• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Abane Ramdane, un héros trahi par les siens

Abane Ramdane, un héros trahi par les siens

    En ces temps de doute et d'incertitude, rappeler la mémoire de Abane Ramdane est plus qu'un gage de bonne foi dans le changement. Personnage brave, brillant, haut en couleurs, mais au destin tragique ! Ainsi peut-on résumer sous une forme lapidaire le parcours de ce lion du Djurdjura, "mort officiellement au champ d'honneur", mais en réalité "liquidé", le 27 décembre 1957, par ses frères d'armes à Tétouan, au Maroc. En effet, le 29 mai 1960, El Moudjahid, organe officiel de la révolution, annonce en quelques lignes la mort au combat d'Abane Ramdane. Or, l'information, la vraie, c'est l'historien français Yves Courrière qui l'a dévoilée quelques années plus tard, au bout d'une longue enquête historique, parce que tenue "top secret" par les dirigeants de la révolution, lesquels s'étaient employé, comme les officiels de l'après-indépendance d'ailleurs, à garder le flou sur cet épisode particulièrement tragique et mal éclairci de notre histoire. (1)

    De l'avis de beaucoup d'historiens dont Mohamed Harbi et Benjamin Stora, Abane a été l'homme qui a le plus marqué de son empreinte la révolution algérienne. Avec son baccalauréat mathématiques obtenu en 1942, il fait en effet figure d'intellectuel. Et pourtant, ce diplôme auquel peu d'Algériens avaient accès à l'époque ne l'a conduit qu'à un poste de secrétaire adjoint de la mairie mixte de Châteaudun du Rhummel (actuelle Chelghoum Laïd à Mila), après un service militaire accompli durant la Seconde Guerre mondiale comme sergent. En revanche, il est vite devenu l'un des chefs clandestins du mouvement nationaliste. Responsable de l'Organisation spéciale (OS) à Sétif, il est arrêté en 1950 et condamné à cinq ans de prison. A “La centrale d’Ensisheim" (le Haut-Rhin), qui est réservée exclusivement aux forçats récidivistes ayant été condamnés à de très fortes peines, il en profite pour compléter sa culture, mais dans l'une des lettres qu'il a envoyées à son avocat, en 1953, il la décrit de la manière suivante : "Maison-Carrée et Lambèze sont des paradis comparées à ici" (2). Ce qui donnait l'avant-goût de la terreur qui y régnait. 

    Le moral du combattant n'ayant jamais été atteint, car ce dernier a repris du poil de la bête dès sa sortie de prison. Mais comment Abane a-t-il acquis la place si particulière, qui était la sienne, au sein du FLN ? Sans trop pousser le raisonnement, le secret se trouve dans la forte personnalité et la quête d'authenticité propres au fils de Azouza. La Révolution, selon lui, ne devrait s'inféoder ni à Moscou ni au Caire, ni à Washington, ni à Londres, de même que le mode de vie algérien ne devait être confondu ni avec celui de l’Orient ni avec celui de l’Occident, mais rester celui du terroir, de l'Algérie, de la terre des ancêtres.

   Authentique, cohérent avec lui-même, fidèle à l'esprit algérien, Abane traçait alors sa voie vers la conquête d'une vraie indépendance. S'il ne fait pas partie des neuf historiques ayant déclenché la guerre du 1 e novembre 1954, il n'en était pas moins l'architecte du Congrès de la Soummam en août 1956. Un congrès fondateur et baliseur, considéré comme le deuxième acte de la révolution. Cela est d'autant plus vrai qu'Abane y obtient l'entrée dans l'instance dirigeante du Front de "politiques" ralliés à la grande cause de l'indépendance. Il n'est pas inutile de rappeler à ce propos que, l’adhésion de Ferhat Abbas au FLN n’est rendue possible que grâce à la force de persuasion de Abane. La rencontre entre les deux hommes a eu lieu à Alger en mai 1955 où le responsable du FLN, sans détour, lui lança à la figure : « La révolution est déclenchée M. Abbas, elle n’est l’œuvre ni de Messali ni de votre UDMA (Union démocratique du manifeste algérien). Tout cela c’est dépassé, ce sont des vieilleries à accrocher aux magasins des accessoires. Votre devoir est de rejoindre le Front. Nous avons besoin d’hommes comme vous. Il n’est pas possible que vous restiez à l’écart. » (3) Un mois après la rencontre, en juin 1955, Ferhat Abbas tira définitivement un trait sur trente ans de politique légale, sur trente ans de sa vie. Désormais, il n'y aura que la clandestinité comme refuge pour le « vieux routier » du Mouvement national. Abane y fait aussi consacrer la primauté du politique sur le militaire, et de l'intérieur sur l'extérieur. Puis, ayant érigé Alger en zone autonome, il s'est vu confier la charge des questions politiques et financières. 

   Le mérite de l'homme dépassait cette prouesse car, la même année, soit en 1955 , il déclare avec courage à ses frères d'arme : " Le Diên Bien Phu algérien aura lieu rue Michelet !". Promesse tenue, promesse due et ce fut la fameuse "Bataille d'Alger" dont, plus tard, le réalisateur italien Gillo Pontecorvo a fait une fresque cinématographique sur les techniques de la guérilla urbaine enseignées de par le monde entier. C'est encore Abane Ramdane "le politique" qui, en décembre 1955, décide avec Larbi Ben M'hidi et Yacef Saadi de déclencher cette guérilla urbaine. Depuis l'été, Saadi met en place son réseau de commandos à Bab El Oued, dans la basse Casbah, secondé par un certain Ali la Pointe, un fin connaisseur du milieu algérois. La Casbah nettoyée des affidés messalistes du MNA, le réseau est prêt à intervenir. Un attentat commis le 10 août 1956 par des activistes européens et ayant causé plusieurs morts à Alger renforce la détermination d'Abane de poursuivre le combat des quartiers. La zone autonome d'Alger" (ZAA) dont la direction politique est confiée à Larbi Ben M'hidi, assisté militairement par Saadi, fut au départ une belle réussite pour le Front. Plus d'un mois plus tard, soit le 30 septembre 1956, deux jeunes femmes, Samia Lakhdari et Zohra Drif font exploser deux bombes au Milk Bar et à la Cafétéria. Bilan : quatre mort et une cinquantaine de blessés parmi les Européens. La bataille algéroise a eu l'écho escompté et l'arraisonnement par l'aviation française, le 22 octobre 1956, de l'avion, parti du Maroc, où se trouvent les cinq historiques du FLN ( Khider, Aït Ahmed, Ben Bella, Boudiaf et Lacheraf), pousse le FLN à l'épreuve de force. Une grève a été observée le 1e novembre, et les attentats se multiplient dans l'algérois les mois suivants, alors que l'échec de l'expédition franco-anglaise au canal de Suez, accentue l'isolement diplomatique de la France à l'international et l'exacerbation du sentiment nationaliste chez les combattants FLN. Au fil des mois, la psychose gagne les Européens qui réagissent le plus souvent par des ratonnades. Mais, après que le résident général Robert Lacoste fait donner tous les pouvoirs de police au général Massu, la situation se durcit parce que ce dernier assigne à résidence les suspects dans les centres de triage et de transit (CTT). Puis la torture, devenue systématique et le sabotage moral d'un certain capitaine parachutiste Paul Alain Léger ont précipité le démantèlement du réseau des résistants. Le coup le plus dur fut, sans doute, l'arrestation de Larbi Ben M'hidi par le général Bigeard, le 17 février 1957, forçant Abbane à quitter Alger, direction Maroc. 

   Homme de conviction et d'action, auquel les autres responsables de la révolution reprochent d'avoir déclenché inconsidérément cette bataille d'Alger, Abane ne ménage pas ses critiques aux militaires, dont il dénonce les méthodes expéditives. Il s'en prend particulièrement au colonel Boussouf, chef de la wilaya V (l'Oranie) et son adjoint, Houari Boumédiène, le futur chef d'Etat algérien. Abane s'oppose aussi à Ben Bella, emprisonné en France pour ses tendances exagérées au "leadership" sur le mouvement national. En août 1957, lors de la réunion de Tunis du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA), il est mis en minorité. Les militaires, y compris son ancien allié Krim Belkacem, se coalisent contre lui et s'assurent du pouvoir. La campagne de Abane, "le politique" contre ces derniers est jugée "fractionniste" et "subversive" et la fin tragique du leader à trente sept ans, nous rappelle aujourd'hui l'éternel dilemme algérien entre "pouvoir civil" et " pouvoir militaire". Il est clair que ni l'emprisonnement des membres de la délégation extérieure, ni le meurtre de Abane Ramdane n'ont donné un coup d'arrêt au processus de constitution des clans et autres coteries. Unis pendant un moment pour sauvegarder leurs intérêts et leurs prérogatives, le triumvirat formé par les trois "B" (Abdelhafid Boussouf, Belkacem Krim et Lakhdar Bentobbal) n'étaient pas d'accord sur la proclamation et la composante du Gouvernement provisoire de la république algérienne ( GPRA). C'était cette méfiance mutuelle qui a propulsé, en janvier 1960, le colonel Boumédiène à l'Etat-Major général (EMG). Ce dernier étant devenu plus tard, pour rappel, leur principal rival. 

  Kamal Guerroua.

N.B : Je profite de cet article pour souhaiter bonne année à tous les lecteurs d'Agoravox.

Notes de renvoi : 
1-Sur les circonstances de l'assassinat de Abane Ramdane, voir Yves Courrière, L'heure des colonels, Fayard, Paris, 1970, p.189 et Mohamed Lebdjaoui, Vérité sur la révolution algérienne, Gallimard, Paris, 1972, pp. 152-162.

2.Le journal L’Algérie Libre n°67 du 20 mai 1953, et la revue Esprit n°206 en septembre 1953. 

3. Mohammed Harbi. Le FLN, mirage et réalité des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Edition Jeune Afrique, Paris 1980. 
      


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • nemesis 3 janvier 10:08

    Merci pour tes voeux.

    Je souhaite un accroissement significatif du nombre de commentateurs pour tes Articles, parmi les millions de francophones qui se prétendent originaires de ton pays


    • gardiole 3 janvier 10:42

      Juste pour dire que Bigeard n’est devenu général qu’en 1967.


      • OMAR 3 janvier 17:37

        Omar9
        .
        @gardiole
        .
        Oui, il fallait quand même un peu de temps pour faire oublier que cet officier adorait faire la guerre à la Gestapo.
        .
        L’ennemi intime, documentaire dans lequel témoigne notamment l’autre tortionnaire et assassin, Paul Aussaresses,

        confirmera qu’il fut un grand adepte de la torture pendant la guerre d’Algérie.

        .
        D’ailleurs, il a laissé son nom à une ignoble méthode d’extermination d’algériens dénommée : la technique dite « crevette Bigeard ».
        .
        Sans parler du napalm aspergé par des pilotes, sur des femmes, enfants et vieillards dans les douars et mechtas :
        https://www.youtube.com/watch?v=HFZ2UKKvejE


      • OMAR 3 janvier 17:22

        Omar9

        .

        Bonjour @K. GUERROUA :« ..le parcours de ce lion du Djurdjura, »mort officiellement au champ d’honneur« , mais en réalité »liquidé", le 27 décembre 1957, par ses frères d’armes à Tétouan, au Maroc".

        .

        Enfant, et contaminé par la propagande, j’avais longtemps cru que A. Ramdane fut assassiné par l’armée colonialiste jusqu’au jour où j’ai appris avec horreur, la vérité.

        .

        Je ne pouvais comprendre et admettre qu’un martyr soit considéré comme un héros national et en même temps, soit assassiné par ses « frères d’armes » comme un vulgaire traitre.

        .

        Le coup d’état de juin 1965, suivi des assassinats de Mohamed Khider puis de Krim Belkacem me firent comprendre que la mafia au pouvoir en Algérie ne vit que par le mensonge, la dictature et le sang des véritables patriotes algériens, et que la vermine qui la compose, ne lâchera le pouvoir que le jour où il ne subsistera absolument rien à piller en Algérie.

        .

        Et la supercherie continue :

        https://www.liberte-algerie.com/editorial/une-supercherie-5749


        • Jonas 3 janvier 19:24

          A l’auteur , 

          Merci à vous de rappeler, même rapidement , le rôle du Maroc , qui n’ a pas été négligeable , dans la guerre de Libération. 

          J’avais écris ici , que les Algériens , devaient faire pression sur leur hommes politiques pour édifier un monument de reconnaissance au roi Mohamed V à Alger. 

          Connaissez-vous l’autre histoire de la guerre de l’Algérie celle de la « Bleuite » ?

          « C’est l’histoire de la plus grosse opération d’infiltration , de désinformation , d’intoxication et de manipulation jamais montée par les services secrets militaires français contre l’appareil du FLN et son armée , l’ALN , et dans tout le maquis rebelle.

          Un seul homme Paul-Alain Léger rompu a l’action et à la guerre psychologique , travaillant avec des prisonniers retournés. , va convaincre le Colonel Amirouche , le chef de la Wilaya III en Kabylie , que son maquis est infiltré par des traitres à la solde des Français . La paranoïa , la torture et la mort feront le reste. Une opération diabolique . La Bleuite va massacrer des milliers d’innocents , supprimer » une grande partie de l’intelligenstia de l’Algérie nouvelle« décimer une partie du maquis , semer le doute et la méfiance chez les survivants, et marquer la mémoire des Algériens de l’époque d’une tache sombre » 


          • QAmonBra QAmonBra 4 janvier 17:13

            Merci à l’auteur pour le partage.

            A l’approche de la victoire, la lutte pour le pouvoir s’intensifie et toute révolution digne de ce terme, commence à bouffer ses meilleurs enfants et finit par se « stabiliser » en dictature.

            La révolution algérienne n’a pas, hélas, dérogé à ce triste schéma politique prouvant, si besoin en était, que la « guerre d’Algérie » était bien et avant tout une révolution et considérée, à juste titre, comme telle par les algériens.

            Le long chemin vers la démocratie du Peuple algérien et de sa nation, passe obligatoirement par la transparence totale de son Histoire, aussi douloureuse soit elle et encore faut il que l’ex colonisateur ne l’empêche, ce qu’en mauvais cheval il a fait jusqu’à présent. . .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité