• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Angela Merkel aura-t-elle un héritier ?

Angela Merkel aura-t-elle un héritier ?

« Avoir vécu trente-cinq ans dans une dictature a rendu Merkel allergique à toutes les formes de carcans, et d‘abord les carcans idéologiques. Elle considère que les idéologies aveuglent les hommes. Elle a vu par ailleurs qu’un système politique reposant sur une idéologie pouvait s’effondrer du jour au lendemain. Cela lui donne une très grande liberté pour aborder les problèmes, et c’est ce qui explique qu’elle soit capable de prendre des décisions qui surprennent tout le monde du jour au lendemain. » (Jacqueline Boyson, 2001).

_yartiMerkelAngelaJ01

Ce samedi 16 janvier 2021 a eu lieu le 33e congrès de la CDU (chrétiens-démocrates allemands), le parti au pouvoir, un congrès très important : la désignation du nouveau président fédéral de la CDU par les 992 mandants. Pendant dix-huit ans, du 10 avril 2000 au 7 décembre 2018, Angela Merkel a présidé la CDU. Sa successeure directe, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK), ministre-présidente de la Sarre du 10 août 2011 au 1er mars 2018 et actuelle Ministre fédérale de la Défense depuis e 17 juillet 2019 (succédant à Ursula von der Leyen), a jeté l’éponge le 10 février 2020 après les défaites électorales de son parti aux élections régionales en automne 2019 et surtout, après une alliance scandaleuse entre les élus CDU et les élus AfD (parti d’extrême droite) pour éviter la reconduction d’un social-démocrate à la tête de la Thuringe.

Un mot ce sur scandale : les élus CDU, FDP et AfD se sont unis pour élire Thomas Kemmerich (FDP) le 5 février 2020 comme ministre-président de Thuringe, au troisième tour à la majorité relative avec une voix d’avance sur le ministre-présient sortant (Die Linke, extrême gauche) Bodo Ramelow (en absence de candidat ayant obtenu la.majorité absolue aux deux premiers tours). Finalement, après le tremblement de terre politique que cela a entraîné (premier chef d’exécutif élu avec l’extrême droite en Allemagne depuis la guerre), Thomas Kemmerich a démissionné le 6 février 2020, et ce fut le sortant Bodo Ramelow qui retrouva le 4 mars 2020 son fauteuil.

Cette incapacité à avoir préservé la discipline parmi les membres de son parti pour refuser toute alliance avec l’AfD a abouti à la démission de AKK. Un congrès aurait dû se dérouler dès le 25 avril 2020 mais la crise sanitaire en a empêché la tenue et le contexte ne se prêtait pas à une guerre intestine, reportée finalement à ce week-end de manière virtuelle.

Ce fut le candidat le plus proche d’Angela Merkel qui a été élu face à son rival permanent depuis plus de vingt ans. Armin Laschet (59 ans), en effet, a été élu président fédéral de la CDU ce 16 janvier 2021, avec 52,79% (521 voix) au second tour contre 47,21% (466 voix) pour Friedrich Merz (65 ans), homme d’affaires fortuné qui avait dû céder sa place de président du groupe CDU au Bundstag à un proche d’Angela Merkel le 24 septembre 2002, deux ans après avoir affronté directement Angela Merkel elle-même en 2000 pour succéder à Helmut Kohl à la tête du parti. Friedrich Merz a retenté sa chance face à AKK en 2018, sans succès non plus. La désignation de Friedrich Merz aurait définitivement "conservatiser" la CDU, qui serait devenue un parti conservateur classique au lieu d’être ce qu’elle a toujours été, l’Union chrétienne-démocrate qui, au-delà de la préoccupation économique, a aussi une préoccupation sociale.

Armin Laschet a pourtant été seulement en deuxième position au premier tour, avec 38,42% (380 voix) face à Friedrich Merz qui a fait légèrement mieux, 38,93% (385 voix), mais il a bénéficié du soutien du troisième candidat, l’ancien ministre fédéral Norbert Röttgen (55 ans), 22,65% (224 voix), président de la commission des affaires étrangères au Bundestag, proche également d’Angela Merkel et probablement le candidat préféré de la France pour sa volonté de renforcer l'amitié franco-allemande.

C’est un beau cadeau d’anniversaire en avance pour Armin Laschet qui aura 60 ans dans un mois, le 18 février 2021, élu ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie depuis le 27 juin 2017, ayant repris la région aux sociaux-démocrates. Dans cette région, il était un rival de Norbert Röttgen au sein de la CDU (ce dernier ayant été élu président de la CDU du Land en 2010 face à Armin Laschet).

Au niveau fédéral, Armin Laschet, très conciliant avec les écologistes, cité régulièrement comme un successeur potentiel d’Angela Merkel depuis que cette dernière avait annoncé, le 29 octobre 2018, sa décision de se retirer de la présidence de la CDU, il avait refusé de se porter candidat à ce moment-là, laissant AKK gagner le congrès. Il est un très proche d’Angela Merkel, un partisan très affirmé de la construction européenne, un soutien indéfectible de la politique d’accueil et d’intégration des centaines de milliers de réfugiés voulue par Angela Merkel en 2015, au point d’avoir été appelé "Armin le Turc".

_yartiMerkelAngelaJ02

Cette victoire a de quoi rasséréner Angela Merkel, la Chancelière insubmersible d’une Allemagne modernisée. Depuis quelques semaines, son autorité a faibli avec le début de la deuxième vague de l’épidémie de covid-19 en pleine figure de l’Allemagne. Son allocution télévisée le 13 décembre 2020, sur le ton dramatique, a montré à quel point elle est sensible à la protection des vies humaines. Elle a pris la décision de mettre en confinement l’Allemagne dès le 16 décembre 2020 (c’est-à-dire avant Noël) et probablement jusqu’au mois d’avril 2021.

Quelques jours auparavant, beaucoup de journaux et d’éditorialistes se demandaient pourquoi l’Allemagne ne faisait pas comme la France, devenue un modèle pour les Allemands, par une opération de retournement absolument inconnue des Français qui croient que l’Allemagne est encore le modèle dans la crise sanitaire.

La réalité, c’est que la France s’en tire nettement mieux que l’Allemagne dans la deuxième vague. La France l’a anticipée, tandis que l’Allemagne, qui a eu chance de ne pas avoir été trop lourdement touchée par la première vague, a subi, comme le reste de l’est européen, une vague extrême. Résultat, la France a maintenant beaucoup moins de victimes que l’Allemagne (environ 400 décès par jours au lieu du triple pour l’Allemagne) et même du point de vue organisationnel, malgré les différences du nombre d’habitants, la France a réalisé plus de tests que l’Allemagne, respectivement 39,2 millions (60 tests pour 100 habitants) et 36,3 millions 43 tests pour 100 habitants). On verra dans quelques mois ce qu’il en sera pour la vaccination.

Alors que depuis 2015, la lumière Merkel avait pâli avec l’arrivée massive de réfugiés en Allemagne, elle avait repris de l’intensité durant l’année 2020 justement pour la bonne tenue de l’Allemagne, tant sanitaire qu’économique, pendant la première vague. Mais aujourd’hui, l’Allemagne s’enfonce dans un véritable cauchemar sanitaire, ayant hélas entraîné au total près de 50 000 décès dus au covid-19 (probablement atteints au cours de la troisième semaine de janvier).

À 66 ans, Angela Merkel a fêté le quinzième anniversaire de ses fonctions de Chancelière d’Allemagne fédérale le 22 novembre 2020 (c'est déjà un an de plus que François Mitterrand). Elle devrait se maintenir jusqu’en septembre 2021, date des prochaines élections législatives à l’issue desquelles, en principe, elle quittera le pouvoir. Plus de 70% des sondés plébiscitent leur "Mutti" dans les sondages et une majorité souhaiterait la voir postuler pour un cinquième mandat, ce qu'elle refuse obstinément.

Pour l’instant, Angela Merkel n’a pas (encore) battu le record de longévité de son mentor, Helmut Kohl, à la fois à la tête du gouvernement allemand (seize ans, du 1er octobre 1982 au 27 octobre 1998) et à la tête de la CDU (vingt-cinq ans, du 12 juin 1973 au 7 novembre 1998). Elle ne battra certainement pas la longévité du premier Chancelier de l’Allemagne unifiée, à savoir Bismarck, Chancelier impérial pendant presque vingt-trois ans (du 1er juillet 1867 au 20 mars 1890, remercié par le nouvel empereur Guillaume II), mais il était déjà ministre-président de Prusse, un équivalent de Chancelier, pendant plus de vingt-six ans (du 23 septembre 1862 au 1er janvier 1873 et du 9 novembre 1873 au 20 mars 1890).

En revanche, Angela Merkel a déjà battu la longévité du père de la République fédérale, Konrad Adenauer, Chancelier pendant quatorze ans (du 15 septembre 1949 au 11 octobre 1963) et président fédéral de la CDU pendant seize ans (du 21 octobre 1950 au 23 mars 1966). Et j’ajoute, mais c’est peu comparable, qu’elle a battu aussi la longévité du dictateur Hitler (douze ans du 30 janvier 1933 au 30 avril 1945).

Alors qu’on ne gagne rien en France à faire du consensus mou (voir François Hollande), Angela Merkel a duré politiquement grâce à son talent de négociatrice et de conciliatrice : réunir les oppositions, concilier les inconciliables. Sur ses quatre mandats de Chancelière, elle n’a gouverné pleinement que lors d’un seul (son deuxième mandat), les trois autres, elle n’était que la représentante de la grande coalition, c’est-à-dire de l’union conjoncturelle entre les deux grands partis gouvernementaux, la CDU et le SPD, faute de majorité absolue pour l’un des deux camps, dans un régime pleinement parlementaire qui nécessite, bien plus qu’en France, de choyer les avis des parlementaires.

On a parlé d’une certaine brutalité d’Angela Merkel pour préserver l’orthodoxie financière, notamment lors de la crise grecque. En fait, elle a surtout mis en avant, elle s’est même personnellement engagée, au point de mettre sa popularité en jeu, et même son avenir politique, ses valeurs démocrates-chrétiennes, c’est-à-dire que pour elle, la priorité, ce n’est ni l’argent, ni l’égalitarisme, mais la personne humaine, la dignité humaine, et elle les a mises en avant très nettement dans deux graves crises, la crise des réfugiés (en 2015) et la crise sanitaire (en 2020-2021). En ce sens, elle est une conscience extrêmement nécessaire de l’Europe et du monde. Son poids politique lui a permis d’imposer ces choix qui sont le choix de la vie et pas le choix de l’économie.

_yartiMerkelAngelaJ03

À une échelle mondiale, Emmanuel Macron sera son véritable successeur dans une Europe en perte de repères et en manque de leader. C’est lui qui, entre mai et juillet 2020, a convaincu son homologue allemande de faire une mutualisation de la dette pour relancer l’économie, la recherche et la culture européennes à hauteur de 500 milliards d’euros. La désignation d’Armin Laschet n’est donc pas seulement une excellente chose pour l’Allemagne, mais aussi pour l’Europe. Le premier parti allemand sera toujours à défendre l’esprit de coopération et la dignité humaine dans un monde de plus en plus replié sur lui, parfois par nécessité sanitaire récente et temporaire, souvent par effroi identitaire durable.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 janvier 2021)
http://www.rakotoarison.eu



Pour aller plus loin :
Angela Merkel.
Armin Laschet.
Ursula von der Leyen.
Friedrich Dürrenmatt.
Richard von Weizsäcker.
Benoît XVI.
Méditerranée orientale : la France au secours de la Grèce face à la Turquie.
Relance européenne : le 21 juillet 2020, une étape historique !
Le pacte franco-allemand historique du 18 mai 2020.
Robert Schuman lance la construction européenne.
Les 75 ans de la Victoire sur le nazisme.
Le syndrome de Hiroshima.
Hitler.
Auschwitz.
Berlin 1989 : le 9/11 avant le 11/9.
Les élections régionales en Thuringe du 27 octobre 2019.
Konrad Adenauer.
L’Allemagne en pleine fièvre extrémiste ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.42/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 17 janvier 17:29

    Elle est morte, la mère quelle ?

     


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 17 janvier 17:35

      @Jeekes

      Elle est morte, la mère quelle ?

      Ca peut pas mouru, ça Monzieur, c’est du solide ! Ingéniérie et safoir vaire Allemond ! Conztruit comme un char Tigre, mais sans tourelle.


    • sirocco sirocco 17 janvier 18:35

      @Jeekes

      Un héritier ?... Elle est pas ménopausée ?...


    • sirocco sirocco 17 janvier 18:39

      @Jeekes 

      Un héritier ?... Elle est pas ménopausée ?...


    • sirocco sirocco 17 janvier 18:44

      @sirocco

      Quand vous mettez un commentaire qui leur plaît pas, parfois ils ne le publient pas tout de suite.

      Vous attendez... vous pensez qu’il a été oublié et vous le représentez.

      Et là ils se réjouissent de publier le doublon, pour vous foutre la honte... Cloportes !


    • scorpion scorpion 17 janvier 17:34

      Die Merkel ist noch sehr lebendig und die Rakototo auch, trauriger Start ins Jahr !


      • ETTORE ETTORE 17 janvier 17:42

        Il court, il court, le Rakoto...

        Naaaan, mais Alôôôôô ? 

        Un topo fait par Rokoto, sur un ....vivant.....

        Et c’est la mort assurée au.......tournant !


        • armand 17 janvier 17:59

          Vraiment une question qui me taraude, je reprends du cassoulet.


          • troletbuse troletbuse 17 janvier 18:19

            Elle peut toujours essayer avec Micron vu que :

            Il aime les vieilles

            mais

            pas les femmes  smiley


            • @troletbuse

              si t’ est echange un M contre un T , 
              Maman devient Amant


            • armand 17 janvier 18:43

              voila une question qui me taraude, je reprends du cassoulet et des chips


              • armand 17 janvier 18:44

                @armand
                flute déja publié, désolé


              • Clocel Clocel 17 janvier 18:44

                En bleu, en gris, elle est toujours habillée comme une bouteille de gaz Angela...

                La coiffure et les fringues pour Dames, c’est pas leur truc aux boches...


                • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 17 janvier 18:56

                  @Clocel
                  Elle a été formée en Allemagne de l’Est.


                • Clocel Clocel 17 janvier 19:09

                  @Opposition contrôlée

                  La Trabant, aussi ! smiley


                • In Bruges In Bruges 17 janvier 19:16

                  Pour qu’elle eut un héritier, encore eut-il fallu qu’elle se fasse grimper.

                  Et ça, franchement, j’y crois pas.

                  Même un truc furtif fin des années 80 ( période décadente guimauve et disco s’il en fut ) à l’arrière d’une Trabant, le long du mur et ses tags, avec les vopos qui matent la scène en se tripotant l’entrejambe, j’y crois pas.

                  Donc non, pas d’héritier.

                  Et c’est tant mieux, mon povre mossieur.



                  • Clocel Clocel 17 janvier 19:37

                    @Bendidon

                    Coiffure yéti, classe ! smiley

                    Une pensée pour nos aînés qui pouvaient rouler des pelles à Karl Marx sans déchoir.


                  • Jeekes Jeekes 17 janvier 19:39

                    @Bendidon
                     
                    Ah merde, j’allais justement en parler.
                    Mais bon, faut reconnaitre que même jeune, elle n’inspire pas l’amour !
                     
                    Sauf peut-être pour un complexé de la braguette, genre micron.
                    Naturellement... 
                     


                  • In Bruges In Bruges 17 janvier 20:25

                    @Bendidon
                    Mouais. Avouez quand même que déjà à l’époque, comparativement à ses copines, y’avait comme de l’injustice dans l’air...
                    PS : vous noterez que l’époque n’était apparemment pas aux pelouses bien tondues. Shoking.

                    Enfin bon :
                    « A l’arrière des Trabant
                    On devine
                    Des monarques et leurs figurines
                    Livrés à eux... »
                    Dire que chez AB et JF, « Osez Joséphine » ( la version originale) fut écrite sur un coin de table devant la télé où passait les images de la chute du mur, et que les strophes originelles ( légèrement fantasmées quant à la beauté des filles de l’est) disaient :
                    « Osez cancaner
                    osez nous imposer vos ukases »
                    Bof...


                  • troletbuse troletbuse 17 janvier 20:30

                    @Bendidon
                    Elle avait déjà le triangle ds illuminatis mais on voit pas l’œil  smiley


                  • troletbuse troletbuse 17 janvier 20:33

                    @leekes
                    A condition qu’elle ait un gode, pour Micron.


                  • Octave Lebel Octave Lebel 18 janvier 11:54

                    Deux avis valent mieux qu’ un.

                     ●

                    « La réalité, c’est que la France s’en tire nettement mieux que l’Allemagne dans la deuxième vague. La France l’a anticipée, tandis que l’Allemagne, qui a eu chance de ne pas avoir été trop lourdement touchée par la première vague, a subi, comme le reste de l’est européen, une vague extrême. Résultat, la France a maintenant beaucoup moins de victimes que l’Allemagne (environ 400 décès par jours au lieu du triple pour l’Allemagne) et même du point de vue organisationnel, malgré les différences du nombre d’habitants, la France a réalisé plus de tests que l’Allemagne, respectivement 39,2 millions (60 tests pour 100 habitants) et 36,3 millions 43 tests pour 100 habitants). On verra dans quelques mois ce qu’il en sera pour la vaccination. »

                     ●

                    IFOP, enquête annuelle 2020 :

                    Dans le contexte de la crise sanitaire, l’Allemagne renforce son crédit scientifique.

                    Le pays est avant tout perçu comme influant économiquement, les sondés étant ainsi 62% à estimer que le rayonnement de l’Allemagne est avant tout associable à cette dimension. Comme lors des précédentes enquêtes, c’est la dimension politique qui est ensuite la plus largement associée (20% en premier, 61% au global), loin devant les aspects culturels au sens large. Signe d’une reconnaissance de sa bonne gestion de la pandémie, l’Allemagne bénéficie en 2020 d’un crédit renforcé dans le domaine scientifique (16%, + 5 points). Il est intéressant de noter enfin qu’il existe un clivage générationnel sur la perception du rayonnement du pays : les jeunes Français sont ainsi plus prompts à reconnaitre son influence en matière culturelle."

                     

                    https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2021/01/Synth%C3%A8se-image-de-lAllemagne.pdf


                    • Ouallonsnous ? 18 janvier 20:26

                      @Octave Lebel

                      Cessez de répandre des mensonges !


                    • amiaplacidus amiaplacidus 18 janvier 17:52

                      URGENT !

                      Rakotoarison est demandé de toute urgence au secrétariat pour remettre sa nécro de Jean-Pierre Bacri.


                      • ETTORE ETTORE 18 janvier 19:47

                        Sérieux, ça fout la trouille quand même, un gars comme Rakoto, qui a tellement de cadavres à son actif .

                        lol !


                        • Pere Plexe Pere Plexe 19 janvier 14:58

                          Si par héritage on entends capable de se soumettre aux USA, mais aussi capable d’imposer l’ hégémonie teutonne au reste de l’UE, alors la réponse est malheureusement oui.


                          • Initiativedharman Initiativedharman 20 janvier 14:07

                            J’espère que celui ou celle qui va remplacer Merkel aura une toute autre politique. Y’en a marre de vivre « aux bottes » des allemands.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité