• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Allemagne, Chemnitz, Köthen... Et après ? Entre médias vert-gauche et (...)

Allemagne, Chemnitz, Köthen... Et après ? Entre médias vert-gauche et citoyens inquiets

Le mainstream "gauche-vert" et les "citoyens inquiets" : un grain de folie ?

Article original paru sur rt.deutsch 11.09.2018 • 09:52 Uhr

JPEG - 118.2 ko
Quelle : Reuters © Reuters
 
Entre les médias de masse et une grande partie de la population, le fossé semble grandir. (Bild montre une manifestion à Chemnitz le 7 September 2018). Commentaire du traducteur "Wir sind das Volk" traduit - nous sommes le peuple - est le slogan crié par les manifestants dans le Leipzig de 1989/1990, là où "commença" la chute du mur pour ainsi dire. Ces Manifestations du Lundi (Montagdemonstrationen), avaient lieu chaque lundi, la police est-allemande, la "Volkspolizei", police du peuple, n'a pas réagit, laissant le mouvement prendre de l'ampleur. 
 
Le mainstream gauche-vert et les citoyens inquiets sont dans un sens tous les deux dans une spirale de l'escalade. Pour éviter les comportements à la Weimar, il faut que ceux qui sont encore disponibles pour poursuivre une discussion se rendent accessibles. 
De Leo Ensel

 
Bien sûr cela me réjouit quand comme ce lundi dernier, des dizaines de milliers de citoyens se rendaient à un festival Rock à Chemnitz, dans le calme, contre le racisme, contre la haine de l'étranger (Fremdenfeindlichkeit dans le texte) et contre l'extrême droite. De plus, je reste convaincu que la majorité des gens en Allemagne et en général en Saxe, à Chemnitz (note : ville de la première histoire du germano-cubain père de famille tué par coups de couteau par un irakien et un syrien, selon la presse) et à Köthen (une semaine plus tard un jeune de 22 ans mort d'un arrêt cardiaque à l'hôpital suite un altercation musclée avec deux afghans, 3 jeunes du cru auraient essayé de protéger deux filles sur une pleine de jeux de la ville de Köthen, selon la presse) ne sont pas des racistes et encore moins de néo-nazis. 
 
Mais alors, pourquoi ai-je comme un arrière-gout en bouche ?
 
Car je n'arrive pas à me défaire de l'impression que les manifestations contre le racisme, comme "Nous sommes plus", "Debout les hommes corrects" et peu importe leur nom, sont devenues une sorte de "ritualisme" ! Même si elles sont très probablement toutes organisées en toute bonne foi. La mise au pilori du camp adverse sert aussi à donner la nausée afin de rassurer son propre camp. La fracture sociétale est par de telles actions toujours plus grande et ne se réduit pas d'un centimètre. Mais comment stopper la polarisation de la société qui - vu de manière simpliste - se concentre dans deux camps, chacun à leur tour fait monter la sauce toujours un peu plus. 
 
Les gagnants de la globalisation contre les perdants de la globalisation
 
Je pense voir une dynamique en action et pour l'esquisser rapidement : les états occidentaux en ceci les USA compris, observent des lignes de fractures de plus en plus profondes à travers leurs sociétés, ces dernières étant dues à la globalisation. 
 
Les gagnants de la globalisation sont proportionnellement bien formés, jeunes, urbains et multi-culturelles, en cas de doute plutôt "bien-gagnants" (besserverdienend, dans le texte) et habitent dans les quartiers attractifs de nos villes. Leurs valeurs tendent vers "la religion post-moderne", une mentalité éthique, antiraciste et anti-sexiste, ils soutiennent les minorités et supportent les thèses climatiques, enfin les végétariens et vegans sont surreprésentés. 
 
Et c'est exactement ce milieu qui se trouve surreprésentés aussi dans les médias, les "globaliseurs" sont en plein milieu, dit benoîtement, de l'opinion de la Republik (d'Allemagne ici) - même dans les derniers contre-forts du classique-conservatisme (l'auteur sous-entend ici la CDU). Même dans le paysage des partis politiques, on se limite à la "culture de la globalisation" et pas seulement la LINKE (FI en France) ou GRÜNE (EELV en France). Bien plus en souterrain, cela va même jusqu'aux partis du peuple (en allemand "Volkspartei" sous-entend les partis de la majorité après-guerre, SPD et CDU-CSU donc) et donc, elle s'étend. En dernier ressort, nous avons un porte-étendard de cette caractéristique avec la Chancelière.
 
A ce milieu se trouve opposé les perdants de la globalisation : plus précisément la partie de la population, qui de par cette globalisation ne voit/reçoit pas les avantages matériels ou, plus souvent encore devenu important : l'avantage culturel de cette dernière. Ce sont ceux qui gagnent moins et sont moins bien formés, ils habitent souvent "ensemble" avec ceux qui gagnent aussi moins bien - les migrants - dans les parties moins attractives de nos villes, aux bordures des villes et dans les villes industrielles et aussi dans les campagnes. 
 
De part la disparition, due à la globalisation, des valeurs traditionnelles et du vivre-ensemble, désorientés, ils s'attachent d'autant plus aux traditions, même quand ils ne les connaissent plus vraiment. L'exemple légendaire est celui de la manifestation Pedgida de Noël, ceci date d'il y a 3 ans à Dresde, où feuillets en main, les manifestants ont entonnés des chants de Noël, même si des chrétiens actifs, il ne devait pas en avoir beaucoup ce jour-là. Cette partie là de la population, et ceci est déterminant, se perçoit comme la "majorité silencieuse". 
 
La mécanique d'auto-radicalisation
 
La dynamique fatale d'auto-radicalisation du discours publique : c'est justement le non-dialogue entre les journalistes des mass-médias, flanqués de leur politiciens proches dudit milieu d'un côté et de l'autre ceux qui estiment être la "majorité silencieuse" du pays, ce qui peut à tout moment prendre l'apparence d'un malheureux grain de folie, ou folie à deux. (Folie à deux, en francais dans le texte allemand). 
 
Les journalistes des mass-médias gauche-vert accompagnés de leurs politiciens rependent, ceci d'une position somme toute confortable, leur esprit éthique fort en direction (et de manière souvent sous-entendue) des perdants afin de les éduquer correctement à leurs idées. L'abus d'utilisation des mots "racisme", "sexisme", "discrimination" et les mots jolis mais abstraits comme "culture d'accueil", "société multiculturelle" ou "avoir-droit" associés aux rappels à l'ordre sur les pires moments de l'Histoire allemande sont comme des coups de canons verbaux. 
 
Contre la machine à opinion quasi rouleau-compresseur des mass-médias se trouve une partie grandissante de la population - éprouvant une chute sociétale ou une marginalisation culturelle ou dont le ressenti va dans ce sens - qui se trouve menacée, marginalisée et méprisée. L'éloquence des "globaliseurs" qui possèdent l'hégémonie sur les mass-médias n'a que peu évoluée envers les "citoyens inquiets". Le barrage de feu moralisateur des mass-médias qui semble venir d'un autre monde semble ici faire ricochet. Pour faire court, les "citoyens inquiets" sont recevables aux arguments des positions adoptées par l'AfD, Pegida ou d'autres groupuscules de droite ou plus à droite encore dont les arguments sur le refus de discours est bien perçu. 
 
Ceci apporte alors de l'eau au moulin des médias éthiques qui, de manière souvent suffisante, se limitent à décrire les arguments du peuple comme bêtes et bornés et donc inutiles à reprendre, ni à argumenter - alors que ces arguments sont souvent vrais - en disant que ceux-ci n'ont pas de socle objectif et ne présentent donc aucune raison de paniquer, ni de réagir. 
 
En ceci appartient p.ex. le remontrance classique que dans le Land de Saxe où Pegida est actif, peu de migrants sont procentuellement accueillis. Hélas il est souvent oublié que les personnes tendant vers AfD et Pegida ne sont pas accessibles par cet argumentaire, car leur décision est principalement d'ordre émotionnelle et que donc ce journalisme éthique ne compte pas pour eux. Ces gens ne gardent comme réaction que des phrases d'opposition comme "Presse menteuse, ferme ta gueule", qui rime mieux en allemand "Lügenpresse, halt die Fresse" ou encore, "Wir sind das Pack", nous sommes le gros du paquet. (sous-entendu la majorité). 
 
Ce qui fait réagir la presse d'autant plus, et vous l'aurez compris, ceci ad infinitum !
 
La vengeance du "citoyen inquiet" arrive au pire et au plus tard dans l'urne de vote. Vu que celle-ci vu de la perspective des mass-médias, a lieu dans le noir - ce qui reprend l'idée de Brecht sur les "Die im Dunklen" (Ceux dans l'ombre), ce qu'on ne voit pas peut parfois finir en une spectaculaire erreur d'appréciation, ici pour les mass-médias qui n'avait vu ni le Brexit, ni Trump ou les succès des partis conservateurs en Europe. (Note du traducteur : Danemark, Suède, Autriche, Hongrie, Rep. Tchèque, Pologne, Italie, Bulgarie, Slovaquie, Belgique ont des gouvernants nationalistes ou bien une majorité construite autour d'un parti de ce genre, en France et Pays-Bas ce parti est en 2e position aux dernières élections) 
 
Cette dynamique doit-elle être poursuivie, a-t-on tout oublié de la République de Weimar ?
 
Que faire ?
 
Au départ doit se trouver la reconnaissance que le slogan "Aucun Homme n'est illégal" (kein Mensch ist illegal) et aussi stupide et politiquement inapplicable que de dire "Les étrangers dehors !" (Ausländer raus !).
 
Déjà ne serait-ce que parce que les mass-médias disposent d'un capital culturel important, le premier pas devrait venir d'eux afin de pouvoir prendre le direction de la désescalade. En d'autre mot, je ne vois un arrêt de la spirale d'escalade venir que de la part des mass-médias éthiques, il faut pour cela que ceux-ci fassent une auto-critique afin d'enfin prendre part à la dynamique et arrêter avec leurs airs moralisateurs pour descendre dans l'arène discuter avec ces "citoyens inquiets".

Avoir cet état de fait à l'esprit n'est pas neuf, des essais ont déjà eu lieu. Toutefois, il appartient à la logique décrite ci-dessus, que tous ceux qui essaient d'ouvrir le dialogue se retrouvent lapidés par les hardliners de leur propre camp, ceci peut être aussi bien : le premier secrétaire du SPD Sigmar Gabriel en janvier 2015 lors d'une discussion avec le représentant de Pegida à Dresde ou le chef-bourgmestre vert de Tübingen Boris Palmer.

Toutefois, il nous reste à espérer que ces pionniers sur des terres encore inexplorées voient un jour une descendance suivre leur chemin avec plus de réussite.

Idéalisme pragmatique ou rigoureux

Peut-être le camp des mass-médias devraient commencer à réfléchir que cet optique rigoureuse pourrait justement finir par leur être contraproductive. En effet, à quoi servirait de prendre la défense d'une politique migratoire qui verrait l'arrivée de partis populistes au pouvoir, ce qui mettrait d'autant plus à mal la politique d'accueil dudit pays. Peut-être même jusqu'à la suppression de toute politique d'accueil. Dans la politique d'accueil, le contraire de "bien" n'est pas "mal", mais " bien intentionné ". Au lieu d'un idéalisme hardcore, nous avons besoin de pragmatisme, en suffisance afin de pouvoir permettre la meilleure politique d'accueil possible que notre pays peut se permettre de mener. Toutefois suffisamment idéaliste sans que ce pragmatisme ne se transforme en cynisme ou en résignation.

L'ancien directeur du département Europe et Eurasie" d'Amnesty International", John Dalhuisen qui quitta son poste après 10 ans de service car selon lui, l'idéalisme sans compromis de ces anciens - et toujours considérer de son point de vue comme très honorables - collègues, l'amena à cette phrase : il n'a pas été amené à travailler dans les droits de l'homme pour poursuivre un idéal, mais pour que possiblement un maximum de ces droits soient mis en place et respectés.

Avec ceci, je ne vois pas que dire de plus.
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Raymond75 12 septembre 14:19
    Il faut mettre fin aux discours idéologiques et aux bêtisiers moralistes, mais aborder de façon rationnelle le problème de l’immigration :

    * Les demandeurs d’asile doivent être mis en résidence le temps d’examiner leur demande. Plus de moyens doivent être mis pour que ces demandes soient examinées correctement mais rapidement. Les déboutés doivent être internés avant expulsion.

    * Créer le statut de réfugié de guerre, qui ont vocation à retourner dans leur pays une fois la paix et la stabilité rétablies. Ceux qui s’estiment toujours menacés une fois la paix rétablie deviendraient demandeurs d’asile. Ces réfugiés seraient regroupés dans des camps financés par la Croix Rouge et l’ONU, bien traités et leurs enfants éduqués,

    * Comme au Canada, pays démocratique et état de droit, des quotas sont fixés et actualisés chaque année pour les besoins d’immigration économique : métiers en tension, diplômes en tension, besoins d’investissement, étudiants du supérieur. Toute demande doit faire l’objet d’un dossier préalable dans le pays d’origine, qui seul permet d’attribuer un visa. Un immigrant agréé sera aidé dans son intégration : cours de français, présentation de notre constitution et de nos lois, logement. Cela concerne les immigrations européennes et extra européennes.

    * Les migrants clandestins doivent être internés avant leur expulsion, sans limite de délai.

    * Les pays à l’origine des migrations doivent accepter le retour des clandestins. La France à les moyens de faire pression pour que la loi soit respectée.

    * Lutter contre le communautarisme, si nécessaire en imposant un concordat ou équivalent aux religions implantées depuis 1905 : islam et bouddhisme. Tous les prêtres doivent obtenir un diplôme français qui donne droit à exercer, et ils doivent employer la langue française.

    Faire respecter la constitution, la loi, et lutter contre celles et ceux qui refusent nos valeurs mais viennent vivre en France n’est en rien le signe de mauvais traitements ou de racisme : il s’agit seulement d’assurer la cohérence d’une société démocratique. Et faut il rappeler qu’aucune autorisation n’est nécessaire pour quitter la France si ce pays ne convient pas, ce qui est possible.

    • jakem jakem 12 septembre 15:03

      @Raymond75

      D’accord avec vos propositions !
      J’en rajoute une, inspirée de la demande récente ( et récurrente) de travailleurs étrangers dans certains secteurs : je pense qu’on pourrait accorder le droit à des « postulants à l’immigration » d’être travailleurs saisonniers, uniquement saisonniers, sans regroupement familial et uniquement s’ils ne sont pas clandestins. Ils toucheraient un salaire plein, sans déduction des cotisations, puis devraient rentrer. Et ne pourraient plus bénéficier de ce traitement l’année suivante.
      Ca éviterait de mettre des entreprises en danger par manque de main d’oeuvre et permettrait à des « postulants » de gagner bien plus que chez eux en assez peu de temps, sans être volés par les trafiquants.

      Et encore : pas de régularisation pour les clandestins, ni naturalisation de masse ou à l’usure.
      Pas de regroupement familial sans la fin de la procédure laquelle doit aussi déboucher sur un emploi.

      On peut envisager sereinement d’accueillir des immigrés, même avec leurs familles, pour un temps limité sans chambouler tous nos systèmes de santé, d’éducation, etc...à condition de ne pas être naïf et droit-de-l’hommiste. Il conviendrait de leur faire signer un contrat civil et juridique bilingue et sans négociation.

      En revanche imposer un Concordat ne me semble pas approprié. Pourquoi aux boudhistes ? ils n’emmerdent personne.
      Les seuls qui posent problème c’est les musulmans, dont seule une infime fraction peut-être considérée comme assimilable.

      Par ailleurs ce Concordat donnerait des droits particuliers sur tout le territoire alors que le christianisme et le judaïsme en sont privés.

      Ce n’est pas à la République française de s’adapter à l’islam mais l’inverse.



    • Cateaufoncel3 12 septembre 17:22
      @jakem

      « Ils toucheraient un salaire plein, sans déduction des cotisations, puis devraient rentrer. »

      J’aurais une idée un peu différente. Ils auraient le gîte, le couvert, des habits de travail, un peu d’argent de poche, et à la fin de la saison, un pécule équivalant à quelques années du salaire moyen dans le pays d’origine.

    • OMAR 12 septembre 17:31
      Omar9
      .
      @Raymond75 : "Les déboutés doivent être internés avant expulsion...« .
      .
      Pourquoi les interner puis les »expulser".
      .
      N’est-ce pas plus simple que ces déboutés soient reconduits dans leur pays le jour même où il seront informés du rejet de leur demande d’asile ?
      .
      Pour la procédure de reconduction, ne vous en faites pas, les autorités compétentes la maîtrisent techniquement et juridiquement, parfaitement...

    • jakem jakem 12 septembre 17:39

      @Cateaufoncel3

      Non, on devrait les rémunérer correctement sans tricher ni profiter d’eux.

      Nous avons le droit et le devoir de nous protéger en imposant nos règles et nos lois mais nous ne devons pas devenir des négriers.

      Resterait à trouver des solutions pour l’hébergement etc mais je ne vais continuer à imaginer, spéculer et supposer. C’est de toute façon de la fiction.

    • Cateaufoncel3 12 septembre 17:53

      @jakem

      « Non, on devrait les rémunérer correctement sans tricher ni profiter d’eux. »


      La rémunération serait correcte, mais le gros de la somme leur serait remis au moment du départ. Plutôt que pécule, j’aurais peut-être dû écrire capital. Je précise avec des chiffres fantaisistes :

      - un salaire de 1200 heures, 200 euros d’argent de poche, 9 000 euros au bout de neuf mois, 10 000 pour celui qui a épargné sur son argent de poche. Avec possibilité de retour tous les trois ans... 

      Je peux omettre un ou deux détails, mais, a priori, ça me paraît assez séduisant. En rentrant, le type peut jouer au roi du pétrole, ou investir dans une petite affaire.

      « Resterait à trouver des solutions pour l’hébergement... »

      Des containers sont recyclés en bureaux utilisables en été comme hiver.

    • Raymond75 12 septembre 22:54
      @jakem

      « Pourquoi aux bouddhistes ? ils n’emmerdent personne. »

      Ils n’emmerdent personne en France car ils sont ultra minoritaires, mais il n’en est pas de même en Inde ou en Birmanie ... Toute religion quand elle devient importante a vocation à emmerder le monde, puis à l’opprimer.

    • jakem jakem 13 septembre 07:42

      @Raymond75

      Cher Raymond, je vis en France et n’ai pas du tout l’intention de m’installer en Asie.

      Quant à l’emprise totalitariste de la religion majoritaire, c’est votre point de vue ; le mien est différent.

    • Cateaufoncel3 12 septembre 17:18
      « Allemagne, Chemnitz, Köthen... Et après ? »

      C’est facile à prévoir : davantage d’homicides, davantage d’exaspération, et davantage de votes AfD !

      • OMAR 12 septembre 17:37
        Omar9
        .
        Ah, parce que vous croyez que sitôt le problème migrant résolu, les cibles de l’extrême-droite, du racisme et de la xénophobie vont disparaitre ?
        .
        Au minimum, ça sera le (re) tour des rares juifs qui subsistent en Allemagne :

      • bébert 13 septembre 09:19

        @OMAR
        Tiens , tu te soucies des juifs maintenant , alors que tous les jours ici tu leurs craches dessus. C’est juste pour justifier que tes potes Muzzs envahissent l’Europe et que dés qu’ils ont mis un pied sur le territoire , ils commencent leurs exactions . Tu peut faire et dire ce que tu veux , les faits sont là et tes copains sont de vulgaires barbares. A nous tu peux reprocher notre passé colonial , mais pas aux allemands , alors , quels sont tes arguments.


      • OMAR 13 septembre 10:53
        Omar9
        .
        @bébert
        .
        Il est de notoriété mondiale que des ratés comme toi se reconnaissent dans ce parti qui justifie son existence par la haine qui voue aux étrangers, actuellement, les blacks et encore plus, les musulmans, même s’ils sont citoyens français.
        Actuellement, parce que auparavant, vous étiez plus antisémites que xénophobes, à l’image de votre boss, Jean-Marie le Pen,
        .
        Alors, vous auriez beau de lourder l’affreux Jojo, d’enlever la « Haine » du nom de votre parti, de cibler d’autres communautés dénuées de tout lobby ou de loi type « Gayssot » et d’aller lustrer les roubignoles des sionistes, rien n’y fera.
        D’abord, l’antisémitisme est dans votre sang, comme l’a prouvé Pollution Narine en allant valser avec les loups nazis en Autriche.
        .
        Puis, nos cousins sémites vous ont compris, en refusant vos carottes :
        .

      • bébert 13 septembre 11:27

        @OMAR
        Et ils font bien les anglais , c’est la seule parade légale qu’ils ont trouvé pour éloigner des barbares de ton genre , et qui prouve bien la stupidité des muzzs , qui on peur d’un animal inoffensif. Quant à la référence au nazisme que tu manies à tout bout de champs , tu en deviens ridicule , ton inculture crasse et ton manque d’imagination te fais retourner invariablement aux mêmes poncifs éculés . Tu me fais pitié.


      • Cateaufoncel3 12 septembre 18:31

        "Ah, parce que vous croyez que sitôt le problème migrant résolu, les cibles de l’extrême-droite, du racisme et de la xénophobie vont disparaitre ?« 


        J’ai laissé entendre quelque chose de ce genre ?


        Vous pouvez fournir tous liens que vous voudrez, je ne crois rien de ce que diffusent les médias, y compris ceux dont les idées sont proches des miennes, si je ne peux pas les vérifier sur une source qui me paraît sûre.

        • bob14 bob14 13 septembre 07:07

          Les Français se méfient des États-Unis de Trump et plébiscitent l’Allemagne...Normal c’est l’esprit collabo des Français qui pensent être toujours sous Pétain...
          L’éducation sexuelle à l’école sera encadrée par brigitte grande experte en la matière avec les ados...dernière nouvelle de la Macronie… smiley


          • zygzornifle zygzornifle 13 septembre 09:17

            Les derniers sursauts des anti-racistes qui seront balayés par la lame de fond de la migration effrénée ....


            • QiroreuR QiroreuR 13 septembre 09:39

              « L’éloquence des »globaliseurs« qui possèdent l’hégémonie sur les mass-médias n’a que peu évoluée envers les »citoyens inquiets« . Le barrage de feu moralisateur des mass-médias qui semble venir d’un autre monde semble ici faire ricochet. Pour faire court, les »citoyens inquiets« sont recevables aux arguments des positions adoptées par l’AfD, Pegida ou d’autres groupuscules de droite ou plus à droite encore dont les arguments sur le refus de discours est bien perçu. »


              C’est surtout que les citoyens « inquiets » ne comprennent pas qu’un pouvoir central leur impose des étrangers dont ils ne savent rien du passé et qui ont des moeurs aux antipodes des leurs. Quand en plus les meurtres sordides s’accumulent et qu’ils sont réduits à de, certes tragiques, mais banals faits divers, que les agressions physiques ou verbales sont quotidiennes et qu’en plus 100% des MSM délivrent le discours globalisateur qui caricature, ment en permanence et ostracise tout avis contraire à cette idéologie multi-cul en évoquant le retour des zeurs sombres, alors en effet, ces citoyens se retournent vers des formations politiques qui peuvent exploiter cette légitime colère. 
              Vous vous réjouissez d’un concert « contre le racisme » comme si les victimes réelles du racisme de ces « réfugiés » envers le peuple qui les a accueilli les bras ouverts passaient au second plan contre les risques d’actes racistes en réaction à cette violence. Ca me fait penser à ces réactions systématiques post-attentats : certains font passer leur crainte d’hypothétiques représailles contre leur communauté (qui n’arrivent fort heureusement jamais... nous ne sommes des tribalistes, nous) devant la compassion pour des dépouilles encore fumantes bien réelles, elles. 

              Les médias-menteurs hégémoniques ne changeront pas parce que ce serait se dédire, leur discours étant le même depuis des années, des décennies mêmes : « Ô bas peuple, soyez reconnaissants car votre culture inexistante va enfin pouvoir bénéficier d’un enrichissement formidable. Vous allez voir, tout va bien se passer. Par contre nous, nous allons nous sacrifier en nous privant - car oui, nous sommes généreux, le bien, le bon, le vrai, c’est nous - de cet enrichissement en nous réfugiant dans les quartiers qui en sont dépourvus. Non, ne nous remerciez pas, bande d’ingrats. » 

              La réalité est que le petit peuple est poussé à réagir et que les victimes de cette réaction ne seront jamais ceux qui leur ont imposé cette submersion. Tout cela arrange bien ce pouvoir : tant que l’immigré s’en prend au prolo et inversement, la lutte est horizontale et « tout va bien », cela alimente même l’appareil répressif : « Voyez le fascisme monte, il faut le combattre encore plus fort et faire taire toute contestation et limiter encore plus la liberté d’expression ». Tout cela finira très mal je le crains.

              • toma 13 septembre 11:25

                @QiroreuR
                Et le plus incroyable, une vidéo postée par un compte d’extrême gauche sur twitter est entrain de causé bien des dégâts, voir ici :


                Hans-Georg Maaßen est chef des Services Secrets allemands, il a après que le représentant CDU de Saxe se soit exprimer en ce sens, dit qu’il n’y a pas eu de chasse à l’homme, ni de pogrom, et que possiblement cette vidéo était un fake ; ---> dans le sens où à l’heure actuelle RIEN ne prouve que cette vidéo où des gens courent après d’autres gens, sans connaitre ni le lieu, ni la date, ni l’authenticité ni le nom de ces personnes, ET BIEN DEVINEZ quoi !!!

                Le SPD demande la démission de Maaßen ! Car il se serait exprimé contre les médias ! En effet, Maaßen reproche que sans AUCUNE vérification, les médias ait repris le titre de cette vidéo twitter, donc « Hetzjage gegen Migranten ! », chasse à l’homme contre des migrants. 

                Plus encore, le SPD menace de casser la majorité parlementaire, on croit rêver, car le problème est bien celui là, à l’époque des lois anti fake news, ici, il s’agit bien de cela et le SPD se permet de voir les faits à travers un prisme différent d’un seul coup. 

                L’autre problème est que Merkel a repris lundi en matinée de cette semaine les propos des journalistes, avant que son ministre de l’Intérieur, Seehofer, ne lâche un « J’aurai aussi pris par aux marches à Cehmnitz, évidement avec ces gens et pas avec le nazis », suivi dans la semaine d’un, « L’immigration est la mère de tous les problèmes »... Et ils sont du même parti Merkel et Seehofer, si si !

                Ici, soyons clairs, le SPD continue d’appliquer son plan où seul les extremistes socialos vont voter pour eux, autour de 10% au train où ca va, et le CDU / CSU est occupé à ratisser large, entre Merkel qui reste bien centre droite/gauche à la Macron, et Horst Seehofer en Bayern qui fait le dur pour ne pas laisser trop de champ à l’AFD. 

                On nous prend pour des boeufs dans ce pays. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès