• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alimentation : Du Bio et le Chimio à gogo

Alimentation : Du Bio et le Chimio à gogo

JPEG

Dans votre supermarché cohabitent : les aliments bio, et ceux utilisant des produits de synthèses... Et selon vos moyens financiers, vous « dégusterez » des pesticides, des herbicides chimiques, des engrais chimiques, des OGM. Au rayon viandes vous aurez des hormones de croissance. C’est admis par tous, le rayon fruits et légumes appelé autrefois « maraîcher », vend des aliments qui en majorité une fois ingéré par votre corps vont se comporter en hooligan. Quant aux « produits carnés », c’est Frankenstein s’accouplant à Nosferatu.

Des « légumes » qui font crever

- Les pesticides : estampillés aussi comme « produits phytosanitaires », ça sonne tellement mieux non ?

Des pesticides utilisés à grande échelle il y a quelques années font maintenant l’objet de restrictions sévères en raison de leurs effets nocifs sur la santé des agriculteurs et des consommateurs. (Glyphosate... encore pour 5 ans.) Ainsi, en considérant les données disponibles, les nombreuses incertitudes ainsi que les particularités des groupes vulnérables (femmes enceintes et jeunes enfants), il y a suffisamment d’éléments pour justifier l’application du principe de précaution dans l’utilisation des pesticides.[1] Et pourtant, pas grand-chose bouge.

Les herbicides chimiques :estampillés aussi comme « préparation phytosanitaire », ça sonne tellement mieux non ?

Des phénomènes de résistance aux pesticides (comparables aux phénomènes d'antibiorésistance) sont apparus de par le monde. L’utilisation des herbicides chimiques seraient à l’origine de maladies touchant les agriculteurs et leur famille : dépression, cancer, dégénérescence rétinienne, problèmes respiratoires, maladie de Parkinson et malformations congénitales.[2] Rien que « ça » et je ne vous parle pas de la destruction des sols et de l’air...

Les engrais chimiques, estampillés aussi comme « fertilisants artificiels », ça sonne tellement mieux non ?

Les engrais sont utilisés depuis l'Antiquité, où l'on ajoutait au sol, de façon empirique, les phosphates des os, calcinés ou non, l'azote des fumures animales et humaines, le potassium des cendres. Mais dans les années 60, youpi ! Welkom les engrais chimiques. Le risque sanitaire le plus connu est celui relatif à la consommation par le nourrisson d'eau riche en nitrate, résultant de la fertilisation azotée. Le risque environnemental le plus cité est celui de la pollution de l'eau potable par les nappes phréatiques ; le danger est ici une intoxication par consommation et par accumulation d'élément dangereux pour l'Homme (nitrates, azotes, etc..). De plus, la consommation d'animaux intoxiqués par ces mêmes éléments est un danger supplémentaire pour l'Homme. Et pour finir, l'emploi intensif d'engrais azotés peut causer des catastrophes écologiques (telles que la prolifération des algues vertes), pouvant être mortelles pour l'Homme.[3]

Les OGM, estampillés aussi comme « sélection artificielle » ça sonne tellement mieux non ?

Et là on nage dans le plus épais brouillard... D’un coté ils peuvent être bénéfiques pour la santé, comme par exemple celle de riz doré. Il existe dans le riz, localisée dans la coque de la graine, une provitamine A nécessaire pour la vision. Certaines populations (plusieurs millions), notamment en Asie, ingèrent, comme seul aliment, du riz émondé (sans la coque) avec pour conséquence une avitaminose A responsable chez plusieurs milliers d'individus, de troubles visuels importants et irréversibles. L'adjonction, par transgénèse, de provitamine A dans l'albumen du riz corrige cet erreur de la nature. Cependant, l'ingestion de produits contenant des OGM ou issus des OGM a créé et crée toujours une incertitude sur la présence d'une substance indésirable qui pourrait présenter des dangers pour l’homme ou pour l'animal. Ce questionnement est normal du fait même que les recherches sur les OGM ont pour but de conférer aux plantes des résistances aux agents pathogènes et une tolérance à des herbicides spécifiques. Que produira sur notre organisme l'ingestion de tels produits ?[4] Mystère et boule de suif...On verra si dans quelques générations, par « malformation » des pieds poussent sur les cranes ou des mains à 12 doigts (pratiquent pour le piano, voyez, faut rester positif !!!)

Histoire de bien vous casser le moral digestif

Mordre à pleines dents dans une pêche, une pomme et avaler… de l’eau sucrée. Manger toujours plus, pour se nourrir de moins en moins. Tandis que, dans les pays développés, nos apports en calories augmentent, la plupart des aliments non transformés que nous consommons – fruits, légumes et céréales – deviennent des coquilles vides sur le plan nutritionnel. Pour retrouver les qualités nutritionnelles d’un fruit ou d’un légume des années 50, il faudrait aujourd’hui en manger une demi-cagette ! Une pomme hier = 100 pommes aujourd’hui...[5]Hier, quand nos grands-parents croquaient dans une Transparente de Croncels, ils avalaient 400 mg de vitamine C, indispensable à la fabrication et à la réparation de la peau et des os. Aujourd’hui, les supermarchés nous proposent des bacs de Golden standardisées, qui ne nous apportent que 4 mg de vitamine C chacune. Soit cent fois moins. Il en va de même pour les oranges : une orange d’hier = 21 oranges d’aujourd’hui...

Et il est prouvé que moins c’est gouteux, plus on ingurgite des quantités. Résultats : carence en mainte vitamines et minéraux d’où l’explosion des compléments alimentaires...Un circuit bien rodé où les affreux de la bouffe font bingo ! à tous les rayons.

-------------------------------------------------

De la bidoche qui fait gonfler

Les hormones de croissances... estampillées aussi comme « stimulateurs de croissance », ca sonne tellement mieux non ?

Les stimulateurs de croissance sont interdits en agriculture biologique. L’idéologie derrière l’agriculture biologique est de respecter le cycle normal de croissance des animaux, mais surtout de respecter le bien-être des animaux.

Il faut en moyenne 28 mois pour élever un bœuf à pleine maturité, alors qu’il ne faut que 20 mois dans un « élevage » industriel... Le rêve fou devenu réalité pour tous ces producteurs de viande sur pattes et l’utilisation de produits issus de l’industrie pharmacologique. Les « fermes » d’élevage,[6] je dirais plus, les usines d’élevage aujourd’hui se sont transformées en laboratoire du docteur Foldingue.

Les œstrogènes : Elles ont un rôle majeur dans le développement et le maintien des caractères sexuels femelles. Son action à titre de stimulateur de croissance est plus remarquable chez les animaux qui ont une faible concentration naturelle en œstrogènes, notamment les génisses, les bouvillons ou les bovins castrés, chez qui elle permet une augmentation de la croissance musculaire de l’ordre de 5 à 15 %.

La progestérone : En élevage animal, elle est surtout employée pour favoriser le gain de poids et l’efficacité de la conversion alimentaire chez les génisses destinées à l’abattage

La testostérone : Sa présence naturelle en plus importante concentration chez les mâles explique notamment leur masse corporelle plus imposante. Administrés à des animaux la masse musculaires augmente et sachant que les muscles sont les morceaux choisis chez un animal de boucherie...Autant de gagné !

L’acétate de mélengestrol : Ses effets métaboliques les plus importants se manifestent surtout chez les génisses en supprimant l’ovulation pour favoriser plutôt la croissance et l’efficacité de la conversion alimentaire.

L’acétate de trenbolone : Est un androgène stéroïdien synthétique ayant une activité similaire à la testostérone, mais de cinq à dix fois supérieure. C’est un anabolisant qui favorise principalement le développement musculaire.

Le zéranol : C’est un agent anabolisant dérivé de la zéaralenone, une substance produite par des moisissures. Elle possède une activité ostrogénique qui améliore le gain de poids et la capacité de transformation des aliments chez les animaux.

Toute cette alchimie a pour but de : produire plus, plus vite moins cher. Et se dire que l’animal, être vivant, de sensibilité n’est plus qu’un produit...A rendre n’importe qui végan !

Les aliments issus d'élevages intensifs ne sont pas sains. Des études récentes indiquent que la viande provenant d'animaux élevés de façon industrielle contient des niveaux plus faibles d'oméga-3 et un ratio oméga-6/oméga-3 moins favorable. Or une absorption inadaptée d'oméga-3 et un ratio oméga-6/oméga-3 déséquilibré ont un lien avec les maladies cardiovasculaires. Il est permis de penser que cette augmentation de viande « bon marché » a aussi mené à d’importants problèmes liés à la surconsommation dans de nombreux pays du monde entier ; la forte consommation de viande rouge et de viande transformée a été reliée à un certain nombre de troubles de la santé graves, comme l’obésité, le diabète et le cancer.

Et pour finaliser ce cocktail...

Les antibiotiques[7] sont largement sur-utilisés. Les élevages industriels utilisent couramment des antibiotiques pour prévenir les maladies liées à la promiscuité des animaux, indépendamment du fait que l'animal soit infecté ou non, et dans certains pays tels les Etats-Unis, pour favoriser la croissance des pauvres bêtes.

Je vais arrêter cette démonstration sinon, je ne vais rien avaler dans les 6 mois qui viennent et donc, vais m’évaporer dans l’air...Polluée... Ca y est, je pars sur un autre sujet : l’air bio ?

 

Georges Zeter/septembre 2018

 



Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

177 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 24 septembre 16:55
    Le problème avec l’ecolo-fachisme, ce n’est que dénigrement des moyens conventionnels de produire, tellement ils sont au fait que le bio n’apporte rien de mieux.
    C’est juste l’idéologie des altermondialiste en recyclage capitaliste.

    C’est beau le marketing vert de gris. En plus vendre plus cher des produits intéresse aussi certain marchands qui vont pas dire le contraire...
    Plus c’est anxiogène et basé sur l’ignorance, et c’est vendeur dans la populasse bobo qui vit en ville et ignore tout de la réalité agricole.

    Utiliser le mot « synthèse » à tout bout de champ« pour faire peur et profiter de l’ignorance des bobos. Quel prosélytisme a dormir debout.
    Exemple : On fabrique de la vanilline sans vanille aujourd’hui. C’est un produit de synthèse. C’est à 100% le même produit, 100% le même gout et les mêmes caractéristiques que la vanilline sortie de la vanille. 
    On peut mélanger la synthèse avec le produit original, vous aurez la même chose. Sauf de synthèse, c’est plus pur, moins cher et sans risques bactériologiques.

    Il y a beaucoup de boni-mensonges faisant appel aux peurs générées par l’ignorance, sur les hormones de croissance et autres produits utilisés.

    Sauf que dans la réalité, et c’est ce qui compte, c’est que les chiffres sont ridiculement insignifiants.
    Les quantités d’hormones présentes dans la viande bovine par rapport aux pommes de terre, aux petits pois et aux choux est ridiculement faible. 

    Si vous choisissez de manger du bœuf et que vous êtes préoccupés par les hormones, ne mangez plus... rien !

    Les résidus dans la nourriture conventionnelle de tous ces produits sont infimes en valeur absolue en millionièmes de pourcentages, les hormones de la pilule contraceptive sont 1000 fois supérieurs et tout aussi peu nocifs sur la santé. La nourriture Bio a les mêmes accusations

    le fumier naturel pour remplacer les engrais donne l’E.coli. 
    L’alimentation Bio totale entraîne la consommation de produits uniquement frais aux détriment des produits qui se conservent et crée des carences vitaminiques pour les adeptes.

    Comme les humains les animaux ont besoin de se soigner. Le refus d’utiliser les produits de synthèse normative est une hérésie. Arrêtez de prendre la pilule mesdames, vous prenez des produits de synthèse...Quelle horreur mes bonnes dames !

    L’agriculture conventionnelle n’est pas pire que l’agriculture bio.
    C’est juste du lobbying d’une minorité qui y trouve son intérêt. Et des idiots utiles qui se croient »dans le camp du bien", mais sont dans le camp de l’ignorance qui relaient ces chimères.


    • pemile pemile 24 septembre 17:30

      @George L. ZETER « Ca y est, je pars sur un autre sujet : l’air bio ? »


      Bientôt en vente ! Spartacus va adorer cette « création » de richesse !

    • George L. ZETER George L. ZETER 24 septembre 17:34

      @pemile
      l’est très furibard notre spartacus....


    • nono le simplet nono le simplet 24 septembre 17:56

      @George L. ZETER
      il doit souffrir d’agueusie ... en disant que la vanille a le même goût, naturelle et de synthèse ...


    • George L. ZETER George L. ZETER 24 septembre 18:11

      @nono le simplet
      ou peut être d’agueusie, gueule de bois ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 septembre 18:11

      @nono le simplet

      Et les grands pâtissiers qui se battent pour acheter la production de certaines vanilleraies de Polynésie...sont certainement cons ...lol


    • nono le simplet nono le simplet 24 septembre 18:17

      @Aita Pea Pea

      y sont snobs ces pâtissiers lol
      Jacques Borel revient, ils sont devenus fous

    • symbiosis symbiosis 24 septembre 19:46

      @Spartacus

      Bouffe ta synthèse !


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 septembre 20:03

      @symbiosis

      Bouffer la pensée politique de Hollande ? Faudrait demander à Ségolène, Valérie et Julie le goût que ça a ...


    • Le421 Le421 24 septembre 20:46

      @Spartacus

      Mais oui, mais oui !!
      Gentil le monsieur.
      Pas mordre, hein, gentil !!

       smiley


    • vesjem vesjem 24 septembre 23:47
      @George L. ZETER
      excellente étude ; merci

    • gaijin gaijin 25 septembre 07:59

      @Spartacus
      «  les hormones de la pilule contraceptive sont 1000 fois supérieurs et tout aussi peu nocifs sur la santé. »
      vous êtes bon en économie mais pour le reste zéro
      la pilule ça consiste a rendre malade une femme en bonne santé et les résidus rejetés par l’urine dans l’eau font muter les poissons et l’espèce humaine ( stérilité masculine puberté précoce chez les filles ......)

      " L’alimentation Bio totale entraîne la consommation de produits uniquement frais aux détriment des produits qui se conservent et crée des carences vitaminiques pour les adeptes."
      vous sortez ça d’où ?

    • Le421 Le421 25 septembre 08:49

      @gaijin

      vous êtes bon en économie

      C’est de l’humour, je suppose !!
       smiley


    • gaijin gaijin 25 septembre 08:52

      @Le421
      pas du tout je trouve les propos de spartacus souvent instructifs ............


    • alinea alinea 25 septembre 14:15

      @pemile
      On pourra dire aussi : « t’as pas l’air bien bio aujourd’hui, qu’est ce que t’as mangé ? »


    • Trashon Trashon 25 septembre 14:21

      @Spartacus

      Allez Sparta commence par t’acheter une paire de corones et appelle un chat un chat évite la novlangue, ce que tu appelles l’agriculture conventionnelle n’est rien d’autre que l’agriculture intensive.

      Ensuite coco t’est mignon mais tes propos réducteur tu sais où tu peux te les carrer...Parce que perso j’suis pas un bobo, je ne vis pas en ville et, ça va peut-être te paraître miraculeux mais je sais que les steaks ne poussent pas dans des barquettes.

      Quand j’étais môme, on tuait le cochon à la maison et on le préparait de A à Z, je sais saigner un lapin et lui enlever son petit pyjama, idem pour les poules et les canards.

      Je me rappelle qu’étant à l’autre bout de la baraque je savais qu’on aurait de la tomate à midi juste à l’odeur et ce n’était pas les tiges qui sentait à l’époque !!!

      Pour les légumes on avait un potager de 2 ou 300 m² et point de sparta heuuu de fumier mais du compost, pas besoin d’insecticide ça grouillait de coccinelle à l’époque (aujourd’hui faut les acheter en boite pour en avoir !) les produit phytosanitaires, c’était du lait de l’ail et du savon noir, pas par boboïsme mais juste parce que le grand père était radin sur les bords et que selon ses dire "ces saloperies ça coute la peau des couilles" le seul produit chimique qu’il utilisait avec parcimonie c’était la bouillie bordelaise.

      Et grâce à ça, tu sais quoi, je suis en mesure de t’affirmer une lapalissade : ton agriculture intensive elle ne produit qu’une seule et unique chose : DE LA MERDE.

      Quant à ton exemple sur la vanille synthétique tu m’as fait pisser de rire rien qu’à l’odeur d’une préparation je reconnais cette daube, au gout je t’en parle même pas.

      Si vous choisissez de manger du bœuf et que vous êtes préoccupés par les hormones, ne mangez plus... rien !

      Là c’est le summum pour un soit disant libéral, c’est soit tu bouffe de la merde soit tu crève...

      Tes hormones libre à toi d’en bouffer jusqu’à ce qu’il te pousse une paire de loches moi j’en veux pas, j’suis déjà assez grand comme ça.

      Je ne suis pas dans le camp du bien, je suis dans le camp du bon !!!

      As-tu au moins gouté un jour de l’Aubrac, de l’Angus, de l’Hereford ou de la Rubia Gallega nourrie à l’herbe et maturé à l’os 3 à 6 semaines ?

      Ça m’étonnerait vu que t’as plus de chance de trouver de l’or dans le ruisseau du coin qu’un boucher qui en vende. Parlons en des boucher tient aujourd’hui c’est juste des trancheurs de barbaque plastifié qui te vende la même daube que carouf et cie. D’ailleurs je suis en train de préparer une pétition pour que la viande soit dorénavant vendue en pharmacie vu les quantités d’antibiotiques qu’elle contient.

      Concernant la santé des animaux, l’hérésie n’est pas le refus d’utiliser les produits de synthèses mais de balancer des quantités non pas en fonction des besoins des animaux ou des plantes en en fonction des calculs de rentabilité d’entreprise qui mériteraient pour beaucoup d’être accusées de crime contre l’humanité...


    • Spartacus Spartacus 25 septembre 15:45

      @Trashon

      C’est beau le romantisme du camp du bien. Sauf que c’est juste méprisant.

      Goutte du vin bio Leclerc et un St Emillion grand cru de 6-7 ans, Tu verra que le bio n’apporte rien de plus, n’est pas meilleur, ni plus nutritif ni plus gustatif.
      Le bio n’est pas un symbole de qualité supérieure.

      Ça cultive un pied de petites tomates dans un pot de fleur (ou un jardin de 300m2), et parce que ça a réussit a cultiver 3 tomates, de la salade rikiki avec des limaces, des pêches et des pommes piquées aux vers et et ça veut se prendre pour le centre de l’agriculture sur terre.

      La vérité c’est que ta réalité idéalisée ne donne pas à bouffer à des milliers de gens. Si on appliquait ton savoir à l’agriculture entière, il faudrait 2 Frances en surface productrice et un rendement si faible que même avec 2 France la moitié de la population crèverait de faim.

      C’est sur que de l’Angus est gustativement très bon, mais le rumsteck prix bas de Leclerc bien cuisiné est très bon aussi, ce n’est pas moins nutritif, ni plus risqué sanitairement.

      Mieux vaut que des millions de personnes puissent se nourrir avec leurs revenus pour pas cher que des bobos qui se croient intelligent se croient plus malin a dénigrer ce que bouffent les autres. 




    • alinea alinea 25 septembre 17:54

      @Spartacus

      Quand on apprend que le prosélytisme a bien dormi !
      Vous êtes sérieux ?

    • alinea alinea 25 septembre 17:57

      @Spartacus
      Vous bouffez de la merde vous, avec vos revenus ?


    • gaijin gaijin 25 septembre 18:46

      @Spartacus
      " Goutte du vin bio Leclerc et un St Emillion grand cru de 6-7 ans, Tu verra que le bio n’apporte rien de plus, n’est pas meilleur, ni plus nutritif ni plus gustatif.Le bio n’est pas un symbole de qualité supérieure. « 

      par contre un vin sans sulfites ne vous attaquera pas l’esto .......
       » n’est pas meilleur, ni plus nutritif ni plus gustatif "
      bien évidemment par contre il est plus sain ......et si vous comparez ce qui est comparable c’est a dire qu’un saint émilion non bio se compare a un saint émilion bio et pas à une piquette leclerc ....vous pourriez avoir des surprises .....

    • Spartacus Spartacus 26 septembre 08:39

      @alinea


      Non j’ai un bon coup de fourchette, et mange du frais et qualitatif. Rassurez vous.

      Heureusement je n’ai pas ce jugement méprisant et stupide et cette ignorance ni un avis sectaire sur les produits conventionnels.
      Et le bio est cher pour rien. Une hérésie de bobos.

      Mais le Bio n’est pas meilleur, ni un critère de sélection. Pas plus saint (sauf dans la propagande).
      Les affirmation de supériorités ne sont que du marketing.

      Les produits conventionnels sont qualitatifs, nourrissent des millions de personnes et ont permis l’augmentation de l’espérance de vie.

      Et de croire que la tomate bio est meilleure que la tomate conventionnelle. Vous avez le doit d’y croire.

    • Trashon Trashon 26 septembre 17:55

      @Spartacus

      Tu ne m’as pas déçu sparta, encore une fois tu es à côté de la plaque.

      En premier lieu ai-je une seule fois utilisé le terme bio ?

      Ha bah non, d’ailleurs le bio est quasiment mort le jour ou tes adorables industriels ont mis le nez dedans, pour nous vendre des produits sous plastique qui ont fait 2 ou 3000 bornes le tout fabriqué par des quasi esclaves..

      Je te le répète, je me fou d’être dans le camp du bien ou du mal pour la bouffe je suis dans le camp du bon.

      Je te remercie d’ailleurs d’avoir pris pour exemple les producteurs de grands crus classés,  vu qu’on est là chez des exploitants qui dosent savamment les produits phytosanitaires et les utilisent toujours à bon escient pour une simple raison, ils savent pertinemment que chaque traitement peut avoir une influence néfaste sur la qualité du raisin.

      D’ailleurs, étrangement ils sont de plus en plus nombreux à passer au bio, c’est ballot hein !

      Ho attend sparta j’suis tombé sur quelques perle là.

      Un saint-Emilion bio rhooo.. Allé pour une fois fais attention à ce qu’ils disent on y reviendra plus tard :

      Bien qu’avec modération, la chimie s’était sournoisement insinuée dans nos pratiques. De concession en compromis nous mettions en danger ce que nous avions de plus précieux : notre santé et la qualité de nos vins par l’appauvrissement progressif du sol et donc du terroir. Peu à peu, nous perdions notre identité.

      Pas mal mais celui-là il vaut son pesant de cacahuètes.

      Dans les autres grands vins du Bordelais, Château Latour, un Pauillac premier cru classé, et Château Margaux sont aussi en conversion bio, Château Climens, un Sauternes Barsac est en biodynamie, a relevé Nicolas de Rouyn. "La plupart des grands dégustateurs estiment que les raisins bio donnent des vins qui ont un peu plus de profondeur et un peu plus de fruit que dans l’agriculture conventionnelle" a-t-il souligné, en saluant la démarche de « retour au sol » de Château Angélus

       

      Caramba encore raté coco !!!

       

      Méprisant, sectaire, ignorant, stupide, ça ne me dérange pas, surtout venant de toi,.

      Mais au moins je suis droit dans mes bottes, je connais assez bien l’industrie pour savoir que les saletés qu’ils osent encore appeler fruits et légumes n’ont pas été sélectionnés pour leur gout et leurs qualités nutritionnelles.

      Dans l’ordre du choix de la sélection tu as la vitesse de production, la résidence aux maladies, la résistance aux transports,  la durée de conservation, la capacité à murir à la demande.

      Résultat, quand tu connais le gout des vrais fruits et légumes : c’est de la daube insipide.

       

      En fait plus je te lis plus je me rends compte que tu es binaire, comme la réalité que tu idéalise, après-guerre les marchands d’armes nous ont refilé leurs saloperie plutôt que de les utiliser en complément de techniques qui fonctionnaient bon an, mal an depuis des millénaires, mais non on les a utilisé à l’excès  jusqu’à aujourd’hui ou les sols sont mort.

      Tu grattes un petit peu tu te rends compte que les rendements de l’agriculture intensive stagnent voir régressent. Là où il fallait 1 calorie pour en produire 2 en 1940 il en faut 7 pour en produire 1.

      Après encore une fois tu confonds tout et n’importe quoi, je ne t’ai jamais parlé de mes connaissance en agronomie mais de ma connaissance en produit de qualité, de la tu extrapole des absurdités qui n’étonneront personne sur ce site.

      J’en conclu que tu à du lire quelque part une citation de l’étude qui démontre que le bio à un rendement inférieur de 25% par rapport à l’intensif. Là encore ton petit cerveau binaire n’a pas été plus loin parce qu’en grattant un petit peu :

      Les légumineuses cultivées en bio ont un rendement inférieur de 8 % environ à celles issues de l’agriculture conventionnelle ; les oléagineux -11%, les vivaces -7 % environ, dont les fruits -3%. A l’opposé, certaines cultures voient leurs rendements baisser fortement quand les normes bio sont appliquées : le blé bio est quasiment à -40% de rendement à l’hectare, l’avoine -33% environ. La principale conclusion de cet article réside dans le constat que l’agriculture bio ne pourra pas nourrir la planète sans agrandir les surfaces exploitées.

      Excepté le blé et l’avoine ce n’est pas vraiment problématique…….

      Sinon au passage mes tomates c’est 10 kg minimum par pieds en plus sans la moindre trace de produits chimique.

      J’allais oublier, les limaces bah figure toi que le grand père il se faisait boulotter une salade de temps en temps, il disait philosophiquement que c’était son dû à la nature. Il s’en inquiétait pas plus que ça, les hérissons faisaient le boulot. Aujourd’hui à force de décimer leur nourriture ils disparaissent…comme 25% des espèces animales mondiale, mais ça, ça ne doit pas te déranger.

      A côté de ça on redécouvre que d’autres modes de production fonctionnent sans produits phytosanitaires, sans d’engrais de synthèse le tout faiblement mécanisé.

      Et là j’te mets un billet qu’en plus c’est du bon.

      Mais bon je fais confiance aux types que tu adules, ceux qui ont un porte-monnaie à la place du cœur et une calculatrice à la place du cerveau pour faire tout leur possible pour que ça ne se développe pas tant qu’ils n’auront pas pu tirer jusqu’au dernier fifrelin de leur modèle moribond.

      Que leur importe, que ça  tue les sols, les pollues ainsi que les mers et rivières, qu’ils soient en partie responsable de la disparition de la faune tant que ces crevards peuvent continuer à faire du pognon.

      Même quand toxicité est prouvée que les produits sont interdits ils font quoi font tes potes ?

      J’te le donne en mille ils continuent à les utiliser !!!

       

       

       

       

       

       


    • Spartacus Spartacus 27 septembre 09:10

      @Trashon


      Quelle litote en longueur ad personnam très vite limité à la caricature... 
      C’est fou l’intolérance ad personnam quand on met des vérités en face des contradictions des vertueux qui se prennent pour des saints plus évolués que les autres.

      Comme tous les gauchistes, la réponse est un procès d’intention en sorcellerie.

      Si t’accuse un noir coupable, t’es le genre de type qui accuse de racisme.
      Si t’accuse un juif, t’es le genre de type qui va accuser l’autre d’antisémitisme.
      Si tu dit que le social est mal fait t’es le genre de type qui va accuser l’autre d’être matérialiste...
      Je crois que donner des leçons de binarités, t’es mal placé.

      Critiquer le bio, n’est pas idéaliser la production conventionnelle, pas plus qu’il est tolérable de la dénigrer comme toi.

      Le bio n’est qu’un argument marketing. Il est logique que des producteurs conventionnels se tournent vers ça, puisque c’est payé plus.

      Le bio contrairement aux proses actuelle n’est pas un argument de santé ou de gout, rien ne distingue une tomate bio d’une tomate conventionnelle.
      Mais comme tous les gauchistes, intolérance à la contradiction et s’auto-persuade d’être dans le camp du bien.


    • Zevengeur Zevengeur 27 septembre 12:04

      @Spartacus


      Il est toujours ambigu de déterminer si l’on a à faire à un troll ou à quelqu’un qui croit aux inepties qu’il raconte (c’est à ça qu’on les reconnait ?).
      Si vous voulez démontrer l’indéfendable, alignez des études et analyses indépendantes sourcées SVP, sinon faites profil bas..

    • Spartacus Spartacus 27 septembre 14:26

      @Zevengeur

      Voici donc un nouvel apôtre du camp du bien qui se croit le centre du monde dans ces certitudes...
      Intolérant à la critique comme les autres endoctrinés, il pratique l’attaque ad personam.

      Et comme suffisant méprisant gauchiste le rigolo incapable de rechercher par lui même les centaines de controverses. 

      Voici donc une vidéo d’une ONG qui vérifie les réalités et assez complète.
      mais si t’en veut d’autres il y en a des dizaines...Ignare méprisant.

      Comme ce n’est pas certain que tu connaisse l’anglais voici ma traduction (avec mon application) :

      En 2012, le Center for Health Policy de l’Université de Stanford a effectué la comparaison la plus complète jamais réalisée et a constaté que les aliments biologiques ne sont pas supérieurs sur le plan nutritionnel aux conventionnels. 

      Une étude plus récente de 20 années de recherche sur les produits animaux par des chercheurs italiens a confirmé ces résultats. Conclusion : « Les études scientifiques ne montrent pas que les produits biologiques sont plus nutritifs et plus sûrs que les aliments conventionnels ».

      Une étude de cinq ans sur les fermes laitières a montré que « les résultats de santé pour les animaux dans les fermes bio sont similaires aux laiteries conventionnelles ». 

      Le Comité scientifique norvégien pour la sécurité alimentaire est arrivé à une conclusion similaire. « aucune différence quant à la présence objective de maladies » dans les exploitations laitières bio par rapport aux conventionnelles. Et bien que les porcs et la volaille dans les fermes bio puissent avoir un meilleur accès aux zones ouvertes, cette liberté, selon les études, augmente également leur exposition aux parasites, aux agents pathogènes et aux prédateurs.

      En ce qui concerne l’environnement, oui, l’agriculture biologique signifie que dans n’importe quel domaine, un agriculteur utilisera moins d’énergie et créera moins de gaz à effet de serre. Le problème : en renonçant aux engrais et aux pesticides, l’agriculture biologique est beaucoup moins efficace que l’agriculture classique, ce qui signifie que les agriculteurs biologiques ont besoin de beaucoup plus de terres pour produire la même quantité de nourriture.

      Une grande étude en Europe a montré que pour produire le même gallon de lait de manière biologique, il faut 59% de plus de terre. Pour produire de la viande, il faut 82% de plus de terre. Et pour les cultures, c’est plus de 200%.

      Et plus de terres pour l’agriculture signifie moins de terres pour la nature. Si la production agricole américaine était entièrement biologique, cela signifierait que nous devions convertir une zone plus grande que la taille de la Californie en terres agricoles. Sur le plan économique, la faible productivité des produits organiques signifie que nous devons engager davantage de ressources - terres, travail et capital. Le coût total de l’agriculture biologique aux États-Unis atteindrait environ 200 milliards de dollars par an.

      Mais la nourriture organique ne signifie sûrement pas de pesticides, non ? Faux. L’agriculture biologique peut utiliser tout pesticide « naturel ». Les pesticides naturels comprennent, par exemple, le sulfate de cuivre et la pyreéthrine, ce qui a entraîné une maladie du foie chez les pulvérisateurs de vignes en France, selon une étude de 1996 ; Selon une étude réalisée en 2002, l’augmentation de la leucémie chez les agriculteurs qui la manipulaient était deux fois plus élevée.

      Oui, il est vrai que les aliments non biologiques présentent un risque plus élevé de contamination par les pesticides. Mais ce risque est quasi inexistant. Des calculs approximatifs suggèrent que tous les pesticides présents dans les aliments consommés par les Américains peuvent causer environ 20 décès supplémentaires par an. Autant que de mourir d’avaler un stylo

      En résumé, les aliments biologiques ne sont pas plus sains pour vous, ni meilleurs pour les animaux et l’environnement que les aliments conventionnels. Je sais que cela va à l’encontre de tout ce que vous avez cru, mais cela ne fait que prouver le pouvoir du marketing. La nourriture biologique est un luxe du premier monde. Et bien que l’achat soit tout aussi valable que tout autre achat de luxe, il faut résister à toute supériorité morale implicite.

      Malheureusement, beaucoup de personnes dans les pays en développement n’ont pas la possibilité de manger moins. Ils s’inquiètent de manger, point. Pour ce faire, ils doivent avoir accès à des aliments moins chers, ce qui signifie un accès accru à des engrais et des pesticides efficaces.

      Donc, la prochaine fois que vous verrez des produits biologiques au supermarché, ne vous contentez pas d’avaler la campagne de marketing sans réfléchir.


    • merthin 27 septembre 16:35

      @Spartacus

      « PragerU, short for Prager University, is an American non-profit organization that creates videos on various political, economic and philosophical topics from a conservative or right-wing[1] perspective. »

      voilà, ça c’est pour la source ! 

      La controverse sur le fond arrive bientôt, parce que contrairement à vous, je ne me contente pas de copier/coller !


    • Spartacus Spartacus 28 septembre 12:13

      @merthin

      Les cocos se suivent et se ressemblent tous. Presque carricatural.

      Comme tout coco absolument incapable d’argumenter et contredire sauf de dénigrer ceux qui apportent la contradiction...
      Comme tout coco qui se croit dans le camp du bien tu te crois donner de leçons pour donner des bon et mauvais points des sources ?
       
      Prager University est tout aussi fiable que les ONG et association gauchistes subventionnées des cocos. 
      Par ailleurs, le commentateur est un invité, c’est un Danois directeur de l’ Institut d’évaluation environnementale (EAI) https://en.wikipedia.org/wiki/Environmental_Assessment_Institute
      qui relève du ministère danois de l’environnement chargé de vérifier les rapport couts/avantages des politiques environnementales.

      Je sais ça fait mal au cul d’avoir de la contradiction de ses certitudes a bobos suffisant et méprisants.
      Face au factuel c’est chiant la contradiction ?


    • merthin 28 septembre 13:38

      @Spartacus

      Dommage pour vous. J’ai pris le temps hier soir de lire les 22 pages de l’étude. Elle est extrêmement criticable sur sa méthode et les conclusions qu’elle en tire.

      La forme

      Prager University est une association conservatrice et située à droite. Que ce soit Fiable ou pas, cela doit être dit. IL s’agit d’une officine conservatrice faite par DEnnis Prager pour défendre le point de vue de Denis Prager. POINT à la ligne.

      Le commentateur lit un script en présentant des études qu’il n’a certainement pas relu lui-même.

      Le fond

      1/ Elle a été présentée comme la meta-analyse la plus complète. Ce qui est malhonnête.

      L’étude a effectivement sorti 5908 références concernant les comparaison bio/conventionnelle. Elle en a sélection environ 250. ça fait un sacré taux de rejet ! Les raisons invoquées sont également critiquable (i.langue de la publication par exemple, ii.calcul de variance ou de statistiques).

      COncernant le point (ii), si les études fournissent les données brutes, il n’y a aucune raison de les écarter. Pourquoi donc les écarter.

      Sur ces 250 études seulement 17 porte sur la santé humaine. ça fait court sur un article dont l’ambition est de conclure sur l’effet de la consommation de bio !

      17 études portant sur la santé humaine sélectionnées sur 5908 au total !!!! ça fait peu pour une méta étude.

      2/ Les conclusions de l’étude vont à l’encontre des données de meta-analyse. C’est à se demander si les scientifiques ont eux même lu leur propre publication ! Il y a effectivement des taux de Phosphore supérieur dans le bio, mais pas que. Ils ont oubliés les taux de phénols (protection contre le cancer prouvé. vous savez, le vin en contient) significativement supérieurs en bio !!! (table1)

      3/ Cette étude conclut qu’il n’y a pas de différence entre bio et conventionnel sur la santé. La durée d’exposition au bio ou au conventinnel de l’étude est de 2 jours à 2 ans !!! Il est donc impossible de conclure sur des effets supposés à plus long terme. Mais ils concluent malgré tout.

      4/ La conclusion de cette étude aurait dû être : « Nous n’avons pas de données suffisemment solides et homogènes pour conclure sur la sécurité et l’apport comparé des 2 types d’alimentation ».

      En conclusion, cette étude manque (intentionnellement) de données, ne conclut pas sur les élements en faveur du bio malgré ses propres données mais conclut sur le manque d’élement clairs. Ce qui dans la presse est transformé par « bio/conventionnel, pas de différence ! ».

      L’absence de preuve n’est pas la preuve de l’abscence. Hors l’article lui-même contient des preuves de diférences significatives que la méthode de meta-analyse passe sous silence en arguant que les données sont trop hétérogènes.... un comble pour une meta analyse puisqu’il s’agit du principe même de ce type d’étude !


    • merthin 28 septembre 13:48

      @Spartacus

      En revanche, je suis tout à fait d’accord pour dire que « BIo » est devenu une marque et un argument marketing pour augmenter les marges. Vu la publicité de carrefour et consort sur ce créneau, il faut être un idiot pour ne pas le voir !

      ça n’enlève en rien le fait que l’agriculture dite conventionnelle (convention qui n’a qu’au plus 60 ans) détruit les terres arables, consomme énormément de pétrole (gabegie économique), consomme énormément d’intrants (gabegie économique et écologique).

      Une agriculture bio qui conserverait les méthodes d’exploitation du conventionnelle (labour, monoculture, extrême mécanisation) tout en supprimant les intrants serait effectivement vouée à la perte. Surtout lors de conversion de parcelles non bio vers du bio.


    • Spartacus Spartacus 28 septembre 22:00

      @merthin


      Quand je dis que les cocos sont prévisibles et caricaturaux...
      Dénigrer comme des ânes les gens qui ne pensent pas leur pensée unique.
      Tristesse des dogmatiques ignorants.

      « Le commentateur lit un script en présentant des études qu’il n’a certainement pas relu lui-même.. »
      Le commentateur est le directeur de l’ Institut d’évaluation environnementale du Danemark (EAI) https://en.wikipedia.org/wiki/Environmental_Assessment_Institute
      qui relève du ministère danois de l’environnement chargé de vérifier les rapport couts/avantages des politiques environnementales.

      Que faut il être ridicule imbécile et coco pour argumenté avec un tel mépris envers des gens qualifiés.

      Tu leur met des arguments (dixit ici une simple vidéo trouvée au hasard de milliers d’autres), 
      Le coco donne donc ses « bon points » et son appréciation comme s’ils se croyait la science infuse.

      « Hors l’article lui-même contient des preuves de diférences significatives que la méthode de meta-analyse passe sous silence en arguant que les données sont trop hétérogènes »...

      Tous ce que j’ai écrit est compréhensible et vérifiable.
      Pas toi.
      C’est méprisant, suffisant et intello de gauche qui se parle à lui même.

      Au lieu de jouer la suffisance habituelle de l’intello de gauche, commence par faire des textes explicites, compréhensibles sur des références sourcés.


    • merthin 29 septembre 14:08

      @Spartacus

      Je ne suis pas un habitué d’Agoravox. Je ne pensais pas faire l’objet de tant de procès d’intention et d’attaque ad hominem sur un forum. Voyez plutôt :

      - je serai communiste ?
      - je serai « intello » de gauche ?
      - je serai suffisant ?
      - je ne serai pas compréhensible ?


      Je pense surtout que vous vous fabriquez un ennemi virtuel (un homme de paille) sur lequel vous vous défoulez sans répondre sur le fond.

      Si je n’ai pas été assez claire voici une réponse plus simple (simpliste ?). La video cite une source scientifique très controversée. L’article en question (vous avez le lien dans mes messages précédent) conclut sur très peu de donnée et surtout la conclusion est en contradiction avec ses données mêmes.

    • merthin 29 septembre 15:00

      @Spartacus

      La lecture du descriptif de l’EAI le rend encore moins crédible.

      Merci de détruire vous même vos sources par fainéantise !

    • Désintox JPB73 30 septembre 21:11
      @gaijin

      « vous êtes bon en économie mais pour le reste zéro »

      OK pour le reste.

    • MAGURA 30 septembre 21:50

      @merthin Simplement merci


    • Spartacus Spartacus 1er octobre 07:19

      @merthin

      Curieux ce concept de victiminite..
      Commence par un ton méprisant sur les autres et s’étonner d’avoir des réponses cinglantes...

      - je serai communiste ? De gauche évidemment.
      - je serai « intello » de gauche ? Evidemment. Se présenter comme la « vraie source » absolue.
      - je serai suffisant ? complètement. Juste bon a dénigrer.
      - je ne serai pas compréhensible ? Evidemment. Y’a qu’a te relire. 

      Ha oui ’tes réflexions« et sources » sont forcément justes. 
      Elles viennent du camp du bien. 
      Juge et partie...
      Tristesse.
      Prévisible de suffisance et mépris de tous ce qui ne va pas dans le sens coco...

    • merthin 1er octobre 09:52

      @Spartacus


      Il semble que je vous ai blessé (ton méprisant, suffisance) et je m’en excuse. Mais la dernière chose à faire dans un débat scientifique c’est de prendre les contre arguments comme des attaques personnelles. S’en suit irrémédiablement des malentendus sur les appartenances politiques, etc...

      Il semble également que je n’ai pas été compréhensible. C’est possible qu’il faille me relire car le sujet est complexe et il n’est pas évident de montrer pourquoi l’article sur lequel se base la vidéo est bancale dans sa conclusion mais pas dans ses données.

      Peut-être pourront-nous avoir un débat apaisé lorsque vous aurez pris le temps de relire l’article suivant et fait les analyses que j’ai fait. Je vous remets le lien ci-dessous :




    • merthin 1er octobre 09:53

      @MAGURA

      De rien mais pourquoi ?

    • merthin 18 octobre 09:36

      @Spartacus

      En parcourant un site d’information sur le changement climatique, j’ai vu que l’auteur de la petite vidéo (Lomborg) avait quelques problèmes avec l’honnêteté intellectuelle. 
      Bien évidemment, le DCSD est une officine de l’ultra gauche bobo rechaufiste payé par les khmers vert d’Hidalgo smiley


      « Previously obscure, the DCSD became embroiled in controversy after its January 2003 decision that the 2001 book The Skeptical Environmentalist by Bjørn Lomborg was »clearly contrary to the standards of good scientific practice",

    • foufouille foufouille 24 septembre 17:48
      article digne d’un prof d’anglais qui a trop lu de sites internet khmer vert.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès