• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Doux, à vendre ou à Loué ?

Doux, à vendre ou à Loué ?

Le groupe Doux, propriétaire du célèbre Père Dodu a été placé en redressement judiciaire en juin 2012. Le tribunal pourrait aussi décider de prolonger la période d'observation du groupe, le temps de permettre à Charles Doux de finaliser son plan de continuation malgré une dette de 430 millions d’euros..

Encore une fois, des milliers d'emplois sont en jeu : 3400 salariés chez Doux, quelque 800 éleveurs, 2000 personnes employées par des sociétés de transport travaillant pour le groupe, et les nombreux sous-traitants.

Le tribunal de commerce de Quimper devrait rendre ce mercredi sa décision sur le devenir du groupe volailler Doux : il faudra principalement trancher entre une offre de reprise et le plan de continuation du PDG Charles Doux, deux scénarios impliquant de nombreuses suppressions d'emplois.

Charles Doux, le PDG envisagerait de céder l'entreprise à sa principale banque : « Nous avons réuni 25 millions d'euros. La banque Barclays apportera 10 millions d'euros ; Al Munajem, un client saoudien 12 millions d'euros et Factor 3 millions d'euros. Dans un second temps, la banque Barclays est prête à convertir sa créance (140 millions d'euros) en capital. Elle prendrait ainsi le contrôle du groupe Doux. La famille Doux resterait actionnaire minoritaire. »

Petite précision : en 15 ans, le groupe a perçu environ un milliard d'euros de subventions publiques.

Sur son site :

« 2010, une croissance rentable et un développement commercial continu

L’année 2010 marque le retour, sur la durée, à une croissance rentable de nos activités.

Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 1,406 milliard d’euros en 2010 contre 1,369 milliard d’euros en 2009, soit une progression de +2,5%. L'EBITDA de l’année 2010 s'élève à 137,4 M€, soit 9,8 % du CA net, contre 7,6 % en 2009 et 5,6 % en 2008. »

LDC, producteur des poulets de Loué, s'est déjà dit intéressé par la branche de produits frais. « Mais conserverait-il l'ensemble du personnel et tous les sites ? »s'interrogent les syndicats. Que deviendraient alors les activités de produits congelés et de produits transformés, toutes deux en meilleure santé financière ?

Après, Denis Lambert, un proche de François Fillon, patron de LDC (volailles de Loué, notamment), un autre grand groupe de la volaille, a été un de ceux qui ont fait pression pour que l’entreprise dépose son bilan. Il ne voulait pas négocier directement avec la famille Doux. La direction de LDC a déclaré qu’elle n’était pas intéressée par le groupe dans sa structure actuelle. Elle a des visées sur certaines marques, certaines activités en France, mais pas sur le surgelé et l’international. Notre crainte est donc que l’entreprise soit dépecée, vendue par compartiments. La meilleure façon d’obtenir cela était qu’il y ait un dépôt de bilan.

Attention aux réactions des syndicats. Plus de 5000 personnes touchées, la rentée risque d’être dure chez Doux. Monsieur Manuel Valls ministre de l'Intérieur, vos poulets m’aiment pas Loué (Affiche en illustration), aimeront-ils Doux ?

Illustration : http://www.miwim.fr/blog/publicite-la-recette-du-poulet-de-loue-buzz-police-14000


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires