• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Appelez-le Hubert

Appelez-le Hubert

 

Quand Manu change de braquet…

 

On l'appelait Manu, un bon petit gars qui avait de l'ambition à revendre et de l'Or dans les doigts, lui disait-on. Le pauvre gamin ne comprenait justement rien à cette expression. Il avait beau tenter de lire les lignes de ses mains, il n'y avait rien qui brillait. Avec le diminutif que lui avait refilé ses camarades, il voyait bien plus des ampoules que des lingots. Il lui fallait absolument changer son destin.

C'est une professeur de français qui le prit en main, une charmante fée bienveillante qui avait vu en lui cette pépite qui allait briller au firmament. De telles intuitions ne s'expliquent pas, qu'elles deviennent par l'alchimie de l'amour réalité est encore plus inexplicable. La bonne dame avait sans doute trouvé une pierre philosophale dans la chaussure de son protégé.

Toujours est-il que le gentil Manu avait désormais le pied au cale pied et qu'il allait connaître une progression fulgurante. Tout d'abord, petit livreur chez Uber, il porta un financier à un gros banquier de la capitale. L'un et l'autre s'amusèrent de ce clin d'œil linguistique. L'homme puissant prit sous son aile le gamin aux dents longues afin de le mettre en selle dans le monde de la banque.

Loin d'y rouler en roue libre, Manu se plut à gravir tous les cols et les échelons, entamant une carrière fulgurante, encore une histoire de pierre mais cette fois de celles qu'on trouve au fond des ruisseaux aurifères. Son rêve était en voie de se réaliser : s'enrichir ! Sa bonne fée continuait de le couver des yeux, lui assurant la protection pour échapper aux envieux et aux mauvaises fréquentations que son protégé ne manquait jamais d'attirer.

Le monde entier allait lui appartenir quand une nouvelle ambition saisit l'insatiable jeune homme. La Richesse n'est rien sans le Pouvoir. La banque n'était qu'une étape sur sa route, il aspirait à un dessein plus grand encore, devenir le maître du monde. Manu changea donc de braquet pour entrer en Politique, sa bienfaitrice lui conseillant alors de rentrer dans cet autre monde de requin par la porte gauche.

Excellente idée au demeurant puisqu'une confusion de l'histoire comme il y en a tant installa sur le trône une baudruche qu'il serait facile de manipuler à sa guise. Ce que fit Manu avec brio, embobina le naïf et tous ses compagnons. Devenant le maître du trésor, il revenait à ses premiers amours, cherchant alors comment s'enrichir sans que cela ne se remarque.

C'est son ami Hubert qui lui souffla la solution, lui glissa quelques lettres de cachets dans la main et lui proposa le plus beau marché de dupe qui soit : transformer des employés en esclaves sans qu'ils s'en rendent compte. Pour Manu et son compère, l'idée est excellente. À quoi bon s'enrichir si ce n'est pas en asservissant tous les autres ? C'est là la grande ambition des véritables humanistes du libéralisme.

Le coup marcha si bien qu'à partir de ce cheval de Troie dans les droits sociaux, tout le reste allait voler en éclat. Il suffisait de laisser croire aux malheureux qu'ils seraient leur propre maître pour les enchaîner totalement à une activité qui ne serait rentable que pour ceux qui tiraient les ficelles. Manu vit dans cette stratégie la clef de sa future ambition : « Noyer le poisson, prêcher le contraire de ce qu'on veut faire, servir les plus riches et abrutir tous les autres ! »

La mécanique était en place, ne restait plus qu'à se mettre en marche. Il renversa le vieux monde politique, détruisit les oppositions, sacrifia les acquis sociaux, brisa les résistances par la force, sema la terreur pour toujours plus favoriser ses grands amis de la finance. Dans le petit univers de ceux qui ne furent jamais dupes de cet illusionniste machiavélique, on ne l'appelait plus Manu, mais Hubert, un prénom qui lui collerait à la peau comme un scandale d'État, si nous étions encore dans un état de droit.

La vieille fée s'est faite sorcière ; le temps est venu pour ces deux-là de tirer les marrons du feu.

À contre-pied


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    



    • Emohtaryp Emohtaryp 19 juillet 17:00

      @Séraphin Lampion
       

      Oui sûrement mais Hubert le maquereau va finir confiné entre des rondelles de cornichons et de carottes marinés au vin blanc.....


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 18:28

      @Séraphin Lampion

      Voter pour lui ?

      Jamais 


    • amiaplacidus amiaplacidus 19 juillet 10:27

      @L’auteur,

      Pas mieux !


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 18:29

        @amiaplacidus

        Pire, ce n’est pas possible
        Macron s’en charge 


      • jocelyne 19 juillet 10:42

        Là c’est accessible, merci Nabum


        • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 18:29

          @jocelyne

          Je vulgarise le vulgaire qui nous tient lieu de Président


        • Gorg Gorg 19 juillet 10:47

          Excellent, Nabum.

          Merci


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 18:29

            @Gorg

            Si facile de décrypter ce pauvre type 


          • Clocel Clocel 19 juillet 10:51

            Élu ! Ce type a été élu !


            • jocelyne 19 juillet 11:07

              @Clocel
              oui, élu par 18%, d’où l’urgence de réformer le code électoral


            • Clocel Clocel 19 juillet 11:11

              @jocelyne

              Réformer pourquoi ?

              Plus de 40% de tarés sont satisfaits.


            • Clark Kent Séraphin Lampion 19 juillet 11:36

              @Clocel

              Donc, 60% de tarés ne le sont pas !

              Reste à savoir quelle proportion représentante les tarés par rapport à l’ensemble de la population !

              (C’est un peu comme la différence entre les inscrits, les blancs, les nuls et les exprimés : tout dépend sur quoi repose le pourcentage.)


            • Clocel Clocel 19 juillet 11:49

              @Séraphin Lampion

              A mon goût, c’est encore beaucoup trop !

              Je suppose que tu bouges, vois du monde, discute ou pas, dans l’ensemble je dirais que les chaînes leurs vont plutôt bien, qu’ils sont pour la plupart satisfaits d’être des esclaves bien gras et que le collatéral d’une société merdique ne les empêche pas de dormir pour peu que l’obus (ou la vérole) tombe chez le voisin...


            • Emohtaryp Emohtaryp 19 juillet 17:12

              @Clocel

              Élu ! Ce type a été élu !

              Vraiment ?


            • Clocel Clocel 20 juillet 07:21

              @Emohtaryp

              Vraiment, et officiellement....

              Après on peut se tirer sur la nouille autant qu’on veut à propos des chiffres et de sa légitimité, factuellement, en vertu des règles auxquelles 40% de la populace accepte encore de participer, ce type a été élu pour finir de démolir le pays.


            • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 18:30

              @Clocel

              Par des imbéciles 


            • Clocel Clocel 19 juillet 12:31

              Je sais bien qu’on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, mais...

              Prenez l’habitude de lever le nez tous les jours, vous y verrez notre avenir...


              • C'est Nabum C’est Nabum 20 juillet 18:30

                @Clocel

                Il est bien sombre 


              • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 07:55
                En l’an 37 Macron fit tuer sur ses ordres le petit-fils de Tibère et bien d’autres membres de la famille impériale que le règne précédent avait épargnés, ainsi qu’un grand nombre de dignitaires que Caligula voyait comme de potentiels obstacles à son pouvoir absolu.

                En 38, seulement un an après son avènement, Caligula remplaça son préfet Macron et le chassa de Rome. Alors que Macron et son épouse (dont Caligula s’était lassé) s’apprêtaient à embarquer pour l’Égypte où ils comptaient se retirer, une soldatesque envoyée par Caligula les intercepta. Emmenés dans un lieu secret, ils auraient été exécutés ou contraints à se suicider. Selon certains historiens, le corps de l’ancien numéro deux de l’Empire aurait été jeté en mer.

                Ainsi périt l’ambitieux Macron

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Publicité