• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Adieu à un ami de 5 ans

Adieu à un ami de 5 ans


Je suis triste. Je viens de perdre un ami de 5 ans. On s’était rencontrés devant la porte d’un bistrot. Lui, très gentleman : « Passez, je vous prie ». Moi, vieille France : « Je n’en ferai rien, vous étiez le premier ». Après 5 minutes de tergiversations, poussés par la queue, on était entrés et trinquions comme de vieux copains. Un petit blanc sec pour l’un, une pression pour l’autre.

Il m’avait impressionné. Douillet, à côté, était un gringalet. On était fait pour s’entendre. Lui, le haut parleur, moi, l’écouteur. L’organe ne dépareille pas la carcasse. Il tonitruait. Les cristaux tremblaient, en limite de rupture. Le cercle s’ouvrait autour de lui, à distance respectueuse, car il postillonnait, le bougre.

On se voyait de temps en temps, au hasard d’une petite soif, accolés au même comptoir. Ses brèves étaient longues. Son discours avait du rythme. Il était syncopé par la cadence infernale de ses clopes. Il fumait autant qu’une loco de la bataille du rail.

« Tu devrais arrêter », je lui disais, « Deux paquets c’est trop, tu te fais du mal ».

« Mais j’arrête quand je veux. Je passe mon temps à ça, entre deux bouffées » et il éclatait de rire.

Un autre jour  : « Tu t’essouffles pour un rien ». « C’est pas vrai, et je prouve ». Il prend une allumette, l’allume, la tient devant lui, à 50 cm et l’éteint d’un coup, d’un grand jet de salive.

C’était ça Jojo, mon ami de 5 ans, un délicat. Le loufiat n’eut qu’à passer la serpillière pour laver l’extinction de la flamme.

Il eut tendance, avec le temps, à s’élargir, s’épaissir, à s’arrondir. Pas faute pourtant de s’activer. Il cumulait : les mois en R, il ouvrait les huîtres dont il suivait les bancs ; à la saison humide, il décoquillait les escargots de Bourgogne de Moldavie.

L’après-midi, il tirait sur les boules. On l’appelait le pulvérisateur sur les terrains de pétanque. Il y semait la terreur. Il fallait combler les trous et prévoir des rechanges. Il faisait équipe avec un malabar des îles, une pointure. Le 3e, un ancien serveur, jouait les troisièmes couteaux. Préposé aux rafraîchissements, il pourvoyait en carburant : soda-Coca-rhum, Picon-fraise et, pour saluer les victoires, un saké pousse-pousse au crime, une spécialité underground de la Chinatown de la place d’Italie.

Cette vie de légende se termina avant la fin, forcément sublime. On me raconta la scène. Il allumait sa 33e spéciale extra, un mélange fait maison de gitane, caporal et tabac à chiquer. L’allumette bien en main. Le geste souple, l’élégance d’une caresse, il frotte, un effleurement. Rien, pas même une étincelle. Il insiste, s’énerve, appuie. L’effort de trop. Le bois casse, mais, surtout, le cœur lâche. Il explose. Exit Jojo, mon ami de 5 ans. On avait beau lui dire : « Prends un briquet, c’est moins fatiguant ». Têtu, il répondait : « C’est pas pour nous, les hommes ».

Sa veuve va mieux, merci. Elle redevient joyeuse. Un bon ami de lui s’occupe d’elle. Elle fait un procès à la boîte d’allumettes, rupture abusive du contrat de confiance. L’avocat est confiant. Il est au pourcentage.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 21 mai 2008 12:21

    Les "brefs" de comptoir le sont (lesson ?) de vie souvent


    • Yohan Yohan 21 mai 2008 12:24

      Oups trop rapide je voulais écrire "leçon" et non lesson. j’ai loupé mon effet


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 21 mai 2008 12:25

      Merci pour cette petite musique de la vie, à la station service du temps qui passe.

      Votre passage sur la pétanque me permet de citer Desproges, mort aussi au front des Gitanes et de Merleau-Ponty (sur le paquet) :

      "Tu es là, sur le terrain de boules, dans la chaleur et les odeurs de pstis, avec le bruit assourdissant du grillon proche du cri de la mobylette. A te demander si tu la tire ou si tu la pointe.

      Et tout à coup, le truc te péte dans la téte, et tu t’effondres au milieu de la sciure et de sodeurs.

      Et c’est là , messieurs, que je pose la question :

      "A qui est le point ? "

       

      Post dedié à Jeff Bodart, chanteur belge brillant et noir, décédé hier d’un AVC à 45 ans ( auteur de "Canadair", et "Et parfois c’est comme ça".)

      Ouais, Jeff, parfois, c’est comme ça....

       


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 mai 2008 13:14

        Dotor Dancharr ,

         

        Vite viendez soigné moi , j’ ai l’ hilarité aigüe ,

        les meilleurs amis c ’est des fois les amis d’ enfance que l’on connaît depuis 5 minutes après le quatrième pastis , d’ incroyables aventures peuvent arriver le temps d’ un apéro .

         

        Reposez en paix , joyeux drilles , gais lurons , amateurs de bonne vie ...

         

        Merci dotor Carabin


        • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 21 mai 2008 14:53

          ADIEU À MILLE AMIS DE CINQ ANS !

          Tu n’es pas le premier, à perdre un ami de 5 ans

          Ni le premier ami de 5 ans à mourir…

          Je ne te présenterai pas de condoléances, ni ne m’apitoierai sur le sort du mort…

          Des fumeurs et des obèses qui crèvent ? Comment s’en étonner ? Nous vivons dans une société mortifère. Et quand le copain s’en va, les vivants sont tristes ?

          On ferait mieux de gueuler, de combattre cette culture hypocrite de la "virilité" (Humphray Boggart, savourant une taf, symbole du mâle) associée à l’alcool et à la cigarette. Combien sont morts trop tôt de s’être cru invincibles.

          Alors j’enfonce une porte ouverte en rappelant simplement :

          Tuez la cigarette, sinon c’est elle qui vous tuera !


          • roOl roOl 21 mai 2008 15:53

            Simpliste comme raisonnement.

             

            On ne peux que citer Phillip K. Dick dans ce genre de cas :

            Une chandelle qui brille deux fois plus brule deux fois moins longtemps.

             

            Enfin, le plus dur, c’est pour ceux qui restent smiley


          • SANDRO FERRETTI SANDRO 21 mai 2008 16:18

            Post brillant, Mr de Saint Cyr.....

             

            Nous ne sommes pas ici dans un meeting écologique ou végétarien, ni chez les fumeurs anonymes....

            On parle de la vie qui passe, d’un semblable qui est parti.

            Un humain, vous comprenez ? Vous voyez à quoi ca ressemble ?

            Cracher sur les cadavres et les tombes, faut laisser cela aux poètes, M’sieur. Vous n’en étes pas un.

            Pas assez fréquenté les morgues, sans doute. Moi, si.

            Ce genre de post, ca me révulse.


          • floruf floruf 21 mai 2008 16:36

            Sandro !

            Saches qu’on ne s’adresse pas comme celà au président du fan-club de Francis Lalanne !

            Désolé, mais toutes les intervention de sieur Saint-Cyr me rappelle ce poète des temps modernes !!


          • floruf floruf 21 mai 2008 16:41

            Oups ,désolé pour les milliers de "fotes" au mètre ² !! 


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 mai 2008 16:50

            Saint sire ,

             

            Prends dans un grand verre un 102 ( double pastis 51 ) assieds-toi à l’ ombre d’ un platane , et pense aux milliards de gens qui sont morts avant nous et les millards qui mourront après , détends-toi , respire un bon coup , ça va bien se passer , là ça va , tu te sens léger , transparent , une impression de bien-être t’ envahit , respires de plus en plus lentement , tes paupières sont lourdes lourdes lourdes là ...ça va .... ah....tu penses à rien , comme d’ habitude ta tête est vide vide vide ...tu dors dors , tu entends la respiration tu es léger léger léger ....

             

             


          • Soleil2B Soleil2B 21 mai 2008 18:15

            @ Merdic de St Cyr

            - Mens sana in corpore sano le mec !

            - Ben oui ! la virilité peut se placer dans le tabac et tout ce qui touche à la fermentation !

            - Toi d’après la photo, tu la places dans les poils que tu as sur le museau.

            - J’avais un bon ami qui disait que la barbe ne sauve pas la face mais en cache une partie, et que d’autre part un con sans poil c’était pas beau.

            - Il devait te connaître..................


          • Dancharr 22 mai 2008 09:49

             

            @ Méric de St Cyr,
            Cet affreux Jojo l’a bien cherché. Mais ce texte n’avait pas à figurer dans « Témoignages » mais dans « Humour » car c’est un personnage plausible mais imaginaire. Vous avez donc bien raison de ne pas pleurer sur lui. Riez-en plutôt !

          • Yohan Yohan 21 mai 2008 17:00

            Triste Cyr


            • Yohan Yohan 21 mai 2008 17:08

              "végétarien militants, écolos, alter-mondialistes, alter-consommateurs, décroissantistes, naturistes, libre-penseurs sains de corps et d’esprit."

              Ceux que je connais prennent à mon goût beaucoup trop l’avion, bcp trop les transports polluants pour se rendre à leurs congrès, lieux de vacances, et acheter leurs légumes sains

              J’espère que vous n’êtes pas de ceux-là ?


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 mai 2008 18:28

               @ Dancharr :  Que c’est bien écrit ! Le fond ne pouvant nous concerner que par empathie, votre prose est mise en évidence. Je vais aller relire vos autres textes que j’ai lu trop vite, sans doute parce que je voulais savoir la fin... Si vous publiez, dites-le nous...

              PJCA

               

               

               


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 mai 2008 18:52

                 @ M. de Saint-Cyr : Je parie que vous faites du jogging... Votre affaire. J’ai déjà écrit que si on ne se hàte pas un peu de mourir pour quelque chose, on finit par mourir pour rien. Remarquez que je ne fume pas, je cours après autre chose ; mais n’est-il pas bien frustrant de courir après la santé, quand on sait qu’on n’en rejoindra jamais une autre que celle qu’on a déjà ?

                 

                @ Sandro : ne vous ai-je pas déjà lu sur un site où on parlait admirablement des vongole ...  ? ll faudrait des repère pour retrouver sans trop patauger ceux dont les interventions nous plaisent. 

                 

                PJCA


              • Soleil2B Soleil2B 21 mai 2008 19:12

                Aïe, JCA qui réveille les papilles avec l’article sur les vongoles !

                - On ne devrait pas tarder à voir arriver les gastrolâtres et sybarites de service.

                P’tain, je parle presque aussi bien qu’Hadd !


              • Dancharr 22 mai 2008 09:39

                 

                @ Pierre JC Allard,
                Je sais, je ne devrais pas, c’est indigne d’un grand et vieux garçon comme moi mais un compliment me fait toujours plaisir et je vous remercie. Si vous allez sur mon blog, il y a une idée que j’ai développée qui m’a beaucoup amusé car je l’avais trouvée originale, pour améliorer le moral des français : « Une grande cause nationale »
                 il avait été pris au premier degré par l’un d’eux qui m’avait engueulé carrément (« On ne plaisante pas avec des sujets pareils »). Comme il n’aimait pas Desproges, sa réaction était normale car l’humour surtout un peu noir n’est pas la chose la plus partagée.
                Quant à publier, vous me flattez encore mais je ne crois pas qu’il y ait suffisamment de matière et que le style le mérite. Avec AgoraVox j’ai trouvé un public qui élargit celui de mon blog, assez confidentiel, même si son besoin d’articles d’actualité m’interdit d’y envoyer beaucoup de textes qui méritent peut-être l’intérêt, ne serait-ce que les aventures de mes chats et chiens.
                Bien cordialement.

              • SANDRO FERRETTI SANDRO 22 mai 2008 10:05

                @J.C Allard,

                Vous confondez peut étre avec notre ami Argo, grand chef de cuisine sévèrement toqué...

                Ceci dit, moi-méme petit artisan du billet ciselé, je rend hommage aux spaghetti alla vongole roulés entre les seins de Denise dans un récent article sur la cuisine citoyenne voxienne :

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=39865

                Pour le reste, rappel de l’ergonomie du site :

                Quand un commentaire apparait sur fond bleu, c’est qu’il s’agit d’un rédacteur. En double-cliquant sur son pseudo, vous avez sa fiche auteur et les articles déjà publiés.. Bonne lecture.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 mai 2008 03:36

                 @ Sandro : Argo, Fanfan, Breizhnana, etc... ce sont les mêmes nom que je revois quand il y a des articles qui parlent de bonne bouffe, de grands vins et de sentiments exprimés avec pudeur.. La vie comme elle devrait être..  J’avais déjà souligné que les trolls disparaissent quand arrivent les "conspirateurs du bon goût" 

                @ Dancharr : J’ai lu et je confirme.... 

                 

                Pierre JC Allard

                 

                 


              • Marc Bruxman 21 mai 2008 19:10

                Condoléances pour votre ami.

                Mais au fond, il a été heureux et a profité de la vie. C’est la bien l’essentiel. On ne saura pas combien d’années lui auront fait perdre ses cigarettes et son mode de vie en général. Parce qu’une vie sans grande bouffe, sans alcool, ni cigarettes et avec juste le petit footing de remise en forme, je ne suis pas sur que ca lui aurait convenu vu la personalité que vous décrivez.

                L’hopital, on y passera surement avant d’y passer. Mais on a pas envie d’y passer notre vie !


                • Dancharr 22 mai 2008 10:13

                   

                  @ Marc Bruxman,
                  Je n’avais pas prévu que les adieux à Jojo passeraient à la rubrique « Témoignages » et je l’avais inscrit à « Humour » mais la rédaction en a décidé autrement, d’où la confusion. C’est donc un personnage de fiction, l’amalgame d‘individus aperçus ici et là et en particulier sur les terrains de pétanque, dans les salles de boules de fort comme il y en a par chez moi. Des dégaines, des gueules d’atmosphère, des bedaines, des couleurs, une faconde qui impressionnent et dont on imagine la vie en technicolor dans un mélange de Pagnol, d’Audiard et beaucoup de Zola, façon Assommoir. On rigole bien, ça supporte pas la ceinture, c’est des porteurs de bretelles, les dégâts c’est pour les autres, ou on verra plus tard. Mais comme vous le dites c’est une façon de vivre, presque un art et qui n’est pas donné à tous, en tout cas, pas à nous, les raisonnables, les ennuyeux, les « comme il faut »... Qui décide du choix ?
                  Bien cordialement.
                   

                • SANDRO FERRETTI SANDRO 22 mai 2008 10:41

                  Eh bien , Docteur, c’est pas joli, joli....

                  On pourrait penser qu’un médecin à le retraite a assez vu de cadavres pour ne pas en inventer..

                  Bref, je tiens mes avocats Parcimoni et Bonessian à la disposition de ce Jojo , pour dénonciation calomnieuse et propagation de fausses nouvelles.

                  Comme je ne me sens pas très bien depuis quelques jours et que je fume trop, je vais peut étre aller consulter.

                  Mais pas vous ou vos confrères. Plutot le Dr Destouches, alias Céline, ou votre confrère Voxien Georges Yang (très belle plume).


                • Yohan Yohan 21 mai 2008 19:19

                  La vieillesse est un naufrage et il y en a qui avant se sabordent en faisant péter les bouchons


                  • Soleil2B Soleil2B 21 mai 2008 19:59

                    Et par Saint Georges, vive la Cavalerie !

                    - A moi Hadd, Sandro, Castor, Lavaddi Fanfan et les autres !

                    - Yohan a peur qu’on vieillisse !

                    - Alors il paye à boire !


                  • Gül 21 mai 2008 20:01

                    J’aaaariiiiiive !

                    Il est où le Champ, il est où ?????


                  • Soleil2B Soleil2B 21 mai 2008 22:35

                    L’auteur écrit :

                    - "Sa veuve va mieux, merci. Elle redevient joyeuse. Un bon ami de lui s’occupe d’elle"

                    - Adieu l’Émile je t’aimais bien
                    Adieu l’Émile je t’aimais bien tu sais
                    On a chanté les mêmes vins
                    On a chanté les mêmes filles
                    On a chanté les mêmes chagrins
                    Adieu l’Émile je vais mourir
                    C’est dur de mourir au printemps tu sais
                    Mais je pars aux fleurs la paix dans l’âme
                    Car vu que tu es bon comme du pain blanc
                    Je sais que tu prendras soin de ma femme

                    Adieu ma femme je t’aimais bien
                    Adieu ma femme je t’aimais bien tu sais
                    Mais je prends le train pour le Bon Dieu
                    Je prends le train qui est avant le tien
                    Mais on prend tous le train qu’on peut
                    Adieu ma femme je vais mourir
                    C’est dur de mourir au printemps tu sais
                    Mais je pars aux fleurs les yeux fermés ma femme
                    Car vu que je les ai fermés souvent
                    Je sais que tu prendras soin de mon âme
                    Je veux qu’on rie
                    Je veux qu’on danse
                    Je veux qu’on s’amuse comme des fous
                    Je veux qu’on rie
                    Je veux qu’on danse
                    Quand c’est qu’on me mettra dans le trou

                    - Peut-être se la chantait il souvent dans sa tête, ou chaque fois qu’il allunait une cigarette................


                  • Yohan Yohan 21 mai 2008 22:41

                    @ d’ailleurs question : où est Lavaddi ?

                    sinon le bar est ouvert pour sûr


                  • Dancharr 22 mai 2008 09:51

                    @ Soleil2B,

                    Quelle bonne idée d’avoir donné ce beau texte de Brel. Quel testament ! Quel déchirement !

                     


                  • SANDRO FERRETTI SANDRO 22 mai 2008 10:36

                    @ Soleil :

                    Sur la mort, je préfère "Fernand". C’est la plus belle et la plus noire.

                    ("et dire qu’y a méme pas de vent pour agiter les fleurs".)


                  • Soleil2B Soleil2B 22 mai 2008 14:15

                    Sur la mort en elle même tu as raison Sandro.

                    - Mais elle peut être considérée sous mille manières.

                    - Je m’en suis tenu à la dernière phrase du texte de l’auteur. Il était évident qu’il ne fallait pas le prendre au 1° degré.

                    - D’où le choix du Moribond, qui allie gravité et dérision, que seules peut-être Monsieur Brel était capable d’aussi bien exprimer.

                    - Dans humour, le texte aurait été déplacé. Qu’on la défie ou qu’on la craigne, qu’on en parle gravement ou légèrement, la mort est toujours un sujet sérieux.

                     


                  • Gül 21 mai 2008 20:44

                    Bon voyage à votre ami.

                    Il va retrouver là-haut, en bas (qui sait ?) d’autres saltimbanques de la vie et ils trinqueront ensemble.

                    Que la vie soit, Que lamort passe....

                    A Méric de Machin chose, vous n’êtes pas sexy !

                     


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 21 mai 2008 21:14

                      Pas grave adieu l’ ami ....


                      • Le bateleur Le bateleur 21 mai 2008 23:16

                        Pour sur

                        l’idéal c’est de mourir en bonne santé

                        pas vraiment

                        de mourir longtemps


                        • kolge 21 mai 2008 23:54

                          J’ai tout compris : AgoraVox n’est plus un journal citoyen, c’est un blog.

                          Un blog de plus en plus ordinaire…

                          Je me demande quelle est la procédure citoyenne a mettre en œuvre pour demander à ce que ce principe stupide de "moinsages" et de "plussages" soit abandonné.


                          • Henri François 22 mai 2008 07:52

                            J’ai pris du plaisir à lire votre témoignage, une musique de mots qui fait chaud au coeur. Un point c’est tout.

                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès