• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Au cœur de la vallée de l’homme – 2 -

Au cœur de la vallée de l’homme – 2 -

La petite histoire de la Grande ! 

La grotte magnifique.

Bernard ne cesse de revenir à la grotte de Lascaux. Dépit amoureux, regret de voir transformer ce trésor en piège à touristes, envie de défendre un peu mieux cette belle histoire ? Je ne sais, il y a dans ses yeux comme un voile quand il évoque avec ironie l'aventure du Lascaux III, le globe trotter qui fait le tour du Monde avec ces différents blocs, reproductions factices de sa merveille …

Il est plus dubitatif encore quand il annonce la venue au monde d'un monstre à pognon, d'un gouffre artificiel, le Lascaux IV qui va engloutir les deniers publics et les investissements privés. Nous sommes bien loin de la taverne originelle, de ce trésor désormais interdit à toute intrusion. Pourtant, quand Bernard évoque sa dernière visite, il a des perles dans les yeux !

« Je m'en souviens comme si c'était aujourd'hui. J'avais rendu visite à Jacques Marsal, l'un des quatre découvreurs (on dit inventeur) de la grotte le 12 septembre 1940. Il était atteint d'un cancer et savait ses jours comptés. Il m'a dit « Bernard, je te propose de visiter une dernière fois notre grotte, après, ça sera à jamais fini ! ». Je n'ai pas refusé pareille offre, vous pouvez l'imaginer.

La veille au soir, il avait fait un orage terrible. Il avait beaucoup plu. Comme nous nous sommes retrouvés seuls sous la terre, nous découvrîmes un spectacle féérique. On a souvent comparé Lascaux à la Chapelle Sixtine, ce jour-là, il y avait de quoi. Les parois étaient humides, les couleurs ressortaient, comme si elles avaient été peintes il y a quelques jours. C'était au-delà du descriptible. Un coup de poing au cœur ! Les rouges étaient d'une violence inouïe … »

Ainsi, Bernard ne cessait d'évoquer cette ultime visite, en 1988. Il ne pouvait oublier et en comparaison, les copies qu'on propose aux curieux lui semblent si fades qu'il ne veut plus en entendre parler. Il préfère tourner la page de ses années de guide puis de responsable de la maintenance technique de Lascaux II. Il veut retourner à son cher Moyen-Âge périgourdain.

Nous faisons alors le tour en paroles de plusieurs châteaux du coin. Ils sont souvent privés, Bernard enrage à nouveau. Il me raconte Castelnaud près de La Chapelle, Marqueyssac qui se dresse juste en face, Fayrac, une forteresse, La Coste, une demeure de la Renaissance et enfin le château de Joséphine Becker : Milandes. Il est intarissable.

Je veux en savoir plus sur sa rivière, la Vézère. Il a bien du mal à se détacher des vieilles pierres. Il finit enfin par satisfaire ma curiosité de marinier. Il fait naturellement un détour par la guerre de cent ans, on ne peut troquer une passion contre une autre.

« Sur la Vézère, il n'y avait qu'un pont de pierre à Terrasson. Ensuite, plus rien jusqu'à Bergerac. Les Anglais étaient sur une rive, les Francs sur l'autre. À Montignac, un pont de bois était dressé sur 4 piles en pierre. Souvent il allait dans les flots quand la rivière se mettait en colère. Moi, je me souviens de la crue de 1960. La Vézère avait atteint la cote de 11 mètres, une vraie folie.

Pensez qu'ici, dans ce bar, nous avions de l'eau jusqu'au comptoir, c'est vous dire ! Sur l'une des piles, François Premier avait fait graver son blason lors d'une des nombreuses reconstructions. Notre rivière aussi est sauvage. Quant à la batellerie, je n'en sais pas grand chose. Il y a peu d'écrits sur ce commerce qui a pourtant existé fort longtemps.

Des petits bateaux de bois descendaient du plateau des Mille vaches. Ils apportaient du charbon et du bois des alentours de Brive pour faire des tonneaux du côté du Bordeaux. C'étaient des bateaux d'avalaison, ils ne faisaient que la descente puis étaient dépecés. Il y avait bien des Gabarres qui remontaient la rivière. Mais ils n'allaient guère après Bergerac. Le commerce se faisait en étapes. Des petits bateaux prenaient le relais pour venir jusqu'à Montignac et plus haut encore. Ils apportaient du sel et bien d'autres marchandises. On voit encore les quais au pied du pont actuel.

Sur la Vézère, il y avait des passeurs quand les eaux étaient trop hautes. On en trouvait dans tous les villages sans pont. À Montignac, chaque fois que le pont se retrouvait au fond, une barque prenait le relais pour continuer la liaison. Il y avait naturellement un octroi pour franchir le cours d'eau et un péage sur la Vézère. Je n'ai jamais trouvé d'indications précises à ce sujet lors de mes recherches aux archives. »

Il me fallait partir. Je laissais Bernard et Thierry. J'y serais encore si je n'avais eu d'autres engagements. Si vous voulez en savoir plus, passez donc « Au Comptoir » à Montignac. Bernard sera assis au coin du comptoir. Vous lui offrez un Perrier et vous en aurez pour votre argent. Il est un puits de science !

Préhistoriquement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Prudence Gayant Prudence Gayant 9 août 2013 16:01

    Bonjour Nabum,

    Pas de Lascaux mais une visite à la grotte de Fond-de-Gaume aux Eyzies-de-Tayac il y a quelques années déjà.
    Je me permet de citer le livre de Michael Crichton « Prisonniers du temps » donc l’histoire se situe dans la région. Ayez juste la curiosité de fureter sur le net et vous faire une idée du sujet du livre.
    Bernard aurait sûrement aimé, peut-être ?

    • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 2013 19:06

      Prudence


      J’espère que grâce à mon ami Thierry, Bernard lira ces deux textes et les commentaires.

      Il nous dira alors s’il connait cet auteur. Merci à vous.

    • paco 10 août 2013 03:09

       @ Prudence, je dois etre atteint de « Crichtophobie » aigue, mais son livre est une vraie daube, à mon sens....Postulat de départ interessant, vite baclé par ses nègres....comme tous ses autres bouquins...

       Plongez vous plutot dans l’oeuvre de J M Auel, commencez par « Le clan de l’ours des cavernes », oui, je sais, titre rébarbatif, mais lisez ses cent premières pages, vous serez conquise...Le roman a eu 5-6 suites, inégales mais très fouillées...Son héroine, Ayla, condense à elle seule toute l’aventure humaine, et elle a du vivre sur les rives de la Vézère, puisque dans son dernier opus, je crois, elle visite Lascaux fraichement peinte....Ces romans sont trés bien écrits, à tel point que J H Rosny Ainé et sa « Guerre du feu » prend un vrai coup de vieux...
       Lisez-la.....

       Et, @Nabum, idem si ce n’est déjà fait....
       Et te lui causerai, au Bernard chez le Comptoir, t’inquiète....En fait j’ai la belle-duche qui est née au pied du chateau...Alors tu penses.... smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 2013 07:49

      Paco


      Il y a bien longtemps que cette série a été dévoré, prêtée, propagée ...
      Un crai régal

      Quant à votre négirer, nous ferons en sorte d epasser notre chemin

    • Prudence Gayant Prudence Gayant 10 août 2013 15:15

      Paco,

      C’est surtout le fait de pouvoir voyager dans le temps qui m’a plu dans ce livre, d’une.
      Et de deux et non des moindres, c’est le plaisir de pouvoir « reluquer » la photo de M. Crichton qui apparait dans tous ses livres en page intérieure de la couverture !!!!
      PLus sérieusement, je vais m’intéresser au livre que vous proposez, je vous remercie pour l’information.

    • Prudence Gayant Prudence Gayant 11 août 2013 15:40

      Paco,

      Je suis allée sur le net pour me faire une idée de votre caverne des ours.
      Bizarre que l’auteure invente tous ses interdits faits aux femmes déjà à cette époque.
      Je reste avec mes préférences crichtonniennes car elles me conviennent dans l’ensemble.
      Mais les préférences en matière de lecture sont si vastes et si incontrôlables.

    • Fergus Fergus 9 août 2013 23:21

      Bonsoir, C’est Nabum.

      Merci pour cette évocation d’une région intéressante à plus d’un titre, le plus original étant que c’est le coin de France où l’on parle plus anglais.

      La Vézère descend en effet du plateau de Millevaches. A cet égard, j’indique ce petit moyen mnémonique à tous ceux qui souhaitent se souvenir du nom des rivières issues de ce plateau : VCVC, où Vienne, Creuse, Vézère, Corrèze.

      Bonne nuit.


      • paco 10 août 2013 03:25

         @ Fergus, respect.... Vous m’épaterez donc toujours....je note précieusement. Merci.


      • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 2013 07:50

        Fergus


        Tous les moyens sont bons de retenir la leçon y compris les plus curieux ! 

      • caramico 12 août 2013 10:27

        Un coup de vieux ?


        J’ai eu la chance de visiter le vrai Lascaux, où ais-je ainsi participé à la destruction du site, du haut de ma dizaine d’années d’alors ?
         Les Eyzies, le Mas d’Azil font parti de l’imaginaire de mon enfance, j’y étais encore en juillet, poussé aussi par l’excellente saga des Enfants de la Terre, Earth’s Children, de Jean Auel, qui comme son nom ne l’indique pas, est Américaine.

        • C'est Nabum C’est Nabum 12 août 2013 11:18

          Caramico


          Combien êtes-vous à avoir eu droit à ce privilège ? Déja trois en cel ieu .. ; C’est incroyable !

          Les enfantts de la Terre est une fomidable aventure qui réjuoit et instruit le lecteur. Que demander de mieux ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires