• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Allemagne : un géant ?

Allemagne : un géant ?

Ou un colosse aux pieds d'argile ?
       Angela (ou plutôt les intérêts qu'elle représente) fait la leçon.
 Comme si elle était die Lehrerin de l'Europe, la grande donneuse de leçon, qui donne aussi des bons points à Manu...
 Sans être aussi agressif que Mélenchon (Maul zu, Frau Merkel ! Frankreich ist frei. Occupez-vous de vos pauvres et de vos équipements en ruines !), on peut à juste titre s'étonner de l' ingérence de la première dame dans les affaires intérieures de ses voisins.
   Elle pourrait aussi balayer devant la Chancellerie...

 Mais que fait Bruxelles, paralysée et frappée de cécité ?
    Tout porte à croire que l'Allemagne serait désireuse de sortir d'une union désunion monétaire quelle traîne comme un boulet , du haut de son Mark surévalué et dominant par rapport à ses voisins-partenaires vassalisés. Mais ce serait trop risqué pour ses vitales exportations. Tous se tiennent par la barbichette.
 De nombreuses interrogations demeurent sur le modèle allemand.
Des Allemands de premier plan, n'hésitent pas à poser des questions qui fâchent, constatant que la politique économique de leur pays glisse maintenant vers une sorte de consensus de Berlin (après celui de Washington), une sorte de  fédéralisme disciplinaire, pire, une hégémonie allemande de fait, comme le redoutent Ulrich Beck (1), Joschka Fisher, Helmut Schmidt. Ferdinand Fichtner a fait aussi entendre une voix discordante au pays d'Angéla, qui se berce un peu d'illusions...  
 Une Allemagne à contresens ? Une hégémonie que résume ainsi Mme Lagarde, adepte du dumping salarial : " « L’Allemagne a accompli un excellent travail au cours des dix dernières années, en améliorant la compétitivité, en exerçant une forte pression sur ses coûts de main-d’œuvre."

 Si le fédéralisme politique peut être l'horizon de certains européens, notamment à l'origine du projet, et pour certains commentateurs, dans les conditions actuelles, on peut s'attendre qu'il mène au  délitement de l'idée européenne. l'idée d'une souverainété "partagée" ne pouvant exister que s'il y a un minimium de règles communes et de solidarité entre les membres, malgré leur inégalité de développement.
  Si l'Allemagne apparaît comme un géant économique, c'est un géant de pacotille, ou un colosse aux pieds d'argile, comme l'estime Marcel Fratzscher  ou Olaf Gersemann, chef du service Economie du quotidien "Die Welt". Pour lui, son pays risque de devenir l'homme malade de l'Europe..
 La question se pose : et si l'Allemagne était un très mauvais élève ? 
Quoi qu'en dise die Lehrerin...qui vient d'annoncer que les retraites ne seront bientôt plus assurées
Que chacun se débrouille !...même les pauvres.
    Le défi démographique reste une menace qui plane sur une république de plus en plus gérontocratique.
     "Au plus tard au début de la prochaine décennie, le nombre de retraités va commencer à augmenter (...) et les retraites devront être payées par des générations beaucoup moins nombreuses".
 L' Allemagne ne s'endort-elle pas dangereusement sur son avenir ?.. 
 
 Die Deutsch-land-Illusion, appelle à "ne pas se reposer sur ses lauriers". D’inspiration keynésienne, il fustige un "fétichisme budgétaire"et un "modèle faussement rassurant". Son auteur, Marcel Fratzscher, président de l’institut DIW, appelle le pays à investir et consommer. Pour lui, les lois Hartz ont fait exploser précarité et pauvreté.
A droite comme à gauche, les experts veulent que l’Allemagne bouge : le pays vieillit à toute vitesse et, vers 2045, il sera moins peuplé que la France. A l’extérieur aussi, la pression s’amplifie. Même le très libéral The Economist vient d’enjoindre la chancelière "à construire des ponts et des routes". Les Allemands, eux, restent frileux, mais satisfaits. Angela Merkel est toujours leur personne politique préférée : 79% sont satisfaits de son travail. Et le troisième sur le podium est Wolfgang Schäuble. Le père la rigueur.
 Que sera demain l'apparente sérénité d'Angela ?
 Achtung !
 Personne n'a intérêt à voir l'Allemagne régresser.

Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 8 décembre 2014 11:09

    Nous en reparlerons dans moins d’un an sur la position dominante d ce pays.. ?


    • Daniel Roux Daniel Roux 8 décembre 2014 11:13

      Il existe un malentendu dans notre monde actuel.

      Les financiers maîtres du monde veulent accaparer le maximum de richesses. Après avoir ruiné les pays développés et pillés les pays pauvres, ils cherchent de nouvelles sources de revenus.

      Les déficits budgétaires causés notamment par le paiement des intérêts empêchent les états de passer plus de commandes commerciales et militaires aux multinationales dont les maîtres du monde sont les actionnaires. C’est ce qu’on nomme l’austérité.

      Il faut donc dégager de nouvelles ressources pour les commandes d’état. Les classes moyennes et pauvres sont donc mises à contribution par la baisse des salaires, des retraites, des indemnités de toutes sortes.

      De leur point de vue, l’Allemagne est un exemple à suivre, notamment par la France.

      Cela explique que tous ceux qui servent les maîtres du monde contre notre beau pays soient également de grands admirateurs du pays teuton comme ils le sont des pays anglo-saxons.


      • César Castique César Castique 8 décembre 2014 11:13

        «  Comme si elle était die Lehrerin de l’Europe, la grande donneuse de leçon... »


        C’est quand même qui tient le chéquier par le manche, et elle le rappelle de temps à autre. En particulier aux pays du Club Méd’...

        L’occasion est bonne de signaler à ceux qui nient les identités nationales, que les principales difficultés de l’Europe, sont de nature anthropologique.

        A mon avis, ça finira par se savoir.

        • Le421... Résistant Le421 8 décembre 2014 17:36

          Une petite confusion entre l’Europe et le IVème Riech...

          C’est pas comme ça que ça devrait marcher en tous cas.
          On avait voté « non » en 2005, non ??
          Bon, d’accord, l’Empereur Nabot 1er s’est assis dessus...


        • jalin 8 décembre 2014 12:02

          C’est tout de même Mitterrand et la haute fonction publique française qui ont demandé la monnaie unique en échange de la réunification allemande, en croyant faire une bonne affaire. C’était évidement complètement idiot de mettre 16 pays dont la France dans une monnaie gérée sur le modèle ordolibéral du Mark, sans budget commun digne de ce nom et sans gouvernance économique démocratique. Les seuils de déficit et de dette, c’est encore des hauts fonctionnaires français qui nous ont sorti ça du chapeau...


          • cathy30 cathy30 8 décembre 2014 12:04

            Effectivement nous sommes un peu au dessus de l’Allemagne sur la démographie. Mais à quoi cela nous sert, les forces vives de la France vont travailler à l’étranger !


            • jalin 8 décembre 2014 12:25

              Je suis moi même en Allemagne, revenir en France devient compliqué d’y trouver un boulot et dans le meilleurs des cas ce serait payé 20 % moins...


            • titi 8 décembre 2014 17:12

              « Effectivement nous sommes un peu au dessus de l’Allemagne sur la démographie. »

              Très important au contraire : aux 17è, 18è et 19è plus le pays était peuplé plus il pouvait lever de divisions pour aller envahir son voisin.

              A mais oups... on est au 21è et on n’envahit plus nos voisins... alors oui, ca ne sert à rien.


            • Le421... Résistant Le421 8 décembre 2014 17:33

              Un salaire français de 2.046,55 € correspond à un salaire de 2.537,84 € en Allemagne. En effet, pour ces deux salaires bruts, le net sera de 1.500 € après impôts.

              Prenons maintenant l’exemple d’un employé travaillant à temps plein qui n’est pas marié et n’a pas d’enfants à charge :

              • En France, cet employé devra avoir un salaire mensuel brut de 1.317,83 € pour un salaire net de 1000 € après impôts
              • En Allemagne, il lui faudra un salaire brut de 1 426,48€ pour le même montant net (s’il se déclare non rattaché à une église ; s’il se déclare rattaché, il lui faudra 1449,52 € en brut pour le même net)

              Ainsi, un français établi en Allemagne désirant retourner travailler en France, pourra consentir à une baisse d’environ 20% de son salaire brut tout en restant au même niveau de salaire net après impôts.

              Un simple copier-coller

              http://www.connexion-emploi.com/fr/a/salaire-du-brut-au-net-en-france-et-en-allemagne-les-differences

              Bon, après, on peut dire que ce n’est pas vrai et tout va mieux !!  smiley


            • ZEN ZEN 8 décembre 2014 18:09

              Le 421
              Il faut comparer ce qui est comparable
              Dans l’industrie, les salaires de cadres allemands sont en général supérieurs
              Mais dans les services, c’est autre chose...C’est parfois le minimum vital.
              Les femmes, et surtout les femmes seules, sont particulièrement défavorisées


            • cathy30 cathy30 9 décembre 2014 09:32

              le 421

              avez vous penser seulement que l’étranger offre plus de travail que la France, avec une plus grande flexibilité pour les chefs d’entreprise ?

            • bourrico6 9 décembre 2014 16:00

              avec une plus grande flexibilité pour les chefs d’entreprise ?

              Et quel est le corolaire de ça ?

              Mais pas un mot sur le niveau de vie ni rien, les seule chose qui importe c’est du travail (payé ou non, c’est sans importance visiblement), et la « flexibilité » pour les chefs d’entreprises, ce qui revient à la précarité généralisée pour les employés.
              Essayez de vous projeter dans l’avenir quand vous ne savez pas si vous aurez encore un boulot le mois prochain, essayez d’avoir un crédit.

              Tout ça pour dire que ta promotion de l’esclavage, tu peux te la rouler en pointe et t’assoir dessus.


            • ZEN ZEN 8 décembre 2014 13:19

              Bonjour,
              Le papier ne se ramène pas à des différences salariales (quid d’ailleurs des lois Haartz et de la stagnation des salaires moyens ?) ni à un question démographique, qui ne pourra jamais être compensée par l’immigration.
              Il faut écouter comment des Allemands parlent de leur pays, dans le Welt ou ailleurs, sur des questions beaucoup plus fondamentales.
              Voir les liens


              • soi même 8 décembre 2014 14:03

                Salut Zen, vous savez petitement que la période des Titans sont reléguer à ! remettre aux calendes grecque
                Cette question est une face où un acte à informer les béotiens ?


                • ZEN ZEN 8 décembre 2014 14:09

                  On s’inquiète Outre-Rhin des fissures qui commencent à affecter non seulement les ouvrages d’art et les autoroutes délibérément non entretenus depuis des années, mais surtout de celles qui commencent à toucher l’unité fédérale...


                  • totor101 totor101 8 décembre 2014 15:51

                    la force de l’Allemagne c’est un état d’esprit qui vient du XIIIème siècle et du roi Frederic II de prusse !
                    « der chef hat gesagt » (le chef a dit) et tout le monde la ferme et obéit ! !


                    • BA 8 décembre 2014 15:55

                      En Allemagne, le Handelsblatt est le plus important journal économique.

                      Le Handelsblatt a fait ses calculs : la dette publique de l’Allemagne est de 7000 milliards d’euros.

                      Lisez cet article :

                      L’énorme dette cachée de l’Allemagne.

                      « La vérité », titre le Handelsblatt qui coupe court à la présumée parcimonie de l’Etat allemand, des chiffres faramineux à l’appui. 

                      Officiellement, la dette allemande en 2011 est de 2 000 milliards d’euros. Mais ce n’est qu’une demi-vérité, car la majeure partie des dépenses prévues pour les retraités, les malades et les personnes dépendantes ne sont pas inclues dans le calcul. D’après des nouveaux chiffres, la véritable dette se chiffre en 5 000 milliards d’euros supplémentaires. 

                      L’Allemagne serait donc endettée à hauteur de 185 % de son produit intérieur brut et non pas 83 % comme officiellement annoncé. Par comparaison, la dette grecque devrait être de 186% du PIB en 2012, et la dette italienne est actuellement de 120%. Le seuil critique au-delà duquel la dette écrase la croissance est de 90%. 

                      Depuis son arrivée au pouvoir en 2005, Angela Merkel, « a créé autant de nouvelles dettes que tous les chanceliers des quatre dernières décennies réunis », remarque l’économiste en chef du quotidien économique. "Ces 7 000 milliards d’euros sont un chèque sans provision que nous avons signé et que nos enfants et petits enfant devront payer."

                      http://www.voxeurop.eu/fr/content/news-brief/981331-l-enorme-dette-cachee-de-l-allemagne



                      • volpa volpa 8 décembre 2014 16:43

                        Les incapable français jalousent la réussite économique de l’Allemagne qui a été obligée d’absorber la RDA.

                        Eux, même s’ils ne sont pas parfaits, n’engraissent pas des énarques et autres couillons.


                        • ZEN ZEN 8 décembre 2014 16:52

                          Volpa
                          Nos amis d’Outre-Rhin ont aussi leurs couillons... smiley
                          Attention aux mythes !


                        • ZEN ZEN 8 décembre 2014 17:02

                          Et l’OCDE ne semble pas tomber dans le mythe...
                          Il faut cesser de regarder TF1


                        • volpa volpa 8 décembre 2014 22:47

                          Bonjour ZEN,

                          Je ne regarde pas TF1.

                          Pas plus tard que ce soir des fabricants de machines outils déploraient l’embargo avec la Russie.( vu à la télé)

                          En France il n’existe pour ainsi dire pas de fabricants de ce type de matériel.


                        • volpa volpa 8 décembre 2014 22:54

                          ZEN,

                          Désolé, Ich spreche kein Deutsch


                        • totor101 totor101 9 décembre 2014 11:53

                          il n’y a PLUS de fabricants de machines outil !
                          cette branche a été sabordée des les années 70.......


                        • bourrico6 9 décembre 2014 16:03

                          Eux, même s’ils ne sont pas parfaits, n’engraissent pas des énarques et autres couillons.

                          Chacun engraisse ses propres porcs, faut pas rêver ni nous prendre que pour des cons.
                          Et quand bien même, je répondrais qu’ils dégraissent leur population pour maintenir leur niveau de gras.
                          Le pays est peut être « riche » mais la population morfle, c’est avec ce genre de mentalité qu’on en arrive à soutenir des dictatures, on s’enrichit avec une dictature, peu importe si c’est sur le dos de la populace.


                        • ZEN ZEN 8 décembre 2014 16:46

                          La somme est kolossale !
                          Il s’agit d’un calcul de la dette implicite générationnelle
                          Mais cela remet en question le mythe de la rigueur d’une chancelière qui a elle-même beaucoup eu recours à la dette, si on en croit le Handelsblatt.
                          Le Handelsblatt n’est pas le Bild et n’a rien de gauchiste...


                          • titi 8 décembre 2014 16:54

                            La crise dure depuis 2008, et ça fait depuis 2008 qu’on nous prédit la fin du modèle Allemand, et l’avènement du modèle Français dans la lumière de la vérité éclatante.

                            6 ans déjà et les lendemains qui chantent tardent à venir.

                            Mais cette prophétie s’accomplira : aussi vrai, qu’une horloge en panne donne l’heure juste deux fois par jour.
                            Mais d’ici là jusqu’où sera descendu notre pays ?


                            • sylvie 12 décembre 2014 18:55

                              titi, a crise est née en 1973



                            • Le421... Résistant Le421 8 décembre 2014 17:26

                              Personne n’a intérêt à voir l’Allemagne régresser.

                              Et pourtant, à force de trop faire « les cons », c’est bel et bien ce qui va leur arriver.
                              Leur croissance se casse la gueule, leur taux de pauvres ne cesse d’augmenter et a même dépassé celui de l’hexagone, ils sont obligés de recourir à une immigration importante payée à la cerise pour assurer le boulot.
                              On les a tellement vanté depuis des décennies qu’ils sont remplis de morgue et de leçons à donner.
                              Et il n’y aura que quand ils seront bien dans la merde qu’ils corrigeront peut-être le tir.
                              Et là, comme pour la réunification allemande, les pays européens cracheront au bassinet sans sourciller alors qu’il faudrait à notre tour leur faire rendre raison.
                              Seulement, nous n’avons pas cette suffisance arrogante des teutons.
                              Mon point de vue.
                              En attendant, dans « Des paroles et des Actes », la député allemande faisait bien ressortir ce côté donneur de leçon propre à la CDU. Du pain béni pour ceux qui veulent quitter l’Europe, ce genre de réaction. Quoique je verrais bien la France faire comme l’Angleterre,toucher des subventions sans participer. Leurs dirigeants ont juste dit : « C’est comme ça et pas autrement, sinon, on se barre !! »


                              • titi 8 décembre 2014 17:52

                                « Et il n’y aura que quand ils seront bien dans la merde qu’ils corrigeront peut-être le tir. »

                                Je pense que oui. Quand ils seront dans la merde ils changeront.
                                C’est toute la différence avec la France...

                                « En attendant, dans « Des paroles et des Actes », la député allemande faisait bien ressortir ce côté donneur de leçon propre à la CDU »

                                C’est l’hôpital qui se fout de la charité.
                                Je vous rappelle quand même qu’il y a quelques temps Hollande a essayé de faire passer ses Eurobonds... c’est à dire demander à l’Allemagne de payer pour nous.
                                Avouez qu’ils ont quelques circonstances atténuantes.


                              • Jean 11 décembre 2014 19:21

                                effectivement l’Allemagne va se casser la gueule, par chance elle ne dispose de quasiment plus d’armée, nous on a smiley


                              • joletaxi 8 décembre 2014 20:24

                                l’Allemagne joue les fiers à bras,et cela énerve
                                faut pas
                                juste patienter
                                ils ont les écolos les plus crétins du monde, et à l’allure où ils mènent leur transitude énergétique, faudra pas attendre longtemps pour que cela mette en faillite leur industrie.
                                Pas mal d’industriels commencent à ruer dans les brancards, même leur ministre de l’économie, mais il est trop tard, ils vont aller au bout de leur fantasme,
                                Pourvu que l’on garde un franc retard sur la poursuite de leurs idioties ;mais avec les flèches au gouvernement, c’est pas sur.
                                Eon ,un de leur géant de l’énergie va essayer de fourguer leur branche, électricité « fossile », car ils s’attendent à un carnage dans le secteur,et vont miser à fond sur la garantie de fructueux revenus dans le renouvelable.D’ici 5 ans, toutes les centrales flammes auront fermé, à moins que le gouvernement ne les subsidie aussi.Le kw, est à 20 centimes, d’ici 5 ans il aura doublé, vivement qu’on ferme les centrales nucs, et que l’on imite nos amis teutons.


                                • alinea alinea 9 décembre 2014 11:23

                                  Madame Lagarde n’est pas allée faire de la spéléo dans les anciennes mines où sont cachées des tonnes de déchets nucléaires !!!


                                  • Claude Simon Gandalf 14 décembre 2014 13:06

                                    Pour info, l’objectif d’équilibre budgétaire de Merkel est le même que la république de Weimar.

                                    Sauf que Merkel a externalisé à l’Europe le chômage qu’une telle absurdité engendre, du moins si l’on est porté à croire qu’il s’agit de travailler pour assurer sa démographie.

                                    Ils ont, comme une vision trop mécaniste de l’économie.

                                    Cependant, il est préférable de composer avec eux, car finalement on ne leur reproche que ce qui nous différencie, la France par rapport à l’Allemagne. La mitigation des points forts des deux pays est souhaitable afin de faire perdurer le couple franco-allemand.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité