• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Abroger la loi Debré, c’est faire reculer le communautarisme (...)

Abroger la loi Debré, c’est faire reculer le communautarisme !

La Fédération Nationale de la Libre Pensée organise le 5 décembre 2015 à Paris une manifestation laïque, à l’occasion du 110 ème anniversaire de cette loi de séparation des églises et de l’Etat du 9 décembre 1905.

Cette manifestation qui est appelée et soutenue par de nombreuses associations et organisations a un mot d’ordre central, c’est l’abrogation de la loi Debré…..

Certains trouvent que ce « thème » est déplacé et à côté de la plaque, face à la déferlante du communautarisme et, aujourd’hui, alors que le terrorisme frappe à nos portes.

La question mérite d’être posée.

La loi Debré c’est le premier texte de loi qui instaure le communautarisme et qui, même organise son financement par l’Etat.

Les fiches éditées par l’Enseignement catholique sont explicites :

« La tâche éducative est la mission que l’Église nous confie. Cette mission

se ressource et se réfère explicitement à l’Évangile et à l’enseignement de l’Église »

http://www.enseignement-catholique.fr/ec/images/stories/un-reseau-des-ressources/4-animation-pastorale/4-4-2-4-neuf-fiches-pour-travailler-le-texte-du-cnec.pdf

Si ces écoles sont contraintes de suivre les programmes, elles suivent l’évangile et l’idéologie religieuse.

Depuis l’adoption et la promulgation de la loi Debré du 31 décembre 1959, les établissements privés sont financés par les pouvoirs publics.

Dans de nombreux villages et villes : 842 en 2014, d’après les chiffres du Ministère de l’Education Nationale, les familles ne disposent que d’une seule « école », privée catholique, l’école laïque étant inexistante.

Dans de très nombreuses communes, alors que des demandes sont formulées et que le nombre d’enfants susceptibles d’être scolarisés le permet, des municipalités refusent l’ouverture d’une école publique.

Le code de l’éducation qui reprend la loi Goblet de 1886 précise pourtant que toute commune doit disposer au moins d’une école élémentaire publique.

Quel est l’intérêt de séparer les enfants ?

L’école publique n’est-elle pas l’espace où les enfants de toutes origines reçoivent une instruction laïque et apprennent à vivre ensemble.

Si cette loi Debré n’est pas abrogée, d’autres écoles confessionnelles vont être créées.

Pourquoi les musulmans n’auraient-ils pas eux aussi le droit d’avoir leurs écoles financées par l’Etat et les communes ?

Le développement de ces écoles, à côté d’écoles catholiques et d’établissements juifs risque de développer et d’institutionnaliser un peu plus le communautarisme.

N’oublions pas que ces établissements sont dotés d’un caractère propre.

Si les écoles privées catholiques se réfèrent à l’évangile, les écoles musulmanes pourront se référer au Coran.

On peut toujours évoquer ou parler du « vivre ensemble », si les enfants sont séparés dès l’enfance dans des écoles différentes, ils seront dans autant de moules les enfermant dans le particularisme et l’idéologie propre.

C’est une société fragmentée que l’on offre à nos enfants alors que la République, une et indivisible devrait permettre à ses enfants de se côtoyer, de se respecter et d’être nourris des mêmes valeurs.

La Loi Debré est un verrou de séparation et de communautarisme qu’il nous faut faire sauter.

Toutes et tous le 5 décembre 2015 pour l’abrogation de cette loi rétrograde !

 

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.12/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Arthur S M de Sourcessure 23 novembre 2015 18:09

    Le 5 décembre, l’état d’urgence sera toujours d’actualité, non ?


    Seule l’Ecole Publique peut et doit être le creuset qui garantit l’égalité et la justice sociale, offrant à la jeunesse une formation et des savoirs affranchis de tout dogme. 

    Pendant qu’on y est, on pourrait aussi faire un sort au concordat en Alsace-Moselle et pour les mêmes raisons...


    • popov 25 novembre 2015 12:23

      @M de Sourcessure

       
      Ce serait trop demander que de foutre la paix à l’Alsace ?
       
      Elle n’était pas en France quand cette loi a été votée, pour la bonne raison qu’elle avait servi de butin de guerre, d’une guerre que la France avait déclarée à Bismarck et n’a pas été foutue de gagner.
       
      Entre-temps, les Alsaciens avaient connu une autre forme de gouvernance qui apparemment leur convenait. 
       
      Si vous les ennuyez trop, qui dit qu’ils ne vont pas demander leur rattachement à l’Allemagne ?

    • Henry Canant Henry Canant 23 novembre 2015 18:16

      où il faut que l’on manifeste ?

      Je suis partant, la météo prévoit beau temps. Y a t-il un buffet du genre rouge - saucisson ?
      Cabanel y sera t-il pour nous pousser la chansonnette, c’est un parolier hors pair.
      Généralement dans ce type de manif, y a t-il de quoi draguer, enfin du cul acceptable ?

      • César Castique César Castique 23 novembre 2015 18:19

        Si Chawki Belaliat, père musulman de deux enfants « a fait le choix de l’enseignement catholique, c’est pour « le niveau scolaire » et pour échapper à l’école publique classée ZEP, à Nice nord. Dans une école privée, il a trouvé des valeurs proches des siennes : « Des croyances qui ne seront pas tournées en dérision, une atmosphère, des valeurs de fraternité et de partage, des exemples de personnes qui ont une foi et qui ont réussi. » Le Figaro, 19.02.2014, Ces musulmans qui plébiscitent l’école catholique.


        • oncle archibald 23 novembre 2015 19:18

          @César Castique : je m’apprêtais à le dire, l’école privée catholique est un espace où les enfants de toutes origines reçoivent une instruction suivant le programme établi par l’éducation nationale et en outre, cerise sur le gâteau, ou ils apprennent à vivre ensemble et à se respecter mutuellement. Plutôt rare par les temps qui courent.


        • César Castique César Castique 23 novembre 2015 22:50

          @oncle archibald

          « Plutôt rare par les temps qui courent. »


          C’est vrai, et il en reste pas mal qui préfèrent l’égalité grâce au nivellement par le bas.

        • jef88 jef88 24 novembre 2015 12:34

          @César Castique
          L’égalité ? Je rigole !
          Même dans le public elle n’existe pas !
          un fils d’ouvrier (bin oui ça existe encore) ou un fils d’immigré sont considérés, sauf exception comme des sous-élèves ... Pas de cursus valorisant, pas de véritable culture....
          Pour réussir il faut appartenir, au moins, aux « classes moyennes »


        • oncle archibald 24 novembre 2015 15:19

          @jef88 : je ne le pense pas du tout, au sein d’un même établissement les profs sont ravis lorsqu’ils ont un « fils de prolétaire » qui fonce et obtient des résultats. 


          A mon avis la cata actuelle trouve son origine dans deux causes bien distinctes :

          1/ il y a des établissements ou la majorité des profs n’arrivent même pas à faire leur boulot, une fois calmé les zigotos qu’ils ont en face il leur reste au plus vingt minutes pour tenter de leur enseigner quelque chose. C’est très dommageable pour les parents qui espéraient que leurs mômes allaient s’en sortir par acquisition du savoir, ceux qui le peuvent prennent la tangente et leur évitent d’être scolarisé dans ces établissements qui peu à peu perdent toutes leurs forces vives.

          2/ il y a des parents que les politiques de gôôôche ont bien brossé dans le sens du poil en les victimisant bien au delà de la réalité pour récolter leurs voix. Ils ont fini par les persuader que si leurs fils foutent le bordel à l’école et n’y apprennent rien c’est la faute de la droite, ces salauds qui vous ont ghettoÏsés et se réjouissent de voir vos enfants croupir dans la merde tandis que les leurs sont dans de somptueuses écoles privées.

          Pas étonnant que les parents les plus lucides et les plus soucieux de l’avenir de leurs rejetons, qu’ils soient gaulois ou pas, mettent leurs enfants dans une école privée dès qu’ils le peuvent. Il y a cinquante ans et des poussières quand j’étais lycéen sauf exceptions c’était le contraire : la plupart des bons élèves étaient dans des lycées publics, les cancres et autres redoublants chroniques étaient dans les écoles privées.

        • popov 25 novembre 2015 12:28

          @oncle archibald

           
          L’enseignement catholique n’est pas vraiment privé puis qu’il est soumis à un contrat avec l’état.
           
          Ce n’est pas une industrie avec des actionnaires comme on en voit aux USA.
           
          Par contre, come disait Renaud, c’est une enseignement privé de racailles.

        • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 23 novembre 2015 18:20

          C’est sûr que abroger la loi Debré c’est le problème immédiat smiley d’autant que comme chacun sait les parents d’élèves du privé ne paient pas d’impôts

          En attendant si l’école publique dispensait un enseignement de qualité, si on n’imposait pas à toute force « la mixité sociale », si les parents pouvaient choisir librement l’établissement de leurs enfants, ils ne se battraient pas comme ils le font actuellement pour les inscrire dans le privé.

          La solution : le chèque scolaire et le libre choix des parents ....


          • V_Parlier V_Parlier 24 novembre 2015 14:22

            @igorencore
            C’est exactement ça.
            Je vois qu’après les grandes envolées aux couleurs sécuritaires et sévères post 13 novembre, on est déjà revenu à ce genre de discussions. Bref, cela vaut-il la peine de se décarcasser pour la France si les gens pensent majoritairement ainsi. Mais peut-être que je me trompe, je l’espère en tout cas.


          • V_Parlier V_Parlier 24 novembre 2015 14:23

            @V_Parlier
            Quand j’écris « ainsi » je veux dire : si naïvement et en revenant toujours sur l’éternel marronnier des jacobins de service : le « problème » catholique.


          • HELIOS HELIOS 24 novembre 2015 18:46

            @V_Parlier


            ... et le « probleme » musulman... il n’"existe pas ?

            Ah, c’est vrai, j’oubliais, pad’amalgame mon cher dentiste !

          • popov 25 novembre 2015 12:38

            @Sharpshooter

             
            Ce qui dérange Chalot dans l’expression « enseignement privé catholique », ce n’est pas le mot « privé » puisque cet enseignement est en fait soumis à un contrat. Non, ce qui le dérange, c’est le mot « catholique ».
             
            Si le régime socialiste parvenait à couper les subventions à l’enseignement catholique, au nom de la laïcité, ce serait certainement pour le remplacer par un enseignement privé islamique, au nom du vivre-ensemble ou autres concepts à la con dont ils se gargarisent.

          • Spartacus Spartacus 23 novembre 2015 18:26

            Cela sous entendrait que les écoles publiques seraient communautaristes et les écoles privées non caumunautaristes ?


            Absurde ! Les écoles publiques françaises sont les antichambres de prosélytisme Marxiste et communautaristes les pires

            Elle ne sont malheureusement pas que Laïques, mais gauchisées d’un enseignement à charge des secteurs marchand et privés. 
            Les collèges Karl marx et les stades Thorez sont là pour en témoigner.

            Il est enseigné la haine de l’économie de marché, la vision socétale en castes sociales et classes sociales.
            Il génèrent des générations de gauchistes et les idéologie de collectivisme et d’étatisme à outrance.

            A 90% les profs sont Marxistes. Corporatistes et fonctionnant en esprit de caste, de favoritisme et cleintélisme.

            En fait la solution de liberté est tout le contraire et s’applique dans les grands pays modernes comme la suède, pays bas Hong Kong c’est le chèque éducation qui garanti la pluralité d’enseignement.

            Chacun pouvant choisir l’école libre de son choix. Et l’argent du contribuable n’est pas à prendre dans la poche des uns pour favoriser l’étatisme et le gauchisme.

            La laïcité n’est pas une idéal anti caumunautariste. Pas plus que les religions ne le sont.

            • Marko Pauleau Je suis Diesel 23 novembre 2015 19:09

              @Spartacus
              Le milieu scolaire vote à gauche parce que la droite se fiche des questions sociétales, dont l’école, d’ailleurs à part votre feuille d’impôts vous ne lisez rien. Quant aux gauchistes, ils finissent généralement ultralibéraux à 40 piges... entre le curé laic Chalot et le gourou du porte-feuille Spartacus on comprend pourquoi les choses n’avancent plus en France.


            • njama njama 23 novembre 2015 20:09

              Spartacus à l’inverse de CHALOT souhaiterait voudrait privatiser l’Éducation nationale.
              L’École des Roches doit être son phare d’excellence ... on imagine smiley


            • Spartacus Spartacus 23 novembre 2015 22:26

              @Je suis Diesel

              Le milieu scolaire vote à gauche à cause de la mainmise des avantages qui ne peuvent être obtenus par des syndicats post marxistes, comme les mutations et les lieux d’affectation.

              Et si la France va mal c’est surtout cause à cause de l’interventionnisme d’état qui bousille tout ce qu’il touche a croire que se sont des anges et tout les autres des monstres...




            • Marko Pauleau Je suis Diesel 23 novembre 2015 19:06

              Et abroger le droit-de-l’hommisme, qui engendre impunité pour les racailles, islamisme et autres douceurs dont 130 personnes ont fait les frais, c’est au programme de la loge de frère Chalot ???


              • colere48 colere48 23 novembre 2015 19:42

                Indécrottables !


                • njama njama 23 novembre 2015 20:01

                  Quelle méconnaissance de l’enseignement catholique !
                  Le nombre d’heures d’enseignement est strictement identique aux écoles publiques et strictement laïque, les enseignants et directeurs (trices) sont contrôlé(e)s et noté(e)s par les inspecteurs d’académie qui vérifient bien évidemment leurs emplois du temps, compétences et objectifs ...
                  Pour la sensibilisation à la foi (comme ils disent) - un bien grand mot - ça doit représenter 20 minutes au plus par semaine. Qui se réduit bien souvent à quelque préceptes moraux la plupart du temps bien laïques d’ailleurs.
                  Les enseignants des écoles d’enseignement catholiques n’assurent aucun cours de catéchisme ...
                   Vraiment pour faire plaisir à Chalot, l’État pourrait théoriquement nationaliser toutes les écoles dites privées, et abroger cette loi Debré, mais pour la plupart 99 % des écoles ou pas loin elles sont sous contrat d’association avec l’État. Mitterrand avait tenté de le faire avant qu’il ne recule devant les manifestations.
                  L’État aurait-il les moyens aujourd’hui dans la conjoncture actuelle de nationaliser les écoles privées qui scolarisent environ 20 % des élèves en France ? (pure hypothèse car dans le cadre de l’Europe cela ne me paraît pas possible). Alors qu’il abandonne au privé les autoroutes !
                  En milliards d’€uros pour indemniser l’immobilier je ne sais pas ce que cela représenterait, plusieurs certainement. Et il faudrait ensuite prendre aussi en charge l’entretien de ces écoles et y adjoindre du personnel administratif et d’entretien comme dans les écoles publiques.


                  • Henry Canant Henry Canant 23 novembre 2015 20:14

                    @njama
                    Tu n’y seras pas donc à la manif ? 

                    Moi non plus, pas de drague possible avec tous les femmes bachées laîquement qui vont y participer.
                    La manif hallal à Chalot va être un gros bide

                  • njama njama 23 novembre 2015 20:18

                    Si cette loi Debré n’est pas abrogée, d’autres écoles confessionnelles vont être créées.

                    Sincèrement il y a très peu de chances dans les conditions actuelles. C’est un très gros investissement qui ne rapporte absolument rien. Pour obtenir un contrat d’association avec l’État, il faut en faire la demande, être en conformité avec les programmes de l’Éducation nationale, avoir été contrôlé par l’académie, et 5 ans d’existence minimum ...
                    En pratique il faut donc que ces écoles fonctionneraient 5 ans au moins sur les seules contributions des familles qui assureraient les frais de gestion, charges diverses, et ce qui est le plus couteux, salaires de leurs enseignants.
                    Donc il ne suffit pas de jeter une poignée de millions ... ça ne se passe pas si facilement ... et si quelques écoles se créent ce sera pour elles le parcours du combattant ...


                    • njama njama 23 novembre 2015 20:28

                      exemple le Lycée Averroès à Lille
                      En 2001, une association loi 1901 est créée : « l’Association Averroes ». Elle dépose en 2003 une demande d’ouverture d’un lycée privé musulman d’enseignement général.
                      En 2008, après cinq années de demandes répétées, l’État finit par accorder le statut d’« établissement sous contrat »
                      Compte tenu de sa convention avec l’État, le programme enseigné au lycée est obligatoirement celui de l’Éducation nationale.

                      Le lycée Averroès se classe dès sa convention d’État avec l’éducation nationale parmi les bons lycées français.
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Lyc%C3%A9e_Averro%C3%A8s

                      Si des écoles privées ouvraient, ça serait au compte-goutte...


                    • njama njama 23 novembre 2015 20:35

                      @ Chalot
                      La Loi Debré est un verrou de séparation et de communautarisme qu’il nous faut faire sauter.

                      Idéalement oui, je comprends ta position, tes principes, mais la France vit avec son histoire. Bon nombre de ces écoles existaient avant Jules Ferry.
                      La loi Debré aura permis toutefois d’imposer que ces écoles privées fonctionnent avec des enseignants aux compétences et diplômes équivalents à ceux des écoles publiques pour les mêmes postes, tout en suivant exactement les mêmes directives et programmes de l’Éducation nationale, ce qui est une forme de nationalisation pas totale je l’admets mais à 95 % environ.


                      • Henry Canant Henry Canant 23 novembre 2015 20:53

                        Chalot, finalement ton truc est naze, même pas festif.

                        Je n’irai pas mais irai certainement au clac.
                        Pas de pinard, pas de saucisson
                        Des femmes bâchées hystériques
                        La laïcité contrôlée par les salafistes
                        L’impôt à verser au culte islamique
                        Et la promesse à faire le Hajj



                        • Ben Schott 23 novembre 2015 21:49

                           
                          Chalot, comme d’habitude à l’avant-garde du combat...
                           


                          • sarcastelle 23 novembre 2015 22:57
                            Quel serait au juste l’inconvénient de plutôt faire l’inverse et de catholiciser l’école laïque ? 
                            (je ne sais pas ; je demande)

                            • jacques 25 novembre 2015 12:00

                              @sarcastelle
                              bin cela s’oppose justement au principe de laicité.


                            • legrind legrind 24 novembre 2015 11:43

                              Monsieur Chalot, et sa fédération de la libre pensée n’en ont rien à foutre des français modestes qui se saignent aux 4 veines pour mettre leurs enfants le privé parce qu’ils savent que là ces derniers auront une instruction de qualité, exigeante, comme dans l’Ecole française d’avant, et qu’aussi ce sont des endroits où ils seront protégés de l’« enrichissement de la diversité » ( se faire insulter de bouffons, de bouffeurs de porcs, rackets etc..)


                              • Allexandre 24 novembre 2015 14:45

                                Comme quoi le militantisme laïque peut être bien plus intolérant et fanatique que le religieux. Chalot donne dans la caricature la plus stupide et, de toute évidence, ne connaît rien au sujet qu’il traite. 

                                Cela dit certains commentaires (Legrind) se voulant en opposition, sont tout aussi caricaturaux et stupides d’une même intolérance frisant avec le racisme le plus abject.

                                • popov 24 novembre 2015 16:44

                                  @Chalot 

                                   
                                  Article imbécile s’il en est. 
                                   
                                  Si les parents mettent leurs enfants dans une école catholique, c’est que l’enseignement y est de qualité. 
                                   
                                  L’enseignement public revient de plus en plus à un nivellement par le bas, car, bien sûr, il ne faut pas stigmatiser les nuls, les fainéants et les inassimilables. 
                                   
                                  Ce n’est pas parce qu’une partie de la population, qu’il n’est pas nécessaire de nommer, est absolument incapable d’atteindre le niveau moyen, qu’il faut réduire tout le monde à leur niveau. 
                                   
                                  Dans le monde actuel, quels sont les atouts de la France, si ce n’est le savoir-faire et le niveau d’éducation de sa population ? 
                                   
                                  C’est tout ce qu’il reste. Et vous proposez de le brader.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès