• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Abdelhak Bererhi tire sa révérence : Compétence et amour du pays

Abdelhak Bererhi tire sa révérence : Compétence et amour du pays 

« Il dort. Quoique le sort fût pour lui bien étrange, Il vivait. Il mourut quand il n'eut plus son ange ; La chose simplement d'elle-même arriva, Comme la nuit se fait lorsque le jour s'en va. »

Victor Hugo (Epitaphe de Jean Valjean)

 

 Abdelhak Rafik Bererhi est mort ! Que Dieu lui fasse Miséricorde ! Qui est ce scientifique hors pair qui ne laisse personne indifférent, que nous l'apprécions ou pas ? Il est vrai que Abdelhak Bererhi avait tout pour susciter l'admiration ou...la jalousie. Il avait le tort d'être brillant avec une carrière exemplaire et de vouloir se battre in situ et non pas comme partisan du « armons-nous et partez » ou du « Y a qu'à faire... »

Né en 1940 à Aïn El Beida. Il eut un parcours multidimensionnel remarquable Que de chemins parcourus depuis les enseignements à la médersa, depuis les débuts de l'université de Aïn El Bey où le premier recteur, Abdelhak Bererhi, occupait les classes au fur et à mesure de leur livraison par l'entreprise. Nommé par le ministre Benyahia il fut l'un des fondateurs de la vraie réforme de 1971 dans un ministère naissant, détaché du ministère de l'Education nationale. Imaginons-nous dans ces années 70 où tout était à faire, tout était à créer, le peu d'élites dont disposait le pays était sur tous les fronts ; Celui du développement suite notamment aux nationalisations des hydrocarbures, extraordinaires pour l'époque ; un petit pays riche de son aura planétaire « la Révolution de Novembre », relevait la tête et revendiquait avec succès l'indépendance économique après l'indépendance politique.

Les mémoires de Abdelhak Bererhi

Abdelhak Bererhi, jeune professeur agrégé d'histologie- l'une des disciplines les plus complexes- se mettait aussi à la disposition pour la création d'une nouvelle université qui sortait des sentiers battus et du suivisme colonial. Il accepta d'aller « créer l'université de Constantine » avec à ses côtés un architecte de talent planétaire et non des moindres, Oscar Niemeyer. La nouvelle université avec la forme d'un ouvrage ouvert et d'un stylo était tout un symbole Rien ne le destinait, comme il l'affirme, à faire de la politique : « Je n'ai jamais cherché à faire de la politique. Jamais ! Moi, j'étais un chercheur. J'avais la passion de la recherche. Je travaillais dans des domaines très pointus. On m'avait même sollicité au Canada. Mais j'ai refusé. C'était en 1970, lors d'un congrès mondial... Quand j'ai passé mon agrégation, j'avais 29 ans...J'étais le plus jeune. Et les étudiants me l'ont bien rendu. Ils étaient tous venus à l'amphithéâtre, pour la leçon magistrale. Et ils m'ont offert une longue standing ovation. C'était incroyable. Le grand maître, Herlant, du jury international, m'avait alors dit cela : « Votre jury, ce n'était pas nous, mais vos étudiants. Quand on a vu l'accueil qu'ils vous ont réservé. » (1)

Le professeur Abdelhak Bererhi fut de fait un chef de chantier, un enseignant- et un recteur qui laissa son empreinte. Mais aussi un chercheur soucieux d'être en phase avec le développement par la création du Centre de recherche Curer multidisciplinaire et ceci bien avant que l'on parle de la nécessaire symbiose université-industrie. Bref, c'est quelqu'un qui connaît le « système de l'intérieur ». Faisant feu de tout bois il arriva à créer des ponts avec les universités étrangères grâce notamment à ses relations comme l'écrit Daum dans cette contribution : « (...) Georges Morin partit en France et devint chef de cabinet de l'université de Strasbourg, fut sollicité par son ancien condisciple en Algérie, le professeur Abdelhak Bererhi - plus jeune professeur agrégé d'histologie de l'Algérie indépendante- pour l'aider à mettre en place un pont aérien pour l'enseignement des sciences médicales dans la jeune université de Constantine naissante. C'est un exemple de réussite rendu possible par deux Algériens, deux coeurs. Il se trouve même que le recteur de Grenoble, Jean-Louis Quermonne, qui avait commencé sa carrière en 1956 comme jeune agrégé de droit à Alger fut l'ancien professeur de Mohamed Seddik Benyahia, le ministre de l'Enseignement supérieur de l'époque. La délégation grenobloise s'est rendue à Alger, et fut reçue comme des princes par le ministre Benyahia. Une « superbe machine » de coopération interuniversitaire se met en place... Sans valise ni cercueil » (2),

La création du Curer a permis une immersion dans le réel : « On avait lancé la première maison chauffée à l'énergie scolaire. Oui, on parlait déjà de transition énergétique. Et d'alternative. C'était en 1974. Oui, la première maison et le premier chevreau solaires. Et j'avais été à la station thermale de Hammam Meskhoutine avec des ingénieurs, pour voir si l'on pouvait chauffer la ville avec la géothermie. A l'époque, on nous prenait pour des « cinglés ». Il n'y avait que quelques-uns qui trouvaient que nous étions des visionnaires. On avait lancé l'apiculture. Vingt et une unités apicoles. On produisait jusqu'à quatre tonnes de miel expérimental, toutes variétés confondues... Les premiers barrages collinaires, c'est nous. A Djbel El Ouahch, à Constantine -avec un projet d'élevage de 10.000 vaches laitières- et à Sétif. Donc, la recherche liée à la formation et intégrée au développement. C'était notre credo. Et là, il fallait algérianiser. Alors on a lancé une coopération exemplaire avec des accords interuniversitaires français(Grenoble), roumains, les Soviétiques, les Polonais... » (1)

« Avec le président Boumediene. Je me souviens à la fin de la visite du président français, Valéry Giscard d'Estaing. Lequel m'avait dit : « Vos étudiants doivent manger à la carte, ici. » Ma réponse fut : « Non, Monsieur le Président. Cette université construite, fait déjà partie du premier jalon de la future carte universitaire. » J'y pensais déjà avant d'être ministre. Au ministère que j'ai lancé, la carte universitaire aux horizons 2000. Alors, Boumediene a allumé son cigare avec beaucoup de plaisir (fierté) en me regardant avec un sourire. Quand il a raccompagné le président Valéry Giscard d'Estaing, il est descendu de la voiture présidentielle, la DS 21, il est revenu vers moi pour me dire : « Continuez à travailler, Bererhi, je sais qu'il y a des obstacles. On se reverra. ». Et on ne s'est plus revus ».(1)
Nommé ministre dans le gouvernement Chadli, il mit en place la carte universitaire et la création de villes nouvelles universitaires. Toute son énergie il l'a mise à prendre le tournant technologique du pays mais aussi la démographie universitaire naissante par la nécessité de création de villes universitaires nouvelles.

Sa philosophie était de ne pas pratiquer la politique de la chaise vide. Il fallait se battre à l'intérieur du système. Il ne manquait pas de courage en 1987 et en 1988 durant ces années chaudes, il eut le courage d'aller parler aux étudiants qui ne l'attendaient pas à Tizi Ouzou. Son apparition en plein amphi fut saluée. Il sera ensuite nommé ministre de la Jeunesse puis ambassadeur. En 1998, il fonde avec le commandant Azzedine et le colonel Salah Boubnider le Comité des citoyens pour la défense de la République (Ccdr) dont l'objectif annoncé était « de faire barrage » aux « velléités autoritaires » et pour « concrétiser l'alternative démocratique et citoyenne ».

Linda Graba en fait une lecture généreuse : « Ecrit avec un style qui s'apparente par rapport à d'autres récits autobiographiques, à des « Mémoires », l'ouvrage qui vient tout juste de paraître aux éditions « Necib », se présente sous la forme de deux volumineux tomes. Une carrière pleine de rebondissements et de militantisme chevronné au service du peuple. Dans sa préface à l'ouvrage, l'éditeur, qui n'est autre que Youssef Necib, dresse le portrait de celui qui est un ami et évoque ensuite dans un autre paragraphe les différents itinéraires qu'aura empruntés l'auteur tout au long d'une vie « dans la sérénité et la volonté inébranlable même face à la menace du naufrage ». C'est pour cette raison qu'écrire la préface est à la fois, se plaît-il à l'écrire, une épreuve mais également un plaisir au regard de la personnalité de l'homme qu'il connaît bien et apprécie pour ses idées, son humilité et son humanité. (...) Dans ce premier tome que nous avons parcouru et qui porte le titre « De l'université à la politique » l'ex-ministre qui met en exergue à son préambule une belle citation de l'écrivaine Marguerite Duras, que nous recommandons à chacun de lire pour en mesurer la profondeur du sens, rappelle ses luttes pour l'édification d'une Algérie de progrès, de liberté, de justice sociale, pour un Etat de droit, une Algérie dont la seule richesse est sa ressource humaine riche et qualifiée, une Algérie républicaine ouverte à l'universalisme, prônant l'égalité homme/femme, la jeunesse pour fer de lance. » (3)

Ma part de vérité

Le professeur Bererhi m'honorait de son amitié. Des rapports de confiance extraordinaires nous liaient. La première fois que je l'ai vu c'était en décembre 1980, il m'avait proposé de diriger le centre universitaire de Sétif. Je venais à peine de recevoir une lettre d'acceptation pour un poste de professeur d'une université étrangère. Il me fit la remarque suivante dont je me souviens comme si elle datait d'hier. « Il y a des moments dans la vie d'un homme où on doit rendre au pays ce qu'il a fait pour vous. » Bien plus tard, j'ai appris que le président Kennedy avait eu les mêmes mots. Bref. Après Sétif, je fus nommé à sa demande directeur de l'Ecole Polytechnique et ensuite secrétaire général.

J'assume tout ce que nous avons fait sous sa direction, car nous étions peu nombreux à porter un projet aussi important. Introduire la technologie dans le pays, créer 12 villes universitaires. Naturellement nous avons fait des fautes, notamment en n'étant pas vigilants sur la nécessité du brassage par la spécialisation des universités. Nous avons essayé de faire en sorte que l'enseignement des anciennes villes universitaires ayant un certain degré de maturité puisse profiter aussi aux nouvelles villes universitaires. Ce sera la philosophie des Comités pédagogiques nationaux (45). Une même manière était suivie d'une façon vigilante par le CPN (constitués de professeurs) qui jouait le rôle de pompier, de gardien vigilant de la pertinence de l'acte pédagogique....Je témoigne enfin qu'il m'a toujours soutenu dans les actions que j'entreprenais.

Il serait mal venu de juger l'homme sur la base d'un acte. Je peux dire que Abdelhak Bererhi a été un digne serviteur d'une Algérie de nos rêves à des années lumière de l'errance actuelle qui consiste à retarder des échéances rendues obligatoires par le mouvement du monde. C'est à cette époque 1986-1989 que nous avions pour la première fois fait une réflexion sur le Diplôme de fin d'étude secondaire au lieu du baccalauréat. Chose reprise actuellement en France. C'est à cette période que nous avions mis en chantier l'agrégation dans l'Education nationale pour former des enseignants de qualité et ce sont les même officines qui ont bloqué l'agrégation arguant du fait qu'il fallait qu'elle concerne des douf'aâ (promotion) alors que les candidats à l'agrégation se comptent à l'unité dans les pays qui se respectent ; Naturellement, nous avons mis un coup d'arrêt à cette gabegie.

Il y a à peine deux mois, le professeur Bererhi, du fond de son combat et avec lucidité, prenait d'une certaine façon congé de nous. « Je m'adresse à vous, pour vous informer des raisons de mon silence. Cloué au lit depuis le mois de novembre, du fait de l'apparition de deux métastases au cerveau, actuellement traitées par radiothérapie, je vis dans des conditions très éprouvantes. Je résiste malgré tout, pense à vous et vous exprime toute mon affection. »

Les mêmes mots nous les retrouvons mutatis mutandis chez Steve Jobs l'inventeur de l'Iphone : « J'ai atteint le sommet du succès dans les affaires. Aux yeux des autres, ma vie a été le symbole du succès. Toutefois, en dehors du travail, j'ai eu peu de joie. C'est seulement maintenant que je comprends, une fois qu'on a accumulé assez d'argent pour le reste de sa vie, que nous devons poursuivre d'autres objectifs qui ne sont pas liés à la richesse. Dieu nous a formés d'une manière que nous pouvons sentir l'amour dans le coeur de chacun de nous, et pas les illusions construites par la célébrité ou l'argent que j'ai gagné, je ne peux pas les emmener avec moi. Quelle que soit l'étape de la vie dans laquelle nous sommes en ce moment, au final, nous allons devoir affronter le jour où le rideau tombera. Faites un trésor de l'amour pour votre famille, de l'amour pour votre mari ou femme, de l'amour pour vos amis... Que chacun agisse avec amour et occupez-vous de votre prochain. »

« On prête aussi à Alexandre le Grand, le grand conquérant mort à l'âge de 37 ans, cette tirade concernant l'inanité de l'acharnement thérapeutique, de la position sociale, plus ou moins aisée devant l'inéluctabilité du sablier. « Alexandre le Grand conquit le monde, fut terrassé par une bactérie. Alexandre demanda « que [son] cercueil soit transporté à bras d'homme par les meilleurs médecins de l'époque, que les trésors [qu'il a] acquis (argent, or, pierres précieuses...) soient dispersés tout le long du chemin jusqu'à [sa] tombe, et que [ses] mains restent à l'air libre se balançant en dehors du cercueil à la vue de tous », afin que « les médecins comprennent que face à la mort, ils n'ont pas le pouvoir de guérir, que tous puissent voir que les biens matériels ici acquis, restent ici-bas, et que les gens puissent voir que les mains vides nous arrivons dans ce monde et les mains vides nous en repartons quand s'épuise pour nous le trésor le plus précieux de tous : le temps. »

Abdelkak Bererhi était un grand homme d´Etat qui allie la compétence à l'élégance et au savoir-être. Il a toujours servi son pays avec beaucoup d´abnégation, de dévouement, d´humilité et de modestie. Je salue en lui l´universitaire qu´il était et en même temps l´homme au grand coeur, le démocrate qui a toujours défendu des idées du progrès. L´Algérie perd assurément en lui un grand homme. Que Dieu lui fasse Miséricorde. Amen.

 

1. http://lesavoire.over-blog.com/2017/07/abdelhak-bererhi.ancien-ministre-et-auteur-l-ouvrage-itineraires-un-devoir-de-memoire.html

2. http://www.monde-diplomatique.fr/2008/05/DAUM/15870 mai 2008

3. http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/108113?utm_source=Viber&utm_medium =Chat&utm_campaign=Private 23-04-2017

 

Article de référence http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_ du_professeur_chitour/287433-competence-et-amour-du-pays.html

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique Alger


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Montdragon Montdragon 2 mars 18:23

    On s’en branle non ?
    La francophonie a bon dos.


    • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 2 mars 18:41

      @ l’auteur

      « ....Oui, la première maison et le premier chevreau solaires. Et j’avais été à la station thermale de Hammam Meskhoutine avec des ingénieurs, pour voir si l’on pouvait chauffer la ville avec la géothermie.... »

      J’ai hésité entre chauffe-eau (qui va bien avec la maison solaire) et chevreau qui pourrait aller avec l’histologie mais pas trop avec la maison solaire et la géothermie.
      Qu’entendez-vous par « le premier chevreau solaire » ? J’avoue que je suis diablement intrigué.
      Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès