• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Au café de l’union

Au café de l’union

Le lieu où l’on cause

C’est au Veurdre que le dimanche matin, la Chavannée vient faire son grand chahut. Avec l’ami Georges, nous avons pris les devants pour nous poser quelques instant dans ce café à l’ancienne, un bistrot où chacun se connaît, s’apostrophe, se lance des piques et des répliques qui fleurent bon l’authentique. Ici, on est tout autant auvergnat que bourbonnais avec un verre de petit gris à la main.

Tout commença par une maladresse de Georges qui critiqua le cadrage d’une photographie accrochée au mur. Malheur à lui, celle qui avait pris le cliché n’était autre que la patronne, Nathalie, qui vint lui dire deux amabilités, comme il semble être de coutume dans ce troquet au verbe haut. La glace était brisée, nous pouvions nous attabler pour un bon moment.

Au comptoir, le blanc devant lui, la voix qui sonne comme un tonnerre, une casquette rouge vissée sur la tête, une trogne sympathique en dépit de ses propos d’ancien blouson noir, Gérard tonne, lance des propos acerbes vis à vis de la maréchaussée et des canailles qui nous gouvernent. L’homme est un berrichon pure souche, le propriétaire d’un âne, un sujet qui nous permit d’entrer en conversation.

Gérard a l’intention de quitter le pays, de vendre tout son bien afin de partir à Hong Kong. Sa dernière épouse est de là-bas. Il a envie de sortir du carcan administratif dans lequel il a le sentiment d’étouffer. Il est évident qu’à l’entendre vitupérer contre tout ce qui peut nous mettre sous surveillance, l’homme est un joyeux anarchiste.

Il a fui la région à dix-sept ans au guidon de sa Flandria, une mobylette qui à l’époque, se prenait pour une motocyclette, avec ses quatre vitesses et son bruit aigu. C’est du côté de Cosnes sur Loire qu'il posa son inséparable cran d’arrêt, son blouson de cuir et sa grande gueule. Il s’est retrouvé employé dans une filature, gagnant sa vie tout autant qu’il la brûlait par les deux bouts.

C’est surtout ce sujet qui revient de temps à autre dans sa conversation. L’homme est truculent et la fréquentation des ânes ne lui fait pas seulement dresser les oreilles. Autour de nous, les quelques clients s’esclaffent, on aime la grivoiserie en ce beau pays. Pourtant la gravité s’installe bien vite dans notre conversation quand on évoque l’état de nos rivières et du climat.

Le sable, l’Allier, la pollution, les barrages, le cours de nos rivières deviennent alors des sujets sérieux. Gérard change de tout au tout, il est convaincu, il explique, il se fait grave. Autour de nous, il en va de même. Même si l’Écologie n’a pas forcément bonne presse à la campagne, nous devinons que pour tous, le respect de la nature et de nos deux rivières : la Loire et sa sœur jumelle sont les sujets principaux d’inquiétude.

J’aime ce passage du léger au sérieux. Le café de l’Union devient ainsi tribune politique. Les propos tenus sont bien plus pertinents que ceux qui volent dans notre parlement. C’est là qu’il faudrait certainement venir sentir le pouls du pays. Pourtant Gérard et ses amis ne sont pas dupes, ce qu’ils pensent n’a que peu d’importance pour ceux qui nous gouvernent.

Alors, notre ami reprend ses pirouettes. Un bon rire et tout redevient comme au début. Il faut paraître léger pour ne pas se désespérer d’un monde qui va droit dans le mur. Gérad est un sage, il reprend un verre et noie son inquiétude sourde dans ce délicieux petit blanc de Riousse. On trinque et on oublie les fâcheux, ceux qui insultent notre avenir commun.

L’assemblée ne cesse d’aller et venir. Chacun vient prendre son petit ballon, ici la vie demeure légère en dépit de la gravité des temps. Thierry derrière son bar demeure imperturbable. Partage-t-il les opinions de ses clients ? Le commerce impose de la retenue. Il reste silencieux tandis que les plaisanteries fusent à nouveau.

Si vous voulez retrouver Gérard et ses facéties, dépêchez-vous de passer au Veurdre avant qu’il ne parte à Hong-Kong. N’oubliez pas de lui offrir un verre, ce sera le signal. Vous lui parlerez de ce billet, il éclatera de ce rire communicatif qui enchantera votre passage dans ce café comme autrefois.

Chavannement vôtre.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.92/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Ben Schott 31 juillet 2018 12:27

     

    « L’homme est un berrichon pure souche, le propriétaire d’un âne, un sujet qui nous permit d’entrer en conversation »
     
    Il n’est pas le propriétaire à proprement parler, il a juste adopté Arioul, nuance...
     


    • C'est Nabum C’est Nabum 31 juillet 2018 15:57
      @Ben Schott

      La nuance s’impose

      Merci

    • covadonga*722 covadonga*722 31 juillet 2018 21:31

      @Ben Schott
      yep 


      jeu set et match 

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 12:35

      Réflexion du jour déposée sur un site en rapport avec le bonheur. L’unité dans le multiple. Le génie consiste à concentrer le suc de son existence et de le laisser s’évaporer le reste du temps. Sans courir comme des lapins à gauche et à droite. Le rêve est encore le lieu par excellence pour concevoir cette alchimie. Il y a trois catégories d’individus. La majorité : les scélérats (ils ne tombent jamais malades, n’ont aucun conscience et se déchargent de celle-ci sur les autres qu’ils pervertissent). La deuxième, celle de ceux qui aimeraient être vertueux dans une Cité perverse. En général, ils tombent malades (le mal étant toujours plus fort que la vertu), Les derniers ont compris : ils sortent du système et concentrent en eux ce qu’ils ont de mieux pour créer et diffuser leurs idées (art, peinture, recherche, jardinage). La chêne et le roseau. Le défaut du chêne est de vouloir s’opposer au roseau (comme de nombreuses personnes, elles s’adaptent, jusqu’à l’épuisement : burn-out, ou carnet de ristourne : on colle les timbres des aigreurs jusqu’à la rupture). Le chêne craque aussi parce qu’il pense incarner la morale, l’éthique, le bien, jusqu’à en devenir : psycho-rigide. Une grosse bourrasque et tout le monde s’écroule,...


      • juluch juluch 31 juillet 2018 12:40

        les endroits ou on est bien !


        merci du partage ! 
         smiley

        • C'est Nabum C’est Nabum 31 juillet 2018 15:58

          @juluch



          J’ai beaucoup partagé avec lui

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 12:43

          En 2003, dans l’espace d’un entre deux, Contrairement à mon style de vie plutôt modérato cantabile, je rencontrais mes amis de passage dans une lieu un peu magique : la biercothèque. C’était l’époque où les radios sortaient partout le fameux disque d’Adamo qui sortait totalement de son style habituel (normal, il fut entouré d’intellos,...il l’a lui même reconnu). Le disque tournait en boucle. On était bien quoi qu’un certain malaise régnait. Comme une fin du Monde qui s’infiltrait dans nos échanges. LEITMOTIV : ON EST foutu. https://www.youtube.com/watch?v=e40byVVwPOk. ADAM MOTS.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 12:58

            Et pourtant, 2018. Toujours là. Mais la mélancolie a souvent un certain charme. Elle nettoie les routes du futurs,...https://www.youtube.com/watch?v=sdH-ppGnnb4


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 12:59

              Aujourd’hui j’écouté une mélancolie moins dévastatrice. Elle surnage.https://www.youtube.com/watch?v=OMnLV38EVxQ


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 13:05

                Tiens, il ont fermé. Tant de choses s’y sont passées. Fanchon la cuisinière. Quelle époque. DE quoi écrire trois romans. https://fr.yelp.be/biz/la-biercoth%C3%A8que-uccle-4


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 13:19

                  Les commerces d’un lieu, écrivent souvent en pointillé le futur. Des pages se tournent, des plages s’ouvrent vers d’autres horizons. Pour le moment Uccle est en totale réfection.Chantiers partout. Elle se cherche,...piétine, pétitionne et les pieds ont tendance à s’accrocher à leur rocher, observant de loin les piétons engoncés dans leurs questionnements : qui suis-je, ou vais-je. Bof, je vais,...c’est encore plus simple.


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 15:35

                    On me traite de pochetronne sur ce site. Et pourtant pour ceux qui m’entourent. Le vin, c’est en de très rares occasions. Mais un souvenir restera à jamais ANCRE dans ma mémoire et dont je fut peu fière. 23 ans, il fallait bien quitter sa jeunesse et par LA GRANDE PORTE : Abbaye de Saint-G2RARD, voila un lieu qui invite à la sobriété et l’introspection. Bon !, la dynamite de groupe avait un peu chaviré et le quatuor dans ma CHE se dirigeant tout droit dans la taverne sous Saint Gérard. C’était tenter le DIABLE. QUATRE DUIVEL (diable en français) descendue d’un seul coup,... Mazette. Une glace dans le bis de TROP : c’est moi ça (on se calme,...). Il faut rentrer. Je pense que cet épisode s’est définitivement inscrit dans mes neurones. Plus besoin de diable pour rouler sur le clavier. mes écrits sont en mode automatique et les zygomatique activés à l’infini. Bon, c’est vrai on écoutait de la déprim’, pour refroidir l’ambiance : https://www.youtube.com/watch?v=6o6zMPLcXZ8


                    • C'est Nabum C’est Nabum 31 juillet 2018 15:58

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.



                      C’est parce que la coupe est pleine

                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 16:04

                      @C’est Nabum 


                      Vous parlez de la tonsure ???

                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 16:27

                      Si c’est par DIEU, Gérard lui aussi fit quelques piquants détour qu’il valent son pesant de cacahuètes (pirouette). https://www.youtube.com/watch?v=KpCts6UN2gs


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 juillet 2018 16:29

                        Si c’est par DIEU, Gérard lui aussi fit quelques piquants détours qui valent leur pesant de cacahuètes (pirouette). https://www.youtube.com/watch?v=KpCts6UN2gs

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès