• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 40 ans pour sauver un château de Taisey en péril et on me prend pour un (...)

40 ans pour sauver un château de Taisey en péril et on me prend pour un con

À M. Stéphane Bern, qui vient d'être nommé "Monsieur Patrimoine", permettez-moi de vous faire connaître mon cas qui, je crois, est riche d'enseignements.

Un château de province - commune de Saint-Rémy - dont la merveilleuse façade Louis XIV nous est parvenue intacte, c'est exceptionnel, mais un toit et des intérieurs qu'on a laissé pourrir pendant des années, cela mérite une explication.

Proposé à la ville voisine de Chalon-sur-Saône, son maire n'en a pas voulu, et pourtant, pour l'ancien militaire que je suis, il est évident qu'il s'agissait là de son château et de son site historiques. Les partisans de raser le monument ont alors failli l'emporter : beaucoup trop cher à réparer vu son état. En revanche, le parc pouvait être conservé en espace boisé et l'urbanisation s'étendre tout autour sans contrainte, source non négligeable de revenus pour la commune (de Saint-Rémy). Puis, on a fait des plans pour transformer l'édifice en maison de retraite et en bibliothèque pour enfants, mais les subventions espérées de l'État ne sont pas venues. Quand, après mon achat, j'ai pris rendez-vous auprès de M. l'Architecte des Bâtiments de France, lequel exerçait en même temps son activité dans le civil, j'ai compris que j'avais fait échouer un de ses grands projets ; et quand il m'a proposé de me vendre une étude pour découvrir et refaire à neuf toute la toiture soi disant pourrie, je me suis sauvé.

Malgré mes invitations répétées, et même une pétition qui a receuilli une centaine de signatures, je n'ai jamais pu faire venir sur place les responsables successifs de la DRAC - affaires culturelles de Bourgogne - pour étudier un projet. Il est vrai que je conteste la localisation de Bibracte au mont Beuvray et les importantes dépenses qu'on y a faites et qu'on y fait encore ; et cela ne plaît pas.

Ma première et unique petite subvention était équivalente à la TVA que j'ai payée sur les matériaux que j'ai achetés. On ne peut pas dire que j'ai creusé le déficit public. Puis, quand on a exigé que je prenne un architecte pour superviser mes travaux, à mes frais bien sûr, je me suis, une nouvelle fois, sauvé.

Nous n'avons qu'une vie et chacun est libre de son choix. Après une carrière militaire de 25 ans de service "sur le terrain", choisie par idéal, un engagement "sur le terrain" pour la sauvegarde d'un monument historique, témoin de notre histoire, s'est tout naturellement imposé à moi en même temps qu'il me donnait le temps de faire des recherches historiques pour mieux comprendre l'origine et le fondement même des "valeurs" qui m'avaient guidé jusque-là.

Sept livres publiés en auto-édition. Un encouragement de plusieurs personnalités qui ont compris l'importance de l'enjeu mais un échec total du côté des élus et des médias locaux qui ne veulent toujours pas comprendre que l'origine de notre Histoire se trouve à Taisey, dans les fossés de sa forteresse antique millénaire, et non au mont Beuvray, faux site de Bibracte, avec sa ville en bois. Bref, une remise en question de tout un patrimoine, notamment roman, qui ne peut s'expliquer qu'en le faisant remonter à l'Antiquité, y compris tardive. Une remise en question qui dépasse, et de loin, mes premières intentions. Mais une opposition farouche, médiatique et sans débat, d'un groupe d'archéologues beuvraysiens incapables de traduire correctement les textes antiques... Un scandale d'État.

J'aurais aimé animer un groupe de jeunes, comme cela se fait ailleurs. J'ai toujours cru au travail manuel en tant que valeur première d'éducation et de formation morales. Je n'ai eu que la visite d'une bande de jeunes qui ont commencé à me dévaliser. Notre société n'a qu'une vision financière des choses. C'est ce qui me rend suspect. C'est ce qui rend suspect toute entreprise noble tout en condamnant notre patrimoine ancien à la ruine.

Société matérialiste ou spirituelle, il faut choisir. 

E. Mourey, 17 septembre 2017


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 18 septembre 09:28

    « Société matérialiste ou spirituelle, il faut choisir. » 


    Les urnes ont donné le pouvoir matériel à E Macron et le pouvoir spirituel à la banque Rotschild. Sur ce terrain là, les jeux sont fais !

    • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 10:30

      @Jeussey de Sourcesûre

      Bonjour,

      Je ne sais pas. Il y a toujours l’espérance.


    • bob14 bob14 18 septembre 09:30

      Les châteaux sont les HLM d’une époque révolue..de temps en temps il faut en démolir quelques uns qui ne tiennent plus debout...


      • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 10:34

        @bob14


        Je ne sais as.

      • zygzornifle zygzornifle 19 septembre 08:48

        @bob14

        faut héberger les migrants dedans , ha non ils sont trop insalubres .....

      • blackh blackh 18 septembre 09:55

        Faux problème.

        C’est une erreur d’avoir acquis ce château, représentatif de quelle histoire (la richesse et le faste) !, et une autre erreur de s’obstiner à le maintenir. Après, il ne faut pas pleurnicher et embêter le monde.

        Il faut évidemment préserver le parc.


        • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 10:35

          @blackh


          Je ne sais pas.

        • doctorix doctorix 24 septembre 14:25

          @blackh
          Et il faut manger des hamburgers plutôt que du poulet fermier, c’est plus moderne.

          Bougre d’âne !
          Ces pierres sont notre histoire, l’inestimable cadeau de nos aïeux.
          C’est beau, et précieux comme de l’or, et c’est irremplaçable. Ce n’est pas l’héritage des exploiteurs qui les ont financées, mais des artisans qui les ont montées. C’est un héritage du peuple.
          Bravo, Mr Mourey, et honte à ces dégénérés qui vous critiquent.

        • Emile Mourey Emile Mourey 24 septembre 15:28

          @doctorix

          Grand merci pour votre encouragement.

          E.M.


        • njama njama 18 septembre 10:12

          Bonjour Émile Mourey

          Il y a un milliardaire américain Zaya Younan qui a l’ambition de racheter beaucoup de châteaux en France ...
          esthète, amoureux du patrimoine, ... pour la restauration il ne lésine pas sur les prix ... 

          http://www.angers.maville.com/actu/actudet_-grand-ouest.-le-milliardaire-americain-qui-rachete-hotels-chateaux-et-golfs_52728-3155747_actu.Htm

          Le château de Taisey pourrait en plus de retrouver l’éclat du neuf peut-être générer un peu d’activité économique ...

          une perche à saisir peut-être ? à vous de voir ...

          « contacts » sur son site dans cette Page :
          http://www.younanproperties.com/contacts-us
           


          • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 10:37

            @njama


            Bonjour, 

            Il y a aussi le Qatar.

          • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 10:38

            @njama


            Bonjour,

            Il y a aussi le Qatar.

          • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 10:40

            @njama


            Je plaisante

          • njama njama 18 septembre 10:48

            @Emile Mourey

            Le Qatar préfère les équipes de foot ...
             smiley

            Votre château comme tous les châteaux, un patrimoine pas évident à transmettre ... même à bas prix, les acheteurs potentiels ne se bousculent pas au portillon


          • 23101925 23101925 18 septembre 11:43

            @Emile Mourey

            Bonjour Emile

            Vous avez le contact avec l’Emir ?

            Vous avez des enfants ? ils en pensent quoi et font quoi, eux ?

            Ci-dessous une petite liste :

            Pour mémoire ..


            Moinian / Bezos / 

            BENJAMIN DE ROTHSCHILD et sa famille • Fortune : 2.900 MILLIONS D’EUROS • N°19 en 2013 • Entreprise : GROUPE EDMOND DE ROTHSCHILD (Finance). Le représentant de cette 7e génération de banquiers possède 87,1% du groupe, présent notamment en France, en Suisse et au Luxembourg. ©Gregoire/Réa

            JEAN-CLAUDE DECAUX et sa famille • Fortune : 4.600 MILLIONS D’EUROS • Entreprise : JCDECAUX (Communication) • N°14 en 2013 • Le fondateur et ses enfants contrôlent 71,8% du N°1 mondial du mobilier urbain, de l’affichage et du vélo en libre-service (CA : 2,7 milliards). ©Tondre/réa

            MARGARITA LOUIS-DREYFUS avec Eric, Kirill et Maurice • Fortune : 5.000 MILLIONS D’EUROS • Entreprise : LOUIS-DREYFUS NEGOCE (Service) • N°11 en 2013 • La Tsarine – son surnom – veut renforcer son emprise sur le groupe de négoce (CA : 47 milliards) en rachetant les minoritaires. Elle en possède déjà 64%. ©Nivière/Sipa

            PIERRE OMIDYAR • Fortune : 5.100 MILLIONS D’EUROS • Entreprise : EBAY (Internet) • Le fondateur d’eBay a émigré aux Etats-Unis en 1973, mais a conservé sa nationalité française. Il possède un fonds d’investissement et environ 8% de sa société. ©Sipa

            FRANCOIS PERRODO et sa famille • Fortune : 5.500 MILLIONS D’EUROS • Entreprise : PERENCO (Energie) • N°16 en 2013 • Cette famille contrôle un des derniers groupes pétroliers indépendants (CA : 5,9 milliards). Fin 2012, Perenco a racheté des champs à BP pour 460 millions d’euros. ©Dppi/Afp

            PATRICK DRAHI • Fortune : 6.000 MILLIONS D’EUROS • Entreprise : ALTICE (Télécom) • Le créateur d’Altice (Numericable, SFR…) ne figurait pas dans le palmarès 2013, car ses avocats nous avaient assuré qu’il avait renoncé à sa nationalité française. ©Delessard/ Challenges

            EMMANUEL BESNIER et sa famille • Fortune : 6.500 MILLIONS D’EUROS • Entreprise : LACTALIS (Agroalimentaire) • N°12 en 2013 • Cette famille contrôle le N°1 mondial du fromage (CA : 16 milliards). Après l’italien Parmalat en 2011, elle a ajouté l’indien Tirumala (2014) à son plateau. ©Cropix/Sipa

            XAVIER NIEL et sa famille. Fondateur du groupe de télécoms ILIAD FREE • Fortune : 8.500 MILLIONS D’EUROS • N°10 en 2013 • En mai, le fondateur d’Iliad Free a ajouté une nouvelle pépite à son patrimoine : Monaco Telecom qu’il Il a payé un peu plus de 300 millions d’euros. Mais sa première tirelire reste aujourd’hui encore Free, l’opérateur français, qu’il a créé en 1999 et contrôle à travers Iliad, son holding coté, dont il possède toujours 55%. Ce patron de 46 ans a investi dans près d’un millier d’entreprises à travers une structure de capital-investissement, Kima Ventures, qui réalise des centaines de transactions chaque année. Il est également le copropriétaire du Groupe Le Monde et du Nouvel Observateur. ©Decoux/Réa

            VINCENT BOLLORÉ, PDG du groupe de médias et de transports BOLLORÉ • Fortune : 10.000 MILLIONS D’EUROS • N°7 en 2013 • En trente ans, l’homme d’affaires breton a transformé l’entreprise familiale de papeterie en un groupe diversifié, se développant dans les transports et la gestion portuaire, puis se taillant, à coups de raids boursiers, des parts de marché dans les médias (36% de Havas, 5% de Vivendi) et la banque (6% de Mediobanca). ©Allard/Réa

            FRANÇOIS PINAULT et sa famille. Fondateur du groupe de luxe KERING • Fortune : 13.500 MILLIONS D’EUROS • N°6 en 2013 • Créé en 1963, rebaptisé l’an dernier, le groupe de luxe Kering (9,7 milliards de chiffre d’affaires) est contrôlé à plus de 40% par la famille Pinault via son holding Artémis. Le fondateur, François, en a cédé la présidence à son fils en 2003 et lui a confié les rênes du groupe en 2005. ©Ropi/Réa

            SERGE DASSAULT et sa famille. Fils du fondateur du groupe aéronautique Dassault • Fortune : 13.500 MILLIONS D’EUROS • N°5 en 2013 • A travers leur holding familial GIMD, les descendants de Marcel Dassault contrôlent 50% de Dassault Aviation (valorisé 10 milliards d’euros en Bourse), 41% de l’ancienne filiale Dassault Systèmes (11 milliards) et 60% de l’Immobilière Dassault. Mais la famille possède aussi de nombreux autres actifs, comme Le Figaro, la maison de vente aux enchères Artcurial, des vignobles en France et en Argentine, ainsi que des participations minoritaires comme 6% de Veolia, 26% de Thales et 5% de bioMérieux. ©Rolle/Réa

            GERARD MULLIEZ et sa famille • Fondateur du groupe de distribution Auchan • Fortune : 20.000 MILLIONS D’EUROS • N°3 en 2013 • Le millier de membres de cette grande famille nordiste se partage plus de 88% du holding de tête du géant français de la distribution (60 milliards de chiffre d’affaires), l’Association familiale Mulliez (AFM). La structure contrôle Auchan, mais aussi une myriade d’enseignes comme Leroy Merlin, Oxylane, Saint Maclou, Kiloutou, Kiabi, Flunch, ainsi qu’une des plus grosses sociétés foncières de France, qui détient les murs des magasins. ©Cruziaux/Réa

            BERNARD ARNAULT • Fondateur du groupe de luxe LVMH • Fortune : 27.000 MILLIONS D’EUROS • N°1 en 2013 • A 64 ans, le fondateur du leader mondial du luxe (Louis Vuitton, Dior, Givenchy, Guerlain, Bulgari, Tag Heuer…) organise la montée en puissance de ses enfants au sein de son groupe. La famille Arnault contrôle 46% de LVMH à travers une série de holdings. 

            ©Decoux/ Réa
            Monsieur Jacques Essebag ? Heu .. non .. pas assez puissant, pas concerné du tout .

          • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 11:44

            @njama


            Je suis surpris des commentaires que suscite mon article. Je n’ai jamais dit que je voulais vendre ma chaumière. Que diable ! C’est ma maison et j’ai le droit de continuer à y habiter comme n’importe quel citoyen. Ce que je demande à M. Stéphane Bern, c’est de comprendre ce que j’ai écrit dans mes ouvrages et de s’exprimer à leur sujet : ou bien notre histoire gauloise commence à Taisey, vers le Xème siècle avant JC, et il y a, sur tout le territoire, tout un antique patrimoine construit à mettre en valeur et à faire visiter aux touristes, ou bien notre histoire commence au mont Beuvray, faux site de Bibracte, et il n’y a que des églises médiévales, dites romanes, dont on ne sait pas ce qu’elles disent vraiment. Stop aux mensonges des archéologues du mont Beuvray ! Rétablissons la vérité historique. Ce que je demande, c’est de pouvoir vendre mes ouvrages comme ils le méritent. Voici ma source de financement !.. et si l’État ne veut pas comprendre cela, soyons clair, je serai contraint de lui demander réparation pour le préjudice subi.

          • njama njama 18 septembre 11:58

            @Emile Mourey

            Qui vous lit, sait votre souci de préserver ce château de Taisey et l’aventure dans laquelle vous entraina cette acquisition ... longue vie à Émile bien sûr dans sa demeure ...
            Vous l’avez acheté, il était mal en point, vos efforts pourraient être ruinés si personne n’assure votre suite, je suppose que vous y pensez aussi ...

            vous avez raison, tentez votre chance auprès de Stéphane Bern ...


          • roby 18 septembre 18:09

            @njama
            Fillon peut-être ?


          • bibou1324 bibou1324 18 septembre 11:40

            Noble ? Spirituelle ?


            L’histoire est un dada comme un autre.

            D’après le dernier sondage IFOP (mars 2017), seuls 32% des français pensent important d’avoir un destin commun. 37% des français estiment « pas très important » notre histoire ou notre culture.

            Un château est-il un héritage ? De quoi ? D’une époque où 85% de la population était rurale et ignorait jusqu’à l’existence de châteaux ? D’une époque ou la hiérarchie des classes était si forte que les français étaient quasiment tous méprisés ? Où l’espérance de vie ne dépasse pas 25 ans ?

            On a déjà Versailles pour se souvenir de ça. Pourquoi le contribuable paierait pour un modeste château de campagne d’une époque que tout le monde aimerait oublier ?

            • François Vesin François Vesin 18 septembre 11:54

              @bibou1324
              «  L’histoire est un dada comme un autre. »


              C’est vrai que les souvenirs ne sont faits
              que pour encombrer la mémoire !!!

              Au feu les albums de photos de votre enfance,
              au feu les traces de vos aieux
              au feu les témoignages de « notre » passé...etc.

              Avec des cerveaux bien vides et sans repères
              à nous le monde « en marche » vers le néant...

            • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 12:01

              @bibou1324 et à tous


              Bis repetita placent...

              Primo : ma restauration n’a rien coûté au contribuable contrairement au mont Beuvray.
              Secundo : l’État m’a causé un grave préjudice en soutenant contre moi les thèses absurdes des archéologues du mont Beuvray et en me faisant passer pour un farfelu (cf lettres ministérielles etc à l’appui)
              Tertio : je suis un citoyen libre et je fais ce que je veux.
              Quarto : je paie mes impôts. 

            • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 12:19

              @bibou1324 et à tous


              Quinto : j’ouvre la propriété à la visite à tout groupe encadré et responsable.
              Sexto : y compris pour les manifestations culturelles de la commune.
              Septimo : y compris pour les journées du patrimoine sauf cette année où j’ai fait grève car je ne suis pas content.
              Octavo : même après qu’on m’ait volé les clés de mes dépendances et de mes armoires.

              Et cela, gratuitement, car je ne suis pas dans une logique financière.

              Alors, que le contribuable arrête de pleurnicher pour des préjudices qui n’existent pas en ce qui concerne ma chaumière.


            • Trelawney Trelawney 18 septembre 14:58

              @bibou1324
              On a déjà Versailles pour se souvenir de ça. Pourquoi le contribuable paierait pour un modeste château de campagne d’une époque que tout le monde aimerait oublier ?


              On a déjà vu des pays démolir des églises et autres temples, d’autres déboulonner des statues et d’autres plus récemment démolir le témoignage d’anciennes civilisations qui n’adoraient le même dieu, qui d’ailleurs était inconnu à l’époque des dites civilisations. (comme quoi qu’un dieu a toujours une durée de vie limitée).

              Vous allez sans doute me dire ce qu’il faut préserver dans ce pays ? Si toute fois vous le savez vous même



            • loulou 18 septembre 15:26

               J’aime vous lire Monsieur Mourey.

               Il y a chez vous de la rigueur,du courage , de la persévérance, et aussi du rêve.
               Et, bien d’autres qualités.
               N’écoutez pas ces corbeaux qui croassent, par jalousie, petitesse ou, je ne sais quoi.
               Oui, notre patrimoine est en péril.
               Une histoire chargée dans un moment économique difficile.
               En tout cas, bravo, d’avoir en tant que particulier sauvé ce château.
               Les générations futures, je l’espère, en bénéficieront grâce à vous.

              • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 19:50

                @loulou

                .
                 Merci

              • Gatling Gatling 18 septembre 19:55

                ’40 ans pour sauver un château de Taisey en péril et on me prend pour un con’

                ...mais non... mais non . Faut pas dire des choses comme ca.

                Nous on t’aime Emile ! Allez courage ! On se ressaisit !!  smiley


                • Emile Mourey Emile Mourey 18 septembre 20:28

                  @Gatling


                  Merci, mais cela fait 40 ans qu’on me prend pour un cinglé. Je cite FR3 Bourgogne, 14/4/1999 "« Le mont Beuvray pourtant consacré en 1995 sous François Mitterand par un musée Bibracte et un centre de recherche. Dans ce dernier, les doutes d’Emile Mourey font sourire, simple agitation, juge-t-on ici, d’un amateur peu averti. »...

                  27/10/2000. M. Michel Duffour, secrétaire d’Etat à la Culture : ... Il ne paraît pas utile que le ministère de la culture et de la communication entretienne une polémique avec une personne, qui comme beaucoup de passionnés de son espèce, se place dans la posture de l’homme seul face au poids de la « science officielle ».

                  etc...

                • crabo21 19 septembre 00:53

                  Indépendamment de votre histoire, on peut éventuellement regretter cet engouement francais pour le patrimoine qui nous a couté fort cher depuis des decennies et qui a tiré beaucoup d’esprits vers le conservatisme alors que nous avons tant besoin de ressources et de disponibilités tournées vers le futur.


                  • Emile Mourey Emile Mourey 19 septembre 02:24

                    @crabo21

                    Bonjour,

                    Il s’agit là d’un grave malentendu. Voyez l’Égypte qui tire de ses pyramides une part importante de ses devises. 

                    Je cite la déclaration de M. le Ministre Le Drian du 10 juillet 2017 : La France mise plus que jamais sur le tourisme international pour doper sa croissance. En déplacement à Giverny (Eure), Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, également en charge du Tourisme, a ainsi fixé l’objectif de parvenir à 50 milliards d’euros de recettes touristiques internationales en 2020.

                    Vous croyez que les touristes étrangers viendront en France si on n’a plus rien à leur montrer ? 



                  • zygzornifle zygzornifle 19 septembre 08:47

                    Hahaha il s’est fait Macroniser , il se tortille du fion devant son seigneur , Stéphane a été berné , il est en berne ou plutôt Bernie comme le film de Dupontel , aller s’occuper du patrimoine gratuitement voila le rêve de Macron, tout le monde en marche vers le benet vola .....


                    • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 19 septembre 11:58

                      @Emile Mourey

                      Le délabrement d’une bâtisse commence systématiquement par le toit.
                      Au vu des photos, la votre comporte quelques hectares de toiture. Ces dernières me semblent à vu d’oeil en fin de vie. Au clou ou au crochet cela va coûter 150 à 200 euros/m². Soit une véritable fortune au total.
                      Perso nous (SCI) avons fi de l’homme de la DRAC et de ses subventions (qui d’ailleurs n’en sont pas puisque les artisans « estampillés » MH doublent ou triplent les prix sans compter les frais d’architecte et encore pire ceux de l’architecte des bâtiments de France ).
                      Après mures réflexions nous avons assuré la sauvegarde de notre bâtisse en mettant de la simple tôle ondulé (durée de vie 60 à 80 ans !!!). Et ainsi nous avons pu nous concentrer sur quelques parties.
                      Oui je sais... C’est terrible de constater l’effet visuel de cette tôle sur un si beau bâtiment. Mais dites-vous bien que quelqu’un d’autre -plus jeune, plus vaillant, plus fortuné aussi peut-être- poursuivra cette oeuvre de restauration dans x années. Et il vous remerciera d’avoir mis cette nouvelle toiture aussi moche soit-elle.
                      Certes la DRAC va hurler si elle a vent de ce projet mais elle n’a pas de moyens coercitifs. Donc la balle est dans votre camp.

                      Bien à vous pour ce beau combat


                      • Emile Mourey Emile Mourey 19 septembre 13:35

                        @Michael Gulaputih


                        Bonjour, 

                        Non, je ne me fais pas de soucis pour la toiture. J’ai repassé tout le toit et refait à neuf en ardoises historiques d’Angers toute une partie côté ouest. Mais cela serait bien de continuer pour des questions d’esthétisme et d’uniformité. Idem pour la zinguerie. Le problème est que mes enfants ne veulent pas qu’à 85 ans, je remonte sur le toit et pourtant j’aimerais bien.

                        D’accord pour ce que vous dites concernant les entreprises et la DRAC. La solution serait de trouver un jeune avec un statut d’auto-entrepreneur spécial « monument historique » à inventer qui travaillerait à l’ancienne, c’est-à-dire pour l’amour du métier en prenant le temps qu’il faut. Depuis que les factures sont rédigées en mentionnant les heures de travail, on a pourri les relations humaines.

                      • Emile Mourey Emile Mourey 19 septembre 15:19

                        @Michael Gulaputih


                        Et puis, je vais vous raconter une petite histoire, très édifiante, qu’il serait bon de transmettre à M. Stéphane Bern pour qu’il réfléchisse.

                        L’année dernière, ma municipalité a organisé un concert gratuit dans le parc du château. Ce sont les services techniques qui ont mis en place les bancs et les chaises. Il y avait deux petits jeunes, formidables, intelligents, pleins d’enthousiasme, qui s’y trouvaient apparemment en stage. Très intéressés par le château, ils m’ont demandé à le visiter. Croyez-moi si vous voulez, je n’avais pas fait 20 pas à l’intérieur que le chef de service les rappelait en disant « au boulot ». C’est un scandale. Quand je pense que ces petits jeunes auraient eu un grand plaisir à m’aider, que j’aurais été tout à fait d’accord pour partager avec la mairie le coût de leur stage... oui notre société est un scandale.


                      • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 19 septembre 14:58

                        Bravo Emile pour cette bonne action de tentative de sauvegarde de notre patrimoine historique, mais qui reprendra la suite ? 


                        A l’mage de la France qui se dégrade jour après jour, comme en 40, du fait des traîtres et des saboteurs au service du grand Capital, satanique ou luciférien, mais aussi des moutons qui laissent faire...

                        C’est aussi très difficile de se battre seul contre tous, même quand on a raison... Ceux d’en haut qui nous gouvernent, préfèrent qu’on vive dans un monde moderne artificiel fait d’illusions et de mensonges... 

                        Bon courage Emile...

                        • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 19 septembre 18:07

                          Un exemple de solidarité pour tenter de sauver un château-fort en Périgord :



                          On verra jeudi, si ce projet sera concrétisé...

                          • petit gibus 19 septembre 22:05
                            @ l’auteur
                            T’es pas le seul dans ton cas smiley
                            Perso j’ai essayé de taper trois fois Bern
                            pour changer la roue avant de mon vélo
                            une œuvre d’art en péril qui date du début XXème !

                            aucune réponse à ce jour 
                            J’vais écrire à un ponte du Qatar ou à généreux riche Amerlock


                            • Delphus Delphus 24 septembre 15:49

                              La préservation du patrimoine est parfois un vrai parcours du combattant, car oui il s’agit d’une lutte de tous les instants. Un cousin, s’est porté acquéreur d’une vieille demeure seigneuriale en Normandie il y a une dizaine d’année. Cette battisse appartenait à notre famille depuis le 16 ème siècle et revendue par un grand oncle ruiné par le jeu au 19 ème. Cela faisait partie des histoire familiales. Elle était vraiment dans un piteux état et tout le monde tenta de le dissuader de l’acheter...en vain. Entre les tracasseries incessantes de l’abf des administrations et de la commune. Une subvention de 15 000 euro pour un investissement de plus de de 500 000 euro (demeure + parc) il finit par jeter l’éponge et la commune acheta ce site pour une bouchée de pain. Après avoir obtenu des aides substantielles, l’ancien maire devint le directeur d’une magnifique maison de retraite. Le procès est toujours en cours...Bon courage à vous.


                              • Emile Mourey Emile Mourey 24 septembre 16:44

                                @Delphus


                                Oui, c’est un peu ça. C’est complètement idiot car si on ne me faisait pas passer pour un con, je pourrais vendre mes ouvrages et je ne serai pas opposé à ce que le monument revienne, un jour, à l’État, à condition bien sûr qu’il le protège, ce qui, actuellement, n’est pas le cas.

                                Mais le plus grave, c’est que je ne trouve, sauf Agoravox, aucun soutien pour diffuser mes articles sur les textes de l’islam, Coran et Sirah, ni pour faire éditer mon dernier ouvrage. Depuis plus de 30 ans que je dénonce le scandale de la localisation de Bibracte au mont Beuvray, je suis devenu un pestiféré et suis interdit de presse.... Des innocents vont ainsi continuer à se faire massacrer par des extrémistes musulmans sans que les médias dénoncent leurs erreurs d’interprétation.

                              • Emile Mourey Emile Mourey 24 septembre 16:00

                                Dans mon article du 24 septembre


                                 Grosse erreur de ma part. Au lieu d’Arioviste s’avance, il faut lire, bien sûr, Attila s’avance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès