• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > L’AMA doit disparaître pour faire du sport sans politique

L’AMA doit disparaître pour faire du sport sans politique

Si le monde veut du sport équitable, l'AMA doit cesser d'exister. L'activité de cette structure a longtemps été accompagnée de scandales et sa partialité ne fait plus de doute.

Bien sûr, le contrôle est nécessaire, mais l'AMA (L'Agence mondiale antidopage) n'est pas en mesure de le fournir.

Le dopage, c'est comme voler. Les athlètes dopés volent des récompenses à ceux qui concourent équitablement. Si vous regardez la situation de ce côté-ci, l'AMA peut être considérée comme le saint patron des voleurs.

Malheureusement, tout système se détériore avec le temps. Toute idée, aussi brillante soit-elle, se heurte tôt ou tard aux réalités de notre monde. Jetons un œil à ce qui a été fait avec la démocratie. Cela signifiait la loi du peuple, est-ce qu'un citoyen des États-Unis ou d'Europe peut-il dire qu'il a le pouvoir ? À Hong Kong, en France ou aux États-Unis, les manifestations se sont terminées par l'envoi de la police anti-émeute. Toute démocratie moderne consiste à voler les gens ordinaires au profit de quelques politiciens. Les élites y ont trouvé une opportunité de subjuguer les gens, pervertissant l'idée originale. En termes simples, personne ne permettra à « ce type de la rue voisine » d'être élu président. La même chose se produit avec l'AMA.

L'idée antidopage a acquis au fil du temps de nombreuses variables controversées. Si vous avez le pouvoir de détruire ou au contraire de protéger quelqu'un, vous voudrez en profiter. Pour les gouvernements nationaux, les victoires de leurs athlètes sont également des succès politiques. Compte tenu de cela, la politisation de la lutte contre le dopage était tout simplement inévitable.

Nous nous souvenons tous bien du scandale du dopage en Russie. Les experts de l'AMA ont conclu que les données du laboratoire antidopage de Moscou qui leur avait été transférée avait été modifiée pour masquer les résultats de certains tests de dopage. Vraisemblablement, on parle de 145 cas de violation. En guise de sanction, l'AMA a suspendu la Russie de participer aux grandes compétitions internationales pendant 4 ans. Il y a ici une nuance importante : dans la pratique, l'AMA n'a pas interdit la participation d'athlètes russes. Il leur suffit de prouver qu'ils ne sont pas impliqués dans les violations, et ce ne sera pas difficile à faire, étant donné que toutes les preuves de l'AMA contre la Russie sont indirectes. En revanche, il leur est interdit de battre pavillon russe. Ainsi, l'interdiction se transforme en une formalité politique, dont le but est d'humilier Moscou.

Bien sûr, la décision pourrait être qualifiée d'équitable, car des dizaines d'athlètes russes n'ont rien à voir avec des violations de dopage. Mais une question légitime se pose : pourquoi l'AMA ne punit-elle pas les autres pays avec le même zèle ?

En décembre de l'année dernière, l'agence a soumis un rapport sur la fraude sportive mondiale. Si vous pensez que la Russie était en premier plan, vous vous trompez. Elle ne fait même pas partie des trois premiers. L'Italie a pris la première place en matière de violations en 2017 (171 cas de dopage). La deuxième place est revenue à la France (128) et la troisième aux États-Unis (103). Lequel de ces pays a été interdit de participer aux Jeux Olympiques ? Peut-être que la Grande-Bretagne est à l'épicentre du scandale en refusant de remettre des échantillons de dopage à Mo Farah.

« Les échantillons sont conservés pour de nouveaux tests à l'avenir. Mais s'il n'y a pas de preuves fiables prouvant qu'ils contiennent des substances interdites, nous ne les donnerons pas à extraire » , a déclaré le chef de l'Agence britannique antidopage, Nicole Sapstead, au début de l'année.

Ce n'est pas le seul incident de ce genre. La nageuse américaine Madison Cox a été presque disqualifiée pendant 4 ans pour avoir utilisé de la trimétazidine. Cox a simplement dû dire que c'était la première fois qu'elle entendait parler de ce médicament afin que sa période d'inadmissibilité soit réduite. Puis, quand elle a dit que le dopage était entré dans son corps avec de l'eau du robinet, l'athlète a été tout simplement acquittée.

Le cas d'un autre athlète des États-Unis n'est pas moins curieux. En 2017, l'athlète et champion olympique Gil Roberts a été attrapé en utilisant du probénécide. Cela aide à augmenter l'endurance physique. De plus, le médicament est pris pour éliminer les autres dopages du corps. Roberts a dit qu'une fille qu'il avait embrassé la veille en est responsable. Il est difficile de croire qu'une quantité suffisante de substance puisse être transférée de cette manière, mais c'est cette version qui est devenue officielle et Roberts a également été acquitté.

« Vers 1 h 00 ou 1 h 30, elle est allée à la cuisine pour prendre ses médicaments. Elle n’a pas dit à Roberts ce qu’elle faisait et il ne l’a pas vue prendre le médicament. Elle a ouvert la capsule, versé le contenu dans sa bouche, puis s'est rincée la bouche avec de l'eau. Puis elle à embrasser Roberts. Roberts n'a pas pu compter le nombre de fois où ils se sont embrassés entre ce moment et l'arrivée de l'agent antidopage à 4h00 » , lit-on dans le rapport de l'incident.

L'enquête du "Mail on Sunday" peut être considérée comme la dernière goutte. En fait, aux Jeux olympiques de 2012, la Grande-Bretagne a forcé ses athlètes à recourir au dopage. Grâce à la cétone, le royaume a ensuite remporté 29 médailles d'or. L'agence gouvernementale UK Sport a demandé aux athlètes de signer un accord de confidentialité. Les athlètes ont été contraints d'accepter que le gouvernement exclut toute responsabilité pour l'utilisation d'esters cétoniques. Ainsi, si un athlète était testé positif au dopage, le blâme lui était entièrement attribué. Il ne peut y avoir de plaintes contre Londres, bien que l'AMA soit au courant de ce qui se passe.

Après cela, comment parler de l'impartialité de l'agence chargée d'une mission aussi importante dans le sport mondial ? Le Congrès américain a décidé que le financement de l'AMA proviendrait de l'USADA, l'Agence nationale antidopage américaine.

« Les contribuables américains devraient recevoir un retour tangible sur leur investissement pour l'AMA sous la forme de sports propres, de fair-play, d'une gouvernance efficace du système antidopage mondial et d'une voix proportionnée dans le processus décisionnel de l'AMA » , dit dans un rapport du National Drug Policy Office des États-Unis.

Les États-Unis financent l'AMA à hauteur de 2,7 millions de dollars par an. Il s'agit de la plus grande contribution parmi les États mondiaux. Autrement dit, Washington a mis en jeu le bien-être financier de l'organisation et de ses employés. La situation ressemble à un pur chantage, dont les objectifs sont assez évidents. Le président de l’AMA, Witold Banka, est d’accord avec cela.

« Je ne veux pas spéculer sur la discussion des motifs de cette étape. Cependant, j'ai l'impression que l'USADA aimerait prendre le contrôle de l'ensemble du système antidopage mondial. L'ensemble de ce rapport est une tentative de saper l'autorité de l'AMA en tant que régulateur mondial de la lutte contre le dopage, faisant valoir que l'AMA n'aurait pas atteint ses objectifs » , a-t-il déclaré.

Bien sûr, Banka n’a pas tenu compte du fait que l’autorité de l’AMA avait été minée il y a longtemps. Il est difficile de blâmer des pays individuels, y compris les États-Unis, pour cela. Le problème n'est pas que, pour 2,7 millions de dollars, les autorités américaines voulaient la même grande fidélité à leurs intérêts. Le problème est que les dirigeants de l'AMA ne peuvent refuser Washington, Londres et quiconque paie. L'agence a trahi ses propres idées, devenant un outil de falsification.

Même si Banka a raison et que les États-Unis veulent écraser l'AMA pour eux-mêmes, qu'obtiendront-ils ? Une organisation qui s'est complètement discréditée. Elle n'a plus le droit d'agir en tant que garante de sports équitables.

« De toute évidence, pour que les règles antidopage fonctionnent, elles doivent être fondées sur des preuves, des preuves scientifiques et suivre une procédure appropriée », a déclaré Roger Pilke, Jr. de l'Université du Colorado, avant d'ajouter : « Sans une bonne science et des données réelles, tout ce que fait l'AMA est une perte de temps. » .

Par conséquent, la meilleure façon de sortir de la situation n'est pas de réformer, ce dans quoi l'agence est engagée depuis plusieurs années, mais de la dissoudre. C'est la seule façon de compléter la chaîne de scandales saturée de politique. C'est la seule façon de commencer à créer un nouvel outil pour garantir des sports équitables. Un outil fiable et vraiment indépendant auquel vous pouvez faire confiance.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 25 août 16:57

    A ce niveau, les ’’athlètes’’ ne sont plus, dans une énorme proportion, que des pharmacies ambulantes.

     

    Tout le monde le sait.

    Effectivement, ces ’’agences’’ bidons, ne sont là que pour relayer la politique pourries du monde oxydental.

     

    On veut du vrai sport ?

    Pas difficile, y’a qu’à cesser de rincer ces pseudos-sportifs à coup de millions.

    Du sport pour le sport, bénévolement.

     

    Evidemment, y’aura plus de records battus, et donc ?

    On veut voir du sport ou battre des chronomètres ?

     

    Ah ben oui, alors bon...

     


    • The White Rabbit The White Rabbit 25 août 19:09

      Il faut que la Russie suivent les mêmes règles que les autres pays et tout ira pour le mieux dans le milieu sportif ou, seconde solution, accepter que tout le monde puisse tricher.


      • Xenozoid 25 août 19:16

        @The White Rabbit
        \
        on devrait bannir les sponsors,et les réclames,et aussi pas de nettoyeur de ballons pour les milliardaires en cullotes courtes


      • Traroth Traroth 26 août 11:36

        @The White Rabbit
        Donc, vous n’avez pas lu l’article.


      • Septime Sévère 26 août 07:30

        La Russie est bonne et l’Occident mauvais. Il faut se débarrasser des structures internationales qui veulent faire passer pour de la méchanceté la bonté russe. 

        .

        D’un autre côté ces mésaventures ne m’arrachent pas une larme pour les pays qui fondent leur prestige sur des enfantillages comme le sport-spectacle. 


        • Traroth Traroth 26 août 11:38

          @Septime Sévère
          Personne n’est obligé d’accepter que vous essayiez de placer des mots dans leur bouche, hein.

          Il est NORMAL de juger la Russie aux mêmes standards que les autres pays. Votre pensée est tellement rompue à l’utilisation de standards distincts en fonction des pays dont on parle que cette mécanique mentale est devenue une seconde nature pour vous. Vous ne remarquez même plus votre conditionnement.


        • Septime Sévère 26 août 12:06

          @Traroth
          .
          J’accepte la façon de certains de considérer les différents pays autrement que je ne fais. On appelle cela la démocratie. Je sais, c’est dur. 
          Considérer tous les pays de la même façon n’a pas de sens puisqu’ils sont très dissemblables dans leur façon de gouverner et de gérer l’opposition. 


        • Traroth Traroth 26 août 13:00

          @Septime Sévère
          Il ne s’agit pas de considérer les différents pays de la même manière, mais de ne pas pratiquer de double standard dans la manière d’évaluer les événements.


        • zygzornifle zygzornifle 26 août 09:35

          Si on autorisait le dopage tout les sportifs se retrouveraient a égalité ….


          • Traroth Traroth 26 août 11:39

            @zygzornifle
            Ca serait peut-être une idée. En moins de 10 ans, plus personne ne regarderait le sport, tellement le spectacle des créatures frankensteinienne qu’on y verrait susciterait le dégoût. Et tout s’arrêterait. Mais il y a aurait de la casse...


          • kalagan75 26 août 11:39

            Le tour de France commence dans quelques jours avec, aux commentaires, Virenque et Jalabert : des gars adulés sur les réseaux sociaux alors que leurs palmarès respectifs ont reposé sur des pratiques douteuses bien qu’ils n’aient officiellement jamais été contrôlés positifs. 
            Les enjeux économiques sont tels qu’il n’est pas possible de contrôler efficacement les sportifs de haut niveau sur la planète entière.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité