Rashith ha Gilgalim, le Feu Tourbillonnant (Pluton ). Kether ou Horus sont associé à pluton (planète de l’inconscient). Nombre : 1.
                      Malkouth est la manière dont la création est matérialisée dans le monde ; l’étape finale du 
                      « verbe qui se fait chair ». 
                      C’est ici que la création devient objective, tangible et permanente. 


                      • le nom est d’origine belge....l’anagramme du mien : sephiral.


                        • pemile pemile 25 août 16:12

                          @Robin Guilloux « Or, la plupart des êtres vivent actuellement dans une ignorance absolue de leur inconscient. »

                          Excepté ceux qui ont vécu une EMI (Expérience de Mort Imminente) ou ayant connu des EMC (Etats Modifiés de Conscience), traumas ou chimiques (LSD ou DMT)


                          • @pemile


                            Pas besoin d’expériences particulières. Toute petite je rêvais beaucoup et sentait déjà qu’une force plus grande nous portait. Surtout quand on est confronté à de nombreuses synchronicités. Le chiffre 7 me poursuivait partout,... mais comme la structure névrotique (celle qui a la plus grande richesse relationnelle et fantasmatique) oui, effectivement, cette coupure augmente. Et pour moi, cela semble un très très mauvais signe. Comme un arbre dont nous couperions les racines,...Cela ne signifie pas que l’inconscient n’agit plus, mais coupé du conscient : il s’encrasse et entraîne la corruption ou corrosion galopante.

                          • pemile pemile 25 août 16:30

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir. "Cela ne signifie pas que l’inconscient n’agit plus, mais coupé du conscient : il s’encrasse et entraîne la corruption ou corrosion galopante."

                            Il n’est jamais loin derrière et ce n’est pas lui qui s’encrasse mais c’est le conscient.


                          • @pemile


                            Si l’inconscient est bloqué, il ne s’alimente plus au symbolisme et sombre dans un univers psychotique comme dans certains films GORES, Comme le barrage s’installe étant donné la carnage sous la couche, l’hyper rationalisme robotique et sans conscience éthique ou humanitaire, (alexythimie) bien décrite par Christian NOTS http://christian-nots.publibook.com/ prend le dessus.

                          • pemile pemile 25 août 16:52

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir. « Si l’inconscient est bloqué »

                            Un conscient bloqué je connais, un inconscient bloqué faut m’expliquer !


                          • @pemile


                            Ce s’appelle des défenses par rapport au contenu de l’inconscient. Chacun tentant d’y échapper à sa manière. Le liste est longue. Et parfois le lapsus, se révèle. Mais le DENI est encore la plus efficace et redoutable. Voici la nombreuse liste des mécanismes de défense. Le problème avec le déni, c’est que ce sont les autres qui paient l’addition....https://fr.wikipedia.org/wiki/Mécanisme_de_dé

                          • pemile pemile 25 août 18:32

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir. « Ce s’appelle des défenses par rapport au contenu de l’inconscient. »

                            Ces défenses sont donc bien situées dans le conscient, non ?


                          • @Jean Neymar


                            Qui êtes vous jean NEYMAR ??? smiley. Manifestement vous suivez mes commentairse. Mais je pense qu’il s’agit d’une synchro,... smiley.

                          • @pemile


                            Si elles sont inconscientes, cela me semble difficile.

                          • @Jean Neymar

                            Sauf qu’il s’agit d’un médecin et pas un psychanalyste. Juste une joke,...

                          • pemile pemile 25 août 20:30

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir. « Si elles sont inconscientes, cela me semble difficile. »

                            Vous me faites tourner en rond, si elles sont inconscientes c’est bien qu’elles sont bloquées par le conscient !


                          • @Jean Neymar


                            Vous m’en dirai tant....Mais né en 1954, quelle date exactement. ?

                          • Relu : Pas besoin d’expériences particulières. Toute petite je rêvais beaucoup et sentais déjà qu’une force plus grande nous portait. Surtout quand on est confronté à de nombreuses synchronicités. Le chiffre 7 me poursuivait partout,... mais comme la structure névrotique disparaît (celle qui a la plus grande richesse relationnelle et fantasmatique) oui, effectivement, cette coupure augmente. Et pour moi, cela semble un très très mauvais signe. Comme un arbre dont nous couperions les racines,...Cela ne signifie pas que l’inconscient n’agit plus, mais coupé du conscient : il s’encrasse et entraîne la corruption ou corrosion galopante.


                            • cyborg 25 août 22:00

                              @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                               
                              Arrêtez de financer les dealers colons ! :->


                            • cyborg 25 août 21:56

                              la psychologie analytique n’est pas l’équivalent du « salut »
                               
                              le seul truc qui aurait été intéressant à développer dans cette diarrhée mystique sans intérêt. la spéculation fût elle dans la structure de l’inconscient (en réalité dans la conscience du soi ds le pariétal, effacée par la branlette soufi shamanique donnant l’illusion de la fusion au cosmos, fascination des monuments, du groupe etc) n’est pas la foi. Car le croyant lui il est intéressé par les houris... smiley pas la vérité objective même celle de l’animal homo (comme dit Kierkegaard lui même) c’est même le contraire, la spéculation éloigne de l’intuition et de la foi car la spéculation même jüngienne elle se fout de ma félicité, et même de celle de Gilloux... si... si. Bref mieux psalmodier du coran hypnotique que faire des maths... même sur l’archi-topologie.
                               
                              l’homme, ce sous-doué de la Nature qui a conscience de soi dit Nietzsche (qu’il ne faut pas confondre avec sa robe de chambre)
                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès