• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Agression antisémite ou tensions entre communautés ?

Agression antisémite ou tensions entre communautés ?

Encore une fois, tout notre gouvernement au grand complet a jeté des cris d’orfraies, déballant son indignation et en profitant pour montrer un franc soutien à Israël au moment ou notre président visite Jérusalem.

Etrange hasard tout de même... Mais, comme d’habitude, tout ce petit monde s’est encore précipité trop tôt, car le jeune Rudy qui a été agressé ne semble pas posséder le parfait profil de la victime... Il a déjà été arrêté pour agression et se promenait avec des armes de poing sur lui (alors qu’il n’avait que 15 ans). Nous sommes donc peut-être loin de l’agression antisémite et certainement plus proche de rixes entre bandes rivales. De l’agression gratuite nous passons aux conflits territoriaux sur lesquels la société dans son ensemble, y compris les parents, ferme les yeux.

Il est heureux que des journalistes fassent leur boulot d’enquête et découvrent cette vérité beaucoup moins manichéenne que la version proposée par Nicolas Sarkozy. Comme la version des incidents de Villiers-le-Bel qui n’était le fait que de voyous... Zappant ainsi l’aspect social des choses et dédouanant l’absence de prévention des pouvoirs publics.

Ce ne sont pas des juifs et des antisémites qui s’affrontent aux Buttes-Chaumont, mais une communauté fermée et une communauté de laissés pour compte. Quand les juifs de France cesseront de vivre en se considérant comme les éternelles victimes, ils s’occuperont peut-être de leur façon d’être en société, celle où il n’y a que des goys, c’est-à-dire des non-juifs. Est-ce un bon point de vue que de considérer l’autre comme une chose forcément exogène ? Comment s’étonner dès lors des tensions communautaires ? D’autant que question violence, et malgré un tabou autour de ce sujet, les jeunes de confession juive n’ont rien à envier aux lascars des quartiers.

Et justement, c’est cette violence qu’il faudrait explorer, disséquer, analyser. Je ne sais pas s’il y a plus d’agressions ou pas aujourd’hui qu’hier, mais ce qui est sûr, c’est qu’elles sont beaucoup plus violentes, très souvent proches du lynchage, et ça, ça devrait nous interpeller. Elle touche tous les jeunes, peu importe leur confession ou leur origine. Elle est l’émanation d’une société d’exclusion et de frustration. Ce n’est pas l’antisémitisme qu’il faut agiter, mais notre société et ses déviances qui poussent toujours un peu plus loin les limites de l’intolérance, et de fait, de la tolérance à cette violence. Pernicieux, non ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (139 votes)




Réagissez à l'article

213 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 24 juin 2008 10:49

    Ras le bol de ceux qui crient tout de suite à l’acte antisémite ou raciste en toute occasion ; est ce que l’on parle d’actes antichtis ou antibretons quand l’un d’eux se fait agresser ???

    Est une question de lobbying ???


    • jzk 24 juin 2008 12:52

      Des centaines de jeunes et de femmes, caucasien et athée ou catho, proches et respectueux des valeurs de la république, se font agresser chaque jour. Est-ce que l’on crie au scandale ? Non.

      Toujours les même victimes... Tous des innocents aux mains pleines.

      Ras le bol !


    • brieli67 24 juin 2008 18:02

      "Nous au village aussi l’on a de beaux assassinats...." G. Brassens

      les petits bals du Samedi soir

      il y a de la marge...... dans le comportement normal du jeune mâle en rut jusqu’à atteindre cette défense paramilitaire style SAC ou SA ou Camelots du Roi etc.........

      http://www.dailymotion.com/video/xojh4_betar-milice

      http://www.dailymotion.com/related/1144984/video/x1xcqc_betar-rondes-de-securite_politics

       

      Ben quoi couvre-feu pour nous tous à 2O H et les gangs dans la rue .......


    • WILLOW5 24 juin 2008 21:22

      QUAND ONT SE JETTERA SUR TOI ET QU’ONT TE FRAPPERA A COUP DE BARRE DE FER JUSTE PARCE QU’ONT NE T’AIME PAS ET QU’ONT NE RECONNAIT PAS TON DROIT A VIVRE LIBREMENT ET A FAIRE TA RELIGION DANS LE PAYS DES DROITS DE L’HOMME DE TOUS LES HOMMES .ALORS ONT EN REPARLERA.


    • Gül 24 juin 2008 21:27

      non mais il va se calmer le gnome, là !!!!


    • Olga Olga 24 juin 2008 21:41

       

      WILLOW5

      Tu devrais écrire en minuscules, on voit moins les fautes...


    • Onegus onegus 25 juin 2008 04:21

       Bon éclairage du Monde :

       

      La rue Petit, son ennui et ses bandes
      LE MONDE | 24.06.08 | 09h47 • Mis à jour le 24.06.08 | 09h57

      Il a 15, 17 ans tout au plus. Casquette vissée sur le crâne, la visière sur la nuque, il est appuyé contre la rambarde devant le numéro 38 de la rue Petit, dans le 19e arrondissement de Paris, juste en face du square où, samedi 21 juin, le jeune Rudy H., 17 ans, a été tabassé. Comme souvent, quand il y a de la bagarre, Moussa (son prénom a été modifié), jeune habitant du quartier d’origine africaine, était aux premières loges. Surtout "vers 15 heures, quand ils sont arrivés à 30 ou 40 pour taper".

      "Ils" ? La bande du haut. Celle constituée de jeunes juifs qui "squattent" souvent vers le croisement de la rue Manin et de la rue Crimée. Le samedi, jour de shabbat, ils n’ont pas grand-chose à faire. Ils ont pris l’habitude de se réunir dans ce coin, d’aller et venir en scooter. Voilà plusieurs semaines que les deux bandes se cherchent, s’insultent, "se regardent mal" et finissent par en découdre. On se toise à coups de "sales gaulois ou sales feujs" contre des "sales renois" et puis on finit par se lâcher, à coups de poings, de pieds, de matraques ou de couteaux.

      Il y a une quinzaine de jours, on s’est expliqué à coup de barres de fer, ramassées sur un chantier. Plus personne ne sait trop pourquoi. Par miracle, il n’y a pas eu de blessés graves, mais trois jeunes ont été embarqués par la police et placés en garde à vue pendant quelques heures, avant d’être remis en liberté.

      Samedi 21 juin, il n’y a même pas eu d’insultes. Cela a dégénéré comme ça. Une fois de plus. Selon plusieurs témoignages, il s’agirait d’une histoire de scooter, avec laquelle ni Moussa ni ses copains n’avaient quelque chose à voir. Au premier assaut, en début d’après-midi, ils ont été surpris, d’autant, raconte l’adolescent que "les autres avaient des barres de fer et des couteaux", ce que l’enquête n’a pas encore vérifié.

      Le reste de l’après-midi n’a été qu’une succession de courses-poursuites, rythmées par des escarmouches plus ou moins violentes – "en une heure y’a eu trois ou quatre bastons", se souvient Moussa. Rudy a failli mourir, mais cela n’a pas l’air d’affecter cet adolescent plus que cela. Moussa n’a aucun remord. En tout cas, il n’en montre rien. "Celui qu’on a eu, c’est parce qu’il n’a pas réussi à s’échapper", dit-il. Moussa ne le connaissait pas particulièrement. 

      D’ailleurs à l’en croire, il n’était pas avec le groupe qui a roué de coups Rudy. "De toute façon, affirme-t-il, ça n’a rien à voir avec des histoires de juifs. Qu’il le soit ou non, ça n’aurait rien changé." Il fallait se venger de la descente de l’après-midi, un point c’est tout. "Aujourd’hui, ils veulent se faire passer pour des victimes, alors que cette fois, c’est eux qui ont commencé", s’agace-t-il.

      "DEPUIS PLUSIEURS MOIS, DES PHÉNOMÈNES INQUIÉTANTS"

      Des "bastons" comme celle du 21 juin, il y en a toutes les semaines dans ce quartier du 19e arrondissement, situé au bas du parc des Buttes-Chaumont, dans un triangle de quelques centaines de mètres entre les rues Crimée, Manin et Darius-Milhaud, à cinquante mètres de la mairie et vingt-cinq du commissariat central d’arrondissement.

      "Il y a aussi des bandes des autres quartiers du 19e qui viennent par ici. C’est pas des juifs et pourtant ça chauffe aussi avec eux", se défend Moussa.

      Rudy H. n’est pas d’ici. Il vit avec sa famille à Pantin, juste de l’autre côté du périphérique, à quelques centaines de mètres de là. Pourtant, Leïla et Shannia en sont sûres, "il traîne souvent dans le quartier avec trois ou quatre copains à lui". Ces deux gamines, elles, ont 14 ou 15 ans, et ne participent pas aux bagarres, mais elles ne sont jamais très loin.

      Dans ce quartier de Paris, peuplé de familles d’origines et de confessions diverses, les tensions entre jeunes ne datent pas d’hier. "Elles sont plus ou moins récurrentes", indique Mao Péninou, maire adjoint (PS) chargé de la sécurité. Mais, admet-il, "on relève depuis plusieurs mois des phénomènes inquiétants". Outre les trafics de drogue et les phénomènes de délinquance, l’élu observe un accroissement du communautarisme, "tant parmi la communauté juive" – la plus importante de la capitale – qu’au sein "de la communauté maghrébine".

      Parfois, le réflexe communautariste se traduit par un repli évident, "surtout chez une minorité de juifs très pratiquants", estime l’élu. Il y a selon lui, au sein de cette communauté, quelques membres actifs et radicaux qui se réclament de la Ligue de défense juive, une organisation connue pour ses positions extrémistes. Toutefois, "une partie de la communauté juive du quartier a toujours exprimé des plaintes ou des inquiétudes", relève M. Péninou.

      Ces derniers mois, la tension est montée d’un cran. Une tension qui semble concerner essentiellement les jeunes. Plusieurs habitants du quartier parlent de "haine", palpable de part et d’autre. Antisémitisme ou simples rivalités de territoire, ou trafics, entre groupes d’adolescents ? "C’est de la haine gratuite contre les juifs", martèle Michel Bouskila, responsable du conseil de la communauté juive du 19e arrondissement. "Les jeunes juifs qui portent la kippa sont pris à partie quand ils sortent de la synagogue ou quand ils s’y rendent. On vit dans une insécurité constante", déclare-t-il, tout en dénonçant "le laxisme de la police"

      Selon lui, celle-ci multiplie les altercations contre les jeunes juifs et laisse filer les Africains. M. Bouskila veut voir "des manipulateurs islamistes présents dans les cités" derrière ces affrontements. "Comme en 2002, après le déclenchement de la deuxième Intifada, des responsables musulmans tentent d’importer en France le conflit israélo-arabe", clame-t-il.

      CLIMAT DE MÉFIANCE

      Jean-Yves Camus, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), bon connaisseur du monde juif, développe une analyse proche : "Le drame de samedi est le point culminant d’une tendance ancienne. En 2007, le 19e arrondissement arrive en tête des quartiers touchés par les actes antisémites : 25 contre 8 dans l’arrondissement voisin du 20e." 

      Mais Haïm Nissenbaum, le rabbin de la synagogue loubavitch de la rue Petit, ne partage pas cette opinion. "L’atmosphère n’est pas survoltée. Il y a bien des insultes, des prises à partie dans la rue, mais rien de grave jusqu’à ce samedi, a-t-il déclaré au Monde. Le parc des Buttes-Chaumont est devenu un rassemblement des jeunes juifs désœuvrés pendant le shabbat. Ce sont des jeunes branchés, pas forcément religieux, mais qui s’inscrivent dans une forte revendication identitaire." 

      Au même endroit, ajoute le rabbin, "se rassemblent des jeunes d’origine africaine et maghrébine et chacun tente de défendre son territoire", comme cela se produit en banlieue.

      Parmi les habitants appartenant à la communauté juive, les réactions diffèrent. Un homme, qui arbore chapeau noir et papillotes, assure qu’il n’a jamais été interpellé et encore moins agressé. Un autre se dit au contraire "angoissé" lorsqu’il va à la synagogue, la tête recouverte de sa kippa.

      Au-delà de ce climat de méfiance, reste un constat : depuis trois ou quatre semaines, deux bandes d’adolescents, l’une formée de juifs, l’autre d’Africains, se disputent le pavé de ce coin de Paris. Aux dires de tous, ces quelques dizaines de voyous empoisonnent la vie des habitants. Juifs et non-juifs. Noirs, Blancs et maghrébins confondus.

      Début juin, Jean-Jacques Giannesini, conseiller de Paris (UMP) du 19e, s’en est ouvert au préfet de police, Michel Gaudin. Cet élu de l’opposition municipale déplore le manque de policiers dans un secteur de la capitale qui est, selon lui, "gangrené par les voyous trafiquants de drogue".

      Le maire (PS) de l’arrondissement, Roger Madec, a lui aussi demandé un renforcement des effectifs de police. Faut-il voir dans ces affrontements un risque de dérapage communautariste et d’ethnisation des violences ? Certains, à l’instar de la Ligue des droits de l’homme, ne l’écartent pas.


    • snoopy86 24 juin 2008 11:35

      D’accord avec toi Piff, passage ahurissant et scandaleux !!!

      La montée de cet antisémitisme est chaque jour plus visible sur ce site, Milan a fait école...

      Qu’attendent pour réagir tous ceux qui prétendent nous donner des leçons d’humanisme ?


    • Serpico Serpico 24 juin 2008 11:52

      Piffard

       

      il faut arrêter de te shooter à l’adrénaline.

       


    • Zalka Zalka 24 juin 2008 11:52

      Ce qui serait admissible, ce serait de critiquer le communautarisme des juifs, au même titre que n’importe quel communautarisme (maghrbin, manouche, sikh, ou dieu sait quoi).

      Mais là effectivement, je rejoins votre avis sur la forme de cette critique.


    • Djanel 24 juin 2008 13:40

      Snoopy est encore bourré. Piffard est halluciné par le Saint esprit.


    • WILLOW5 24 juin 2008 21:26

      QUE CONNAISSEZ VOUS AUX COMMUNAUTES ?


    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 24 juin 2008 11:21

      Qui a intérêt à transformer tout acte banal (mais néanmoins violent) impliquant quelqu’un d’origine juive en acte antisémite ? (Sharon appelait au rapatriement de tout les juifs de France il n’y a pas si longtemps car, disait-il, ce pays est antisémite).

      Avec à la clé une campagne démesurée sur tout les médias, alors que des sujets bien plus graves comme la restriction des libertés publiques (comme on ne l’avais plus vu depuis les années 60), la chasse aux émigrés (leur parcage dans des camps de concentration appelés hypocritement rétention administrative) ne font pas recette et sont quasiment passé sous silence.

      La criminalisation des citoyens (signe de l’installation d’une dictature à la Orwell) ne fait pas non plus les titres à la une des médias, et pourtant rien n’est plus grave. Vous n’en avez pas assez de cette intox insupportable ? 

       




      • ASINUS 24 juin 2008 11:59

        absolument papy et pour cause

        elle faisait partie de la majorité INVISIBLE de ce pays

         

        juste deux ligne dans les grands quotidiens pas de défilé rien nada

         

        etrangere en terre familiere


      • E-fred E-fred 25 juin 2008 19:32

        ben si, la preuve, tu es là pour nous le rappeller !


      • Céphale Céphale 24 juin 2008 11:32

        Bien vu, l’auteur. Bien vu aussi, Lerma.

         

        Dans "Colère et temps", le philosophe allemand Peter Sloterdijk fait une analyse originale du phénomène de violence dans la société en mettant face à face la pulsion de désir (éros) et la pulsion de colère (thymos). Le capitalisme est fondé sur éros, alors que le communisme et le facisme sont fondés sur thymos.

         

        Depuis la désintégration du communisme, thymos revient en force dans la société occidentale. C’est un facteur de division. Sloterdijk fait remarquer incidemment que thymos était déjà présent dans la Bible, d’où la tendance des Juifs à se présenter en victimes.


        • Djanel 24 juin 2008 13:58

          Délirant Piffard. Sortez donc de votre trou à rat pour comprendre.. Thimos, c’est quoi ce bidule. Quelque chose qui existerait en nous et dont la réalité serait prouvée d’après notre homme au foyer plus très jeune ni très vieux mais croyant tout de même ses sornettes, par une analyse de Platon qui je vous le rappelle n’est que le théoricien du système aristocratique.


        • Djanel 24 juin 2008 21:19

           

          Vous n’avez pas l’air d’être sûr en me posant la question.

           

           SOCRATE est le théoricien du système aristocratique. Il fut condamné à boire la ciguë parce qu’il avait été accusé d’impiété. Aussi, il s’était fait haïr des républicains parce qu’il avait vanté les mérites de Sparte qui était une citée à guerrière et ennemie d’Athènes. Socrate voulait démolir la république pour instaurer un régime dont le modèle aurait été Sparte avec son système de caste. Nous connaissons en partie le procès de Socrate grâce au récit de Platon. Il faut donc s’en méfier parce que Platon y défend la mémoire de Socrate.

           

          Socrate est pour nous un philosophe mais il était surtout un homme politique qui avait sa propre clientèle. Il était redoutable parce qu’il connaissait très bien sa rhétorique.

           

          Aristote naquit beaucoup plus tard et fut le précepteur d’Alexandre le grand. La république fut détruite par Philippe de Macédoine ( le père d’Alexandre ) qui demanda aux athéniens de dissoudre la république après les avoir conquis . Un autre homme politique pas aussi célèbre que Socrate mais républicain y laissera sa peau. C’est Démosthène qui avait cherché par ses discours à convaincre les Athéniens et les autres cités à s’unir pour vaincre Philippe de macédoine. Malgré son éloquence quasi légendaire, il n’y parvint pas. Il fut contraint de se suicider pour ne pas tomber vivant entre les mains des aristocrates macédoniens. Sa mort est une légende parce qu’il s’était réfugié dans un temple et pendant que l’armée macédonienne encerclait, il sortit en disant qu’il n’avait pas commis le sacrilège de se donner la mort à l’intérieur du temple mais à l’extérieur et mourut à cause du poison qu’il venait d’avaler. Ses ennemies n’eurent pas la joie de le mettre à mort.

           

          C’est ainsi que disparut la république athénienne et jamais elle ne fut restaurée même pas au 20eme siècle. Aristote ne fut qu’un contemporain de cette époque, ce fut un philosophe qui ne s’intéressa qu’à la logique. Il fut longtemps oublié mais ces textes réapparurent à la renaissance grâce aux musulmans qui avait envahi les anciennes provinces romaines d’Afrique du Nord et d’Espagne et qui nous les retransmirent.


        • WILLOW5 24 juin 2008 21:29

          UN PHYLOSOPHE NAZI SUREMENT

           


        • Roche 25 juin 2008 09:51

          et puis quoi encore ? l’apocalypse de Jean, quelle sornette ! tout n’est qu’éducation et reproduction, les chiens ne font pas des chats !


        • katalizeur 24 juin 2008 12:43

          @ PIFARD

          vous lisez dans le marc de caffé ou tirez les cartes ?

          comment savez qu’ily avait 15 personnes y etiez vous ? si oui pourquoi ?

          si non vous n’etes qu’un menteur victimaire

          quand a votre indignation que dites vous des snippers qui tirent sur les petites filles a la sortie des ecoles primaires, mais elle doit etre moder democratico selective.

          un service je vous prie, allez vous gargarisez ailleur avec votre democratie vous allez me faire gerber.

           

           


        • LE CHAT LE CHAT 24 juin 2008 12:45

          ça veut dire que les lobbies pro sionistes ne contrôlent pas les modérateurs d’agoravox comme les autres grands médias !


        • Adama Adama 24 juin 2008 13:07


        • oncle archibald 24 juin 2008 12:49

          Article très intéressant qui remet les points sur le i de « intolérance ».

          Lorsqu’il y a quelques 45 ans je fréquentais les bancs du lycée Pierre de Fermat à Toulouse je me suis fait quasiment tancer par un surveillant général parce que l’été ,dans ma chemise ouverte, on pouvait vaguement apercevoir une médaille de baptême grosse comme une pièce de 20 centimes et sans aucune ostentation religieuse. Ca n’a pas été facile à comprendre , mais j’avais des parents très chrétiens dans le privé, certainement très inspiré dans leurs cates par leur foi, mais aussi très laïques dans leur apparence, comportement, etc.. Ils m’ont fait comprendre que le surveillant général avait raison et pourquoi.

          Il y a 45 ans, on ne connaissait absolument pas les problèmes de communautés que l’on subit aujourd’hui mais il était considéré comme hyper important d’être « laïque » au vrai sens du terme qui n’est pas nécessairement synonyme de « bouffe curé » ou « bouffe imam » ou « bouffe rabbin ». Juste parce que pour vivre harmonieusement en Société il vaut mieux chercher à valoriser et à « arborer » ce qui nous rapproche plutot que ce qui nous différencie. Un gamin qui se promène coiffé d’une kippa dans un quartier de tensions communautaristes c’est aussi « agressif » à mes yeux qu’une femme musulmane voilée de la tête au pied dans le même quartier. Afficher sa différence c’est possible bien sûr, puisque ca n’est pas défendu, mais ca n’est pas sans conséquences, ca n’est pas « neutre », et encore moins maintenant puisque les communautarisme sont nombreux et puissants.

          Dans le pays on l’on distinguait le clergé, la noblesse et le tiers état, quand un religieux arbore une tenue « cléricale » qui le fait se distinguer des autres ca ne me gène pas. Il affiche son job qui n’est pas un job comme un autre : curé, imam, pasteur, rabbin... . Mais quand les membres de la société civile se mettent à porter des insignes ou des tenues communautaristes je me sens agressé. Quand je suis sur le marché du Samedi place Carnot et que je me pince le bras parce qu’il y a là plus de femmes voilées qu’à Marakech ou au Caire, ca me gène, parce que je suis à Carcassonne.

          L’intégration dans la société française passe par une « laïcité affichée », à l’inverse de tout ce que l’on ressent actuellement. Je remercie l’auteur d’avoir mis le doigt sur les effets pervers du communautarisme affiché, source majeure de conflits et de violence.

          Au fait, ils leurs expliquent quoi les parents à ces gamins ? Qu’il faut être juif avant tout, musulman avant tout, et que tout ce qui n’est pas juif pour les uns, ou musulman pour les autres, c’est mauvais et « impur » ? La tolérance ca n’est pas inné, ca s’apprend et ca se cultive parce que c’est fragile.

          De Gaulle lorsqu’il fut Président de la République, ne communiait jamais lors de cérémonies officielles tenues dans des églises quand il représentait la France à un mariage ou à des obsèques. Représentant tous les Français il s’estimait tenu par le « devoir de réserve » à ne pas afficher ses convictions personnelles. Ce serait bon de rappeler de temps en temps ce qui me parait une evidence traduite par Brassens en des termes que je rapporte aproximativement « gloire à celui la, qui au long de sa vie, s’est contenté de ne pas trop emmerder ses voisins ».


          • miwari miwari 24 juin 2008 19:04

            @oncle archibald

             Vous résumez la perfection de ce que devrais être un comportement responsable dans une société multiconfessionnelle et tolérante.


          • Marsiho Marsiho 24 juin 2008 12:50

            Ce message s’adresse particulièrement Piffard.

            Avant de me traiter d’antisémite, sachez que j’assume mes propos qui ne sont en rien, selon moi, antisémites. Je n’ai rien contre les juifs ni les autres religions ; je ne suis qu’un travailleur social dont le boulot est aussi d’observer la société et principalement les jeunes.

            En quoi affirmer que la communauté juive est fermée serait faux ? J’ai vécu à Marseille et je travaillais vers Mazargue, là ou cette communauté est bien implantée. J’ai pu observer à quel point les plus religieux refusaient l’ouverture et pratiquaient une vision de la société plutôt intolérante. MAis le poids de la shoa est là, et du coup il ne faudrait jamais porter la moindre critique envers cette partie de la population. Comme l’illustre vos commentaires. Sous quel pretexte ? De la même manière qu’on ne peut reprocher aux enfants les fautes des parents ; la douleur des parents n’exonère en rien les fautes des enfants. N’allez pas croire que je justifie la bande d’agresseurs, loin de là. Je dis simplement que l’antisémitisme ne semble pas être la cause principale et que les jeunes comme ce Rudy sont en partie responsables de la situation. Le fait que ce jeune possède des antécédents judiciaires ne vous interpelle pas ? Un responsable religieux était interrogé ce matin sur France Inter et expliquait, un peu géné, que ce jeune faisait partie d’un mouvement franchement intolérant envers toute critique d’Isaraël. Cela n’étant au fond, comme pour tous les ados, qu’un pretexte à des comportements innaceptables. En cela, jeunes juifs et jeunes africains ont le même profil à mes yeux.

            Donc, ne nous trompons pas de débat.


            • snoopy86 24 juin 2008 13:41

              J’ajoute que notre "travailleur social" ( comme si c’était un gage de crédibilité...) insiste lourdement sur les "antécédents judiciaires" de Rudy, 17 ans ( monstrueusement coupable d’avoir participé à une bagarre suite à une manifestation de soutien aux soldats enlevés par le Hezbollah) sous-entendant clairement que ce n’est qu’un petit voyou juif.

              Il n’a pas peur d’ajouter "les jeunes comme ce Rudy sont en partie responsables de la situation"

              Antisémite à gerber, j’espère que le CRIF interviendra auprés d’Agoravox.


            • Djanel 24 juin 2008 14:18

               

              Snoopy à des valeurs morales changeantes ici, il justifie la violence d’un délinquant en inventant un scénario pour le justifier demain avec les mêmes inventions et fables, il démolirait un gauchiste parce qu’il est comme çà Snoopy content d’avoir encore sa tête sur les épaules.

               

              En tous cas le travailleur social est plus prés des réalités que Snoopy qui ne perçoit le monde par les discours mensongers des médias et de la propagande qui veulent faire croire qu’en France, les juifs sont agressés parce qu’ils sont juifs.

               

              Piffard l’esprit de vérité, est-ce un fantôme qui n’existerait qu’en nous ou une manière d’être franc et honnête dans ses raisonnements.

               

              Pauvre Piffard priez pour lui, il en a grand besoin.


            • snoopy86 24 juin 2008 14:24

              L’article de Djanel , c’est pour plus tard, car jeudi c’est le brevet des colléges où il défend son titre de plus vieux candidat de France...


            • Zanini 24 juin 2008 14:30

              Le Crif a certainement une grande responsabilité dans la façon dont la communauté juive est perçue en France sn s’attaquant vigoureusement aux juifs anti-sioniste ou meme toute critique envers la politique d’Israel ainsi qu’en soutenant le Betar et la LDJ (2 organisations considérées comme terroriste aux Etats unis et en Israel).

               

               


            • Djanel 24 juin 2008 14:34

               

              Snoopy avez-vous donner des gros sous-sous à la fondation d’agora vox car je me souviens que vous aviez promis de donner beaucoup parce que vous aviez de gros moyens.

               

              Le CRIF, c’est quoi ? Un lobby ? Une arme de guerre ? Faut-il vous rappeler, Snoopy, qu’avant la 2 eme guerre mondiale, les gros bourgeois de la droite française était en majorité anti-sémite et que la lutte contre les anti-dreyfusard est une victoire de la gauche contre ces racistes dont vous faites parti Snoopy. Ce n’est plus les juifs qui sont visé avec vous mais tous ceux que vous n’aimez pas et la liste est longue.


            • snoopy86 24 juin 2008 14:44

              Djanel, pauvre benêt,

              Je vois qu’il te faut encore réviser l’histoire et le français d’ici jeudi...


            • Djanel 24 juin 2008 15:19

              oui mais la polémique a durée ... et dure encore aujourd’hui.


            • Djanel 24 juin 2008 15:26

               

              C’est cette phrase qui vous dérange Snoopy. J’avoue qu’elle est mal rédigée mais elle est correcte par rapport au français.

               

              Ce n’est plus les juifs qui sont visé avec vous mais tous ceux que vous n’aimez pas et la liste est longue.

               

              Je me corrige vu que vous ne savez pas lire attentivement. Il me suffira de déplace le groupe de mot « avec vous » pour me rendre intelligible.

               

              Avec vous, ce n’est plus les juifs qui sont visés mais tous ceux que vous n’aimez pas et la liste est longue.


            • snoopy86 24 juin 2008 15:35

              A mon humble avis " Ce ne sont plus" serait mieux que "ce n’est plus", mais quand j’ai besoin d’une leçon de français je demande à Piff

              Un petit effort encore...


            • Djanel 24 juin 2008 16:28

               

              Entièrement faux snoopy. « Avec vous, ce n’est plus les juifs mais … »  Vous dites que dans cette phrase, j’aurai dû accorder le verbe être avec le pluriel de juifs. Or le mot "juifs" n’est pas le sujet du verbe être. Le sujet du verbe est le pronom « ce ». Le mot juif n’est pas non plus l’antécédent du pronom « ce ».

               

              La phrase est elliptique car ce mot « ce » désigne votre pensée ou comportement ce qui se traduit ainsi.

               

              Avec vous les juifs ne sont plus visés mais …

               

              Je vous l’accorde mon style n’est pas terrible mais d’un autre coté pourquoi je me casserais la tête avec des gens qui disent n’importe quoi en déformant tout.

               

              D’après un témoignage directe, le jeune homme s’est battu avec sa bande contre une autre bande et qu’il est resté sur le carreau pendant que ses amis s’enfuyaient.

               

              Dans cette affaire, il y a eu beaucoup de désinformation. A suivre pour dénoncer les manipulations de l’opinion publique par les médias inféodés au plus grands des menteurs qui nous avait promis de nous dire la vérité durant sa campagne électorale.

               



            • Roche 25 juin 2008 09:54

              les religueux dont vous parlez sont des intégristes, comme il en existe dans toutes les religions, ceux du 19 eme sont très connus, si Piffard est aveugle c’est sont problème, ceci dit cette proportion n’est pas représentative de tous les gens de confession juive, il ne faut pas non plus retomber dans les clichés !


            • Roche 25 juin 2008 10:01

              @ djanel

              et en terme d’info, au dé&part il s’agissait d’une bande de "raicaille magrhébine et noire" qui avait agréssé un juif, puis des juifs contre ces mêmes racailles et enfin, les juifs (on ne dit pas lesquels) mais face a 5 noirs, y a de quoi perdre le fil et se dire quand même, heureusement tous les juifs, les noirs et le magrhébins n’habitent pas le 19 eme, et règlent leur comptes chaque soir !

              bref pour ma part, il s’agirait plus d’une bande de petits cons qui n’ont rien a foutre de leur vie que d’emmerder leur monde, casser et semer le trouble parce que maman a oublié de leur mettre la fessée quand il le fallait ! et dire que l’Europe a voté une loi contre la fessée !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires