• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 5 faits que l’extrême gauche n’a pas envie d’entendre

5 faits que l’extrême gauche n’a pas envie d’entendre

1- Les acquis sociaux sont une mauvaise chose

Longtemps considérés comme des "conquêtes" des travailleurs, les acquis sociaux sont un vaste mensonge destiné à duper les masses. Ce mensonge est d'autant plus efficace qu'il est relayé par ceux qui se présentent comme les opposants les plus radicaux au système actuel. 

En réalité, toute amélioration du niveau de vie des travailleurs n'est une revendication aux apparences révolutionnaires que dans les pays pauvres. Dans les pays impérialistes, il y a bien assez de profits faits à la sueur de millions d'étrangers à l'autre bout du monde pour améliorer le quotidien des masses. Ce phénomène d'embourgeoisement a été décrit de façon très précise par Marx, Engels et Lénine en leur temps. Ils le considéraient à juste titre comme un obstacle au mouvement révolutionnaire, et non un acquis à défendre. 
 

2- La fin des acquis sociaux est inévitable

Le mouvement communiste est condamné à être faible dans les pays impérialistes les plus riches. 

Or, dans ce monde où rien n'est éternel, les puissances d'aujourd'hui sont défaites par celle demain. Ces puissances montantes feront profiter à leur peuple des privilèges qui, chez les pays déclinants, sont condamnés à être détruits, au désespoir de ceux qui défendent les acquis sociaux. 

Si on ne s'élève pas à une compréhension globale du monde, les réformes actuelles du gouvernement ne peuvent pas être comprises. Au contraire, si l'on commence par expliquer l'évolution mondiale, alors les évènements actuels prennent tout leur sens. La Chine conquiert la première place dans la bataille des pays impérialistes, au détriment des pays impérialistes comme la France et les Etats-Unis. 

La création d'acquis sociaux en Chine et leur destruction en France est la conséquence logique de ce phénomène. Aucune manifestation, aucune pleurnicherie n'y changera rien. 
 

3- Le mouvement social actuel est réactionnaire

La révolution, c'est l'attaque, la réaction, c'est la défense. Il est assez facile de voir que dans la bataille actuelle, c'est la bourgeoisie qui est révolutionnaire et les syndicats qui sont réactionnaires. 

Marx considérait le mouvement ouvrier comme une force de progrès, comme une force révolutionnaire parce que le prolétariat était précisément une classe qui n'avait rien d'autre à perdre que ses chaînes. On ne peut pas en dire autant du prolétariat bourgeois dont les préoccupations sont tournées entièrement sur la défense de privilèges. 

La force de progrès est Macron, les syndicats et l'extrême gauche sont une force réactionnaire. 

C'est bien sur "cynique" si on ne voit le négatif que comme négatif, alors qu'il contient aussi le positif. La fin des acquis sociaux n'est qu'un moment, qui rend précisément possible la révolution. 
 

4- La révolution se fera contre l'extrême gauche

Tandis que d'un point de vue social, l'extrême gauche masque sa nature réactionnaire par des phrases révolutionnaires, les valeurs qu'elles portent la condamnent également à la défaite. 

Le féminisme, l'écologie et les luttes des "minorités opprimées" ont depuis longtemps servi de relai à l'idéologie libérale afin de neutraliser la lutte des classes. 

Le féminisme a pour rôle objectif d'asservir les hommes en attaquant ce qui terrifie encore le système, à savoir un renversement nécessairement viril de toute la société actuelle. 

L'écologie a été inventée pour offrir une fausse alternative à la lutte syndicale. Lutter pour défendre son niveau de vie ou y renoncer de son plein gré, voilà les deux voies sans issues proposées par le système. 

Enfin, la question ethnique offre une parfaite diversion à la lutte des classes. Mais elle ne peut fonctionner qu'à condition que des combattants des deux côtés donnent une importance à ce sujet, faute de quoi il ne peut pas servir de diversion efficace. 
 

5- Les français croient encore aux élections

Il est tout à fait ridicule de croire qu'un peuple qui est effrayé par la sortie de l'euro sera prêt à se lancer dans une révolution encore plus radicale qui renverserait le capitalisme. 

Il est devenu à la mode de critiquer Mélenchon. C'est obtenir son titre de révolutionnaire à moindre prix. Quant à ceux qui croient réellement à la révolution, ils comprennent que Mélenchon est utile au système comme faux opposant et non comme fausse alternative. 

Le système a besoin d'opposants qui canalisent la colère dans des impasses. Ce sont donc des cartes très précieuses que la bourgeoisie cherche à garder et non à utiliser. Si Mélenchon ou Le Pen remportait les élections, la bourgeoisie aurait moins peur du succès de leur programme que de leur échec. En effet, une fois les masses désillusionnées sur ces opposants, des alternatives plus extrêmes pourraient récupérer les déçus. 

La révolution arrivera, mais pas avant un certain temps, et pas avec les fausses forces révolutionnaires actuelles, mais plutôt contre elles.

Source : http://proletaire.altervista.org/marxisme/actualite/11-mai-2018.php

http://proletaire.altervista.org


Moyenne des avis sur cet article :  2.06/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 12 mai 2018 16:27

    @ proletaire-de-fer (blanc)
     
    ’’Ces puissances montantes feront profiter à leur peuple des privilèges...’’

     
    Ha oui, ça ruisselle (air connu) !
     
    Bon pour le reste, même pas la peine, no comment...
     


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mai 2018 16:42

      Avec Uranus, la planète des révolutions qui entre dans le signe du taureau, comme en 1934 : Attendons-nous surtout à une révolution de typé réac. Genre Zemmour puissance 10.


      • Jean Roque Jean Roque 12 mai 2018 16:59

         
        Marx ne voulait pas d’augmentation de salaire, pour la même raison. Effectivement, d’un pt de vue strictement marxiste on peut dire que les revendications d’acquis sociaux sont petites bourgeoises, ce qu’avait prévu Clouscard d’ailleurs : après la promesse du jouir sans entrave, la crise fait les frustrés réactionnaires (après Marx 3 tendances du réformateur au révolutionnaire, Kautsky, Bernstein, Liebknecht etc.)
        Écologisme, anti-spécisme, biobioisme, pédérastisme, gouinisme, jeunisme, consumérisme, dérivatifs exact.
         
        Mais la méfiance de l’altérité, le racisme est un instinct, l’homme bobo universel est une chimère idéaliste de Marx. Les communismes primitifs ont été tribaux, sans tribu pas de communauté. Aucun groupe animal ne fait toute l’espèce (contre la possibilité d’évolutions sociales concurrentes au sein des groupes)
         
         
        « Le paradoxe, c’est qu’aujourd’hui ce sont les pauvres qui vont demander la fin de l’État-Providence [souchien ne paiera pas pour burkini ni pour la surponte des 9 soeurs à Coulibaly le colon] » C. Guilluy
         
        « Qui dit Humanité veut tromper » Proudhon
         

         


        • Arthur S Clark Kent 12 mai 2018 17:11

          « Le féminisme, l’écologie et les luttes des »minorités opprimées«  »

          ne sont pas l’« extrême gauche », catégorie qui, d’ailleurs, se réfère à un échiquier politique de parlementarisme réformiste et n’a pas de sens dans une analyse de classes.

          « Le féminisme, l’écologie et les luttes des »minorités opprimées«  » sont des mouvements siciértaux (et non pas sociaux) parfois indépendants, parfois manipulés (qui ne n’est pas ?) ou carrément instrumentalisés ou mis sur pied par les professionnels de la com institutionnelle pour capter toute la mauvaise conscience des braves gens qui culpabilisent en se goinfrant de pop corn devant la télé qui diffuse du foot ou eurovision...


          • QiroreuR QiroreuR 12 mai 2018 18:23

            Propos d’une rare confusion.


            • Pere Plexe Pere Plexe 13 mai 2018 09:06

              @QiroreuR
              On en regretterai presque que ces « acquis sociaux » permettent aussi d’exprimer librement sa pensé.

              Mais la liberté c’est aussi le droit de dire des conneries et celle d’afficher combien on est con.

              Ce qui ne devrait pas remettre en cause, chez les gens lucides, cette liberté.


            • papat 12 mai 2018 19:24

              Il y a 2 types de partisans de Macron : les milliardaires et les idiots. Pour connaître votre type, regardez votre compte en banque.


              • titi 13 mai 2018 00:03
                @papat

                Alors qu’il n’y a qu’un seul type de partisans de la gauche : ceux qui se croient plus intelligents que les autres... 

              • Pere Plexe Pere Plexe 13 mai 2018 09:08

                @titi
                ...les partisans de Macron ne seraient pas de gauche ?

                Quelle révélation !

              • papat 13 mai 2018 09:12

                @titi
                apparemment , c’est le we et votre banque est fermée ?


              • titi 13 mai 2018 11:31
                @papat

                On voit votre encrage dans le 19°siècle.

                Ca fait déjà quelques années que les banques sont « en ligne ».


              • Le421 Le421 13 mai 2018 16:16

                @titi
                Je sens une certaine vexation...
                Votre compte en banque n’est pas si florissant ?
                C’est bête ça.

                En même temps - expression macronienne - le milliardaire qui traîne sur Agoravox, il serais plutôt grave de chez grave.
                Restent les forçats du clavier payés pour polluer les forums (suivez mon regard) et les malades du syndrome du larbin.
                Au moins, les deuxièmes peuvent passer pour psychopathes. Les premiers, bon, y’a souci.
                Aussi les types qui se font mettre profond et qui persistent à garder le sourire. Plus difficile.


              • titi 13 mai 2018 17:51
                @Le421

                Vous et papat illustrez très bien ma première intervention.

                En fait les scores minables de la gauche à chaque élection « c’est pas votre faute »

                Bah si c’est votre faute : si vous faites un score de merde, ce n’est pas parce que les électeurs sont cons, c’est que vous êtes nuls, incapables de convaincre.

                Mais c’est clair que c’est pas demain la veille qu’on verra qq’un de la FI faire son autocritique.



              • titi 13 mai 2018 17:53
                @Le421

                « Je sens une certaine vexation... »
                Comment on dit déjà ? L’hôpital qui se fout de la charité ?




              • oncle archibald 13 mai 2018 19:17

                @titi : « On voit votre encrage dans le 19°siècle »

                Il me semblait pourtant que l’invention de l’imprimerie était bien antérieure ....


              • ETIENNE 14 mai 2018 12:54

                @oncle archibald
                ben moi qui croyait que :
                « En courant sus à un voleur

                Qui venait de lui chiper l’heure
                A sa montre
                Oncle Archibald, coquin de sort !
                Fit, de Sa Majesté la Mort
                La rencontre »

                Mais vous êtes bien là
                En revanche, avez vous changé votre opinion suite à la source que je vous ai procurée


              • generation désenchantée 12 mai 2018 20:49

                donc ,si je comprend bien , c’est les droits du 19éme siècles
                ultra libéralisme , individualiste a souhait , bas salaires généralisés et concurrence avec des pays a bas coût


                • Le421 Le421 13 mai 2018 16:11

                  @generation désenchantée
                  C’est ça la régression... Heu, non, pardon, la « réforme » !!


                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 mai 2018 00:04

                  Ha c’est clair que le gars qui se bat pour son pouvoir d’achat dans le but de s’acheter une télé 16/9 ou un camping car, c’est pas vraiment un communiste, à peine un mec de gauche.


                  • Jean Roque Jean Roque 13 mai 2018 07:57

                    @La Voix De Ton Maître
                     
                    Hanouna en 65" HD, pour sûr c’est un gogochon (bobo où colon)smiley
                     
                    Le camping car, s’il est motorisé par un petit 2T de Traban, et si c’est pour fuir les colonies à Soros-La Baudruche, c’est indispensable. smiley
                     
                     
                    « L’émancipation est le panier supérieur de l’aliénation » Marx


                  • Dictature du peuple Dictature du peuple 13 mai 2018 20:44

                    @Jean Roque
                    Allez, on invente des citations maintenant !


                  • zygzornifle zygzornifle 13 mai 2018 09:55

                    Alors faut fermer sa gueule, courber l’échine et bosser sans congés et sans retraite , sans tomber malade , ha oui j’oubliais il faut voter contre le progrès social ou plutôt le maintient social en élisant un Macron , un Fillon ou autre Wauquier et se rependre en suçant les orteils a un Grumeau Le Maire et a un Edouard Philippe .....


                    • BA 13 mai 2018 14:41

                      Coup de tonnerre !


                      La direction de la SNCF prépare déjà la privatisation de la SNCF !


                      Réforme de la SNCF : le document qui sème le trouble.


                      Alors que la 9e séquence de grève commence ce dimanche, une note de travail interne que nous avons consultée ouvre une brèche pour une possible privatisation de l’entreprise. La SNCF et le ministère des Transports démentent.


                      A quoi joue la direction de la SNCF ? Dans le compte rendu interne d’une réunion de travail qui s’est tenue le 4 mai entre des cadres de la compagnie et le cabinet du ministère des Transports, que nous avons pu consulter, on apprend que la compagnie ferroviaire a demandé au gouvernement de limiter l’incessibilité des titres de l’entreprise publique à la seule holding. Une petite phrase qui fait l’effet d’une bombe.


                      « Si seule la holding est protégée, rien n’empêchera la direction de céder ou d’ouvrir le capital de SNCF Mobilités (qui gère les trains) ou de SNCF Réseau (qui gère l’infrastructure), s’agace Fabien Villedieu, délégué syndicat de SUD Rail. Concrètement, cette demande ouvre la voie à une privatisation de l’entreprise publique, alors que depuis des semaines le gouvernement et la direction nous répètent en chœur que cette réforme ferroviaire n’est pas la privatisation de la SNCF. »


                      Les responsables syndicaux « tombent de l’armoire. »


                      En effet, vendredi, dans une interview accordée à notre journal, Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF, avait répété : « il n’y a pas UN élément dans la réforme qui rend possible une privatisation totale ou partielle de la SNCF. C’est même l’inverse ».


                      Contactés, plusieurs responsables syndicaux, qui participaient encore aux négociations sur les amendements, vendredi, au ministère des Transports, n’en reviennent pas. « Je tombe de l’armoire, confie l’un d’eux. Cette possibilité était l’une de nos craintes. Mais comme nous avons eu quelques garanties, nous pensions qu’elle était écartée  ».


                      Même consternation chez cet autre syndicaliste : « Si c’est cette vision-là qui l’emporte auprès du gouvernement, ça ne va pas très bien se passer avec nous ».


                      La SNCF et le ministère invoquent un document de travail.


                      Du côté de la compagnie comme du gouvernement, on coupe court à tout début de polémique. « Il n’y a pas de sujet, balaient d’un revers de main le ministère des Transports et la compagnie ferroviaire. C’est une réunion de travail. Notre position n’a pas changé. L’incessibilité des titres de la SNCF concerne aussi bien la holding que SNCF Mobilité et Réseau ».


                      La filialisation des TER en question.


                      Reste que dans ce compte rendu de six pages, on apprend également que l’entreprise publique souhaite déposer un amendement pour filialiser l’activité des trains régionaux, les TER. « Cela impliquerait que les cheminots de TER ne seraient plus aux conditions sociales de la SNCF », s’étrangle Fabien Villedieu.


                      Là aussi, l’entreprise publique dément : « Le but technique de la réunion était que la rédaction (NDLR : de la loi) n’ait pas pour effet d’empêcher ce que la SNCF fait actuellement : avoir des filiales lorsqu’un marché a un caractère spécifique et l’exige, comme un marché transfrontalier. En aucun cas, cela ne concerne les marchés régionaux de TER ».


                      Un rapport sur les lignes les moins fréquentées.


                      Par ailleurs, le ministère des Transports n’est pas en reste. Le compte rendu détaille les amendements qu’il pourrait déposer. Ainsi, la gestion des gares serait confiée à une filiale détenue par SNCF Réseau ; la date d’ouverture à la concurrence en Ile-de-France, prévue en 2033, serait avancée d’un an ; enfin, pour les petites lignes un amendement prévoit un rapport gouvernemental sur l’état du réseau et les lignes les moins circulées.


                      « Quoi de mieux qu’un rapport pour justifier la fermeture de ces lignes », prédit Fabien Villedieu.


                      « C’est une réunion de travail, répète le ministère des Transports. Tout cela n’est pas arbitré  ». Bref, un document bien troublant.


                      « Cela montre qu’il faudra rester vigilant jusqu’au vote de la loi au Sénat début juin », prévient un syndicaliste.


                      http://www.leparisien.fr/economie/reforme-de-la-sncf-le-document-qui-seme-le-trouble-13-05-2018-7713093.php


                      • Le421 Le421 13 mai 2018 16:10

                        @BA
                        Coup de tonnerre ?

                        Ah bon.

                        Vous ne l’aviez pas senti ?

                        Mince alors... C’est con ça !!  smiley


                      • Le421 Le421 13 mai 2018 16:09

                        La fin des acquis sociaux est inévitable.
                        Sans aucun doute.
                        La retraite, les congés payés, le salaire minimum - voire le salaire tout court !! - la Sécurité Sociale et j’en passe, sont des éléments perturbateurs évidents de la société française.
                        Comme un dessin de Gattaz que j’ai vu récemment, avec cette légende :
                        La Libye qui pratique l’esclavage prouve que nous avons encore de gros progrès à faire !!

                        Je pense que pour vous, l’extrême gauche commence à Hamon... Valls ? Non, quand même pas ??

                         smiley


                        • Stella2b 13 mai 2018 17:23

                          Un texte qui donne envie d’arrêter de lire Agora Vox


                          • foufouille foufouille 13 mai 2018 19:04
                            "La création d’acquis sociaux en Chine et leur destruction en France est la conséquence logique de ce phénomène. Aucune manifestation, aucune pleurnicherie n’y changera rien. "
                            mais quel délire !
                            certainement du second degré.


                            • Luniterre 13 mai 2018 22:09

                               L’auteur s’amuse avec de faux paradoxes...

                              « La révolution, c’est l’attaque, la réaction, c’est la défense. Il est assez facile de voir que dans la bataille actuelle, c’est la bourgeoisie qui est révolutionnaire et les syndicats qui sont réactionnaires.
                              Marx considérait le mouvement ouvrier comme une force de progrès, comme une force révolutionnaire parce que le prolétariat était précisément une classe qui n’avait rien d’autre à perdre que ses chaînes. On ne peut pas en dire autant du prolétariat bourgeois dont les préoccupations sont tournées entièrement sur la défense de privilèges.
                              La force de progrès est Macron, les syndicats et l’extrême gauche sont une force réactionnaire. »

                              En réalité, il semble donc que l’on a affaire ici à une « relecture » de Marx assez désinvolte, sinon carrément désopilante !

                              En effet, une révolution sociale implique une transformation des rapports de production, et donc une classe sociale potentiellement révolutionnaire, c’est à dire susceptible d’opérer une telle transformation révolutionnaire...


                              La bourgeoisie a été révolutionnaire du temps de l’émergence du capitalisme comme mode de production lui-même révolutionnaire par rapport au féodalisme et à l’esclavagisme.

                              Manifestement, son rôle, sur ce plan, est terminé, surtout, et précisément, dans les métropoles impérialistes, où elle tente simplement de sauver son système en crise.

                              Le fait est que le prolétariat ne joue son rôle révolutionnaire que lorsque les nécessités de sa survie matérielle lui imposent de renverser l’ordre social établi pour simplement satisfaire ses besoins sociaux les plus urgents précisément en termes de survie, et non plus en termes d’acquis sociaux à défendre au sein du système.

                              Effectivement, on est encore loin de cette situation.

                              Dans la mesure où la seule solution « radicale » pour sauver le système est la guerre, cette situation risque néanmoins de surgir assez vite et sans réel préavis !

                              Effectivement, encore, le rôle de la « gauche » actuelle, même dite « extrême », est devenu réactionnaire, dans la mesure où cette « gauche » française ne centre pas sa lutte contre l’impérialisme, qui est la vrai cause de toutes les régressions sociales sur la planète.

                              Dans les économies « émergentes » le rôle des luttes sociales n’est pas davantage « révolutionnaire », tant qu’il ne remet pas en cause l’ordre impérialiste et capitaliste.

                              La conscience politique ne peut naître que de la synergie de la nécessité et de l’action militante des avant-gardes conscientes. Encore faut-il qu’elles se construisent elles-même avec une vision réellement claire, et non pas cynique et vaguement humoristique.

                              On en est loin, également.

                              Luniterre


                              ***************

                              https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/02/20/limperialisme-nest-pas-un-complot-cest-un-systeme-economique-a-la-base-du-capitalisme-mondialise/


                              ****************************



                              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 mai 2018 22:19

                                Le blême sont les« avant gardes conscientes » ...Vous croyez en faire partie ?


                                • Luniterre 13 mai 2018 23:20

                                  @Aita Pea Pea


                                  Ici, on a simplement un problème de lecture... !

                                  « La conscience politique ne peut naître que de la synergie de la nécessité et de l’action militante des avant-gardes conscientes. Encore faut-il qu’elles se construisent elles-même avec une vision réellement claire, et non pas cynique et vaguement humoristique.

                                  On en est loin, également. »

                                  « En faire partie » suppose de quelque chose déjà existant, ce qui n’est donc pas encore le cas...

                                  Et pas plus avec cet article « comique involontaire »...

                                  Luniterre



                                • nono le simplet nono le simplet 14 mai 2018 06:31
                                  joli travail ! ... enfin, si on le lit comme un canular smiley


                                  • Zolko Zolko 14 mai 2018 13:05

                                    @ l’auteur : ben, vous allez vous faire lyncher. Même si – ou justement parce-que – vous avez essentiellement raison.
                                     
                                    Les syndicats qui défendent les acquis sociaux sont par définition réactionnaires. On pourrait les considérer révolutionnaires si ils défendaient une nouvelle vision de la société – souveraine par exemple – mais défendre les employés de l’usine d’une multinationale est le symbole du p’tit bourgeois mondialiste. 


                                    • Hervé Hum Hervé Hum 14 mai 2018 22:19
                                      Excellent article !

                                      cela dit, on ne peut pas se dire prolétaire et en même temps progressiste, c’est là une contradiction fondamentale, car il n’y a de progrès que la fin du prolétariat et rien de plus réactionnaire que sa défense. C’est à dire, que la défense du prolétariat, c’est aussi par voie de conséquence, la défense du capitaliste, puisque sans capitaliste, pas de prolétaire !

                                      C’est donc totalement contradictoire avec le fond de votre article, par ailleurs très juste.

                                      à bon entendeur....

                                      • crabo21 15 mai 2018 02:35

                                        Point de vue trop politique et raisonnement trop ancien. On dirait un livre d’histoire.


                                        justement le monde change et de nouveaux paradigmes apparaissent 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès