• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > « Tant que je pourrais continuer à chanter... ! »

« Tant que je pourrais continuer à chanter... ! »

Généreuse, sensible et disponible, Jocelyne Béroard a répondu « en privé » à nos questions . Et nous sommes ravis car Kassav fête ses trente ans cette année !

Il y a des rencontres comme ça où parfois le virtuel peut être magique ! Un beau jour, sur mon blog photo, atterrit un commentaire de "Jendayee"... que je ne connais pas. Enfin presque pas, car à bien y regarder, elle ressemble étrangement à Jocelyne Béroard, la chanteuse du groupe Kassav. Mais surtout pour moi, l’interprète inoubliable de Kolé Séré avec Philippe Lavil, une chanson que j’adorais... Je me dis que je dois faire erreur. Car, que peut bien faire une artiste sur un blog photo à échanger des commentaires avec les uns et les autres ? Et bien, elle fait comme tout le monde Jocelyne, elle est comme ça...

ND : A quand remonte ton dernier passage à La Réunion et quel souvenir gardes-tu de cette île et des Réunionnais ?

JOCELYNE BEROARD : Je ne m’en souviens plus exactement. J’ai raté les deux derniers concerts à La Réunion, le premier à cause de l’état de santé de mon père qui vivait ses derniers jours en 2005, donc ça devait être avant 2005. L’année d’après, c’est une sinusite qui m’avait clouée au lit, ne pouvant prendre l’avion d’abord pour Paris puis La Réunion dans mon état.
J’ai dû chanter à La Réunion au moins 10 fois déjà, pas seulement avec Kassav. J’y suis venue seule avec des danseurs une fois, mais la toute première était en décembre 1979 avec le Cabo Verde Show. Puis avec un groupe nommé Kawen et aussi avec Fitzroy Williams qui chantait du reggae et de la Cadence, il est de la Dominique. Tous mes autres séjours furent avec Kassav, mais je n’ai pas fait leur tout premier concert à La Réunion datant de 82.
Les mentalités à La Réunion ont beaucoup changé depuis mon premier séjour. Mais j’ai eu des contacts très sympathiques en général. Sans doute plus faciles parce que j’étais artiste, mais je n’ai pas eu à me plaindre du point de vue relationnel. En tout cas, j’y ai beaucoup d’amis jusqu’à maintenant.
De l’île, je dois avouer qu’au départ, vivant essentiellement à Paris, j’avais été déçue car j’espérais pouvoir aller à la mer comme aux Antilles... :) mais j’ai vite compris que la montagne était la partie forte et si, la honte !, je n’ai pas eu la chance d’aller jusqu’à Cilaos, j’en rêve aujourd’hui, et espère la prochaine fois avoir le temps de m’y rendre. Bref, j’ai de superbes souvenirs de mes passages.

ND : Kassav fête ses trente ans. Es-tu dans toute la tournée, et avez-vous prévu de passer à La Réunion ?


JOCELYNE BEROARD : Oh oui, je suis la seule chanteuse solo du groupe, aussi je suis avec le groupe tout le temps. Il est exceptionnel que je rate un concert. Je n’ai pas encore de nouvelle de concert vers La Réunion. Avec la crise, je suppose qu’il n’est pas facile pour un producteur de faire venir notre groupe qui est quand même assez lourd. 13 en scène plus les techniciens, nous nous déplaçons à 18 au minimum. J’attends et espère malgré tout que nous y reviendrons.

ND : Comment expliques-tu le succès de ce groupe et surtout cette complicité ?

JOCELYNE BEROARD : Je ne sais si on peut expliquer un succès autrement qu’en disant que les gens ont adhéré au style musical qu’on leur proposait. Miles Davis, lui-même, disait que c’est la musique de l’avenir... sans doute parce que plein de gens s’y reconnaissaient. C’est une musique qui "invite" d’autres à s’y mêler sans perdre son essence, l’inverse n’est pas toujours évident... Mais il faut dire que cette musique est gaie et invite les gens à bouger, de même qu’on peut s’asseoir et l’écouter...
Concernant la complicité, je crois que Pierre Edouard Decimus, qui en est le créateur, a su choisir les membres au fur et à mesure. Il a su voir lesquels avaient envie de s’investir et avaient les aptitudes nécessaires à une vie de groupe. L’aventure était belle et le propos juste, aussi je crois que notre orgueil est passé après le bonheur de faire cette musique ensemble, la créer, et aujourd’hui continuer à la partager avec le public.

ND : On te connaissait chanteuse mais tu as de nombreuses autres passions dont le dessin et la photo. On n’a pas l’habitude de voir un artiste posséder un photoblog et participer aux commentaires. C’est important pour toi de conserver cette "proximité" ?

JOCELYNE BEROARD : En fait, j’ai toujours évité le côté star-system. J’ai horreur de devoir me maquiller, aussi je ne le fais que pour les concerts et lorsque je suis invitée quelque part. Je suis bien en tee-shirt et tennis, et venant d’une petite île qui n’a que 400.000 habitants, les gens se connaissent plus ou moins, donc il est inutile de jouer à quoi que ce soit. J’ai donc gardé une certaine simplicité dans mes rapports avec l’autre, et parle aisément avec tous les gens qui m’abordent. En plus, avec Kassav, le succès est partagé. Nous sommes plusieurs chanteurs, ce qui veut dire que personne n’est LA star du groupe. Les garçons sont aussi comme moi.
J’adore la photo et mes disques durs en sont remplis, partager les photos a été un plaisir. Si vous voulez qu’on voit vos photos, il faut aller aussi voir celles des autres, c’est normal et légitime. Donc je me fais un plaisir de visiter les autres blogs et y laisser des commentaires. Je me suis fait de nouveaux amis là aussi et apprends beaucoup des autres. Je poste mes photos sur photoblog mais aussi sur flickr. C’est ma façon de m’évader et continuer à apprendre...

ND : Tu t’impliques dans de nombreuses manifestations et apporte ton soutien à Enfance et partage, Solidarité Haïti et l’élimination des violences envers les femmes. Peux-tu nous en dire un peu plus sur ces engagements ?

JOCELYNE BEROARD : Je suis marraine d’Enfance et Partage à la Martinique depuis 1992 et participe aussi à de nombreuses manifestations pour améliorer le vécu des enfants ici ou là. Parce qu’il est important qu’un enfant grandisse harmonieusement. Détruire un enfant mentalement ou physiquement ne peut donner un adulte équilibré plus tard. Or ce monde a besoin de gens avec toutes leurs capacités et non d’adultes amochés. L’enfant n’a pas demandé à être là. C’est une vie qui doit être respectée, protégée, guidée dans le bon sens. Je n’ai pas eu la chance d’avoir des enfants comme je rêvais, alors je m’occupe de ceux des autres dès que je peux, dès qu’il le faut. Sinon je m’engage dans beaucoup d’autres combats parce qu’on ne peut rester assis et regarder ce monde en espérant être heureux sans y contribuer. Cela remplit ma vie, ça me remplit d’énergie et si ça peut apporter un peu de bonheur, alors mon passage sur cette terre n’aura pas été inutile...
 
ND : T’engages-tu également en politique ?
 
JOCELYNE BEROARD : Non. C’est franchement quelque chose qui ne m’intéresse pas. Parce que souvent il faut suivre la ligne du parti auquel on appartient. Et je suis libre, je ne veux pas être obligée de choisir une direction qui n’irait pas dans le sens de mes convictions ou de la protection de la vie, de la terre... je ne veux pas être récupérée.

ND : Quels sont tes projets professionnels ?

JOCELYNE BEROARD : Oh la la... continuer à chanter tant que je peux. Je commence à réfléchir et noter des idées pour un CD. Mais la situation actuelle ne permet pas vraiment d’en rêver de façon précise. Les ventes chutent de façon vertigineuse, et les concerts sont les seuls moyens de subsistance aujourd’hui. Personne ne peut réellement dire de quoi demain sera fait avec cette histoire de gratuité. Personne ne voudrait travailler sans être payé et pour faire un disque, il faut payer les musiciens. Pour pouvoir payer les musiciens, il faut être certain de rentrer dans ses sous. Qui a vraiment envie de s’investir encore financièrement dans un projet de disque ???
Plein de gens me disent que je devrais faire une expo photo, alors j’y pense aussi. Mais il faudrait que je trouve un thème original et que je sélectionne des choses qui les touchent... j’y travaille un peu, sans urgence.... :)

EN PRIVE...

ND : Le livre que tu lis actuellement ?
JB : La famille coloniale de Richard D.E. BURTON

ND : Le cd que tu écoutes en boucle ?
JB : Cela dépend, j’en écoute plein selon l’humeur ça va du jazz au classique du reggae à la soca, pas de CD précis. Juste écouter des choses qui me touchent.

ND : Le dernier film que tu as aimé ?
JB : C’est un film documentaire : Les 16 de Basse Pointe de Camille Mauduech

ND : : Es-tu superstitieuse ? as-tu un porte-bonheur ?
JB : Je ne suis pas superstitieuse. J’ai eu un bracelet que je portais tout le temps comme si il pouvait être responsable de ma forme, je ne lui donne plus cette fonction. Le bonheur ne vient pas d’un objet mais de ce qu’on fait de sa vie.

ND : Possèdes-tu un animal ?
JB : Non car je voyage trop et cela compliquerait ma vie

ND : Ton plat préféré ?
JB : La aussi pas un seul... j’aime les cuisines du monde. Je ne suis pas compliquée. Je peux très bien apprécier une salade composée originale, qu’une soupe ou un plat épicé, mais je ne mets pas de piment dans tout.

ND : Ce que tu peux détester chez un être humain ?
JB : La mauvaise foi, le manque d’éducation, la sottise.

ND : Ce que tu aimes chez un être humain ?
JB : La jovialité, le respect de l’autre, l’attention.

ND : : As-tu peur de vieillir ?
JB : Non, je vieillis déjà et pense que c’est une chose normale... je souhaite simplement rester en forme physique et mentale jusqu’au bout si possible :)
 
ND : Ton défaut ?
JB : Trop occupée, ne sais pas dire non, et fatiguée je m’emporte trop vite

ND : Ta qualité ?
JB : Disponible, patiente

ND : Ta phrase préférée ?
JB : Eh ben bien ! :)))

ND : La personne qui te manque le plus ?
JB : Ma mère

ND : La personnalité que tu aimerais rencontrer ? pour lui dire quoi ?
JB : Je n’ai pas ce souci, mais si je rencontre des gens dont j’apprécie les actions, je leur dis en général : merci.

ND : La personnalité que tu préfères éviter ? pourquoi ?
JB : Il n’y en a pas. Les gens sont ce qu’ils ont choisit d’être, et rien ne m’oblige à rester avec quelqu’un qui n’aurait rien à m’apporter de positif. Je croise des tas de gens, personnalités ou pas, et fais mon chemin dès que je considère qu’une rencontre n’est pas nécessaire ou plaisante.

ND : Si tu étais un homme, tu serais... ?
JB : La même chose au masculin avec la même détermination :)))

ND : Si tu avais une baguette magique ?
JB : J’apprendrais à l’être humain le Respect de l’autre dès la naissance.

 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • LOKERINO LOKERINO 14 juillet 2009 11:09

    merci de nous qvoir fqit pqrtqger cette discution qui m apprend un peu plus de chose sur la personnalite de cette chanteuse

    Souvenir emus de sa voie chaude , un soupcon de rauque, Sensuelle quoi ....


    • vinvin 3 septembre 2009 03:59

      Oui Jocelyne Béroard est une excellente chanteuse, simplement on ne la vois plus trop en métropole avec son groupe, tout comme la compagnie casserolle, ( pardon je voulais dire créole,....) et la dernière fois que j’ ai vu également Tanya st Val, c’ était en 1994 a la cigale, ( qui a chanté tout l’ été....) lorsqu’ elle a chanter en duo avec Johnny . 


      Ou sont passé tous ces groupes de chanteurs et chanteuses qui avaient des grands talent, et qui nous ont apporté un peu de soleil et de gaité des iles ?

      Domage !

      Ortense, du groupe la compagnie créole avait un magnifique sourire, et tanya st Val était une vraie deesse de beauté, en plus de son talent de chanteuse !



      P.S La compagnie créole chantait : « ça fait rire les oiseaux »......

      Depuis, cette chanson m’ avait beaucoup marqué, et lorsque on apprend par les médiats qu’ une embarcation de misère remplis de réfugiés a coulée en mer, j’ ai un peu trafiqué les paroles de cette chanson, et je chante : « ça fait rire les poissons, ça fait manger les requins, pom, pololompompom ».......

      Avec mon ironie habituelle, et mon sens de l’ humour « scabreux et narçarsique » habituel !.......





      VINVIN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires