• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alice Guy = Mille films à zéro de Reconnaissance

Alice Guy = Mille films à zéro de Reconnaissance

JPEG

Les femmes donnent la vie déjà, on ne va pas en plus leur proposer la postérité...C'est comme cela qu'avance nos sociétés, où des femmes de génie sont mises au rencard de la mémoire collective. Alice Guy ??? Cinéaste, scénariste, première femme réalisatrice, productrice, entre la France et l'Amérique au temps du muet, et où, bien avant Strindberg et son Actor Studio, elle dirigeât ses comédiens en les laissant jouer "natural" ? En France cette belle personne, touche à tout, brillante, indépendante est totalement méconnue ; pourtant elle réalisa environ 1000 films durant ses 28 ans de carrière. Elle est l'égale de plein droit tels des Pathé, Gaumont, Lumière frères. D'ailleurs, et c'est en aparté, Louise Brooks, cette première star elle aussi du muet, qui joua dans un style avec des décennies d'avance à tel point qu'encore aujourd'hui lorsque l'on regarde ses photos, elle apparait si contemporaine, qui fut la 1ere star d'Hollywood à venir tourner en Allemagne et en France ; et bien, telle Alice, elle termina sa vie dans l'anonymat le plus total ; sauf et c'est à mettre au crédit du fondateur de la cinémathèque Henri Langlois qui poussa dans les années 60 et 70 à ce que des rétrospectives de ces deux femmes géniales soient redécouvertes par les jeunes générations de cinéastes, de cinéphiles.

Il y a régulièrement des rétrospectives Méliès son contemporain, ou même pour Louis Feuillade, qu'Alice Guy avait recruté, formé et nommé comme son successeur.

La Cinémathèque française d'aujourd'hui, indique qu'elle ne dispose pas de spécialiste en mesure de nous parler de cette réalisatrice, et donc, muet sur toute la ligne.

Pourtant chez nous des voix s'élèvent contre cette injustice :

"C’est invraisemblable", peste Jackie Buet, fondatrice et directrice du Festival international des femmes de Créteil, avant de poursuivre : "Je suis très suspicieuse du milieu cinématographique français à l’égard des femmes. Car comme on a oublié Alice Guy, on a oublié Germaine Dulac et beaucoup d’autres. Je pense qu'il y a aussi un vrai problème de machisme derrière cette cécité. C’est incroyable que cette femme si talentueuse ne soit pas plus connue en France. Dès que je le peux, je lui rends hommage. Il faut militer pour que sa mémoire soit réhabilitée. Il faudrait que Cannes lui rende un hommage mais ce n'est pas près d'arriver.

Pendant ce temps là aux Etats-Unis... Le Whitney Muséums of American Art de New-York lui a consacré une rétrospective. En 2011, la très prestigieuse DGA (Directors Guild of America), a fait entrer la réalisatrice au sein de l'institution (qui à son époque n'existait pas) et lui a décerné un prix, à titre posthume. Au cours d'une cérémonie. Martin Scorcese lui a remis le prix "Lifetime Achievement Award" qui honore l'ensemble de sa carrière. "C'était une réalisatrice d'une grande sensibilité avec un regard incroyablement poétique. (...) Elle a écrit, dirigé et produit plus de 1000 films. Et pourtant elle a été oubliée par l'industrie qu'elle a contribué à créer ", a souligné le réalisateur américain. De plus, un documentaire produit par Robert Redford et narré par Jodie Foster est en préparation.

Côté américain, l'absence de mobilisation de la part des pouvoirs publics français étonne : "Il est incompréhensible que les Français ne fassent rien pour faire connaitre sa vie et sa carrière incroyable. Aux Etats-Unis nous faisons tout pour nous l'approprier et pour la réhabiliter, alors même qu'elle n'avait pas la nationalité américaine", s'exclame Alison Mc Mahan qui travaille actuellement sur une biographie romancée de cette pionnière..

Fait pas bon en pays Gaulois d'être et de penser différent, particulièrement pour une femme. Charles Pathé son patron l'envoya avec son mari en Amérique pour représenter la firme, il faut dire que son boss supportait de moins en moins l'indépendance, et le savoir faire d'Alice, il sauta donc sur l'occasion pour s'en "débarrasser" ; pourtant là bas elle devint une des figures les plus importantes de l'industrie cinématographique naissante. C'est lorsqu'elle divorça et fut obligée de vendre ses studios afin d'éponger les dettes laissées par son mari volage que cela sonna son déclin. Elle rentra en France, et dessina des livres pour enfant afin de subvenir à l'éducation de ses deux jeunes enfants ; le mari et père s'étant envolé avec une belle actrice d'Hollywood. Histoire de bien souligner cette démonstration, et toujours en aparté encore une "oubliée" : Qui fut Emilie du Chatelet ?

... Une mathématicienne du 18eme siècle, femme de lettres et physicienne française. Elle est renommée pour la traduction en français des Principia Mathematica de Newton qui fait encore autorité aujourd'hui. Elle-même expérimentatrice, elle a contribué non seulement à populariser en France l'œuvre physique de Leibniz, mais a aussi démontré par l'expérience que l'énergie cinétique (appelée à l'époque « force vive »), était bien proportionnelle, comme il l'avait formulé, à la masse et au carré de la vitesse... Ce qui créera les fondements de la formule mathématique d'Einstein, et son célébrissime E=MC2 et qui se permis de remettre à sa place la théorie de Isaac Newton ; Et bien cette Emile de génie n'est simplement répertoriée comme ayant été la maitresse de Voltaire... Quand je vous disais que...

Alice Guy pionnière en tous styles : westerns, comiques, films à portée sociale ; tel le féminisme...

En 1906, elle tourne "les conséquences du féminisme" qui suscita des réactions opposés dans les milieux féministes. Certaines y voyant une caricature du féminisme d'autres au contraire une charge contre le machisme. Selon Alison Mc Mahan "c'était une femme indépendante, maîtresse de sa destinée qui a menée sa propre carrière et a subvenue au besoin de sa famille, de sa mère puis de ses enfants. Elle a dirigée et produit des films alors même que les femmes n’avaient pas encore le droit de vote. En revanche, élevée dans une famille bourgeoise, pour elle la famille venait en premier et quand son mari l’a quittée elle a été dévastée. En ce sens, elle était très victorienne. (...) Elle n'était peut être pas féministe au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Toutefois, tout ce qu’elle a fait ou dit dans sa carrière affirme que la femme est l’égale de l’homme.

Une raison de son oubli, et du cinéma muet en général

Sur 1000 films, sa fille et héritière de sa mémoire n'en a retrouvé que 130. Il y a une explication à cela :

"Les films étant faits en argent à cette époque, beaucoup ont été fondus pour être réutilisés dans la production industrielle de guerre. D'autres films n’ont pas été préservés à temps et se sont dégradés. Par ailleurs, quand à la fin des années 1920, les films sonores sont sortis, les muets ont perdu de leur attrait et beaucoup n'ont pas jugé intéressant de les sauvegarder. Un autre problème est que jusqu'en 1912 les génériques n'existaient pas. Aussi, les crédits de certains des films d'Alice Guy ont été attribués à d'autres."

Voilà, clap de fin, coupez ! Et merci à vous Alice, Louise et Emilie, et toutes ces femmes effacées du bottin des inoubliables. Quant à moi, je veux ajouter, chère Alice Guy, ton nom veut dire "gars" en anglais, et donc t'étais un sacrée mec... Avec une tête bien faite et un jolie minois. Merci !

Georges Zeter/Avril 2018

Voir : la société des amis de Alice Guy : http://les-amis-alice-guy.blogspot.fr/

Documentaire :

Article : Alice Guy, pionnière oubliée du cinéma mondial

https://information.tv5monde.com/terriennes/alice-guy-pionniere-oubliee-du-cinema-mondial-3249


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Christ Roi Christ Roi 17 avril 20:21

    Article d’un auteur lesbo-féminisé. smiley


    • George L. ZETER George L. ZETER 18 avril 04:25

      @Christ Roi
      ... et réponse d’un crétin lobotomisé.


    • Antoin 18 avril 07:29

      @George L. ZETER
      A force la propagande lesbo-féministe, ça gave.


    • George L. ZETER George L. ZETER 18 avril 07:48

      @Antoin
      ahah, c’est mon jour des lesbo feministes ? je parle d’une cinéaste disparue des plaquettes hey banane !


    • Djam Djam 18 avril 11:50

      @ Georges L. Zeter

      Vous surfez sur la vague féminisation totale ?

      Je veux juste que vous sachiez qu’en dépit du cirque médiatique qui orchestre (à dessein) l’idéologie de « la femme est un homme comme les autres » et qu’elle serait victime depuis des décennies d’une société masculiniste, la majorité des femmes du quotidien, dont je suis, se contrefout de ces docus montrant des femmes qui « auraient été oubliées » pour leur génie, courage etc...

      Ces faits (souvent exacts pour la plupart de ces femmes) sont faits pour les femmes d’aujourd’hui qui rêvent de penser, agir et réagir comme un cerveau d’hommes. les femmes sont courageuses, résistantes, capables de beaucoup de choses mais nous n’avons pas besoin d’être starisées ni d’accéder à des « postes d’hommes » ni à des reconnaissances médiatiques pour vivre selon nos compétences.

      On aimerait bien que les supposés défenseurs de la cause des femmes (supposées être toutes des victimes de...) nous lâchent les ovaires...



      • antiireac 18 avril 16:57

        @picpic
        Personne n’en doutait sauf quelques attardés de l’l’histoire du féminisme avec un petit f.


      • George L. ZETER George L. ZETER 18 avril 20:06

        @Djam
        c’est tout de meme balot, cette femme talentueuse n’est pas dans les bouquins traitant de l’histoire du cinéma, alors qu’elle fut au meme titre qu’un melies, ou les lumiere une pionniere. mais bon, il semblerait que les lecteurs agora soient dans leur petit trip : lesbo-féminisé, et ils elles ne s’en sortent pas... à chacun son petit cinema n’est ce pas ?
        gz


      • antiireac 18 avril 12:24

        A l’auteur lesbo-féminisé

        Sachez le quand même que le monde était surtout( pour ne pas en totalité ) construit par les hommes excusez de peu et évidement les femmes se sont contentées des miettes pour en faire des grands cas. Elles ont fait comme la grenouille qui creva à force de vouloir de ressembler à un bœuf.

        • antiireac 18 avril 17:21

          @antiireac
          ( pour ne pas dire en totalité ) 


        • Axel Guillerand 19 avril 14:28

          Le festival de Cannes va justement projeter le documentaire de Redford et Foster.
          http://alice-guy-jr.blogspot.fr/.
          Merci pour cet article fort intéressant.


          • Antoin 19 avril 20:05

            @Axel Guillerand
            Cannes, haut lieu de la propagande lesbo-féministe.
            Pourquoi sort-on cette femme de la naphtaline ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès