• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affaire Benalla : les infortunes de la vertu

Affaire Benalla : les infortunes de la vertu

Jean-Luc Mélenchon interroge Edouard Philippe sur les conséquences qu'il tirera de l'affaire : 

Assemblée : 

Jean-Luc Mélenchon, député la France insoumise, s'adresse à Edouard Philippe. Il redit que son groupe demande l'audition d'Emmanuel Macron devant la commission des lois. S'agissant du Premier ministre : « L'opposition a été méprisée quand elle vous demandait de venir au titre de l'article 50-1 et que vous avez préféré le Tour de France ou la buvette. [...] Puisque les fautes sont avérées, quelles sanctions comptez-vous prendre autour de vous pour que la vertu soit rétablie dans l'Etat ? »

Edouard Philippe trouve le sujet de « la vertu dans l'Etat »« passionnant »« Au nom de la vertu dans l'Etat, jusqu'où a-t-on été ? [...] Vous savez comme moi que la démocratie s'est trouvée fortifiée lorsqu'elle ne s'est plus posé la question de la vertu mais la question du droit, de la procédure. [...] C'est comme cela que les démocraties sont devenues réelles alors qu'avant elles étaient proclamées et qu'on disait que c'était la vertu qui les dirigeait. » Sur la question centrale de Mélenchon : « Tirer les conséquences de procédures qui ne sont même pas terminées, je pense que c'est une mauvaise méthode. »

De tout ce que j'ai lu, vu ou entendu au sujet de l'affaire Benalla, j'ai été particulièrement intéressé par cette passe d'armes à l'Assemblée nationale entre Jean-Luc Mélenchon, président du groupe "Les insoumis de la République" et le premier ministre du gouvernement d'Emmanuel Macron, M. Edouard Philippe.

Au centre de ce débat, la notion de "vertu" que M. Edouard Philippe fait remonter aux Romains et qui en fait remonte aux Grecs ("l'aretê") et notamment à l'Ethique à Nicomaque d'Aristote.

Le terme aretê apparaît pour la première fois chez Aristote dans la définition du bonheur : "Le bonheur est une activité de l'âme selon son "arêté". Chez Aristote, l'aretê indique l'excellence d'un être ou de l'activité d'un être. Ainsi, Aristote parle de "l'aretê" de l'oeil, qui consiste à bien voir ou même de l'aretê d'un cheval qui correspond à l'idée de ce que doit être un bon cheval. La notion d'aretê est liée à la notion d'ergon : elle consiste à bien accomplir son "ergon", sa fonction.

Ni Jean-Luc Mélenchon, ni Edouard Philippe n'emploient le mot "vertu" dans ce sens. On peut cependant se demander si la vertu au sens aristotélicien, la capacité de bien accomplir une fonction ne serait pas pertinente en ce qui concerne Alexandre Benalla.

Aristote, qui fut le précepteur d'Aristote aurait peut-être posé la question de la façon suivante : ce garçon correspond-il à l'idée que l'on peut se faire d'un bon garde du corps ? S'en est-il donné les capacités ? A lire un certain nombre de témoignages, la réponse est non. Alexandre Benalla n'était pas suffisamment préparé à sa fonction et n'avait pas toutes les compétences nécessaires pour l'exercer.

Venons-en au sens du mot "vertu" dans le discours de Jean-Luc Mélenchon : Puisque les fautes sont avérées, quelles sanctions comptez-vous prendre autour de vous pour que la vertu soit rétablie dans l'Etat ?

Jean-Luc Mélenchon se réfère au sens politique du mot vertu, tel qu'on le trouve chez Montesquieu : "On peut définir cette vertu l'amour des Lois et de la patrie. Cet amour, demandant une préférence continuelle de l'intérêt public au sien propre, donne toutes les vertus particulières." (Esprit des Lois, IV, 5). Elle est, selon lui, le principe de la démocratie (III,3)

Contrairement à Machiavel, Montesquieu ne fait pas de différence entre vertu privée et vertu politique, puisque l'une découle de l'autre.

Edouard Philippe souligne les dérives de la "vertu" en faisant allusion à Robespierre et à la Terreur. Mais si la vertu peut effectivement conduire à la Terreur, il s'en faut qu'elle se confonde avec elle. La Terreur n'est pas la vertu, mais une maladie de la vertu, comme le fanatisme est une maladie de la piété.

Le premier ministre affirme que les démocraties se sont mieux portées quand elles ont remplacé la vertu par le Droit. Mais le droit positif repose en dernière instance sur des principes moraux que l'on appelle le "droit naturel". 

En-deça de la vertu politique et de ses dérives possibles, il y a la vertu de tout un chacun, sans laquelle aucune vie en société n'est possible, par exemple ne pas mentir, ne pas voler. "La vertu est si nécessaire à nos coeurs que, quand on a une fois abandonné la véritable, on s'en fait une à sa mode, et l'on y tient plus fortement peut-être, parce qu'elle est de notre choix (Jean-Jacques Rousseau,La Nouvelle Héloïse, III, 18) 

Le comportement d'Alexandre Benalla : le fait d'avoir voulu s'enfuir après avoir causé un accident quand il était le chauffeur d'Arnaud Montebourg, de frapper un homme à terre au moment des manifestations du 1er mai à Paris, d'usurper des fonctions officielles, ne peut pas être considéré comme particulièrement "vertueux".

Parmi les vertus, les Romains mettaient au premier plan le courage. Le fait de frapper un homme à terre n'est pas particulièrement courageux.

C'est à partir des années 90, du moins à mon avis, avec Bernard Tapie que les comportements déviants ont été considérés comme normaux (le mensonge, la corruption, le cynisme) et même célébrés comme des qualités sociales éminentes.

Certains ont eu l'espoir ou l'illusion qu'avec Emmanuel Macron, une page se tournait et qu'on allait revenir à plus de moralité dans la vie politique, d'autant qu'une loi était en préparation à ce sujet.

L'affaire Benalla jette un doute sur la sincérité des intentions de l'exécutif et a entamé la confiance de beaucoup de gens, y compris de personnes qui avaient voté pour Emmanuel Macron dès le premier tour. Certes, un certain nombre de Français continueront à faire confiance à Emmanuel Macron, mais il y aura un avant et un après cette affaire.

L'exécutif est désormais sous étroite surveillance, l'image d'Emmanuel Macron n'est plus celle d'un sauveur infaillible qui va résoudre tous les problèmes de la France (le chômage, la dette, le déficit structurel du commerce extérieur, l'immigration...), mais celle d'un homme faillible, enclin à la crédulité, sensible à la flatterie et dont le discernement a été mis en défaut.

Il est désormais attendu sur ses actes et sur ses résultats et non sur ses discours. 

... Et bien entendu sur sa "vertu" dans les trois sens du terme : la compétence, la "common decency" chère à George Orwell et la "préférence continuelle de l'intérêt public au sien propre" chère à Montesquieu.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 26 juillet 2018 18:10
    Les infortunes de la vertu !

    Décidément, toutes les déviations : gérontophilie, sadisme ...

    • JL JL 26 juillet 2018 18:36
      Légaliste sans vertu n’est que ruine de l’âme.
       
      Les législations présentent toujours des effets pervers ; les bandits en cols blancs sont spécialistes en la matière.

      • Jean Roque Jean Roque 26 juillet 2018 18:52

        Contrairement à Machiavel, Montesquieu ne fait pas de différence entre vertu privée et vertu politique, puisque l’une découle de l’autre.
         
        Et oui Machiavel avait des siècles d’avance.
         
        Montesquieu ignorait qu’il habitait un Supermarché de gogochons multiethniqués narcissiques à vomir, aux vertus libidineuses.
         
         
        « L’établissement des colonies [banlieues] est peu dispendieux pour le prince [c’est le souchien qui paie...] ; il peut, sans frais ou du moins presque sans dépense, les envoyer et les entretenir ; il ne blesse que ceux auxquels il enlève leurs champs [26m2/s de bétonnage immigratoire] et leurs maisons pour les donner aux nouveaux habitants [white flight, fuite des blancs]. » Machiavel, Le Prince
         


        • alinea alinea 26 juillet 2018 19:42
          Si cette affaire n’a servi qu’à déciller les abusés volontaires de la première heure, c’est déjà pas mal !
          Quant à la vertu, Mélenchon a donné une longue entrevue qui est devenue un livre sur ce sujet. Je ne peux en dire plus puisque je ne l’ai pas lu !

          • zygzornifle zygzornifle 27 juillet 2018 10:01

            Cette affaire aurait éclatée dans un pays scandinave le Macron et sa bande de bras cassés auraient étés démissionnés et le Bénala serait déjà en prison ou aurait demandé d’être un réfugié politique en France qui l’aurait accueilli a grand renfort de courbettes en meuglant que « c’est une chance pour la France » ....


            • V_Parlier V_Parlier 27 juillet 2018 10:44

              @zygzornifle
              Peut-être, mais dans un pays scandinave les deux précédents auraient aussi connu le même destin (cf. mon commentaire plus haut).


            • Jean Roque Jean Roque 27 juillet 2018 11:07

               
              Ce qui prouve que la baudruche négrière est un crétin branletteur kantien gôôôcho, droit naturel droitdelhommiste etc et que Gérard Philippe joue l’hégélien car il est moins con
               
              Mais bon, le négrier singe blanc des islamistes du parti colon pour le Capital , un crétin, on le sait déjà
               
              2 connards gochos qui balancent des verres sur les CRS SS se font tabassés par le garde-chiourme colon du Bichon de Rothschild...
               
              on s’en branle...
               
               
              « Il ne faut jamais céder à une indignation morale. » Karl Marx
               
              « Le kantisme a les mains pures mais il n’a pas de main » Péguy
               
               
               
              La raison spéculative est, depuis la Critique de la raison pure, tombée en discrédit. Kant a nié sa prétention à connaître l’absolu, divorce de la raison spéculative et de l’absolu. Alors Hegel renouvelle du paradigme spéculatif de la philosophie, contre les paradigmes pratique (Kant, Fichte), esthétique (Schiller), fidéiste (Jacobi), réactualise second Spinoza Ethique 44 : « Il est de la nature de la Raison de percevoir les choses sous un certain aspect de l’éternité [...] L’Esprit humain a la connaissance adéquate de l’essence éternelle et infinie de Dieu. » Deux de réflexion : un mode fini, l’entendement, et un mode infini, la réflexion spéculative ou rationnelle. L’entendement utilise les disjonctions, fini/infini, matériel/spirituel, moi/non-moi, principe du tiers-exclu (A où A), toujours dans le fini, dans la différence et non l’identité. En posant un absolu (l’infini par ex) comme « un » autre (que le fini) l’entendement absolutise le fini, finitise l’absolu, et se trompe. Toute l’œuvre de la spéculation consiste à recomposer la réalité que l’entendement décompose, en reconduisant les opposés à leur unité, c’est-à-dire en les supprimant comme opposés, par intuition transcendantale de l’absolu non pas comme identité formelle et indéterminée, mais comme identité de l’identité et de la
              non-identité, selon la fameuse formule de Hegel (l’infini contient lui même et son contraire, le fini par ex).


              • zygzornifle zygzornifle 27 juillet 2018 12:56

                Hé bien voila la théorie du ruissellement vérifiée , Bénalla a ruisselé sur Macron et le premier de cordée a dévissé ....


                • Jean Roque Jean Roque 27 juillet 2018 13:24

                  @zygzornifle
                   
                  Pour être précis, les 3 montaient en « flèches », le colonisateur Bichon le 1er de cordée, et les colons Benalla et Mako 2nd, chacun une corde d’assurance.
                   
                  Sans faire de relais (pour assurer la cordée progressiste) , Bichon est pressé d’arriver aux sommets...
                   
                  Alors Benalla le marocain dérape, peu habitué aux faces givrées.
                   
                   
                   
                   
                  « Sparte n’a pas besoin de corde, de 1er de cordée, de gens qui ne sont rien tirés comme des sacs à viande, car Sparte est un seul hoplite dans une seule phalange. Pas de burkini, progresseur, intelligent, illettré où souchien... »
                   
                  Hégélien anonyme smiley

                   

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès