• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > 6 évidences à propos du 5 décembre

6 évidences à propos du 5 décembre

  • 1 - Une grève d'une journée est inefficace. 

En 2003 et en 2010 nous étions des millions à défiler contre les réformes des retraites. Les plus grandes manifestations avaient rassemblées de 2 à 3 millions de manifestants. Nous n'avons rien obtenu, car une journée de grève isolée, même massive, n'a jamais fait reculer le gouvernement.

Ni même des séries de journées d'action isolées, les fameux «  temps forts  ». Ainsi en 2016 contre la loi Travail, ou en 2018 contre la privatisation de la SNCF, des dizaines de manifestations et de grèves ont été improductives. La répétition pendant des mois d'une action inefficace est inefficace.

A ce jour la seule méthode qui s'est révélée efficace pour faire reculer partiellement le gouvernement c'est celle des "gilets jaunes" qui ont pratiqué sans cesse des blocages et des manifestations sauvages. 

La première évidence c'est donc que la grève reconductible, active, est une nécessité.

  • 2 - Les grèves sectorielles sont inefficaces.

Depuis des années les enseignants, les hospitaliers, les cheminots, ont mené des actions déterminées sans obtenir de résultats. Par des grèves limitées dans leur secteur ils ne sont pas parvenus à enrayer la dégradation de l'enseignement, de la santé, des trains. Pour ne prendre que ces trois grands exemples.

Face à un gouvernement minoritaire, déterminé et employant la violence, un mouvement social numériquement faible n'a aucune chance. De plus les grèves sectorielles prennent le risque d'opposer une partie des salariés les uns contre les autres.

La deuxième évidence c'est qu'il faut un mouvement de l'ensemble des salariés.

  • 3 - Pour gagner il faut une revendication unique.

La grève du 5 décembre est proposée par des entités qui ne sont pas d'accord sur l'objectif à atteindre. Les uns demandent le retrait du projet de loi, d'autres demandent des «  négociations  », même après 2 ans de vains bavardages, d'autres sont là pour faire de la figuration à but politique. 

La ficelle est trop grosse. Il suffira au gouvernement de proposer une «  concertation  » bidon pour rompre l'unité des grévistes. Les uns refusant, les autres acceptant et tous étant divisés. Pour gagner il faut l'unité des salariés agissant «  tous ensemble  » et vers le même but. 

Troisième évidence, pour réaliser l'unité d'action il faut une revendication unique : «  Retrait du projet Delevoye  ».

  • 4 - Les caisses de grève sont indispensables.

La grève générale ne se décrète pas mais elle peut être aidée par un minimum d’organisation, notamment sur le plan financier. Les secteurs les plus engagés dans l'action vont connaitre des difficultés, ils ont donc besoin de solidarité concrète.

Les sources de financements possibles sont multiples : non grévistes «  forcés  » qui veulent participer, non salariés solidaires comme les retraités, ou même organismes sociaux.

Un avantage supplémentaire des caisses de grève c'est quelles permettent de mesurer concrètement le niveau de soutien de l'opinion publique.

Quatrième évidence, des caisses de grève, nationales ou locales, totalement transparentes, sont un outil nécessaire.

  • 5 - Inventer de nouvelles formes d'organisation.

Le constat, depuis plus de 30 ans, c'est que les mouvements nationaux contrôlés par les syndicats ont largement échoués. La demi victoire de 1995 est à peine une exception. Il n'est donc pas raisonnable de confier la gestion d'une lutte à des syndicats, divisés, corrompus et qui ne servent que leurs propres intérêts de boutique.

Théorème : une lutte nationale dirigée par les syndicats est une lutte perdue !

De plus, instruits par des siècles d’expériences malheureuses, le recours à des «  leaders  », même charismatiques, n'est pas non plus une solution fiable. Bref les salariés ne peuvent compter que sur eux même en s'organisant et en décidant collectivement.

Cinquième évidence, l'organisation de collectifs locaux, fonctionnant démocratiquement, et se coordonnant nationalement est indispensable.

  • 6 - Gagner la bataille de l'information.

Le combat contre la «  réforme  » des retraites fait face à une formidable campagne de propagande et d'intoxication, débutée depuis presque 40 ans. Gouvernements, médias, «  experts  » nous prédisent l'apocalypse si nous refusons de liquider notre système de retraite !

Or la retraite à points est un système «  à cotisations définies  », par opposition à l'actuel système «  à prestations définies  ». Ce qui signifie que les prestations, le montant des pensions, deviendra quasi aléatoire. Chaque année les pensions seront remises en cause sans même qu'il soit nécessaire de faire voter une loi. En quelques années la retraite par répartition sera transformée, tout naturellement, en une sorte de «  RMI  » pour les vieux. Et ceux qui le pourront devront se payer des retraites privées. Et engraisser des fonds de pensions à la fiabilité douteuse.

La sixième évidence c'est que le cœur de la bataille c'est de populariser le projet Delevoye pour en montrer la véritable nature. Et d'en persuader la population qui est déjà convaincue à 50%.

Sur ce dernier point, deux facteurs peuvent grandement aider. 

D'une part il existe quelques organismes (Attac, Copernic, ...) et de nombreux intellectuels qui ont étudié le projet de réforme pour en démonter le fonctionnement délétère. Inutile de réinventer la roue, il suffit de diffuser le plus largement possible ces analyses.

D'autre part, souvenir des évènements de novembre 2018, nous savons que les réseaux sociaux permettent d'atteindre et de mobiliser un grand nombre de personnes. Bien que ces réseaux soient surveillés et censurés en permanence, il serait idiot de se priver de leur puissance de frappe.

Après trente années de défaites sociales la démoralisation des salarié(e)s est latente. Bien à tort puisque la mobilisation générale des travailleurs peut balayer ce gouvernement brutal et réactionnaire. La question posée par le 5 décembre c'est de savoir si l'espoir et la combativité l'emporteront sur la résignation ? 
Pour moi la réponse est ... évidente !


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • nemo3637 nemo3637 7 décembre 2019 11:06

    De la clairvoyance. Pas mal pour un Touriste. Votre article nous permet de mieux appréhender les stratégies nécessaires. La carte que peut espérer jouer le pouvoir est la division syndicale : UNSA et CFDT vont se débiner, comme d’hab, au moment le plus fatidique. Reste la détermination de la base...

    Je vous mets 18 sur 20.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 décembre 2019 11:20

      Bonjour,

      L’auteur a oublié l’essentiel, il fallait, soit sortir de l’ UE, et donc éviter la feuille de route de Bruxelles qui impose la réforme des retraites. Les Français, au lieu de voter Asselineau, ont voté pour des Partis pro-européens.

      Maintenant, on est dans la mouise qu’Asselineau avait annoncée.

      .

      Soit investir massivement les syndicats, depuis l’an dernier au moins, en particulier la CFDT et UNSA, (le projet de Macron, c’est celui de la CFDT), et virer les directions syndicales.

      .

      Le mot d’ordre : NON à la réforme des retraites à points.

      Qui est prêt à négocier ? Les syndicats, ils disent tous qu’ils ont des propositions. 

      .

      Macron va jouer au Père Noël et distribuer des cadeaux aux plus grévistes et aux plus turbulents, et les syndicats diront « que ce sont des avancées ».


      • Le421 Le421 7 décembre 2019 18:21

        @Fifi Brind_acier
        Et oui !!!
        Encore et toujours le disque rayé de la sortie de l’UE...

        Et je répète moi aussi que ce fameux « Frexit » n’a rien à voir avec le sirop Typhon.
        Non, non, non et encore non, cela ne guérit pas de tout !!
        Tous nos malheurs ne proviennent pas de l’appartenance à l’UE et c’est une véritable escroquerie politique de faire croire que si...
        Et autant de foi que vous le répèterez, ce sera autant de mensonges partiels.
        L’Europe est le parfait bouc émissaire pour les gens de l’UPR comme les immigrés le sont pour le RN.


      • Albert123 7 décembre 2019 12:29

        la 7ème évidence c’est qu’il ne faut pas que ce mouvement soit piloté par des syndicats ou des partis politiques.

        ce que les GJ originels avaient compris dès le départ.

        vous avez vu la peur et l’angoisse dans le regard de la sphère politico-médiatique jeudi dernier ?

        moi non, je me rappelle par contre très bien celle que l’on pouvait observer lors du 17 novembre 2018.

        la peur avait cette fois là changée de camp.


        • Le421 Le421 7 décembre 2019 18:23

          @Albert123
          Ce qui est énorme dans votre affirmation c’est que vous oubliez complètement que les gilets jaunes, en discutant du bien commun, on fait de toute évidence... De la politique.
          Mais peut-être que cela dépasse beaucoup de monde...


        • touriste 8 décembre 2019 13:21

          @Albert123
          « la 7ème évidence c’est qu’il ne faut pas que ce mouvement soit piloté par des syndicats ou des partis politiques.  »

          Ce que vous dites c’est ce que j’écris dans la 5ème évidence ...
          Je suis donc d’accord avec vous.

          En ce qui concerne les GJ il y avait a la fois un mouvement déterminé et incontrôlé, ce qui a suscité la peur chez les « nantis » !

          Mais la ligne politique des GJ était incorrecte et elle a permis au gouvernement de les laminer en utilisant la violence policière et judiciaire ...

          Ce serait trop long à expliquer ici, mais en gros ce qui leur a manqué c’est une organisation collective et démocratique, avec un projet politique clair qui aurait pu inciter d’autres secteurs à les rejoindre ... 


        • rogal 7 décembre 2019 14:36

          Huitième évidence : le pouvoir est dans les urnes, plus que dans la rue ; à condition de savoir s’en servir.


          • Le421 Le421 7 décembre 2019 18:28

            @rogal
            A condition de ne pas jouer le jeu des nantis en ne venant pas aux urnes de façon massive.
            On leur laisse, de fait, le pouvoir.
            Et après, on braille, alors que l’on a que ce qu’on mérite.
            Et il est tellement facile de dégoûter les petites gens de voter en leur répétant que tous les politiques sont pourris et que ça ne change rien.
            Les premiers de cordée racontent ça en permanence et, à contrario, filent au pas cadencé voter...


          • CRICRI59 CRICRI59 7 décembre 2019 18:45

            @Le421

            https://www.facebook.com/christian.ple.1/posts/1415603941832343
             à visionner De Gaulle et la constitution

            Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous sommes dans une république bananière


          • TSS 8 décembre 2019 09:35

            @Le421

            « Si le vote etait dangereux pour les politiques ,il y a longtemps qu’il
             
             serait supprimé !! » Coluche.


          • Attila Attila 9 décembre 2019 20:35

            @TSS
            Le vote n’est pas dangereux pour les politiciens corrompus parce que les électeurs ne s’en servent pas.
            Une fois seul dans l’isoloir et le rideau fermé, personne n’empêche l’électeur de mettre dans l’enveloppe le bulletin de son choix et personne ne l’oblige à mettre un bulletin dont il ne veut pas. Seuls les électeurs décident d’élire Macon-Hollande -Sarkozy.
            Le matraquage médiatique ne marche pas chez des électeurs qui s’informent.

            .


          • leypanou 8 décembre 2019 12:03

            d’autres sont là pour faire de la figuration à but politique 

             : au lieu d’écrire dans le vague comme un auteur régulier d’agvx fait, vous feriez mieux d’écrire tout simplement « la CFDT est là pour faire de la figuration politique ».

            C’est simple et clair car « faire de la figuration politique » n’est pas encore diffamatoire à ma connaissance.


            • touriste 8 décembre 2019 13:09

              @leypanou Vous êtes sur que cela concerne uniquement la CFDT ?  :)


            • L'apostilleur L’apostilleur 9 décembre 2019 10:14

              « ...le montant des pensions, deviendra quasi aléatoire... » C’est gênant, surtout pour une de mes connaissances qui a travaillé dans le privé puis dans le public, et qui prolongeant au delà de l’âge possible de départ, cumule sa retraite du privé en plus de son salaire du public.


              • touriste 10 décembre 2019 18:32

                @L’apostilleur
                La définition du système à points c’est « à cotisations définies », par opposition au système actuel « à prestations définies »

                Par définition dans le système à points les pensions sont « indéfinies » ...

                Alors oui, le montant des pensions futures devient quasi aléatoire

                Avec une certitude toutefois, la variation a peu de chances d’être à la hausse !


              • Cadoudal Cadoudal 9 décembre 2019 10:31

                En Afrance les mineurs Marocains sont obligés de travailler jusqu’à 35 ans pour payer les retraites des vieux nazis et ça n’indigne personne...

                Quel monde cruel...lol...

                https://www.midilibre.fr/2019/12/09/le-mineur-interpelle-pour-vol-avec-violence-a-montpellier-avait-35-ans,8591865.php


                • Attila Attila 9 décembre 2019 20:41

                  "1 - Une grève d’une journée est inefficace.

                  A ce jour la seule méthode qui s’est révélée efficace pour faire reculer partiellement le gouvernement c’est celle des « gilets jaunes » qui ont pratiqué sans cesse des blocages et des manifestations sauvages. "

                  Les Bonnets Rouges en 2013 ont fait une seule manifestation et ils ont obtenu satisfaction de leurs revendication à 100%.

                  La manifestation n’était qu’un élément dans une stratégie. C’est tout ce qui a précédé la manifestation qui a été déterminant.

                  .


                  • touriste 10 décembre 2019 18:29

                    @Attila
                    Les Bonnets rouges représentaient surtout le petit patronat.

                    Ce que j’écris ne s’applique que pour les salariés, uniquement

                    Ainsi les agriculteurs peuvent faire une seule manifestation, casser une préfecture (ils ont le droit puisque ce ne sont pas des salariés), éventuellement bousculer quelques gendarmes, et obtenir satisfaction assez rapidement ...

                    Pour d’autres catégories sociales c’est encore plus rapide, trois coups de téléphone à des « amis » et le gouvernement propose une nouvelle loi qui leur fait gagner quelques sous ...

                    Pour les salariés tu passes dans la rue avec l’air hostile, dixit le gendarme, et tu pars en garde en vue ...

                    Deux poids deux mesures, mais on en parlait déjà au XVIIème :

                    « Selon que vous serez puissant ou misérables ... »  La Fontaine, Fables, 1668 :)


                  • Attila Attila 10 décembre 2019 18:43

                    @touriste

                    « Les Bonnets rouges représentaient surtout le petit patronat. »

                    Faux, les salariés ont défilé en masse à Quimper. Ils avaient compris que leurs entreprises ne pouvaient pas résister à la concurrence déloyale due à l’emploi de travailleurs détachés à 3€ de l’heure en Allemagne et ailleurs, à moins de voir leurs salaires baisser considérablement.

                    .
                    Les Bonnets Rouges étaient très organisés et se sont concentrés sur une revendication unique, tout le contraire des Gilets Jaunes. Mais les Gilets Jaunes ont le grand mérite de s’être révoltés alors que le reste des français a tout laissé faire aux corrompus et aux traîtres qui ont pris le pouvoir.

                    .


                  • Attila Attila 10 décembre 2019 18:36

                    « Les Bonnets rouges représentaient surtout le petit patronat. »

                    Faux, les salariés ont défilé en masse à Quimper. Ils avaient compris que leurs entreprises ne pouvaient pas résister à la concurrence déloyale due à l’emploi de travailleurs détachés à 3€ de l’heure en Allemagne et ailleurs, à moins de voir leurs salaires baisser considérablement.

                    .


                    • Attila Attila 10 décembre 2019 18:45

                      @Attila
                      Oups ! je me suis trumpé : doublon.

                      .


                    • pemile pemile 10 décembre 2019 18:50

                      @Attila "Faux, les salariés ont défilé en masse à Quimper. Ils avaient compris que leurs entreprises ne pouvaient pas résister à la concurrence déloyale due à l’emploi de travailleurs détachés à 3€ de l’heure en Allemagne et ailleurs, à moins de voir leurs salaires baisser considérablement."

                      Et de supprimer les portiques écotaxes allait résoudre cela ?


                    • Attila Attila 10 décembre 2019 19:03

                      @pemile
                      « Et de supprimer les portiques écotaxes allait résoudre cela ? »
                      Vous ne comprenez pas mais les salariés de l’agro-alimentaires ont compris qu’ils sont dans une région excentrée et donc les taxes sur le transport plus les travailleurs détachés aboutissaient à la catastrophe.

                      .


                    • pemile pemile 10 décembre 2019 19:19

                      @Attila « Vous ne comprenez pas mais les salariés de l’agro-alimentaires ont compris »

                      Non, ils se sont fait baladés par leurs patrons !

                      « ils sont dans une région excentrée »

                      Oui, il suffisait de retirer les portiques dans le 56,22,29.


                    • Attila Attila 10 décembre 2019 20:02

                      @pemile
                      «  Non, ils se sont fait baladés par leurs patrons ! »
                      C’est c’là, oui : ce sont des nigauds !

                      .


                    • Attila Attila 10 décembre 2019 20:05

                      @Attila
                      Le sujet est que les Bonnets Rouges se sont organisé pour défendre une revendication précise et qu’ils ont réussi à 100%.

                      .


                    • pemile pemile 10 décembre 2019 21:04

                      @Attila « qu’ils ont réussi à 100%. »

                      Ah ouais, plus de "concurrence déloyale due à l’emploi de travailleurs détachés à 3€ de l’heure en Allemagne et ailleurs" ?


                    • Attila Attila 10 décembre 2019 23:54

                      @pemile
                      Plus d’écotaxe, ça non plus vous ne comprenez pas ?
                      Pour le dumping social des travailleurs détachés, cela ne peut être résolu que lorsqu’une majorité d’électeurs aura compris que ce problème est insoluble tant que nous restons soumis à la politique imposée par les Traités Européens.

                      .


                    • pemile pemile 11 décembre 2019 00:15

                      @Attila « Plus d’écotaxe, ça non plus vous ne comprenez pas ? »

                      Et vous pensez réellement que ça fait le bonheur des « salariés de l’agro-alimentaires » breton ??!! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès