• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > Riz, tofu et chocolats

Riz, tofu et chocolats

Le 19 novembre, l'homme le plus puissant de l'industrie automobile mondiale, était arrêté à la descente de son jet privé à l'aéroport de Haneda. C'est la dernière fois qu'il a été vu en public.

Carlos Ghosn est maintenant en prison depuis plus d’un mois.

Certains journaux ont suggéré qu'en minimisant sa rémunération, M. Ghosn faisait simplement ce que font beaucoup d'autres dirigeants, y compris au Japon et considèrent qu'il s'agit d'un cas de justice sélective. 

D'autres ont affirmé que Ghosn était victime d’un harcèlement judiciaire parce qu'il est étranger.

En réalité, sa chute personnelle ne peut être dissociée d’une rivalité entre deux états pour la position de leader dans le domaine de l’industrie automobile, la France et le Japon, et l’enjeu est l'avenir de l'alliance Renault-Nissan.

Au-delà des faits de corruption mis en avant par les procureurs japonais, la dureté du traitement fait apparaitre deux éléments :

  • la réaction d’un état au pouvoir mondialisé des entreprises transfrontalières, ce qui pourrait être un prémisse de reprise en mains des affaires publiques par les politiques devenus un peu partout les hommes-liges des businessmen industriels et financiers
  • le caractère absolutiste du système juridique au Japon, pays perçu par les occidentaux comme un ilot de « démocratie » dans une Asie constituée d’états considérés par eux comme "despotiques".

Un ancien responsable du Ministère japonais du Commerce International et de l’Industrie, M. Kazuo Yawata, considère que le traitement très médiatisé de l’affaire en cours pourrait bien constituer le « suicide du système judiciaire japonais », une sorte de Hara-Kiri administratif. 

Quoi qu’il en soit, les enjeux échappent au commun des mortels et l’accusé, victime et/ou coupable, apparait de plus en plus amaigri lors de ses rares apparitions.

Alors, compatissants, les salariés de GM&S, équipementier automobile de La Souterrine, dans la Creuse, menacé de fermeture par le dumping social en vogue, ont voulu montrer qu’il étaient capables d’autre chose que de mettre le "bordel", comme l’avait dit Emmanuel Macron lors d'un déplacement à leur usine en octobre 2017.

A l’occasion de la nouvelle année et pour améliorer l’ordinaire des menus carcéraux nippons, ils ont envoyé à cet homme en difficulté qu'ils connaissent bien des chocolats , en les accompagnats de ces mots :

Cher Carlos Ghosn,

Vous étiez plus habitué aux atmosphères feutrées des salons huppés, au confort de votre jet privé, aux lumières de la jet set, il vous faut maintenant vous contenter de ce qui fait l’ordinaire d’un justiciable au Japon.

Nous compatissons !

Nous savons ce que c’est que de devoir se serrer la ceinture, depuis que vous et votre compère Carlos Tavares avez fait licencier 157 salariés de GM&S.

Nous savons ce que c’est que l’incertitude du lendemain depuis que vous avez rendu l’avenir de LSI ex GM&S encore plus précaire.

Comme c’est dommage de ne pas pouvoir profiter de vos 15 millions d’euros de revenus dans votre cellule ! Pour vous en consoler, ce petit cadeau, qui saura, nous l’espérons, vous faire retrouver le sourire.

Nous vous attendons en forme pour le procès intenté par les salariés et ex salariés de GM&S, car nous, nous croyons en la justice. À très vite !

La Souterraine, jeudi 10 janvier 2019

Les membres de l'Association de Soutien et de Défense GM&S

 

Au fait, bonne année à tous !


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • math math 14 janvier 09:03

    Carlos Ghosn..un voyou en col blanc pris la main dans la caisse en train de voler de l’argent...La classe politique de notre beau pays le défend, montrant son attachement à voler les gens..sport favori des politiciens-véreux qui gouvernent notre pays depuis trop longtemps…

    mais que fait la police ?...ben pour 140 euros elle accepte d’aller taper sur les pauvres qui manifestent…

    La mafia au pouvoir... 


    • ledo 14 janvier 09:06

      Ces fumiers de citrons japonais , racistes et xénophobes ne supportent pas qu’un fleuron de leur industrie leur échappe , et ils feront tout pour le récupérer . Si notre gouvernement avait des couilles il prendrait des mesures contre les produits Japonais qui infestent notre consommation et vous verriez qu’ils se calmeraient . Je me souviens d’une boite Japonaise Toshiba , qui avait perçu des aides de l’état pour produire en France et qui au moment de commencer à payer , ce sont barrés en vidant les comptes de l’entreprise et en laissant 300 salariés sur le carreau sans leur verser de salaire ni d’indemnité . Quand à se réjouir des aléas de la vie de Ghosn c’est de la mesquinerie vu que les directeurs d’entreprises sont interchangeables à souhait , lui n’est qu’un pion sur l’échiquier capitaliste . C’est là ou le capital entuberas toujours les petits roquets dans ton genre , c’est que des Ghosn il y en a plein qui attendent leurs tours à la sortie des universités comme Harward.


      • François Pignon François Pignon 14 janvier 09:31

        @ledo

        si notre gouvernement avait des couilles, il serait aussi fumier que ces fumiers de citrons qui, selon vous, ne font que ce que vous demandez de faire à notre gouvernement qui, dans ce cas-là, ne serait sans doute ni fumier ni citron mais une pétale de rose à la bergamote ?


      • Pere Plexe Pere Plexe 14 janvier 18:47

        @ledo
        C’est clair que le motif réel de cette affaire est la direction de Nissan-Renault, que le japon à une justice pitoyable, que corruptions et magouilles sont la norme au pays du soleil levant.
        Reste que si les politiques français avaient étés moins con, ils auraient exigé au Carlos de la jouer plus modeste.
        Et si ils étaient un poil courageux ils auraient fait comprendre aux nippons que la direction du groupe restera française.
        Malheureusement ils sont cons et timorés : les japonais auraient tord de se priver !


      • JL JL 14 janvier 09:20

        Beaucoup de recettes avec deux de ces ingrédients. Je n’en ai pas trouvé avec les trois :
         
         Seulement riz et tofu, chocolat et riz, ou tofu et chocolat.
         
        Si quelqu’un est plus perspicace que moi ?



        • François Pignon François Pignon 14 janvier 10:00

          @JL

          en fait, le titre n’est pas celui d’une recette, mais la formule du bonheur : j’ai mis un « s » à « chocolats »

          Il faut comprendre : « Les moines bouddhistes vous livrent leurs secrets pour une vie heureuse en cellule : du riz, du tofu et des chocolats : rien que du bonheur »


        • François Pignon François Pignon 14 janvier 10:04

          si on supprime le ris et le tofu, on peut atteindre le Nirvana, mais il faut un long entrainement ou alors se réincarner en panda (pas la Fiat, le gros nounours).


        • ledo 14 janvier 10:17

          @François Pignon
          Alors manges en beaucoup du chocolat , çà te feras passer tes aigreurs gogochonnes de Cornichon !!!


        • François Pignon François Pignon 14 janvier 10:37

          @ledo

          C’est un autre moyen d’atteindre le nirvana, à condition d’avoir une provision de vodka à portée de la main :

          Variété de cucurbitacée cultivée en Russie pour les conserves à l’aigre-doux.


        • phan 14 janvier 13:59

          @JL

          Comment se faire rouler dans la farine de riz et de châtaigne : Layer cake à la farine de riz et de châtaigne et cacao, avec crème de tofu.

          Pour Carlos, ils ont remplacé la clémentine par le citron : surtout il faut pas tout mettre les Japonais sur le dos, c’est ni bon ni mauvais !


        • phan 14 janvier 15:55

          @phan
          mettre les Japonais sur ledo, c’est nippon ni mauvais et PTDR citroné avec du riz jaune !


        • troletbuse troletbuse 14 janvier 12:05

          Il faut tout de suite lancer une cagnotte pour Ghosn  smiley


          • zygzornifle zygzornifle 14 janvier 13:59

            @troletbuse

             Et surtout la lancer au Japon ....


          • Pere Plexe Pere Plexe 14 janvier 18:54

            @zygzornifle
            pas au Japon : quand y a du yen y a pas de plaisir !


          • phan 14 janvier 12:13

            Carlos Ghosn n’est plus résident fiscal en France depuis 2012 : le fisc français, vous êtes chocolat !


            • zygzornifle zygzornifle 14 janvier 13:58

              En France il aurait sa médaille accrochée a son veston et une accolade du président ....


              • Pere Plexe Pere Plexe 14 janvier 18:52

                @zygzornifle
                le gus est ‘Honorary Knight Commander of the British Empire’ et chevalier de la Légion d’Honneur.


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 janvier 15:05

                Vous ne remarquez rien ?

                Dés l’arrestation de ce GHOSN, l’Elysée et le gouvernement sont muets, ce n’est pas de leurs habitudes... 

                On dirait que Paris et Tokyo se sont mis d’accord pour se payer la tête du GHOSN... 


                • François Pignon François Pignon 14 janvier 15:15

                  @Mohammed MADJOUR

                  j’avais bien remarqué ce silence mais ne l’avais pas interprété comme vous

                  moi, j’avais cru que pour une fois, ils respectaient leurs propres directives en cas de négociations secrètes avec des preneurs d’otages
                  cette règle, c’est que moins la presse en sait, moins elle dit de conneries, et moins les fuites risquent de faire capoter les négociations
                  non, je pense vraiment que cette affaire est le signe de la reprise en mains de son économie par un état-nation qui avait été comme les autres soumis à la domination des businessmen, industriels et financiers
                  comme les dirigeants français actuels sont, eux, des hommes de paille de ce pouvoir-là, il n’y a certainement pas collusion 
                  le silence est les signe d’une difficulté à trouver une explication à un acte violent non prévu, comme ’était le cas pour le silence de Bush après le 11 septembre où il a fallu attendre plusieurs jours avant d’avoir droit à un conte de fées


                • phan 14 janvier 16:01

                  @François Pignon

                  Paris et Tokyo : les Antigones avec toujours le même complexe d’œdipe !

                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 janvier 14:38

                  @François Pignon

                  «  » je pense vraiment que cette affaire est le signe de la reprise en mains de son économie par un état-nation...«  » 

                  Ce qui est valable pour l’Elysée, non ?


                • François Pignon François Pignon 15 janvier 17:40

                  @Mohammed MADJOUR

                  ben non, justement, c’est même le contraire !


                • Sergio Sergio 14 janvier 18:05

                  Carlos riz jaune, et le choc holà, tôt fut son désarroi quand le sabre fût venu ! hara ki rira bien son denier ! seppuku ce que tu nous a fait !


                  • François Pignon François Pignon 14 janvier 18:51

                    @Sergio

                    et un petit bravo pour Sergio !


                  • Xenozoid Xenozoid 14 janvier 19:54

                    « Les citoyens n’agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du »peuple« dans le grand opéra qui est à l’État ».

                    Une fois, nous avons vécu par la simplicité glorieuse du vote. Couler un bulletin de vote a été le seul devoir patriotique qu’un citoyen pourrait effectuer, une affirmation de tout ce qui a lieu de cher et de vrai. Aujourd’hui, nous vivons dans la nation de l’électeur en voie de disparition. Alimentation a été coupée tellement loin des gens par ceux qui ont l’argent et l’influence que la plupart voit le vote comme une perte de temps. Ajoutez à cela la commande croissante des outils de vote et dépouillement par les sociétés à actions partisanes et vous comprendrez que la voix du peuple n’a jamais été que de la cendre sous le feu.

                    Nous devons nous dégager de l’idée que nos institutions, nos traditions, les barrières qui nous protègent contre les pouvoirs absolus et autoritaires, ne peuvent pas être décomposées. Ils sont démantelés une brique à la fois. La séparation des pouvoirs a déjà été anéantie. C’est un fascisme chuchoté, pas encore en marche dans votre rue et qui cogne à votre porte au milieu de la nuit. Mais il est là, et il jette des racines profondes. Nous devons écouter au-delà du fascisme chuchoté d’aujourd’hui et entrevoir le fascisme triomphant de demain. Nous devons aller au-delà des mensonges et des mythes, au-delà des dogmes, par lequel nous dormons."

                    Dans une atmosphère d’hystérie et de paranoïa collective, les récits des autorités ou/et autorisés n’ont pas besoin d’avoir de sens ou de résister à n’importe quel examen approfondi. Leur but premier n’est pas de tromper, mais plutôt de délimiter un territoire idéologique acceptable, d’expression et d’émotion auquel les gens « normaux » doivent se conformer. Au-delà des limites, se trouvent les ténèbres extérieures de « l’anomalie » et de « l’extrémisme », dont aucune personne « normale » ne veut. Pour éviter d’être jeté dans cette obscurité extérieure, les gens se conformeront aux absurdités les plus absurdes et paranoïaques que vous pouvez imaginer. 
                    Les classes dirigeantes le savent, et c’est pourquoi elles s’en moquent si vous réfutez leurs récits sur Twitter ou sur un site web « déshonorant » qu’ils ont rendu pratiquement invisible de toute façon. Ils ne discutent pas des faits ou de la vérité ... ils marquent les limites de ce territoire « normal » et attirent des gens effrayés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès