• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Anachronisme et mémoire sélective : les nouveaux maux du siècle  (...)

Anachronisme et mémoire sélective : les nouveaux maux du siècle  ?

L’histoire est une discipline bien compliquée à enseigner, à tel point qu’un pays comme la France laisse désormais germer dans les esprits des contre-vérités nourris par des anachronismes et une lecture idéologique. C’est ainsi que le Cran (Conseil représentatif des associations noires de France) soutient qu’il est impératif de débaptiser toutes les institutions scolaires nommées Colbert. Le ministre de Louis XIV serait un affreux négrier qui couvrirait de honte notre pays et sa mémoire. Une mémoire bien sélective et communautarisée qui n’est pas sans susciter des problèmes. 
 
Enseigner l’histoire, c’est prendre parti et faire un choix parmi les nombreux faits et péripéties rencontrés par les peuples au cours de leur cheminement parfois plurimillénaire. Des villes communistes veilleront à ériger des places au nom du colonel Fabien et de Karl Marx. D’autres villes à l’histoire marquée par la traite négrière auront tendance à avoir une rue dédiée à des marchands comme Jules Masurier et Guillaume Grou. Les mémoires diffèrent, mais se rassemblent autour de grands personnages qui ont marqué l’histoire de France de leur empreinte. 
 
Jean-Baptiste Colbert, contrôleur général des Finances de Louis XIV, fait partie de ces grands noms qui ont su traverser les régimes et l’histoire pour se retrouver sur le fronton de collèges et de lycées lorsque ce n’est pas sur le panneau de certaines rues. Pourtant, l’œuvre de ce grand serviteur de l’État est aujourd’hui instrumentalisée par le Cran sous prétexte qu’il serait l’instigateur du Code noir et donc père d’un crime contre l’humanité. Cette lecture de l’histoire pour le moins surprenante est issue d’une petite minorité d’activistes communautaires et la polémique sur Colbert est née au cœur de l’été, lorsque l’actualité se fait moins riche et que l’instrumentalisation de l’histoire et des mémoires a plus de chance de faire la Une des journaux. 
 
Alors qu’il n’a jamais été question d’enterrer la réalité du Code noir, le Cran voudrait faire croire que l’œuvre de Colbert se résume à un texte horrible et dont le jugement est fait par des hommes qui vivent plus de trois siècles après sa rédaction. L’homme d’aujourd’hui juge celui d’hier et à ce jeu-là peu nombreux seraient ceux qui auraient encore le droit d’avoir une rue à leur nom. Ainsi, Victor Hugo, Voltaire ou encore Léon Blum ont tous eu des propos que l’on peut juger inqualifiables sur les Africains et/ou les Juifs. Des propos qui font désormais polémique, mais qui ne sont que leur reflet de leurs époques et qui ne représentent pas l’ensemble de leur immense œuvre littéraire ou politique. Si Colbert doit être déboulonné alors des centaines d’autres noms sont condamnés à la déchéance et à l’opprobre.
 
« Femmes de réconfort » ou la mémoire sélective à l’échelle d’une nation
 
Pourtant, personne ne remet (encore) en cause la place d’un Victor Hugo. Certains monuments sont-ils plus facilement attaquables que d’autres ? Mais le CRAN n’a pas le monopole de la mémoire sélective. Prenons la Corée du Sud par exemple : lors de la guerre du Viêt-nam, le pays est engagé auprès des États-Unis en Asie du Sud-Est. Un conflit cruel qui coûté la vie à près d’un million de civils et durant lequel plusieurs milliers de femmes vietnamiennes ont été réduits en esclavage sexuel ou violé par les troupes de Séoul. Encore aujourd’hui, les descendants nés de ces crimes appelés « Lai Dai Han » restent rejetés et marginalisés par la société. 

Un lourd passé qui n’empêche pas les associations coréennes et les autorités du pays de se plaindre depuis plusieurs années auprès des instances internationales pour le comportement du Japon et de ses troupes entre 1910 et 1945. En 2015, Tokyo avait fait amende honorable et un accord entre les deux pays avait été conclu : une compensation financière d’un milliard de yens (7,5 millions de dollars) et des « excuses du plus profond du cœur » avaient été adressées aux Coréens par le Premier ministre japonais.

Mais la repentance est une boucle sans fin et ce crime continue de polluer les relations entre le Japon et la Corée du Sud, largement alimenté par des associations sud-coréennes qui veulent toujours plus d’excuses et de compensations pécuniaires. Un paradoxe, quand l’on sait que l’armée sud-coréenne a eu les mêmes pratiques au Viêt-nam que les troupes nippones sur son sol. En cherchant à effacer ou à mettre en exergue des pans entiers du passé, les apprentis historiens jouent avec le feu en manipulant les souvenirs douloureux et les passions


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 octobre 08:55

    De toutes façons, cacher la poussière sous le tapis n’a jamais été une bonne méthode pour faire le ménage !


    • Christ Roi Christ Roi 20 octobre 18:43

      Cet article sans couille attaque les faibles (noirs, coréens) en évitant soigneusement de parler du vrai sujet : la question juive parce que l’auteur a peur pour ses fesses. smiley


    • Franck Einstein Franck Einstein 20 octobre 10:15

      « associations noires » ... les races existent finalement ?


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 20 octobre 10:27

        @Franck Einstein

        le « racisme » ne consiste pas à affirmer l’existence de « races », mais à considérer qu’une « race » est supérieure ou inférieure à une autre.

        de toutes façons, une fois de plus, cette polémique n’est qu’une réplique (au sens sismologique) des faux débats qui envahissent la presse américaine et sont singés par son homologue française qui met plus de zèle à souffler sur ce genre de braises qu’à se livrer à des investigations.

      • La preuve évidente que Freud n’est pas : OUT, c’est lui qui théorisé le refoulement, la censure. Et c’est bien de cela qu’il s’agit.


        • 1, rue Sésame avec Bert et Macaron. Colbert avait choisi comme emblème une couleuvre. Rien d’innocent.


          • bon, quand on a comme pseudo : GUY DARD.


            • William 20 octobre 18:19

              Qu’en serai-t-il alors des places Louis XIV ou des avenues Bonaparte ? Finalement, le seul monarque qui ne donnera pas lieu à contestation sera Jean 1er le Posthume, qui, n’ayant jamais régné (il a vécu 5 jours) ne peut se voir reproché ni méfait ni turpitude.


              • William 20 octobre 18:20

                @William
                rectif : « se voir reprocheR... »


              • Et pourquoi pas Henry IV qui se levait dès l’aube pour aller vaillament à la guerre ? Le passè doit être pris comme il est, sans jugement puisque nous n’y étions pas.


                • mmbbb 21 octobre 21:55

                  A propos du Japon il ne s agit pas de memoire mais simplement d histoire Vous melangez un peu les genres Le Japon comme beaucoup de pays voudrait modeler son histoire C’est ce qu il fait dans ses livres scolaires Mais il est bon de rappeler l invasion et les visées expansionnistes de ce pays notamment en chine ou les japonais se livrèrent a des massacres viol a Nankim A l instar des nazis ils firent des experiences avec l anthrax sur des cobayes humain Unite 731 Une veritable industrie de l experiementation humaine . Il ne s agit pas de repentance mais simplement d histoire C ’est pour cela que les Japs ne sont guere apprécié par les Chinois . Je veux bien que les japonais nous fassent pleurnicher chaque 6 aout a propos d Hiroshima , mais qu ils commencent a regarder l histoire telle qu elle est Quant a nous, losrque je fus au lycee bien que j ’ecarte ldee de rependance le code noir de Colbert n ’etait pas aborde ni le commerce triangulaire avec lies iles et les « indigenes » de la seconde guerre lors du debarquement de Provence n etait pas evoqué De meme les propos de Jules Ferry concernant les races inferieures à eduquer n ’etaient pas cites . Desormais le public des ecoles a change et c ’ est plutot une histoire revendicative qui prend place puisque ce pays se communautarise . Il est difficile d avoir a entendre un unique roman nationale comme le preconise les historiens. puisque evidemment cette nouvelle generation n ont cure des celtes merovigiens capetiens etc

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Guydar


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires