• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > RDV de l’Agora > L’étoile du nord : un théâtre dédié aux auteurs contemporains

L’étoile du nord : un théâtre dédié aux auteurs contemporains

Historique

A l’origine la création de ce théâtre tient plus du hasard et d’un enchaînement de circonstances que d’un projet déterminé.

Il y avait une toute jeune compagnie qui au cours de l’année 1979 était à la recherche d’ une salle de répétition.

Nous avions pris le nom de « Théâtrographe » qui devint par la suite la « Compagnie des 2R » , puis plus tard la « Compagnie Macqueron Djaoui » aujourd’hui tout simplement « L’étoile du nord ».

Nous étions en train de monter un spectacle autour de trois pièces de Labiche (Edgard et sa bonne, Voyage autour de ma marmite et Une fille bien gardée) et, déjà à l’époque, les lieux de répétitions étaient très difficiles à trouver. Parallèlement à cela, j’avais remarqué qu’un théâtre où je m’étais rendu à plusieurs reprises pour voir des spectacles, n’apparaissait plus dans les lignes programmes des revues comme l’Officiel et le Pariscope ; il s’agissait du « Théâtre Paris Nord ».

Ce théâtre avait été ouvert sous ce nom par Jaromir Knittel, qui au bout de quelques années, avait baissé les bras et abandonné son projet faute de moyens et de soutiens. Cette salle avait connu des fortunes diverses auparavant : tantôt studio de photos, studio d’enregistrement et surtout salle vide désertée et souvent inondée quand nous l’avons reprise.

Après diverses tractations avec l’association Championnet (propriétaire des lieux), nous nous y sommes installés - au départ uniquement pour répéter notre spectacle - puis nous avons décidé de le jouer sur place, puis d’en jouer un second, puis d’accueillir une autre compagnie, puis de concevoir une programmation, puis d’y inclure de la danse contemporaine (dés 1982), puis du jeune public pour finalement se rendre compte aujourd’hui que trente années sont passées bien vite.

Le « Théâtre Paris Nord » est devenu le « Théâtre 18 », s’est transformé en « Dix-Huit Théâtre » et a achevé sa mutation en devenant « L’étoile du nord » (ce qui, bien entendu, était son statut depuis le début).

 

Ses fondateurs

Le premier noyau de l’équipe était composé de Anne de Amezaga, Jérôme Franc et Jean Macqueron. Ce groupe s’est enrichi d’un participant quelques années plus tard : Bernard Djaoui à l’occasion de la programmation d’un spectacle de sa compagnie d’alors, le « Théâtre Fantôme ».

Implanté dans le 18°, nous nous sommes tournés vers les différents élus qui se sont succédés dans cet arrondissement, Roger Chinaud, Alain Juppé et Daniel Vaillant et la Ville de Paris nous a suivi assez tôt.

Pour la petite histoire, la première subvention que nous avons obtenu de la Ville de Paris (d’un montant de 10 000 francs au début des années 80) ne nous a jamais été versée, elle a bénéficié à une autre compagnie portant le même nom que la nôtre alors (Théâtrographe). La Ville de Paris, par la suite et jusqu’à aujourd’hui, ne nous a jamais fait défaut.

Nos relations avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles Ile-de-France a été plus mouvementée : nous sommes passé de "l’aide aux compagnies" à "l’aide aux lieux", puis "plateau pour la danse", puis "scène conventionnée pour le théâtre et la danse" pour enfin n’être conventionné qu’au titre de la danse et faire partie du CDC Paris Réseau.

Depuis peu, hors les aides ponctuelles par le biais de Arcadi notamment, ou pour des résidences d’auteur, la Région Ile-de-France nous apporte un soutien financier au niveau de leur dispositif favorisant la pérennité des emplois artistiques.

Nous sommes en résumé un lieu privé (nous payons un loyer à des propriétaires) subventionné principalement par la Ville de Paris et par la D.R.A.C. Ile-de-France et la Région Ile-de-France.

La véritable histoire de L’étoile du nord n’est pas dans cette description succincte de son état civil, mais plutôt dans les spectacles que nous avons accueilli sur notre plateau et les rencontres que nous avons pu vivre avec tous les artistes metteurs en scène, chorégraphes, comédiens, danseurs, chanteurs et musiciens qui s’y sont produits.

 

L’étoile du nord, productions de la compagnie, ses directeurs artistiques

Cette compagnie ayant pour metteur en scène Jean Macqueron, a réalisé sa première création en 1976 avec La leçon, une pièce de Eugene Ionesco. Se sont succédés ensuite et jusqu’à aujourd’hui : Labiche, Beckett, Ghelderode, Dûrenmatt, Handke, Tenessee Williams, Marivaux, Pinter, Wesker, Stoppard, Faulkner, puis Christian Siméon, Siméon, Siméon et encore Siméon, Massimo Carlotto et Hakim Marzougui et Siméon. Comme on peut le constater, cette activité de création s’est bâtie essentiellement autour des auteurs contemporains.

 

L’étoile du nord, programmation, ambition et avenir

Du théâtre, de la danse, parfois de la chanson et, quelquefois, d’autres formes qu’on dit nouvelles…

Depuis de nombreuses années, L’étoile du nord consacre ses créations « maison » et sa programmation de théâtre et de danse aux auteurs contemporains. On retrouve dans sa programmation des auteurs français ou étrangers, de nouveaux auteurs ou certains plus reconnus. Cela concerne aussi bien les spectacles destinés à un public d’adultes que ceux pour les jeunes spectateurs. Dans les deux cas, avec le même souci de l’écriture et du propos.

On retrouve cette démarche de façon évidente dans la programmation de la danse où le chorégraphe, avec un vocabulaire différent, est lui aussi un auteur. Dans les deux cas : danse et théâtre, diffusion et création, le but de L’étoile du nord est de faire partager son engagement artistique dans la création contemporaine à un public étendu. Public étendu dans sa diversité culturelle : public d’initiés ou non, d’amateurs de théâtre ou de néophytes.

Public étendu aussi par les générations concernées, du jeune public au public adulte. Le spectacle destiné au jeune public, déjà évoqué à propos du theater, se retrouve aussi au sein de cette programmation de danse contemporaine. Le but étant d’initier les plus jeunes à ces différents langages. Cette programmation permet ainsi de créer un lien entre l’écriture théâtrale et chorégraphique.

Par « mettre en avant l’auteur », nous entendons son écriture. C’est-à-dire un discours personnel et original. Une vision du monde, qu’elle soit heureuse ou tragique, réaliste ou poétique.

Parlons.

Le choix des auteurs et chorégraphes accueillis toutes ces années à L’étoile du nord en témoigne.

Ainsi, par le passé, on a pu découvrir à L’étoile du nord des auteurs tels que Vincent Ravalec, Michel Azama, Jean-Louis Bourdon, Wajdi Mouawad, Dea Loher, Josep Maria Benet i Jornet, Eugène Durif, Catherine Zambon, Henning Mankell, Edward Bond, Jon Fosse, Christian Siméon, Daniil Harms, et Charles-Ferdinand Ramuz.

Plus récemment, Bertolt BrechtThomas BernhardHanokh LevinMassimo Carlotto, Nicoleta Esinencu,Raymond Queneau, Luc Tartar et Carole Thibaut et des metteurs en scènes comme Jean-Luc Revol, Thierry Lavat, Marc-Ange Sanz, Gilles Dao, Serge Lipszic... pour ne citer que ceux-là.

En danse, notre plateau a accueilli entre autres les chorégraphes Daniel Dobbels, Gabriel Hernandez, Serge Ricci, Alban Richard, Nathalie Pubellier, Claudia Gradinger, Nacera Belaza, Erika Zueneli, Hervé Maigret, David Drouard, Eric Langlet, Yann Lheureux, Frédéric Cellé, Philippe Ménard et Frédéric Werlé...

Et plus récemment Hervé Diasnas, Yvan Alexandre, Alban Richard, Nicolas Hubert, Philippe Combe, Anne Nguyen, Orin Camus, Bruno Pradet, Eléonore Didier, Sylvain Ground, Jerôme Ferron, Samuel Mathieu, Frédérike Unger, Emmanuelle Vo-Dinh, Christian Ubl, Lionel Hoche, Berangére FournierGeisha Fontaine, Anne Bruguet, Mathieu Hocquemiller, Philippe Ménard et Frédéric Werlé

Cette programmation permet aussi de se souvenir que L’étoile du nord a été l’une des premières scènes à Paris qui s’est ouverte d’une manière conséquente à la danse contemporaine sous l’impulsion de Jérôme Franc qui a créé, entre autres, le festival de Danse « Faits d’Hiver ».

Après le départ de Jérôme Franc, Christophe Martin a repris la programmation de la danse à L’étoile du nord et aujourd’hui, après son départ pour Micadanses, c’est Jean-François Munnier qui assure ce volet d’activité à L’étoile.

Enfin, dans le domaine du théâtre jeune public, on y découvre aussi des auteurs tels que Philippe DorinDominique PaquetFabienne RoubyJoël JouanneauJacques DorFélix Pruvost, Benoit Fouchard, et des chorégraphes comme Jean-Christophe BletonMichèle DhalluSylvie SeidmannLaurence Salvadori,Sandrine Bonnet et Hoa-Lan Scremin qui, eux aussi, travaillent en direction de ce public.

Ce survol d’une trentaine d’années de fonctionnement s’est voulu rapide car nous ne voulons pas nous engluer dans le passé. Le spectacle vivant s’accommode mal des rétrospectives qui ont trop souvent un parfum funèbre. Nous essayons sans cesse de nous remettre en question, avec plus ou moins de bonheur mais c’est cette vitalité qui caractérise le spectacle vivant tel qu’il a trouvé sa place au théâtre de L’étoile du nord.

Et comme le disait un toujours jeune acteur et metteur en scène (Louis Jouvet pour ne pas le nommer) : « … Dehors les veuves et place au théâtre… »

Jean Macqueron

 

Odyssées de Gustave Akakpo, à l'Etoile du Nord jusqu'au 20 avril

AgoraVox est partenaire. 

Renseignements : http://www.hercub.net/

Réservation : cliquer ici ou au 01 42 26 47 47

Chaque jeudi, après la représentation, un débat a lieu avec le public. Vous voulez en être acteur, poser des questions à l'équipe artistique ? Envoyez vos questions à communication@hercub.com

L'étoile du nord théâtre

16 Rue Georgette Agutte, 75018 Paris

www.etoiledunord-theatre.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)












Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires