• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Alpha Classics : Trois disques à emporter

Alpha Classics : Trois disques à emporter

Pour Alpha Classics, la dynamique des sorties discographiques est au beau fixe, avec un catalogue élargi et une offre qui s’ouvre à presque toutes les musiques. Retour bref sur trois projets baroques sortis ces deux derniers mois et qui tutoient l’excellence.
 

Une voix, un luth, pari risqué a priori. Mais le récital de Roberta Mameli était fort attendu après les échos positifs du concert donné cet été au Festival Muse Salentine. Déjà dans de précédents projets avec la Venexiana notamment, Roberta Mameli sublimait les partitions de Cavalli et Monteverdi, laissant déjà une empreinte forte, témoignage d’une vraie personnalité. 2017 la retrouvait aussi en remplaçante convaincante de la soprano argentine Mariana Flores pour congé de maternité dans Il diluvio universale de Michelangelo Falvetti.

Accompagnée au luth par l’excellent Luca Pianca, la soprano revisite des pages du début du Seicento, allant de Giulio Caccini à Claudio Monteverdi en passant par Sigismondo d’India. Et force est de constater que l’exercice est réussi bien au-delà des attentes. Le soprano de Roberta Mameli a mûri incontestablement et ce grain de voix si personnel, si reconnaissable — à rebours des voix féminines lisses et conventionnelles qui semblent être la norme aujourd’hui —, fait sens à chaque plage du disque. Et au-delà de la voix, quelle appropriation du texte ! Quel art du récit ! Chaque mot, chaque affect est incarné (écoutez le Lamento di Didone de D’India) et rêverait un tel traitement à chaque fois qu’il est possible de chanter ce répertoire. Heureusement, Roberta Mameli le fait ici avec une maestria envoutante.

_________
1 CD Alpha Classics/Outhere Music (Alpha 291)
 

C’est une autre soprano, Chantal Santon-Jeffery, qui est mise à l’honneur et qui met à l’honneur Alessandro Stradella sous le prisme dramatique avec des extraits d’oratorios et d’opéras. La soprano bénéficie d’un magnifique écrin instrumental pour les trois oratorios et deux opéras choisis grâce au Galilei Consort de Benjamin Chénier qui s’était déjà distingué l’année passée avec un très beau disque Rovetta (Alpha Classics aussi).

Depuis quelques années, la musique de Stradella bénéficie d’un traitement discographique qui ne ressasse pas seulement sa biographie aventureuse mais met en avant ses indéniables qualités de compositeur. Le travail d’Andrea de Carlo (Mare Nostrum) est à ce propos le dernier grand projet en date (Arcana). Le choix du Galilei Consort est donc salutaire à bien des égards. D’autant que le disque est un véritable plaidoyer pour connaitre cette musique à l’inventivité renouvelée compte tenu de la variété des scènes extraites. Le chant sensible de la soprano — auquel on ajouterait sans rechigner une diction parfois plus claire — n’est pas en reste ; ainsi en est-il du désarmant récit et air Del Che più tardi…Queste lagrime e sospiri tiré du San Giovanni Battista. Chantal Santon-Jeffery nous fait aussi redécouvrir toute la puissance de l’air de La Susanna Da chi spero aita, o cieli, interprété un cran au-dessus encore de la paire Emanuela Galli/Ensemble Aurora (Glossa). Voilà donc un disque indispensable à ajouter dans la discographie Stradella.

_________
1 CD Alpha Classics/Outhere Music (Alpha 297)
 

Enfin, le dernier disque nous emmène au siècle suivant dans la Rome des cardinaux Benedetto Pamphili et Pietro Ottoboni. Si l’on connait de mieux en mieux la musique pour violon de cette époque, il n’en est pas de même pour le violoncelle. Marco Ceccato et son Accademia Ottoboni ont pour l’occasion sélectionné des compositeurs peu ou pas connus (Boni, Amadei, Haym, Perroni, Costanzi, etc.).

Et c’est une surprise plutôt d’agréable que nous révèle l’écoute de ce disque très attachant. On reconnaitra ci-et-là l’influence délicieuse de Corelli (notamment les sonates de Perroni) mais, surtout, on ne s’ennuie pas d’un bout à l’autre, ce qui n’est pas toujours gagné avec un disque de sonates italiennes. Le son de Marco Ceccato est chaleureux, le coup d’archet est impeccable, prouvant qu’il est actuellement un excellent violoncelliste baroque, doté d’une technique et d’une sensibilité au service d’un groupe à l’entente parfaite. Une découverte totale et bienvenue !

_________
1CD Alpha Classics/Outhere Music (Alpha 368)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    



    • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 20:10

      @Ratatouille
      si pub laisser quelques secondes et ça démarre sur une voie de rêve ,que dit-je divine ,sublime ,magnifique ,bref trop bien qui fout les boules à mort sa race.



      • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 20:05
        New Il Violoncello del Cardinale

        Accademia Ottoboni, Marco Ceccato

        écoute gratuite extrait.

        https://www.prestoclassical.co.uk/classical/products/8345352—il-violoncello-del-cardinale


        • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 20:22

          ma seconde épouse était contralto ,les engueulades à la maison je te dit pas le volume,je sait pas si j’avais encore les pieds qui touchait le sol ,elle est morte elle aussi ,l’oreille absolut en + ,quelle folie avec elle,je son je connait maintenant.adieu isabelle
          .

          Contraltotype de voix féminine

          Dans la musique classique occidentale, un contralto est le type de voix féminine dont la tessiture est la plus grave. L’étendue de la voix de contralto (le plus souvent du fa2 au fa4) correspond, une octave plus haut, mais avec le même timbre, à la voix de baryton-basse. L’abréviation alto n’est pas tout à fait synonyme de contralto : l’alto désigne plus précisément un type d’emploi dans les chœurs, tandis que le contralto fait référence à une voix de soliste. Les deux termes néanmoins sont souvent...


          • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 20:46

            @Ratatouille
            dans le même gabarie physique avec un caractère de pit bull ,dans 10 m² ça rend mieux,les murs sont pas fier.

            Marie-Nicole LEMIEUX, « Cruda Sorte » de Rossini

          • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 23:42

            @Ratatouille
            issus d’une famille riche elle m’avais menacer de mettre un contrat de mort sur ma tête,je dormais dans une autre chambre de notre grande maison avec un couteau de cuisine à la main .j’ai mis 1000km de distance après notre divorce pendant 10 ans.la musique ça peut tourner abominablement dramatique,le délais de carence c’est 15 ans.


          • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 21:33

            Un bon vieux slim gaillard ,pour remettre les choses en place
            le seul remède à l’horreur qu’est la musique qui vous déchire l’âme en mille morceaux.
            https://www.youtube.com/watch?v=FZnjfhvmgyE&feature=youtu.be





                  • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 22:17

                    bon j’ en ai marre
                    1971 Gong - Obsolete Dashiell Hedayat 
                    https://www.dailymotion.com/video/xxcv8m


                    • Ratatouille Ratatouille 9 novembre 23:59

                       il est super cet article ,personne viens te maltraiter,une solitude appréciable,
                      une plage de sable d’expression dans un monde de fureur .  smiley


                      • Ratatouille Ratatouille 10 novembre 00:21

                        rassurant et énergétique le morceau 03-Kosmos album 1995 - Menda du groupe APTEKA pose sur ton cœur une douceur de pin vert apaisant ,une légèreté montagnarde vivifiante et simple ,soutenu ,accent du nord .  


                        • Ratatouille Ratatouille 10 novembre 01:07

                          xiame (xiame) : la force intense de l’amour ,la douceur et le parfum des plante tropicale ,un album parfait ,subtil et complexe comme un bon vin français ,je ne sais pas, bourgogne peut-être à vous de voire
                          choro de uma crianca
                          flor da terra
                          gone but still here
                          guaratiba
                          i can’t stand the pain
                          muito swer
                          nosso destino
                          rio de janeiro
                          rpund midnight
                          um brasileiro em berlin
                          xiame .
                          xiame

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires