• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Voyages > Une évasion en baie de Somme

Une évasion en baie de Somme

S’il vous prenez l’envie de changer d’horizon et de découvrir un lieu enchanteur, faites comme les oiseaux migrateurs, posez-vous un moment dans la Baie de Somme

S’il vous prenez l’envie de changer d’horizon et de découvrir un lieu enchanteur, faites comme les oiseaux migrateurs, posez-vous un moment dans la Baie de Somme. Vous y découvrirez une nature à l’état sauvage, parée de lumière, et offrant à votre oreille attentive la symphonie ininterrompue de ses chants d’oiseaux. La baie, paysage lunaire redéfini par la lumière, est livrée sans mesure aux noces fastueuses du sable et de l’eau. A marée basse, on peut surprendre, se séchant sur les dunes, quelques phoques veaux-marins dont la colonie ne cesse de grandir. Plus loin, on marche sur des galets à travers une zone où domine l’argousier qui, en automne, fournit des baies d’un bel orange vif. Les dunes arbusives abritent le lapin, le faisan et la bécasse recherchés par les chasseurs. Là, des oyats ont été plantés afin de stabiliser le sol, là-bas des sureaux, des églantiers, des troènes sauvages et des prunelliers. La pointe du Hourdel constitue la limite sud de la baie de Somme. Au fur et à mesure que l’on avance, on découvre des dépôts de galets en crochets successifs remontant vers le nord et protégeant la dune des assauts du vent et de la mer. Ces dépôts, nommés crochons, constituent un phénomène rare en France : la conquête de la terre sur la mer, quand partout ailleurs l’inverse se produit.

De nombreuses espèces d’oiseaux ont adopté ce site. Les berges et l’îlot de la Gravière servent de reposoir pour les grands cormorans et pour le Tadorne de Belon, canard à tête noire avec un bec orné d’un tubercule rouge. Le littoral est un milieu rude pour la végétation qui doit s’adapter au sel, au sable, à la vase et au vent. Aussi la flore est-elle différente au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la mer. A ces paysages fondus dans l’or du sable où, à l’horizon, le ciel semble soudain se gonfler comme un ballon, on ne voit guère pousser que le chou marin et le gazon d’Olympe, alors que leur succèdent, plus loin, dans les mollières, la salicorne, la saladelle, l’euphorbe maritime et la roquette de mer et que les marais accueillent volontiers les aulnes, les saules, les pins noirs et les frênes.
Pour les géographes, la Baie de Somme est l’emboîtement de deux estuaires : celui de la Somme et celui de la Maye. La mer, en s’engouffrant dans les vallées de ces deux fleuves, a créé une immense étendue qui compose un ensemble de 7000 ha, dont 3000 appartiennent à la réserve naturelle ornithologique du Marquenterre. Cette réserve a pour triple objectif de sauvegarder des espaces importants pour les oiseaux, de veiller à la pérennité de la colonie de phoques et d’assurer la conservation des éléments les plus rares de la flore locale. Une visite d’une journée vous procurera d’inoubliables surprises et émotions. Pensez que sur 452 espèces d’oiseaux recensées en Europe, plus de 280 ont pu être observées au parc du Marquenterre. C’est le cas des Bécasseaux et Pluviers venus de Sibérie, des Bernaches nonettes descendus des terres arctiques ou des grands Echassiers migrant vers l’Afrique. Des oiseaux rares et menacés comme la Spatule blanche et l’élégante Avocette s’y reproduisent chaque année. Le parc, c’est également 27 espèces de mammifères ( renard, sanglier, chevreuil, biche, lièvre ), 32 de libellules, 200 de papillons nocturnes et plus de 265 variétés de plantes.

 

Au printemps, les petits échassiers, qui vivent entre vasières et mangroves, y font halte avant d’aller se reproduire en Sibérie. On ne sait ce qu’il faut le plus admirer, de la magnifique Cigogne qui plane au-dessus du marais avant de regagner son nid, de l’Aigrette garzette si fine et délicate, du Vanneau huppé, de l’Huitrier-pie au bec orange et à l’oeil en fusion, du Héron gardeboeuf qui niche en haut des arbres comme la Cigogne, du Tournepierre, de la Barge à queue noire, du Chevalier gambette ou de la ravissante Avocette au long bec recourbé qui lui permet de sabrer l’eau et d’attraper plus aisément les vers et crustacés dont elle est friande. Afin de protéger ses oisons, elle fait parfois semblant d’être blessée. Boitillant, traînant l’aile, elle éloigne malignement le prédateur de sa couvée.
Au sommet de la dune, un panorama superbe nous attend. Dans les zones submergées, où une végétation de prés salés, dominée par le lilas de mer, se développe abondamment, on aperçoit des Bécassines, des Vanneaux, des Foulques, des Canards colverts, des Goélands argentés. Parmi ces oiseaux, il y a des sédentaires et des migrateurs. Certains d’entre eux, comme le coucou et le rossignol, vont passer l’hiver en Afrique ; d’autres, appelés migrateurs partiels, se contentent, comme les grives, de changer de région pour avoir plus chaud et trouver facilement de la nourriture. 
Afin de repérer un oiseau, mieux vaut se fier à son ouie qu’à sa vue. Leurs chants ont une fonction essentiellement territoriale. Les concerts sont à leur paroxysme d’intensité au printemps, pendant la période nuptiale. C’est alors qu’il est important d’exercer son oreille en même temps qu’aiguiser son oeil, de façon à profiter de ce spectacle total. Je vous le recommande. Ne ratez pas cette visite et cette immersion dans une nature belle et secrète. A deux heures de Paris, vous connaîtrez un dépaysement auquel vous ne vous attendiez pas. Tout est réuni pour combler vos attentes, enchanter vos sens et vous mettre en communion étroite avec l’harmonie la plus parfaite, la beauté la plus authentique.

 SITE DU MARQUENTERRE 
 

Documents joints à cet article

Une évasion en baie de Somme

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 3 mai 2010 10:53

    Très dépaysant en effet
    J’ m’y rends de temps en temps , pour y admirer une lumière qu’on ne trouve nulle part ailleurs, des paysages reposants, une flore et une faune uniques
    Le parcours à vélo est conseillé et facile, permettant de voir le maximum à l’allure qu’il faut
    De nombreuses pistes en site propre, de Fort-Mahon à Cayeux, parfaitement entretenues, même en forêt .Un effort exemplaire de la Région picarde
    A quand une piste continue de Dunkerque à Saint-Malo ? On en parlait...
    Meilleures saisons : printemps et automne (migrations)


    • Hieronymus Hieronymus 3 mai 2010 11:58

      Zen
      qd vous parlez de lumiere exceptionnelle
      c’est de lumiere trouble qu’il s’agirait plutot
      la baie de Somme est la region la moins ensoleillee de France
      bon je connais un peu le coin, ca ne manque pas de charme par endroit
      mais c’est en gros (sans mepris de ma part) le camping du pauvre
      Cayeux sur mer, vieilles bicoques delabrees, a ripoliner d’urgence
      alors que le Touquet Paris Plage lui contraste par son snobisme ..
      tres impressionnante est la maree en baie de Somme, d’une progression fulgurante, en qq mn des kms de sable, la 2eme en intensite en France (apres le Mont St Michel)
      encore un detail : les habitants ds le secteur, c’est pas vraiment la tolerance nordique
      pour dire les choses crument, ils sont moyennement cools meme s’ils ne sont pas tres riches, c’est une sorte de faux Nord, ils ont un etat d’esprit assez reactionnaire en Picardie en general, peu ouverts et assez negatifs, les Normands de basse Normandie pourtant bien plus au sud sont nettement plus relax, y a pas photo ..
      bonjour a Armelle


    • jullien 3 mai 2010 13:36

      Eh oui Hiéromynus, bienvenue chez les prolos !!!
      Un picard qui aime sa région


    • ZEN ZEN 3 mai 2010 13:48

      Jullien
       smiley


    • Hieronymus Hieronymus 3 mai 2010 19:18

      @ Jullien et sans doute Zen
      j’ai bien precise : « sans mepris de ma part »
      ce que j’ai ecrit, je l’ai ecrit, en toute sincerite


    • ZEN ZEN 3 mai 2010 12:15

      « lumière exceptionnelle »...
      au sens impressioniste du terme, Hiéro
      Lumière douce, tamisée, mettant en valeur cette côte aux limites indiscernables... quand le temps est au beau , comme mardi dernier, où j’’y ai fait un long périple à vélo, loin des sentiers battus et du bling bling du Touquet, au milieu des polders où cohabitent chevaux, moutons et oiseaux de toutes sortes...
      Il faut savoir quitter sa voiture et marcher.. pour sortir des clichés
      Je connais ces lieux parfaitement, à une heure de chez moi...


      • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 3 mai 2010 13:14

        Je n’y suis allée qu’une fois avec un groupe de randonneurs durant 2 jours et j’ai été envoûtée. J’y retournerai volontiers, si l’occasion se présente. Il y a une magie, quand on chemine pendant des heures sur ces immensités de sables, qui forment avec le ciel une vraie symphonie de lumière. J’aime beaucoup les lieux solitaires. Je n’ai pas eu le temps de tester l’humeur des picards ; à l’hôtel ils étaient aimables, mais j’ai préféré la compagnie des oiseaux et des phoques, que l’on aperçoit fort bien avec des jumelles.


        • Hieronymus Hieronymus 3 mai 2010 14:23

          chere Armelle
          a l’evidence nous n’avons pas le meme style d’ecriture ni exactement les memes centres d’interet
          j’en profite neanmoins pour vous dire que j’ai beaucoup apprecie votre article sur le Sinai et le monastere Ste Catherine, endroit magique s’il en fut
          cordialement


        • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 3 mai 2010 17:42

          à Hieronymus :

          Merci de ce commentaire. J’y suis sensible. Il y a toujours des points de rencontre dans le monde et avec les autres, car rien n’est jamais immobilisé dans un cadre immuable. Pour les êtres, ce sont les sentiments qui varient, dans la nature, c’est la lumière... 


          • docdory docdory 3 mai 2010 17:44

            @ Armelle Barguillet Hauteloire


            Merci de cette magnifique description de la baie de Somme, qui est l’un des endroits que je préfère en France . Il y a là une paix et une impression de calme infini qui n’existent que dans peu de lieux .

            • ZEN ZEN 3 mai 2010 18:58

              Bonsoir doc
              J’y reviens souvent moi aussi , pour les mêmes raisons
              Un lieu unique
              Pour donner une idée de la lumière si particulière qui y règne...


              • slipenfer 3 mai 2010 19:11

                A L’auteur
                ne faite pas trop de pub
                 les bons coin à champignons en Normandie on en parle à personne
                 et les moulières de Dieppe on été ratissés rapidos par l’ avider des touristes.
                une invasion de 4x4 comme des sauterelles c’est vite fait.
                J’ espère que tout est bien gardé chez vous.
                de ma chambre j’entendais le coucou,maintenant c’est Winamp.


                • Lorenzo extremeño 4 mai 2010 08:09

                  @ l’auteur,

                  pouvez vous me préciser si la photo de ces trois cigognes qui illustre votre article
                  a bien été prise en baie de Somme ?

                  Cordialement.


                  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 4 mai 2010 09:26

                    Cette photo est extraite du très beau film « Le peuple migrateur ». Mes propres photos étaient médiocres, car je ne dispose pas des appareils adéquates et surtout d’un zoom assez puissant.


                    • Lorenzo extremeño 4 mai 2010 11:05

                      @ l’auteur,

                      je vous remercie de cette précision.Je vais me procurer le film de Jacques Perrin,
                      également réalisateur de l’excellent « Microcosmos,le peuple de l’herbe » en 1996
                      un régal de découverte des insectes.
                      Il semble que la photo montre ces cigognes sur les dunes d’un désert,j’en saurai davantage en découvrant le film.Il est effectivement difficile de faire des photos d’oiseaux sans
                      l’équipement d’un matériel adéquat et d’objectifs á longue focale, mais vous pouvez
                      découvrir des photos d’oiseaux faites par des pros/amateurs sur des sites
                      comme « beneluxnaturephoto.net » ou « fotonatura.org » trés souvent des images
                      exceptionnelles.

                      Bien á vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires