• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Le Maître des eaux et Forêts

Le Maître des eaux et Forêts

La Fable de la fable

Il était une fois, en 1664, un homme de plume qui se mit à faire le paon auprès d’une belle et noble dame : la Duchesse d’Orléans. Onze ans auparavant, Jean de la Fontaine, fort d’un tel patronyme, devint maître des Eaux et Forêts, charge dont il n’aura plus que faire en 1672. C’est naturellement qu’il se tourna tout spécialement vers la nature pour écrire ses fables, jouant de ce fameux anthropomorphisme qui le rendit célèbre.

Pour se moquer de la vanité humaine, il se mit à écrire des fables, à l’imitation d’Ésope, un modèle antique en une époque où il convenait de puiser dans le passé si l’on voulait être respecté. Jean ne s’en priva pas, lui qui aimait à profiter de la protection des grands pour vivre aux crochets de ceux-ci. Mais laissons ce travers pour ne nous préoccuper que de ce récit.

En 1668, notre bon fabuliste se paie une belle célébrité en écrivant Le Lièvre et la Tortue. La fable fait le tour du pays, venant aux oreilles de tous les animaux ligériens. En bord de Loire, il n’en va pas autrement d’autant que la Cistude y vit tranquillement. Notre petite tortue d’eau douce se réjouissait de la farce que le grand homme lui avait attribuée. Il faut bien admettre que les lièvres, quant à eux, gouttaient fort peu la plaisanterie. Il en va toujours ainsi entre l’arroseur et l’arrosé.

Sur les rives de Loire, les animaux s’amusaient de ce récit qui s’était propagé comme une traînée de poudre. C’est ainsi qu’un chien de chasse à courre, réputé pour sa vitesse, alors qu’il était à la poursuite d’un cerf dans la forêt de Chambord, parvint jusqu’au port de Saint Dyé. Le dix cors à bout de force se jeta dans les flots et porté par un courant violent échappa à la meute.

Dans les taillis, un lièvre se gaussa de la défaillance des chasseurs, perdant ainsi une proie qui lui était promise. Le chien prit d’autant plus mal l’ironie cuniculaire qu’il venait d’apprendre la fable qu’il récita dans l’instant à celui qui dressait les oreilles. Sur la rive, les éclats de rire fusèrent de partout, y compris du fond de l’eau. Une écrevisse en effet avait écouté le moqueur et se dit qu’il serait bon de lui jouer un vilain tour.

Le crustacé d’eau douce avait l’ironie facile. L’écrevisse réputée à tort d’être une Pince sans rire, aimait à jouer des farces. Elle apostropha le Chien coureur, lui tenant à peu près ce discours. « Mon brave ami, je perçois votre ironie. Vous vous moquez d’autant plus aisément de ce pauvre lièvre que c’est un homme de lettre qui vous a mis dans la bouche cette fable. Vous croyez-vous donc à l’abri de pareille entourloupe ? »

Le chien piqué au vif, lui qui appartenait à une meute royale, se dressa de toute sa grandeur et mit au défit l’écrevisse de tenir avec lui un pari. Il se sentait en tous points supérieurs à cette maladroite, incapable, ne fut-ce, que de marcher droit. Rira bien qui rira le dernier se promettait ce vieux cabot, plus orgueilleux que malin.

Pour pousser à bout son interlocuteur, l’écrevisse qui avait des lettres lui évoqua son congénère le renard, bien plus rusé selon elle que ce pauvre roquet. Le coup avait porté au-delà de ses espérances, le chien en perdit toute contenance et tomba dans l’instant dans le piège tendu. Il consentit, lui l’animal pourtant si réputé pour son flair, aux conditions que fixerait son adversaire en ce duel singulier.

L’écrevisse, animal vicieux s’il en est, proposa au chien courant une course, lui sur le chemin de halage, elle dans le fond de la rivière. La victoire reviendrait au premier qui arrivera à la cale du port au lie- dit le Cavereau, situé non loin de Saint Dyé. Les témoins de la course devant être tout naturellement le lièvre et la cistude. Le seul souci avec la tortue étant de lui laisser le temps de se rendre sur place.

Le lièvre riait sous cape. Il devinait que l’écrevisse, forte de l’expérience de la fable précédente avait sans doute manigancé quelque stratagème pour leurrer l’aboyeur, fort en gueule et peu malin. Rendez-vous fut donc pris, une semaine plus tard pour permettre à la tortue de se rendre sur place.

C’est donc ce délai passé que le chien, le lièvre et l’écrevisse se donnèrent rendez-vous à Saint Dyé. L’écrevisse avait encore la main pour déterminer les modalités de la course. L’animal roublard évoqua en termes pompeux la nécessaire équité de l’épreuve, l’obligation de mettre tous les concurrents à la même enseigne tout comme l’exigence absolue de partir au même signal.

C’est ainsi qu’elle expliqua qu’étant dans l’eau, les sons y circulant d’une manière différente, il convenait de se mettre d’accord sur un signal de départ non équivoque. Laissant par pure forme la possibilité au chien de proposer une modalité à sa convenance et faute d’une proposition de celui-ci, l’écrevisse suggéra au chien de tremper sa queue dans la rivière afin que d’un coup de pince, elle déclenche le signal de la course. Le chien enthousiaste se plia aisément à cette suggestion.

C’est ainsi que le chien laissa traîner sa queue au fond de la Loire. L’écrevisse se fit un devoir de la pincer de plus fort qu’elle put. Aussitôt et malgré la douleur de cette sournoise agression, le chien se carapata à quatre pattes, négligeant toutes les sollicitions extérieures qui avaient joué mauvais tour au lièvre.

Il courut allant jusqu’au bout de ses forces, bien décidé à ridiculiser cette prétentieuse écrevisse. Il avait avalé la distance le séparant du Cavereau quand, à l’instant de franchir la ligne d’arrivée, il vit surgir le lièvre qui lui fit signe de s’arrêter. Le chien obtempéra tout naturellement, on aime à obéir dans la race canine.

Le lièvre, en sourire aux lèvres, les oreilles dressées, le pria de se retourner pour mieux profiter de sa victoire. « Regarde l’ami, d’aussi loin que portent des yeux, tu ne verras pas la queue de l’imprudente. Tu l’as battue à plat de couture, même à la nage, l’écrevisse restera sur sa faim ! ». Le chien s’assit pour mieux jouir de son triomphe. Oui, il allait emporter la plus éclatante victoire qui soit !

C’est alors que l’écrevisse qui s’était offerte une course folle, accrochée qu’elle était à la queue de son adversaire en profita pour se libérer et franchir de sa démarche de guingois la ligne d’arrivée. Elle fit quelques pas et s’installa là, le triomphe modeste. Quand le chien se retourna pour faire le dernier pas, sa défaite était consommée.

La cistude qui avait assisté à la scène se précipita vers l’écrevisse. Entre dames portant carapaces sur le dos, elles devaient se congratuler. L’une contre l’autre avaient triomphé de la légèreté et de la vélocité de leurs adversaires. Il ne suffit pas d’être mieux doté par la nature pour empocher la mise, il faut encore faire bon usage de ses capacités sans en omettre une seule. La sagacité n’est certes pas ce qui permet de faire preuve de célérité, mais en dépit des apparences, cette qualité peut s’avérer bien plus utile.

À deux pas de là, Jean de La Fontaine buvait du petit lait. Non seulement sa fable avait eu grand succès mais elle faisait des émules. Que son apologue puisse ainsi être repris en ricochet en bord de Loire n’était pas pour lui déplaire. Il en était si fier qu’il voulut célébrer ce grand moment en retournant le soir même au Château de Chambord. Il grava dans le tuffeau sa signature pour qu’une trace à jamais célèbre le triomphe de sa prose.

Voilà, vous savez tout de cette anecdote qui laissa des années durant les archéologues dans l’expectative. Je me suis permis de vous en dévoiler les arcanes car comme chacun sait qu’ici-bas c’est double plaisir que de tromper le trompeur, parole de bonimenteur.

Fabuleusement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • juluch juluch 21 avril 11:52

    La Fontaine aurait bien apprécié !


    • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 12:53

      @juluch

      Pas certains

      En bon plagiaire il ne devait pas aimer les plagiaires


    • Qui est le plus spirituel : l’air ou l’eau. Il semblerait que vous n’entrions dans une ère air) du verseau (étrange appellation pour un signe d’air (gémeaux, balance, verseau). C’est l’eau bien sûr le déluge). quand j’observe une personne balayer, je lui fait remarquer qu’en fait elle déplace la poussière. Idem pour le vent d’automne, il n’enlève pas le feuilles, il les déplace. seul avantage quand on ne récolte pas le linge du voisin, c’est qu’il rassemble les feuilles mortes dans un coin. C’est ainsi que je comprend que THOT HERMES TRISMEGISTE a perdu son immaturité propre au gémeaux (le TRICKSTER ou diablotin farceur) en se trouvant à sa place de véritable guérisseur comme l’indique le Caducée. THT, a sa place dans la constellation du serpentaire qui a sa queue en scorpion (eau) et sa tête dans le feu du sagittaire. C’est la roue qui va à contre courant du vent. Par un système de d’inversion des forces. Comme le moulin à eau qui en allant dans le sens contraire au courant permet au moulin de donner la meilleure farine. Le moyeu d’un roue donne l’impression de tourner en sens inverse. (Jean est associé au signe du scorpion (qui est dit d’eau, mais est représenté par Mars, le feu et pluton) de la Fontaine. J’ai connu un Jean Fontaine, médecin qui faisait de la recherche sur le mort subite du nourrisson (c’est assez simple : éviter de mettre l’enfant sur le ventre, partie animale du corps : le ventre). Le mouvement LGBT a usurpé comme le fit Hitler avec la croix Gammée (qui tournant dans le sens inverse a une signification spirituelle) l’arc en ciel. Qui parait-il fut dans le ciel après le déluge. Plus personne n’a besoin maintenant de savoir ce qu’est un uranien. Ouranos, ne faisait pas l’amour à Gaïa, il l’a violentait...Uranus, c’est AUSSI la technologie qui détruit la nature. au secours criait Gaïa. Saturne et sa faux intervint). Mais sur l’écume un spermatozoïde s’échappa sur l’écume : APHRODITE était née. Botticelli, née un premier mars en poisson (eau, mer, océan). l’homme qui aima la femme. Bien plus que DE VINCI...


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 12:54

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Ne dérivons pas


      • troletbuse troletbuse 21 avril 13:01

        @C’est Nabum
        Pour dériver, faut être optimiste  smiley


      • @C’est Nabum Mais c’est ce que vous faites parfaitement chaque jour..


      • Corrigé : Qui est le plus spirituel : l’air ou l’eau. Il semblerait que nous entrions dans une ère, air) du verseau (étrange appellation pour un signe d’air (gémeaux, balance, verseau). C’est l’eau bien sûr (le déluge). Quand j’observe une personne balayer, je lui fais remarquer qu’en fait elle déplace la poussière. Idem pour le vent d’automne, il n’enlève pas les feuilles, il les déplace. Seul avantage quand on ne récolte pas le linge du voisin, c’est qu’il rassemble les feuilles mortes dans un coin. C’est ainsi que je comprend que THOT HERMES TRISMEGISTE a perdu son immaturité propre au gémeaux (le TRICKSTER ou diablotin farceur) en se trouvant à sa place de véritable guérisseur comme l’indique le Caducée. THT, se trouve dans la constellation du serpentaire qui a sa queue en scorpion (eau) et sa tête dans le feu du sagittaire. C’est la roue qui va à contre courant du vent. Par un système de d’inversion des forces. Comme le moulin à eau qui en allant dans le sens contraire au courant permet au moulin de donner la meilleure farine. Le moyeu d’un roue donne l’impression de tourner en sens inverse. (Jean est associé au signe du scorpion (qui est dit d’eau, mais est représenté par Mars, le feu et pluton) De la Fontaine. J’ai connu un Jean Fontaine, médecin qui faisait de la recherche sur le mort subite du nourrisson (c’est assez simple : éviter de mettre l’enfant sur le ventre, partie animale du corps : le ventre). Le mouvement LGBT a usurpé comme le fit Hitler avec la croix Gammée (qui tournant dans le sens inverse a une signification spirituelle) l’arc en ciel. Qui parait-il fut dans le ciel après le déluge. Plus personne n’a besoin maintenant de savoir ce qu’est un uranien. Ouranos, ne faisait pas l’amour à Gaïa, il l’a violentait...Uranus, c’est AUSSI la technologie qui détruit la nature. au secours criait Gaïa. Saturne et sa faux intervint. Mais sur l’écume un spermatozoïde s’échappa sur l’écume : APHRODITE était créée. Botticelli, née un premier mars en poisson (eau, mer, océan). l’homme qui aima la femme. Bien plus que DE VINCI...et c’est ainsi que THOT HERMES TRISMEGISTE FUT LE COMPAGNON D’APHRODITE 


        • Ne dit-on pas de quelqu’un de méchant qu’il a un mauvais air...


          • La lettre « R ». 20ème lettre de l’alphabet hébreux (au tarot : le jugement), est REISH. qui peut s’entendre comme REICH....avec le S qui les différencie. S comme le serpent ou sexe (qui sépare)

            20. REISH, la Richesse du Coeur

             - Valeur numérique : 200

             - Planète : Mercure

             - Signification : La Tête

             - Rayonnement : Vert émeraude (La table). notez toute la difféfence avec le régime hitlérien : 

            - Accepter de lâcher l’avoir pour être

             - Courber la tête, abandonner l’orgueil et le contrôle mental

             - Une aide précieuse pour apaiser le mental

             - La Pureté

             

            «  Bienheureux les pauvres en esprit, car le Royaume de Dieu leur appartient  ». Matthieu, 5.3. L’Intelligence du coeur sait déjouer les pièges des « appâts-rances ».

            Plonger dans le rayonnement émeraude de Reish nous permet de lâcher le mental et les fonctionnements de l’intellect, pour laisser s’épanouir notre intuition et entendre les messages de notre Etre de lumière. ( Rosh en hébreu signifie « tête » ). Sa présence pure et simple est une douche vivifiantequi donne une extraordinaire sensation d’allègement.

            Reish est inestimable pour libérer notre âme des réflexes de l’orgueil, de la possessivité, et de l’égoïsme en général. Pour cette humanité morcelée qui a oublié son origine divine, qui a perdu la conscience qu’elle formait un Corps Unique, le monde est terrifiant, le danger est partout. Rien n’est stable et durable pour le regard qui ne voit plus la Lumière éternelle. En réaction à la peur s’est formé l’ego, et tout ce qui entretient la séparation, source de souffrance. Nous cherchons vainement à contrôler, maîtriser notre quotidien avec notre personnalité humaine limitée, et notre impuissance attise la peur et entretient ce cercle vicieux.

            Reish nous propose un nouveau regard sur la vie, un vertigineux défi pour guérir de nos réflexes de peur. Elle est l’initiale de l’archange Raphaël, dont le nom signifie « Dieu guérit », qui apparaît dans la Bible pour guérir Tobie de la cécité !


            • Le « S » est la 19ème lettre de l’alphabet. Au tarot, c’est le soleil et un couple. Si l’homme à un phallus, la femme a l’uraeus (utérus). Dans l’antiquité égyptienne, l’uræus est le cobra femelle qui a pour fonction de protéger le pharaon contre ses ennemis. C’est également une puissante déesse, principalement incarnée par Ouadjet. .Le serpent Sacre. Il y a beaucoup de nerfs Sacré autour de l’utérus. Toutes les parties digestives sont liées au nerf vague (ce que vous dite est vague,...). Raison pour laquelle, la peur induit certaines réactions directes...Le contraire du nerf vague, c’est le bien nommé sympathique. L’autre est « para »...commando..


              • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 16:47

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                J’en reste sans voix


              • mosel 21 avril 18:46

                 LE RENARD ET LE BUSTE

                les grands,pour la plupart, sont masques de theatre ;

                leur apparence impose au vulgaire idolatre.

                 l"ane n,en sait juger que par ce qu’il en voit.

                le renard, au contraire, a fond les examines,

                les tourne en tout sens,et, quand il s’aperçoit

                que leur fait n’est que bonne mine,

                il leur applique un mot qu’un buste de heros

                 lui fit dire fort a propos.

                 c’etait un buste creux, et plus grand que nature.

                le renard en louant l’effort de la sculpture :

                belle tete dit -il, mais de cervelle point.

                conbien de grands seigneurs sont bustes en ce point !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité