• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > VOYAGE EN TCHÉCO (7) / Alauzet et le Che et Mosco

VOYAGE EN TCHÉCO (7) / Alauzet et le Che et Mosco

Vite, passons devant l’Hôtel de la Cloche n'évoquant plus la diligence d'alors mais le sort désormais promis aux retraités. Au-revoir, Dole. Sur la nationale déclassée départementale 673, la circulation est d’autant plus fluide un dimanche.

De Dole à la Porte de Bourgogne.

Saint-Vit… « Vit » signifie aussi Guy non ? Aux abords de Besançon, un des rares camping-cars croisés ou rencontrés cet été, allemand, comme celui qui hier (ce 23 août qui me voit avancer sur le compte-rendu du voyage passé), aux infos, achetait des poulets de Bresse sur une aire consacrée non loin de Bourg, 16,95 €/kg, un prix d’autant plus raisonnable que le sac isotherme est fourni. Ainsi que Kaa le python qui veut hypnotiser Mowgli (« Aie confiance ! »), la télé d’État, avec ses magazines en guise d’actualités, m’aurait-elle aussi endormi ?
 
Besançon Quai_Vauban Wikimedia commons No machine-readable author provided. Arnaud 25 assumed (based on copyright claims).
 
Usine Rhodia / vue sur l'amont de la boucle du Doubs depuis la Citadelle.
 
Besançon. Un itinéraire d’évitement toujours aussi ch… agaçant avec une cohorte de feux qui arrêtent, bloquent clouent de façon complètement désynchronisée et foldingue… La prochaine fois, j’essaie la voie rapide vers la Comtoise… Déprimant pour qui n’a pas eu la chance d’apprécier, au centre, la « première ville verte de France » (dite « la plus propre » du temps des migrations avec papa), « d’art et d’Histoire », avec ses palais et hôtels particuliers, la boucle du Doubs dominée par la Citadelle, bordée en amont par des usines d'une industrie historiquement implantée.
 
Comment passer Besançon sans évoquer Hugo, rendant, à propos de sa naissance, un si bel hommage à sa mère : 
 
 
« Ce siècle avait deux ans.
 
Alors dans Besançon vieille ville espagnole
 
Jeté comme une graine au gré de l'air qui vole
 
Naquit d'un sang breton et lorrain à la fois
 
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix… »
 
 
Et dire qu'à présent une voix du Doubs, celle du député-toubib Alauzet, a osé parler de retraités gagnants... Or le temps décante les calculs, multipliant de fait les réfractaires à la lumière jupitérienne !
On laisse « Besac » avec une longue descente vers l’Est, apportant jadis au mythe de la route, du voyage. Si les temps modernes ont vu pousser ces zones commerciales où remplir sa besace, l'âme du migrateur frémit d’instinct à cette attraction vers l’Alsace, l’Allemagne, la Tchéco, une attraction toute pacifique et ouverte, loin de ce Drang nach Osten repris par les nazis pour justifier la légitimité d'un Lebensraum, un espace vital contestable.
 
La présence des hommes, si semblables et si différents quand ils le décrètent, sous-tend, de toute évidence, une Histoire, plus ou moins ignorée mais à laquelle, sous peine de voir les heures sombres se répéter, il faut s’atteler.
 
Été 2015.
 
Il est midi passé. La grosse chaleur pèse déjà. En bas, un camping ombragé, une grande piscine dite « de la Plage ». Sourires dans le camping-car par solidarité avec ces pauvres humains qui cherchent l'ombre et le plaisir du bain... Mais que se passe-t-il ? Des barrières ferment les accès ! Une ? des noyades ?[1] L’air est immobile, la sécheresse accable. Les gens se cachent ou ont fui ailleurs. A Osselle où la municipalité fait payer cher la baignade dans une ancienne gravière du Doubs ? Peut-être, avec un peu de chance, au pays de Pergaud avec les cascades de l’Audeux (460 m. alt), qui sait, encore vives et fraîches dans la verdure ?
 
Cascade de l'Audeux en 2014.
 
Halte dans un village plus loin où un neveu fête son bac, son permis et ses 19 ans. La canicule oppresse et avec l’interdiction des feux dans la forêt qui jaunit et brunit, se déshabillant déjà, le barbecue se fera obligatoirement à la maison. L’ombre tourne en bas des murs et chacun suit. Une amie appelle qu’on aille la chercher… Plus de vingt kilomètres de galère pour se rendre à Planoise et revenir ? Non merci… pour le dire poliment… Djaz, notre fille, ne finit le boulot qu’à 9 ½ h. Elle sera du voyage. Je n’en rajoute pas pour sa minette si mimi qui va rester dans l’appart, perchée à guetter au dehors depuis son arbre à chat, par un espace resté ouvert en bas du volet roulant. Une amie viendra tous les jours mais je repense trop à Coco, notre brave minou qui miaulait si tristement, comprenant trop bien en voyant nos valises.
 
Nous essaierons de rouler un peu, de gagner l’Alsace au crépuscule et à la faveur de la nuit.
 
Chaleur du Sud, habitudes du Nord… Les tomates sortent désormais aussi bien quelle que soit la latitude mais les localités, les rues sont vides : personne sur le devant des portes pour apprécier une relative fraîcheur ou alors c’est qu’ils sont moins mauvaise-langue que dans le Midi. Mea culpa, au village métastasé par les lotissements souvent dortoirs, tant horizontalement que verticalement, la population s'est fragmentée... les individualismes mis bout à bout ne forment pas une communauté...
 
Baume-les-Dames dans la boucle du Doubs Wikimedia commons Author JGS25
 
Baume-les-Dames, L’Isle-sur-le-Doubs, le moteur ronronne le long d’une vallée toujours belle mais désertée où seuls des fourgons bâchés immatriculés en Pologne semblent circuler à vive allure.
 
Montbéliard, Belfort. 

Le pays de Chevènement et du parachuté Moscovici, éminent socio-traître qui n’en finit pas de parasiter le pauvre peuple orphelin de gauche… Mon peu de sympathie, ma répulsion même pour ce genre de personnage, manipulateur comme un voyageur de commerce en tant qu’opposant à Sarko, véreux, fourbe et traître, bradant les idéaux une fois ministre puis mandarin de l’UE. A 25000€/mois, ce bouffon de Bruxelles, qui fait détester la politique (Agoravox), contribue à booster nos exigences de démocratie, de justice sinon la vigilance d'un pilote seul dans la nuit !
 
[1] Une réfection complète a nécessité la fermeture durant toute la saison 2018. La piscine au joli nom ne rouvrira qu’en juin 2019.

Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • alinea alinea 31 août 2018 21:37
    Bon, vous êtes encore chez moi, Franc-Comtoise, ex étudiante bisontine !! la photo de Rodhiaceta doit bien dater d’une siècle non ? je viens de vérifier, morte en 8I !!Avant Rhodiaceta, on se baignait dans le Doubs, bon c’est vrai grâce à Rhône Poulenc non seulement on a un ministre qui vient de se faire la malle, mais beaucoup de familles ont pu consommer.
    Jamais vu les quais comme ça ! c’est impressionnant ! Besançon, c’est les frères Lumières aussi, l’épisode LIP (à mon arrivée en fac !!) et Mélenchon !!!
    Dis jean jean, quand c’est qu’on arrive ? : regarde et tais-toi ! smiley

    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 31 août 2018 21:50

      Bonsoir alinea, j’aime bien la route en face qui va jusqu’à Chalèze je crois, le long du Doubs, une façon bucolique d’éviter la vilaine traversée et son chapelet de feux rouges...


      • alinea alinea 31 août 2018 22:18

        @Jean-François Dedieu

        Il y a beaucoup de canaux et de voies de halage autour ; quand on part sur l’’est, c’était les tanneries... bonjour l’odeur et la pollution ; quand on part sur Lyon, c’était les papeteries, bonjour l’odeur et la pollution ( oups, je crois que c’est l’inverse, mais peu importe, j’aime ce coin aussi pour ça : beau,plein d’eau et de douceur, et industriel, besogneux)
        Oui je connais(sais) la route de Chalèze ; j’y ai encore des amis !!

      • titi 1er septembre 2018 10:43
        @L’auteur

        « Montbéliard, Belfort.

        Le pays de Chevènement et du parachuté Moscovic »

        Sérieux on s’en fout de CheChe et de Moscovici.

        Il y a tant d’autres choses à dire sur Montbéliard et Belfort, pourquoi les réduire à ces deux énergumènes ?
        Et puisque visiblement pour vous la politique n’est jamais bien loin, c’est dans le haut doubs que sont nées les premières « fruitières » au 13è siècle... 
        C’est à dire les premières coopératives !

        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 1er septembre 2018 11:22

          @titi


          C’est un point de vue... que j’entends...

          Il y en a qui s’en foutent et d’autres pas de dénoncer une démocratie confisquée.

          Et il ne faudrait pas réduire mon propos à cet unique aspect politique même si le titre est volontairement racoleur concernant ce 7ème volet.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès