• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Mode & tendances > « Qu’i·elle est artificiel·le ! »

« Qu’i·elle est artificiel·le ! »

Un terme a disparu des bouches, relatif aux modes & autres tendances : c'est le jugement négatif artificiel·le. C'est-à-dire qu'on jugeait quelqu'un·e artificiel·le, quand i·elle en faisait trop, manquait de naturel. Et ne croyez pas que faire naturel n'est pas artificiel ... au contraire, il y a toute une recherche d'« authenticité » parfaitement inauthentique.

  • Source : Gatsby le Magnifique, 2013

 

Bon. Nous vivons à l'heure de la comm' généralisée, des techniques néo-managériales appliquées en politique même (parti de LREM en tête de cortège), des magazines retouchés Photoshop, et évidemment des effets numériques dans toutes les vidéos ou presque, etc.

C'est-à-dire que nous vivons à l'heure de l'artificialité généralisée.

Ce 26 avril encore, le gentil Stromae proposait une vidéo, dans laquelle on assiste à un défilé de mode extrêmement artificiel dans la démarche, artificialisé. Les paroles sont édifiantes, critiquant le conformisme, le mimétisme des masses (visuellement surtout), et pour ainsi dire ce « stylisme » qui règne (comme on dit de quelqu'un·e qu'i·elle est stylé·e) façon Ken-Barbie-Sourire-Freedent, jusque dans la communication olympienne d'Emmanuel Macron et sa Brigitte.

D'ailleurs, en insistant sur la notion de marche, déclinée en bien des façons (filer droit, marche ou crève, etc.) Stromae semble même critiquer ledit parti présidentiel, qui ne respecte même plus - et ouvertement - la représentativité députative, puisqu'il attend managérialement de ses député·es qu'i·elles « en soient ou pas », dans une sorte de parodie christique : « Qui n'est pas avec moi est contre moi » ... complètement hors la loi, non-républicain, dans la démarche (« Dans un monde complètement renversé, le vrai est un moment du faux », disait intelligemment Guy Debord, dans la Société du spectacle - spectacle intégré, dans laquelle nous sommes au point de ne plus nous connaître, ni connaître véridiquement nos principes).

Bref. L'artificialité règne, ce n'est même plus à proprement parler une mode ni une tendance, mais un fait de société. C'est-à-dire qu'être in est proprement sociétal : « Tu en es ou pas, les absents ont toujours tort, et fais tout pour y rester, quitte à flétrir ton authenticité réelle, pourvu que tu fasses naturel. » Par exemple, sur ta page Facebook, ou Instagram.

Cela se voit depuis un moment, dans les architectures simili-écologiques que servent les devantures telles que le MacDonald verdi peu après le coup médiatique du premier José Bové, par exemple. Mais l'écologisme commercial va bon train, qui met strictement en façade une « éco-citoyenneté responsable » parfaitement artificielle, puisque sur le fond les modes de production n'ont pas varié d'un iota.

Donc :

  • Soyez vous-mêmes,
  • Devenez qui vous êtes,
  • Retrouvez l'authenticité,
  • Restez qui vous êtes,
  • Venez comme vous êtes,
  • La vie, la vraie,
  • C'est l'esprit libre qu'on avance,
  • Perdez tous vos complexes,
  • Libérez-vous,
  • Epanouissez-vous,
  • Retrouvez-vous,
  • etc. ...

... c'est la publicité qui vous le dit, artificiellement, à des fins non-naturelles. Il y a là des messages schizophréniques. Mais, là où nous n'avions pas terminé notre propos sur le gentil Stromae, c'est que la critique d'un tel monde elle-même, cherche derrière à vendre sous Mosaert, anagramme de Stromae : c'est l'artificilaité qui vous dit qu'elle est artificielle, mais qu'il est naturel de l'aquérir pour être naturel, bien que ça ne soit jamais que faire naturel.

Quel vertige, quel étourdissement. C'est the Great Gatsby pour tous.

Alors, elle est pas « belle », la « vie » ?

Mal' - LibertéPhilo

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Julien30 Julien30 4 mai 11:29

    « Historien.ne des idées » Vous ne savez plus si vous êtes un homme ou une femme ? 


    • Mal’ 4 mai 11:31

      @Julien30. Ce n’était pas le fond de l’article. Reste que, ce que je sais, c’est l’entendement n’a pas de sexe - comme la sottise.



    • J’ai développé mon avis sur le site de Fergus. Le Clip de Stromae est assez peu attractif. Mais s’il avait l’intention de décrire la société de l’absence de spectacle dans le spectacle, c’est assez réussi ;


      • Mal’ 4 mai 11:41

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.. Oui, peut-être, pour derrière vendre un pull « grand public » à 100€ minimum smiley


      • @Mal’

        eh oui, le vide remplit les poches, surtout que les dits vêtements ont souvent des trous.

      • Julien30 Julien30 4 mai 11:37

        Et en matière de sottise l’écriture inclusive est à la pointe.


        • Mal’ 4 mai 11:40

          @Julien30. Vous confondez sottise et arbitraire du signe. Un point médian ou une parenthèse ou un tiret ... le médian a l’avantage de ne pas mettre entre parenthèse, de séparer, mais de poser une symétrie centrale. C’est ainsi. Les langues doivent évoluer le moins possible pour les Académiciens avant tout, et je ne donne pas tort à leur travail de conservateurs. Il faut des musées, aussi.


        • Julien30 Julien30 4 mai 11:58

          @Mal’
          « Vous confondez sottise et arbitraire du signe. »

          Préservez la langue et ne pas céder devant les dernières lubies idéologiques délirantes n’est pas juste être conservateur mais faire preuve d’un minimum de bon sens : https://blog.causeur.fr/lavoixdenosmaitres/ecriture-inclusive-un-outil-dexclusion-00627.html

        • Mal’ 4 mai 13:37

          @Julien30. Nous sommes bien conscients de parler d’un malheureux signe de ponctuation, n’est-ce pas ? qui existait bien avant qu’on propose de l’employer entre les sexes ?


        • Julien30 Julien30 4 mai 13:51

          @Mal’
          Oui nous parlons bien d’un simple signe de ponctuation et de sa mauvaise utilisation, employé là où il ne devrait pas l’être pour des raisons purement idéologiques que vous ne semblez pas en mesure de défendre.



        • Julien30 Julien30 4 mai 14:02

          @Mal’
          Et sinon des arguments pour en défendre l’utilisation ou vous suivez juste la dernière mode des milieux à la pointe du progressisme (vous savez ceux qui organisent des réunions contre le racisme interdites aux « non-racisés ») sans trop réfléchir ?


        • Mal’ 4 mai 21:06

          @julien30. smiley


        • Mal’ 4 mai 21:07

          @Julien30. smiley


        • rikoder rikoder 4 mai 14:31

          « Qu’i·elle »

          Cela ressemble à une factorisation. Je n’ai pas compris cette syntaxe immédiatement.
          Comment prononce-t-on « Qu’i-elle » ? « Kièl » ? « Kil Kel » ? Le titre se prononcerait-il « Kièl è artificièl » ?
          Et pourquoi pas l’écrire « Qu’il-elle » ?
          Ou peut-être que l’écriture inclusive n’est pas faite pour être lue ? Mais alors, à quoi sert-elle ? Dois-je la traduire ?
          Ce serait, à ma petite connaissance, la première forme écrite d’un langage dont une partie de sa prononciation orale n’est pas reflétée phonétiquement par la prononciation de sa forme écrite ! (quand elle existe) Et ce depuis...euh...toujours ? Cela pourrait être encore bien pire et la lecture inclusive pourrait changer la prononciation du noyau de la syllabe (autrement dit la voyelle) de sorte qu’elle en deviendrait incompréhensible pour un « non-pratiquant inclusif ».
          Je ne comprends pas le fonds car la forme m’est imprononçable : je ne sais pas prononcer ces « factorisations littéraires » dans ma tête.

          Vous excuserez mon lettrisme artificiel mais l’enfer est pavé de bonnes intentions : le but de l’idée « inclusive » a ses mérites mais l’implémentation pratique de cette même idée est une catastrophe littéraire. Hors la France est un champs littéraire parmi les plus riches. Ce n’est pas pour rien que malgré toute la propagande pour son adoption officielle, son instruction à l’école (et autres instances officielles liées à l’éducation nationale) a été bannie. Si c’était si logique et naturel alors pourquoi ce refus officiel ? D’autant plus que cela aurait encore été l’occasion pour nos puissants de montrer une fois de plus à quel point les minorités priment sur la majorité, ils aiment cela humilier et culpabiliser la majorité culturelle.

          Au final, et pour beaucoup, le fonds de votre message est noyé dans une forme illisible.

          L’écriture inclusive est un effet de mode idéologique. Ca passera, et ça reviendra mais ça ne sera jamais la norme car elle est illisible et imprononçable par essence.
          Si les sons lus ne sont pas les mêmes que les sons prononcés, il y a un problème. Même les migrants n’y comprendraient rien...Pensez aux migrants svp ! Comment feront-ils pour rapidement apprendre à lire et écrire le français si la majorité des français eux-mêmes ne veut pas entendre parler de ces sottises inclusives ?


          • Mal’ 4 mai 21:05

            @rikoder. Vous vous arrêtez à la surface de l’article.


          • cassini 4 mai 17:29

            J’emploie volontiers l’écriture inclusive, mais uniquement dans un contexte moqueur. Par exemple : « les con.ne.s ». L’écriture normale ne me paraît guère invisibiliser que les idiotes, ce qui semble plutôt une bonne chose. 


            • Mal’ 4 mai 21:08

              @cassini. Vous vous arrêtez à la surface de l’article.


            • arthes arthes 5 mai 08:23

              @Mal’
              Vous voyez bien qu employer l écriture inclusive ne fait que desservir vous et vos billets.

              C est tout à fait superfétatoire, comme l étrange inclusion de votre« (selon) » dans le titre de votre dernier billet, comme tournure orale.
              Après si c est votre choix...Mais vous devriez chercher un autre argumentaire que celui que vous ressortez à chaque fois pour défendre votre point de vue

              Ça donne une image artificielle à votre pensée même.
              Un manque de profondeur.



            • Mal’ 5 mai 09:35

              @arthes. Avec ses 380 vues à l’heure actuelle, je crains que tout le monde ne soit pas du même avis, étant donné que l’immense majorité ne s’est pas prononcée. Evidemment, il y a probablement des gêné·es dans le lot, qui ne s’expriment pas ; de même qu’il y a ceux·lles qui sont allés au fond des choses.
              Généralement, on s’exprime quand on a quelque chose à redire, mais comme la seule à s’être exprimée sur le fond, abonda dans le sens de l’article, je peux bien supposer qu’il y a des abondant·es.
              Vous vous prenez pour plus important·e que vous n’êtes, @arthes. C’est comme pour le mariage pour tous : la majorité s’en tamponnait, constatant bien qu’il s’agissait d’habitudes à (re)prendre.
              Bien entendu, vous arrêter sur la forme sans le fond reste à votre disposition, comme on voit.


            • arthes arthes 5 mai 17:01

              @Mal’

              Si vous le dites....Donc pour le moment, il y a Mélusine (mais elle aime bien les cas désespérés) et une masse de non intervenants qui ne partagent pas ce point de vue que d’autres pourtant vous expriment autrement que moi sur votre fil.
              Enjoy.



            • arthes arthes 6 mai 17:49

              @Mal’
               smiley


              A force de faire votre Caliméro, je vais finir par vous trouver sympathique smiley


            • picpic 5 mai 09:46

              Écriture inclusive, insupportable, illisible,je zappe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès