• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Analyse des conséquences de la politique énergétique annoncée par Nicolas (...)

Analyse des conséquences de la politique énergétique annoncée par Nicolas Hulot

Nommer un saltimbanque ministre de l’énergie et de l’environnement montre que notre Président à 15% soit n’a aucun sens de la gestion des compétences, soit est un idéologue radical climat-énergie (le cumul étant fort possible). Car, comment Nicolas Hulot serait-il capable de prendre de bonnes décisions, profitables aux ménages, à notre économie, et à la valorisation de la beauté de nos régions ? Son annonce de fermer jusqu'à 17 réacteurs nucléaires d'ici 2025, ce qui est dans la droite ligne de la loi de transition énergétique, mais avec un calendrier plus serré, mérite une analyse sérieuse pour voir si elle n’est qu’un effet de manche existentiel ou un projet construit, et quelles en seraient les conséquences pratiques. Notons que les médias ont repris les affirmations de notre joyeux saltimbanque sans en faire de critique argumentée, avec un bel ensemble, comme cela fut le cas lorsque François Hollande, dans un de ses discours en Asie du Sud-Est, agrémenté d’accortes damoiselles, avait déclaré que les tsunamis et les tremblements de terre ont pour cause le réchauffement climatique, ce qui est évidemment une énorme carabistouille (les géophysiciens et les géologues en rigolent encore...). Sans doute une omerta médiatique par peur de perdre les grasses subventions payées par les contribuables-consommateurs ?

Pour simplifier, nous allons supposer que la production totale reste constante sur la période concernée (ce qui est toutefois peu probable compte tenu de la volonté affichée de développer à marches forcées le nombre de véhicules électriques). Si elle augmente, les chiffres ci-après seront à revoir à la hausse.

Voyons les chiffres de production d’énergie électrique en 2016, d’après le rapport RTE. Production totale : 531 TWh, dont 21 TWh pour l’éolien (3,9% de la production totale pour environ 7 000 éoliennes) et 8 TWh pour le solaire (1,6 % de la production totale). Il faudrait que les EnR intermittentes soient capables de produire autant que ce que les réacteurs arrêtés produisaient, à savoir 100 TWh/an : 17 réacteurs x 900 MW x 365j x 24h x 0,75 (facteur de charge)= 100 TWh

Supposons que les 2/3 de ces 100 TWh soient produits par l’éolien, soit 67 TWh et 1/3 par le solaire, soit 33 TWh. Il faudrait donc multiplier la production de l’éolien par 3,2 et celle du solaire par 4,1, ce qui est parfaitement utopique en moins de 8 ans, d’autant que les citoyens, excédés par les projets d’implantation d’usines éoliennes dans leur voisinage, par les avantages déraisonnables octroyés par les Pouvoirs Publics aux promoteurs, et le comportement trop souvent laxiste (voire très intéressé financièrement ...) de leurs élus locaux, se battent becs et ongles pour retarder ces projets et les faire annuler, avec le soutien actif de la FED (Fédération Environnement Durable).

Mais supposons hardiment que cela soit réalisable et calculons à présent le nombre d’éoliennes additionnelles nécessaires pour produire le différentiel de 67 TWh/an. Une éolienne de puissance moyenne 2 MW produit par an : 2 MW x 365 j x 24 h x 0,2 (facteur de charge 2016)= 3504 MWh/an.

Il faudrait donc construire 67 000 000 MWh/3504 MWh=19 121 éoliennes, ce qui ferait un total de 19 121 + 7000 =26 121 éoliennes sur notre pays, soit une éolienne pour 21 km2. Pauvre France, et quels massacres d’oiseaux et de chauves-souris par les éoliennes, alors que cette biodiversité volante est censée être protégée par le Ministère de l’Environnement, qui n’en est pas à une incohérence près.

Enfin, parlons gros sous (ce qui est toujours mis sous le tapis par les promoteurs des EnR). La fameuse taxe CSPE, supportée par les ménages, est de 5 Md€ en 2016 pour 29 TWh de production des EnR intermittentes. La production d’EnR en 2025 serait de 129 TWh au total (100 + 29) soit un total multiplié par 129/29= 4,5 et donc la taxe CSPE exploserait pour se monter à 5 x 4,5 = 22,5 Md€/an, sur une durée de 20 ans, soit 450 Md€ à la charge des contribuables. Et je ne compte pas le coût des investissements annexes (lignes enterrées, transformateurs, ligne HT, smart grids, centrales thermiques de soutien, ...). Le coût du grand carénage du nucléaire, de l’ordre de 50 Md€, est négligeable par rapport à ce montant pharaonique.

Bref, l’annonce fracassante de notre cher (très cher) Ministre de l’énergie et de l’environnement est parfaitement catastrophique pour notre pays, et il est à souhaiter qu’un effet Trump salutaire vienne remettre du plomb dans les cervelles de nos dirigeants pour les amener à engager une politique énergétique sensée et rationnelle. Une telle politique, enfin déconnectée de l’idéologie climat-énergie, qui ne repose que sur la pseudo-science du GIEC, et de l’inflation normative qui pourrit la vie des ménages et des entreprises, devrait mettre un coup d’arrêt définitif à cette folie des EnR intermittentes, permettre de financer le grand carénage et la R&D pour les centrales de génération IV (à neutrons rapides, soit à uranium appauvri, soit à thorium), qui sont les centrales du moyen terme, avant la fusion nucléaire, qui ne saurait être opérationnelle industriellement avant la fin de ce siècle.

On peut toujours rêver du retour au bon sens et à la raison, en notre doux pays de France, qui fut, il y a quelque temps, celui du Siècle des Lumières, mais qui l’a oublié pour se plonger avec délectation dans un néo-obscurantisme incompréhensible...


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 22 juillet 14:34

    Aïe aïe aïe, c’est Gogovox, ici. L’article est tout fait à l’envers de ce qu’il fallait ! 


    • Le421 Le421 22 juillet 17:32

      Ce serait presque amusant de voir cette propension qu’ont les hommes à penser que leurs réalisations vont être éternelles.
      Et quelle incurie de toujours appliquer la politique de l’autruche en oubliant que finalement, le pire, c’est qu’on reste avec le cul à l’air !!!  smiley


      • foufouille foufouille 22 juillet 17:40

        @Le421
        et rien sur le calcul du coût d’installation des ER ni des centrales obligatoires, etc ?
         


      • Luc F 22 juillet 18:07

        Merci jipbe29, 


        Enfin un article pertinent et bien documenté sur le sujet. 

        Le plus grand nombre doit finir par comprendre que la prolifération des éoliennes industrielles ne répond ni aux objectifs du développement durable, ni à ceux de la COP21 :

        - par leur production d’énergie intermittente et faible (1jour/5 en moyenne et seulement 10 et 20% de leur capacité de production), 
        - par la destruction qu’elles entrainent des espaces naturels et des espèces préservées, par l’artificialisation des terres à renfort de milliers de km de réseau, de voies etc ..., 
        - par la destruction des panoramas et des paysages, 

        Transformer la France en une gigantesque zone industrielle d’éoliennes géantes c’est un scandale. C’est ruiner, au niveau national, le tourisme. Particulièrement le tourisme rural vert et nature.

        Les subventions qui tombent dans les poches des financiers, des promoteurs et de certains spéculateurs, pour pouvoir inonder notre territoire d’aérogénérateurs industrielles, ce sont autant moyens de financer perdus pour la recherche scientifique tant fondamentale qu’appliquée au service du développement durable et des moyens de réduction de production de C02.

        • JC_Lavau JC_Lavau 22 juillet 18:19

          @Luc F : « réduction de production de C02 ». Ils te font gober n’importe quoi, à toi.

          Explique nous comment feront les plantes quand tu auras réduit le CO_2 atmosphérique, pour aggraver la pénurie actuelle ?


        • jipebe29 jipebe29 22 juillet 19:13

          @Luc F

          Merci pour votre aimable appréciation de ma prose. Toutefois, je vous rappelle que le CO2, qui n’est pas un polluant, est gaz de la vie sur Terre, car il est nécessaire à la photosynthèse.  Depuis 500 Ma, la moyenne du taux de CO2 a été de 2000 ppm, sans que cela ne provoque un réchuffement cataclysmique et irréversible, alors que le taux actuel est particulièrement faible : 400 ppm, et la végétation est en manque. Par ailleurs, nos émissions de CO2 ne sont que de 5% environ du total des émissions. Et c’est le GIEC qui le dit, dans son rapport AR5, page 471, figure 6.1. Information cruciale, oubliée dans le résumé pour les décideurs, car elle réfute le dogme du réchauffement climatique anthropique : http://imagesia.com/echanges-co2_10hg0


        • baldis30 22 juillet 20:27

          @jipebe29

          bonsoir,

          j’apprécié votre article et je me promets de le compléter de façon différente mais très compréhensible par tous.

          Toutefois il y a un point de philosophie que vous indiquez

          «  le dogme du réchauffement climatique anthropique »..

           C’est un dogme ... vous devez y croire sinon c’est « au bûcher » naturellement alimenté en bois !

          A partir de là tout est permis .... c’est la faute à Dieu, aux hommes à Jupiter à El Nino ou à La Nina au pet des vaches ( et les bœufs alors.... au nom de l’égalité entre les sexes ?) .

          Après il y a les gourous ... même dans la sphère dite scientifique ... qui découvrent brutalement à l’occasion d’un orage « urbain » que l’îlot de chaleur urbain entraine un phénomène de convection-advection générateur de pluies localisées... comme cela se produit dans les montagnes désertes des Cévennes lorsque l’été a été chaud ( là j’emprunte beaucoup à un écrit de Monsieur de Mardigny datant de 1857 sur les inondations de l’Ardèche...en complétant par un peu de thermodynamique ..) ... Et pour les montagnes désertes des Cévennes ça perdure .... ( voir par exemple 2003, 1958 pour le seul département du Gard ..) Et le RCA a bon dos pour encaisser ... !

          Mais c’est un dogme ....


        • Onecinikiou 22 juillet 22:08

          @jipebe29


          J’en ai une bonne également à soumettre au pseudo-écolos mais vrais fanatiques anti-nucléaires : la pointe de soirée en hiver par les journée les plus froides est, en France, de 100TW de puissance appelée. 

          Or en soirée en hiver par les journée les plus froides, le vent ne souffle généralement pas (ou très peu) du fait de conditions anticycloniques, les éoliennes sont donc la plupart à l’arrêt, et par définition il n’y a aucune production solaire (il fait nuit).

          D’autre part le stockage d’électricité à grande échelle n’existe pas (on ne sait pas faire), et n’est pas prêt d’exister. 

          Comment nos faux écolos mais vrais fanatiques anti-nucléaires font-ils, en l’absence de production de base massive, sans recours au nucléaire, au gaz ou au charbon (ces deux dernières énergies étant grandes émettrices der CO2) pour assurer la continuité de la production sans rupture de charge ? 

          Vous avez deux heures.

        • Onecinikiou 22 juillet 22:09

          Errata : 100 GW évidemment. 


        • jjwaDal jjwaDal 22 juillet 21:43

          Déjà ne pas accabler le personnage qui a le plus fait pour indiquer au grand public depuis son hélico tous les endroits préservés de la planète où il serait du dernier chic de passer les prochaines vacances estivales. Du courage, il en fallait...
          Passons sur le fait qu’arrêter nos centrales nucléaires ne fera pas bouger la « température mondiale moyenne » (Quand on saura ce que c’est on vous le dira...) d’un centième de degré Celsius à la fin du siècle, l’important c’est de faire un geste (avec notre pognon, un détail...).
          N’oublions pas à la fois que l’énergie est très bon marché (voir les vidéos de Jancovici où il décrit fort bien que pour quelques euros nous avons une armée d’esclaves à notre service via l’énergie consommée par personne) et que nous la gaspillons encore énormément vu son faible coût. Un programme contraignant et aidant financièrement les plus modestes à réduire leur consommation aurait plus de pertinence que financer des dizaines de milliers d’éoliennes. La seule énergie non polluante est celle jamais consommée et jamais produite. L’énergie non consommée est écolo, les éoliennes ou les panneaux solaires, non.
          Bon on parle de fermer « jusqu’à » 17 réacteurs (donc un chiffre maximal, le véritable étant entre disons 1 et 17...). Nous verrons. Le soucis est que la mode de l’intermittence et de l’aléatoire est européenne. Les allemands comptaient sur notre nucléaire pour lisser leurs intermittences , ils vont sans doute devoir construire des centrales à charbon pour compenser, ce qui serait ineffable... Même chez nous, ne pas trop compter sur le nucléaire pour boucher les trous. Donc...
          En même temps si on voulait mettre à la retraite de vieux réacteurs et les remplacer par d’autres, il aurait fallu y penser il y a un moment. Vu le coût de l’EPR et sa durée de mise en service, on ne construira aucun réacteur nucléaire en 8 ans à partir d’un permis de construire délivré ce soir.
          Il a dû lire « Gaffes, bévues, boulettes » dans son enfance ce monsieur...


          • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 00:23

            La production d’une éolienne est proportionnelle au cube de la vitesse du vent (loi de Betz). Elles commencent à produire vers 12km/h, produisent à pleine puissance entre 50 et 90km/h et doivent être arrêtées au-delà de 90km/h. De ce fait, la production d’un champ d’éolienne fluctue rapidement. Il a été constaté que cette variabilité reste à l’échelle d’un pays ou même d’un continent.
             
            http://www.wind-power-program.com/turbine_characteristics.htm
             
            > Vous connaissez l’Australie, ses vastes déserts ensoleillés ? l’outback
            > ? C’est un pays immense mais techniquement très avancé, pas seulement
            > pour le rugby. smiley
             
            Les politiciens locaux ont fait de l’Australie du Sud un champion de l’électricité éolienne. En même temps que le taux de pénétration de l’éolien augmentait, les prix de l’électricité aux consommateurs ont augmenté. L’Australie du Sud est désormais le champion mondial devant le Danemark et l’Allemagne avec qui l’Australie du sud partage le leadership éolien. Le haut taux de pénétration de l’éolien s’est aussi accompagné de pénuries régulières (environ une par mois) et d’un effondrement complet du réseau électrique (black system) le 28 septembre 2016.
            https://www.aemo.com.au/-/media/Files/Electricity/NEM/
            Market_Notices_and_Events/Power_System_Incident_Reports/2017/Integrate d-
            Final-Report-SA-Black-System-28-September-2016.pdf
             
            Depuis la bataille politique fait rage et il n’y a pas besoin d’être un spécialiste de l’outback et du rugby pour savoir ce qu’en dit la presse.
             
            http://www.abc.net.au/news/2017-03-28/wind-farm-settings-to-blame-for-sa-
            blackout-aemo-says/8389920
            « AEMO releases final report into SA blackout, blames wind farm settings for state-wide power failure »
             
            http://www.abc.net.au/news/2017-03-09/political-leadership-needed-to-
            secure-future-of-energy-supply/8339116
            « South Australia’s power woes expose deeper problems with nation’s energy security Australia is rapidly stumbling into a major energy crisis, and there’s little evidence to suggest the federal and state governments can agree on the solutions to fix it. »
             
            http://www.abc.net.au/news/2017-05-21/grattan-institute-warns-of-looming-
            summer-energy-crisis/8545522
            « Panicking politicians who make kneejerk decisions to bolster Australia’s energy security run the risk of fuelling a power crisis with more blackouts and restrictions, according to a report from the Grattan Institute. »
             
            http://www.abc.net.au/news/2017-03-20/hazelwood-closure-leaves-major-
            energy-black-hole-prices-to-rise/8367826
            « Hazelwood closure leaves major energy black hole, electricity prices will inevitably rise »
            « The Australian Energy Market Operator is forecasting shortfalls in energy that could see major blackouts in Victoria and South Australia from December. How did it get to this ? »

            > Mais de toutes façons les problèmes des énergies renouvelables restent
            > les mêmes un peu partout à des taux divers
             
            Il est difficile de développer l’hydraulique beaucoup plus. La géothermie et l’énergie des mers sont marginales. L’éolien et le solaire restent non compétitifs et leur expansion introduit des problèmes de stabilité dans les réseaux électriques.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juillet 07:11

              Bonjour, à l’auteur et aux autres,
              Ne perdez pas votre temps et ne vous creusez pas les méninges inutilement ! Quand vous entendez des politiques de tous bords traiter des sujets suivants :
              - agriculture
              - environnement
              - énergie
              - défense des consommateurs
              - mer et pêche... vous savez d’avance que c’est du pipeau et de la com’ !
              Car ce ne sont plus des domaines qui relèvent des Etats, mais de la compétence de la Commission européenne.

              - « les compétences exclusives de la Commission », les Gouvernements n’ont rien à décider.

              - « les compétences dites partagées », qui ne sont pas partagées du tout !
              Cela signifie que les gouvernements peuvent proposer, mais si la Commission dit non, ils n’ont plus leur mot à dire. En clair, la Commission décide en dernier ressort, ce qui veut dire que les gouvernements n’ont plus la main sur tous ces domaines de compétence.


              Ils en sont réduits à faire de la com’, pour cacher leur impuissance organisée par les Traités européens. Par exemple, le gaz de schiste est à l’agenda européen.

              Du coup Hulot fait ce qu’il peut, et il peut peu, et même rien du tout !

              Autre exemple, l’ UE prépare un paquet énergétique plus fossile que renouvelable". Vous avez compris ? La seule chose qui fasse du vent pour faire tourner les éoliennes, ce sont les déclarations des politiques, qu’ils soient au gouvernement ou pas, ils remuent de l’air et brassent du vent.

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juillet 07:34

                Pourquoi la Commission européenne (à l’origine des lois) prend des décisions qui sont contraires à ce que souhaitent les citoyens ?? Parce que les citoyens, elle s’en fout, elle passe 90% de son temps avec les lobbies industriels  : Monsanto, lobbies pétroliers, industrie chimique, FNSEA, industries pharmaceutiques, semenciers, grande distribution, agro alimentaires, toussa, toussa...


                Bruxelles est la 2e concentration de lobbies au monde, après Washington. Ce sont eux qui préparent les dossiers et les textes de loi « clés en main », qui les arrangent, et qu’ils refilent à la Commission. 80% de nos lois sont d’origine européenne, vous pouvez toujours voter en France, pour X ou Y, cela n’y changera rien tout, ceux qui décident ne sont élus par personne....

                PS : Aucun membre de la Commission n’est élu, ils sont nommés par les Gouvernements.
                Ceux qui sont élus, sont les Députés européens. Et voyez comme le hasard fait bien les choses, le Parlement n’a qu’un avis consultatif !

                Quant au Conseil européen, qui rassemble 3 ou 4 fois par an les Chefs d’états, ils ont intérêt à être d’accord avec la Commission. S’ils ne le sont pas, la Commission passe outre ! Exemple le maïs OGM TC 1507, la majorité des pays européens a voté contre, la Commission l’a imposé quand même.

                Et quand un pays comme la France, traine les pieds et refuse de transposer les directives sur les OGM, cela nous a coûté une pénalité de 10 millions d’euros, et encore, parce que la France a fini par obtempérer, sinon cela nous aurait coûté 38 millions d’euros...

                • jjwaDal jjwaDal 23 juillet 10:16

                  @Fifi Brind_acier

                  Ne jamais oublier aussi que ce sont les mêmes imbéciles qui ont tout fait (par idéologie et intérêt de caste) pour « libérer » le marché mondial et sont la conséquence directe de la multiplication par 7 des km parcourues par les marchandises échangées dans le monde (sans parler du transfert massif de la production vers la Chine charbonnière) qui vont nous saigner pour limiter nos émissions de CO2. Plus déments, je vois pas...


                • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 12:19

                  @jjwaDal. Il faut en tenir une sacrée couche d’endoctrinement, pour réduire la combustion du charbon à « mais ça produit du CO_2 ».


                  Quand j’étais petit, et que les trains étaient à vapeur, chauffés au charbon, l’odeur du train, ça n’était certainement pas du CO_2. Les 141 R du plan Marshall, converties au fioul, ce fut plus tard, vers 1957, et l’odeur était encore différente.

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juillet 17:44

                  @jjwaDal
                  Vous avez raison, les entreprises polluantes sont les groupies de la COP 21, ce qui les intéresse, c’est le prix du carbone !


                  Et ça va coûter un bras aux contribuables !

                • jjwaDal jjwaDal 23 juillet 21:04

                  @JC_Lavau
                  Je disais juste (et Fifi a correctement lu) que ce sont les mêmes qui amènent le « loup » et crient « au loup » et ce sont nos emplois qui trinquent en amont et nos économies en aval.
                  Je parlais d « ’imbéciles » , le terme de « salauds » me semble plus approprié.


                • UnLorrain 23 juillet 10:12

                  Se peut-il que nos dirigeants prétextant la récession,mondiale,se servent de la moindre consommation de courant électrique industriels,particuliers ? ( combien d’entreprises logiquement grosses consommatrices d’électricité fermées ou en mode basse production ? J’en connais plusieurs personnellement ) Connassivences a couilles rabattues,marotte an 2008.

                  Éolienne a axe vertical tourne sans problème avec vent qui serait d’une explosion nucléaire CAD 400 km/h,pourquoi ne pas avoir investi dans ce type éolienne ? Dans quelle moindre mesure les volants seraient ils atteint par ces pales verticales ou hélicoïdale ?

                  Il semble avéré que ce qui ne peut que fournir une énergie intermittente est exactement ce que peut faire un intermittent du spectacle : des emmerdements.


                  • Dan22 23 juillet 10:50

                    @UnLorrain

                     De plus , moi je suis prêt à accepter une éolienne sur la petite commune où j’habite ; mais à la condition qu’elle ne serve qu’à couvrir les besoins en electricité de la commune et non à générer du profit pour les exploitants qui continueront à nous vendre l’électricité ....


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juillet 07:08

                    @Dan22
                    D’après ce que j’ai compris, on ne sait pas encore stocker l’électricité, en cas de surplus, la seule solution est de la renvoyer dans le réseau, mais comme je ne suis pas spécialiste de la question, quelqu’un d’autre vous répondra peut-être.


                  • Dan22 24 juillet 10:52

                    @Fifi Brind_acier
                    S’il y a surplus et qu’on l’envoi dans le réseau , il n’y a aucun problème , c’est cadeau !
                    Ce que je préconise , au niveau des communes , c’est l’indépendance énergetique !
                    Je n’ai pas fait de calculs , mais à mon avis ça devrait être plus économique de se payer une éolienne « communale » , plutôt que d’acheter l’électricité à EDF !


                  • jipebe29 jipebe29 24 juillet 11:14

                    @Dan22
                    A) S’il y a surplus, il y a risque de surcharge du réseau et donc de black-out. Il faut donc vendre ce surplus à d’autres pays, le plus souvent à prix négatif. Si le risque de surcharge est trop important, comme cela se produit parfois en Allemagne avec les éoliennes, alors ces éoliennes sont déconnectées du réseau, mais les MWh non produits sont quand même payés à leurs exploitants... et donc la taxe CSPE augmente....

                    B) Le facteur de charge d’une éolienne est d’environ 20-23%, et l’éolien a une production intermittente, qui dépend des caprices d’Eole. Une éolienne communale ne permet pas d’avoir une alimentation électrique qui s’adapte à la demande locale. Si l’éolienne ne produit rien (pas assez ou trop de vent), notamment par temps froid anticyclonique hivernal, alors les habitants de la commune n’auront plus d’électricité, alors que leur demande est maximale. Donc votre proposition d’éolienne(s) communales n’est pas réaliste.

                    C) Pour votre information, voilà ce que vous devez savoir sur les EnR  : https://www.contrepoints.org/2017/01/16/277913-energies-renouvelables-plus-cheres-inadaptees


                  • generation désenchantée 23 juillet 17:30

                    quelqu’un pense que remplacer des millions de voitures fonctionnant au pétrole par des voitures électriques ne va pas poser aussi un gros problème  ?
                    parce qu’ entre des millions de batteries a produire avec des métaux plutôt rare et adapter le réseaux , pour pouvoir recharger des millions de véhicules la nuit , en plus de la consommation normale , les énergies dite « renouvelables » ne vont jamais suffirent et en plein hiver on risque
                     d’ avoir un super « black-out » a l’ échelle européenne


                    • sarcastelle sarcastelle 23 juillet 19:41

                      @generation désenchantée

                      .
                      Désolés, les confédérés helvétiques, on n’a bientôt plus de courant nucléaire inutilisé à vous revendre la nuit pour votre turbinage !
                      Fallait pas voter la fermeture de votre nucléaire ! 

                    • Olivier 24 juillet 11:08

                      L’aberration ruineuse des énergies renouvelables a été dénoncée par de nombreuses personnes (voir les livres de C. Gerondeau notamment), ainsi que le mythe grotesque du réchauffement climatique d’origine humaine.


                      Mais tout cela n’a rien d’écologique mais politique : il s’agit, pour la caste mondialiste, d’affaiblir économiquement le plus possible les pays occidentaux en sabotant leurs capacités énergétiques réelles au profit de solutions illusoires (en l’état actuel de la technique en tout cas). 

                      L’immigration de remplacement est le volet ethnique de cette politique de liquidation à tous les niveaux des populations blanches et chrétiennes.

                      • GéraldCursoux GéraldCursoux 24 juillet 13:51

                        Hulot est nul ! C’est un baratineur qui nous assomme avec 2 ou 3 idées de cette idéologie mortifère qu’on appelle écologie. Hollande avait fait un casting de merde avec Eyraud, Duflot, Taubira, Belkacem (pour ne citer que ceux dont on cannait les noms), Macron continue avec des gugusses comme Hulot. Une Kata ce mec. Même son émission Ushaïa était imbuvable...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

jipebe29

jipebe29
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires