• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Affrontement d’empires

Affrontement d’empires

Les information sont disponibles pour tous, les rapports sont publiés régulièrement, les gouvernements savent, signent des conventions, font des déclarations, tergiversent et remettent au lendemain ce qu’ils auraient dû faire la veille.
Les populations, informées, subissent, manifestent.

Inexorablement, la température monte, les glaces fondent, les perturbations climatiques s’exacerbent. Jusqu’à l’irréversibilité, à la catastrophe ?
Les inégalités augmentent entre les nations, à l’intérieur des nations, accentuées par les crises climatiques, sanitaires, politiques. Jusqu’à l’explosion ?

Des fous continuent à danser sur le volcan. Certains accumulent et préparent leur évasion, sur une île déserte ou extraterrestre, pour échapper au destin collectif. D’aucuns cherchent noise à des voisins de pallier ou de continent. Beaucoup pensent plus à s’entre-tuer qu’à se sauver ensemble.

Combien, acculés, survivent sur place ou changent de région, de pays, de continent et se retrouvent, pour la plupart, toujours acculés et devenus différents. Sans espoir, même illusoire, de changement.

Car les puissances qui dominent le monde sont faites de la même farine,le capitalisme, libre ou administré !Chacune se ditau service de son peuple, de sa nation, d’une certaine classe moyenne, plus ou moins homogène, et profite aux plus favorisés. Peu importe les dégâts pour la planète. Elles sont aussi impérialistes mais sous des formes différentes. Pour le moment.

Les États-Unis ont imposé leur population, leurs frontières et leur système par le feu et leur hégémonie sur le reste du monde par leur puissance militaire, matérielle, culturelle, illustrée aujourd’hui par la domination de son industrie numérique. Encore accentuée par l’extension des domaines de la compétence universelle de leur législation… notamment à l’utilisation du dollar.

Ils ont vaincu, sans affrontement militaire direct, l’impérialisme soviétique entraîné dans la course militaire aux étoiles. Espèrent-ils la même issue, profitant de l’aventure dans laquelle Poutine a engagé la Russie en Ukraine.
Toujours est-il qu’à l’occasion de l’implosion (effondrement central) de l’URSS et après la dissolution du pacte de Varsovie, un certain nombre de pays en ont profité pour s’affranchir de la Russie et s’intégrer, en ordre dispersé, entre 1999 et 2020. à l’UE et se placer sous la protection de l’Alliance atlantique face à l’URSS et maintenue, malgré sa disparition, face à la Russie.
Ce dont ces nouveaux adhérents se félicitent aujourd’hui.

La Russie, en continuité avec la Russie tsariste et la Russie soviétique veut se maintenir comme la deuxième puissance impériale. Avec la même volonté de s’élargir et surtout d’accéder à la mer libre. Croyant son moment de faiblesse passé, la nouvelle Russie a repris la politique de toujours. D’où les différentes interventions à ses frontières pour reconquérir son espace perdu. Non pour établir le communisme mais élargir son empire, capitaliste, administré, autoritaire…
Jusqu’à un affrontement indirect avec l’Otan et l’Europe avec son invasion en Ukraine.

Ces deux pôles n’ont plus la force d’antan.
La Russie a perdu des marches et rencontre une résistance militaire qu’elle n’attendait peut-être pas, dans sa volonté de reconquête Elle veut mettre en place, directement ou indirectement, de gré ou de force, des potentats locaux. En Ukraine, l’opération semble difficile, politiquement et militairement. A cause de la résistance ukrainienne face à une armée russe (auto-surestimée ?), à cause de l’Otan, à cause de la réaction de l’Union européenne et des pays de l’est de l’Europe qui ont déjà donné pendant plus de 30 ans.

L’Ukraine sera détruite puis partagée. Et la Russie crainte mais haïe à l’orée des pays limitrophes.

Les États-Unis ont, de leur côté, perdu une partie de leur domination éclatante, militairement et en direct, au Vietnam, au Proche-Orient, en Afghanistan.
Croyant la Russie hors-jeu et l’Europe stabilisée pour un certain temps, depuis deux présidents, ils voulaient redéployer leur emprise en Asie face à la force montante de la Chine. Les voici confrontés avec la Russie de façon aiguë en Europe. Et toujours préoccupés par la Chine.
Les deux États, affaiblis, États-Unis et Russie, s’affrontent pendant que la Chine, courtisée par les deux, progresse inexorablement.

La Chine est, tout aussi capitaliste que les deux autres, tout aussi autoritaire que la Russie et contrôle, en plus, énergiquement ses oligarques. Elle maintient son ordre avec vigueur, à l’intérieur de ce qu’elle considère comme son espace, au Tibet et au Xinjian notamment. Par ailleurs, après avoir récupéré Hong-Kong, Macao sans guerre, elle affirme toujours sa souveraineté sur Taïwan (la 23ème province), sur quelques territoires frontaliers avec l’Inde et quelques îlots disputés à des États voisins. Mais se garde, à ce jour, de toute entreprise militaire.
Le fruit tombera à maturité. Le temps joue en faveur de sa puissance montante.

Elle est membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu, dispose de l’arme nucléaire et de la plus grande armée du monde en effectif, du deuxième budget militaire . Avec sa nombreuse population, elle est l’atelier du monde et un marché très important pour aujourd’hui et pour demain... En 2021, elle est devenue la première puissance dans le lancement de fusées, 38 % des lancements dans le monde et selon l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, le pays déposant le plus de brevets en 2011...
Au troisième ou deuxième rang, elle aspire au premier. Ce qui ne paraît pas improbable. La Chine s’est réveillée. Quant à son expansion mondiale, elle se fait, pour le moment de façon douce, les multiples routes de la soie, aides, prêts, investissements… Si certains pays prennent conscience de sa forme d’impérialisme, elle est loin de susciter le même rejet que les puissances occidentales.

L’Union européenne se confond de plus en plus avec l’Europe est par son économie une puissance mondiale, tout aussi capitaliste que les précédentes, concurrence libre et non faussée. Elleest handicapée par son passé colonial et son présent néo-colonial. Par sa division politique, sa faiblesse militaire et son intégration à l’Otan, dominée par les États-Unis dont elle n’est qu’une force auxiliaire...

L’épidémie de Covid, de l’invasion de l’Ukraine peuvent contribuer à son évolution vers la prise de conscience d’une nécessaire union plus étroite et plus musclée devant les préoccupations surtout asiatiques des États-Unis, déclarées par les deux derniers présidents étasuniens.

Les États-Unis voient dans la Chine l’adversaire principal et poussent l’Europe à contenir la Russie avec une Otan, peut-être, un peu moins déséquilibrée.

Reste que cette politique d’affrontement plus ou moins équilibré des impérialisme néglige la plus grande partie de la population mondiale et ses problèmes. Après les querelles nationalistes européennes qui ont entraîné deux guerres mondiales au XXème siècle, que réserve le choc d’empires bien plus puissants ?

Lors du vote de l’Assemblée générale des Nations-Unies sur l’invasion de l’Ukraine, les Occidentaux ont obtenu que 141 pays sur 193 approuvent une résolution qui exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine..., le retrait immédiat des troupes russes actuellement déployées en Ukraine. Seuls cinq États ont voté contre, tous pays éminemment démocratiques : Russie, Biélorussie, Corée du Nord, Érythrée et Syrie. Ce qui a permis à certains de parler de victoire massive, oubliant les 35 États qui se sont abstenus, États, essentiellement asiatiques dont la Chine et l’Inde et africains (16). Auxquels il faut ajouter les 12 (8 africains) qui n’ont pas pris part au vote.

Ce qui traduit une baisse de l’influence, notamment française, sur les États post-coloniaux.

Cette minorité d’États qui n’ont pas approuvé la résolution représentent plus de la moitié de la population mondiale. En 1955 déjà, la conférence de Bandung, avait réuni 29 pays qui se voulaient non-alignés mais nombre de pays aujourd’hui membres de l’Onu étaient alors colonisés.

Mais le non-alignement ne s’incarne pas aujourd’hui dans une même politique. Pour la Chine, l’abstention lui permet de confirmer sa politique de respect des frontières tout en gardant ses relations avec la Russie et son opposition aux États-Unis. Pour la plupart des autres abstentionnistes, c’est surtout récuser tout alignement sur l’Occident.

Alors que la crise climatique s’aggrave et que les États ne trouvent pas les moyens nécessaires pour mettre en application les résolutions insuffisantes qu’ils ont votées, alors que partout les inégalités croissent accentuées par les politiques économiques, les vannes sont ouvertes pour les budgets militaires et la guerre.

Le prix risque d’en être élevé pour les peuples.


Moyenne des avis sur cet article :  1.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Jonas Jonas 26 mars 11:34

    Poutine se présente comme le défenseur de la civilisation européenne du Christ face à l’avènement du Nouvel Ordre Mondial satanique :
    « Nous pouvons voir comment beaucoup de pays euro-atlantiques sont en train de rejeter leurs racines, dont les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Ils sont en train de renier les principes moraux et leur identité traditionnelle : nationale, culturelle, religieuse et même sexuelle. Ils mettent en place des politiques qui mettent à égalité des familles nombreuses avec des familles homoparentales, la foi en Dieu est égale à la foi en Satan.
    Cet excès de politiquement correct a conduit à ce que des personnes parlent sérieusement d’enregistrer des partis politiques dont l’objectif est de promouvoir la pédophilie. Dans beaucoup de pays européens les gens sont embarrassés de parler de leur religion. Les jours de fête sont abolis ou appelés différemment : leur essence est cachée, tout comme leur fondement moral. Et les gens essaient agressivement d’exporter ce modèle à travers le monde.
    Je suis convaincu que cela ouvre un chemin direct à la dégradation et au primitivisme, aboutissant à une profonde crise démographique et morale. Quoi d’autre que la perte de la capacité à se reproduire pourrait être le meilleur témoignage de cette crise morale ? Aujourd’hui presque toutes les nations développées ne sont plus capables de se reproduire par elles-mêmes, même avec l’aide des flux migratoires. Sans les valeurs présentes dans la chrétienté et dans les autres religions du monde, sans les standards moraux qui se sont formés durant des millénaires, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. Nous considérons cela naturel et juste de défendre ces valeurs. On doit respecter le droit de chaque minorité à être différente, mais les droits de la majorité ne doivent pas être remis en question. »
    Discours de Vladimir Poutine prononcé le 19 Septembre 2013 au forum de Valdaï (Russie)

    Le Nouvel Ordre Mondial arrive quasiment à son aboutissement avec le »Great Reset« et la perversion des populations : mariage pour tous, homosexualité, promotion de la pornographie et de la pédophilie, société de l’oisiveté et de la consommation forcenée, bétonisation des sols sans aucune limite, manipulation et soumission des masses par injection de produits dans le sang pour les forcer à obéir (confinement, interdiction d’aller au cinéma, au restaurant, à la piscine,...)
    Vladimir Poutine se lève contre cette guerre satanique menée contre le Christianisme.

     »C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude."
    Galates 5:1


    • Paul ORIOL 26 mars 12:42

      @Jonas
      Je ne vois pas bien le rapport avec l’article.
      Pourquoi ne faites-vous pas un article ?
      Merci de ne pas répondre.


    • Jonas Jonas 26 mars 13:52

      @Paul ORIOL « Je ne vois pas bien le rapport avec l’article. »

      Il s’agit de souligner que c’est plus qu’une simple bataille d’empires, il s’agit de guerres de civilisation, une dimension occultée dans votre article.

      ------------------
      « Merci de ne pas répondre. »

      Agoravox est un média citoyen où les débats, les joutes verbales sont libres, dans le respect de la cordialité. Si cela ne vous intéresse pas, je ne vois pas l’intérêt de publier sur Agoravox.


    • Matlemat Matlemat 26 mars 23:14

      « Ils ont vaincu, sans affrontement militaire direct, l’impérialisme soviétique entraîné dans la course militaire aux étoiles »

       Il y a eu aussi soit disant l’aide aux moudjahidines afghan qui aurait aidé à la chute de l’URSS.

       C’est une histoire vendue par le vainqueur, et cela reste à démontrer que la course aux armements est responsable de la chute de l’URSS, en tout cas si cela a joué, les leçons ont étés prises du coté de la Russie pour éviter de se laisser entrainer de nouveau.

       Les USA menacent le monde entier, et le résultat est qu’il sont peut être en train de perdre l’énorme pouvoir du dollar.

       l’Afghanistan qui aurait fait chuter l’URSS aura t-il eu ensuite raison des USA ? 

       En Syrie et peut être comme en Ukraine, la Russie a fait ou fera reculer les USA jusqu’à un statuquo avec un budget militaire 10 fois moindre. Le fait de ne pas craindre les pertes de ses propres soldats doit jouer, car utiliser des fanatiques comme supplétifs au sol semble ne plus fonctionner.

       Pour la Chine et Taïwan ce qui se passe actuellement en Ukraine est crucial pour la suite, bien que les situations géographiques et historiques sont très différentes.

       Quand à l’Europe ce n’est plus une puissance, c’est un dominion américain. 



      • Paul ORIOL 27 mars 13:50

        @Matlemat
        Bonjour,
        Je partage en partie vos critiques. Notamment sur le rôle de l’engagement de la Russie en Afghanistant mais aussien Géorgie, et Tchéchénie... avec les pertes humaines dans ces pays d’où les manifestations des mères.
        Au Proche-Orient, les choses sont trop complexes pour moi : et la place que prennent ces pays du fait de leur richesse en dollar, en pétrole, en gaz dans les circonstances actuelles...


      • Matlemat Matlemat 27 mars 16:43

        @Paul ORIOL
         Effectivement les manifestation des mères de soldats tués a beaucoup joué, et jouera si cela tourne mal pour les Russes en Ukraine.

         C’est vrai la guerre en Syrie est plus complexe que la guerre en Ukraine, bien plus d’acteurs aux intérêts différents.

         
         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité