• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Antisémitisme ou antisionisme ?

 Antisémitisme ou antisionisme ?

 

Les incidents qui ont émaillé l’actualité de ces derniers jours ont rouvert le débat public sur l’antisémitisme et l’antisionisme. Mais doit-il s’exercer au détriment de la liberté d’expression ?

 Le problème était déjà sensible depuis quelques temps, avec des tags calomniateurs sur des vitrines de commerces parisiens, voire sur le portrait de Simone Veil. Mais l’agression verbale qu’a subi Alain Finkielkraut, samedi dernier à Paris, en marge d’un défilé des Gilets jaunes, a précipité les choses. L’antisémitisme est réapparu dans toute sa virulence sur la place publique. On ne reviendra pas ici sur les mots odieux de ce salafiste –depuis interpellé – affublé d’un gilet jaune. Cela montre, si besoin était, la complexité de ce mouvement qui rassemble en son nom des personnalités et des revendications complètement hétérogènes. Cela montre aussi les moyens de contrôle, de plus en plus étendus, dont disposent les instances de pouvoir pour refaçonner la société actuelle. Du reste, on peut honnêtement se demander si ces injures, adressées à un citoyen ordinaire et anonyme, auraient déclenchées les mêmes poursuites pénales. Je n’en suis pas du tout certain ; mais il est juste que tous ceux qui ont l’insulte facile à l’encontre des Juifs comme des non-Juifs, sachent qu’ils peuvent écoper d’une amende conséquente, pour peu que la police prenne les plaignants au sérieux.

Un mot, cependant, fait débat depuis cet incident : c’est l’antisionisme. C’est d’ailleurs le mot « sioniste » que l’imprécateur a lancé, parmi d’autres amabilités, à la face de l’académicien consterné. Alain Finkielkraut est-il sioniste dans le sens historique du terme ? Je ne sais pas, mais il est certain qu’il a beaucoup écrit sur l’identité juive, la Shoah et l’attachement à Israël, non sans une bonne dose de sens critique. Néanmoins, je doute fort que ce soit dans le sens premier du mot « sioniste » - c'est-à-dire un partisan d’un état juif en Palestine - que son agresseur l’ait employé. Je crois bien plutôt que c’était, dans sa bouche, un substitut du mot « juif », lequel est devenu interdit dans l’espace public surtout s’il est accompagné par l’adjectif « sale ». 

Dans son discours face aux représentants du CRIF, mercredi soir, Emmanuel Macron ne s’est pas trompé en présentant l’antisionisme « comme une des formes modernes de l’antisémitisme ». Les deux termes, pourtant, ne sont pas équivalents mais l’usage évolutif de la langue, la pression du contexte social, les ont fait, comme tant d’autres, dériver jusqu’à fusionner et faire ainsi de tout Juif un partisan de la politique – répressive et hyper militariste – d’Israël aujourd’hui sous la férule du Likoud. C’est évidemment réducteur car il existe, tant en France qu’en Israël, des Juifs farouchement opposés à l’orientation qu’a donné à son pays Benjamin Netanyahou. Tout comme il existe des Juifs pauvres, sans commune mesure avec ces financiers prétendument maîtres du monde, bêtes noires des antisémites de tout bord depuis deux siècles.

Faut-il cependant aller traquer la haine partout où elle est susceptible de s’exprimer ? Faut-il une loi de plus pour imposer l’éthique et la tolérance, quitte à réduire toujours plus la liberté d’expression en France ? Les poncifs ont la vie dure et les interdits qui les frappent ne font souvent que les renforcer. Ceux qui veulent légiférer sur l’antisionisme ont beau jeu de dire que cette loi ne s’appliquera pas à une critique avisée de l’actuelle politique israélienne. Mais le partage ne sera pas toujours facile à faire entre une exigence de libre parole et un antisémitisme camouflé.

 

Jacques LUCCHESI 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Arogavox 22 février 11:17

    Peut-on prendre au sérieux celles et ceux qui commettent la niaiserie prétentieuse de vouloir légiférer la vertu (ie : qui voudraient rendre obligatoire l’absence de « racisme ») ?

     C’est plutôt un lapsus révélateur d’une manoeuvre tordue visant à noyer le poisson par un marronnier indigeste, nuisible à tous.


    • Pink Marilyn Paracétamol 22 février 11:31

      C’est avant tout le mouvement BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) qui est dans le collimateur.

      Pour s’immuniser contre les réprobations sur son non respect du droit international dans le traitement des Palestiniens, Tel Aviv assimile critique d’Israël et antisémitisme. Ce stratagème avait déjà été relayé en France par Valls, Bernard-Henri Lévy, et Finkielkraut en 2017, quand le parlement européen avait adopté une résolution dictée par l’IHRA dont le Crif (qui a reçu Foutriquet cette semaine) s’était déjà félicité du fait qu’elle «  identifie […] l’antisionisme à une nouvelle forme d’antisémitisme ». Ce n’est donc que la continuation d’un pilonnage médiatico-géo-politique.


      • Massada Massada 22 février 11:35

        Le Français n’est pas antisémite, il aime bien son petit juif.

         
        Il aime le juif lorsqu’il est faible ou pauvre, lorsqu’il est une espèce à protéger, lorsqu’il arbore le sourire d’une victime sacrificielle qu’il faut défendre envers et contre tous.
         
        Le juif en pyjama rayé, le juif assassiné sur le territoire de la République parce qu’il est juif, le juif exécuté dans une école juive, le juif tué dans un hypermarché casher, celui-là, combien il aime à le défendre.

         
        Celui-là est respectable. Celui-là est digne de compassion. Celui-là est digne d’être réconforté. Parce qu’il est faible. Parce qu’il est seul. Parce qu’il est impuissant face au déferlement de haine. Parce qu’il se pare des vertus de l’opprimé. Parce qu’il est innocent.
         
        Le juif qui ferme sa gueule et va sans broncher épouser son destin de victime, celui-là a droit aux condoléances de la République.


        • Shaw Shaw 22 février 11:53

          @Massada

          Le « Gilet Jaune » partage ce destin multiséculaire. Bienvenue dans la réalité, l’ami !


        • Shaw Shaw 22 février 12:00

          @Massada

          C’est toi qui fait la quête là, à 0’10’’ ?

          https://www.youtube.com/watch?v=uhSBzYpel6k

           smiley smiley


        • pemile pemile 22 février 13:43

          @Massada « Le Français »

          Toujours dans vos provos borderlines ! smiley

          Va falloir que l’on demande une nouvelle loi pour que les Israéliens ne puissent plus traiter les français d’abrutis et de couards !


        • phan 22 février 18:06

          Le Français n’est pas antisémite, il aime bien son petit juif, il n’a pas volé son petit pain au chocolat. Par contre quelques patriotes ont filé des secrets de fabrication de la bombe nucléaire (intelligence avec les petits ingrats n’est pas punie par la loi). Sacré Protocole des Sages de Sèvres : bientôt le complotiste est un délit antisémite !


        • Massada Massada 22 février 11:38

          Le Français n’est pas antisémite mais n’aime pas l’Israélien
           

          Ce juif qui se bat pour sa survie, qui prend les armes pour se défendre des agressions des pays alentours, qui s’enorgueillit d’œuvrer au sein d’une armée moderne, ce juif fort, ce juif décidé à ne plus aller à l’abattoir, ce juif résolu à défendre cher sa peau, ce juif qui, revenu des fours crématoires, a juré sur la tombe invisible des millions de déportés, que plus jamais pareille tragédie ne se renouvellera, ce juif, qui est passé de statut de victime à celui de combattant.
           
          Celui-là, d’un coup d’un seul, devient l’ennemi à abattre.


          • Shaw Shaw 22 février 11:50

            @Massada

            Mais non on t’aime Massada ici, beaucoup plus en tout cas que le CRIF, la LICRA, désormais l’État Français et toute la clique qui sont les premiers responsables de ce qui se doit de devenir un état de fait !

            Pas d’ennemi à désigner, pas de profit ! smiley


          • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 22 février 11:51

            @Massada

            ce juif, qui est passé de statut de victime à celui de combattant.
            >cela ressemble quand même beaucoup a de la pleurnicherie ce que tu nous fait la smiley
             


          • Nicolas_M Nicolas_M 22 février 12:10

            @Massada
            « l’Israélien »

            Ce n’est pas l’israélien qui se défend (ou attaque agressivement) les pays alentours. Ce n’est pas l’israélien qui défend cher sa peau, qui est combattant. C’est Israël. Une entité politique détestable pour bien des raisons, et détesté quasiment universellement. C’est pas pour rien que l’ONU condamne régulièrement ce pays.

            Oui, Israël est un ennemi à abattre pour beaucoup, y compris pour certains juifs (International Jewish anti-Zionist Network).

            L’israélien lui n’est pas détesté, ni aimé d’ailleurs. C’est un humain parmi d’autres, avec ses convictions.

            De manière générale plus un être humain habite loin de chez lui plus l’humain se fiche de ce qui lui arrive. Typiquement personne n’en n’a rien à carrer que 5 millions d’enfants soient en train de mourir de faim au Yemen, le tout grâce à la France qui fournit massivement les armes via l’Arabie Saoudite. Pour l’israélien c’est pareil. Il habite loin de la France. Alors qu’il crève ou non, on s’en fiche pas mal. Alors ce qui est arrivé à ses ancêtres, vous pensez bien que personne n’en n’a rien à faire.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 février 12:14

            @Massada

            Vous dites bien la réalité prétendument judéophile de nombreux français.

            Je pense cependant que bien des israéliens, et bien des juifs en France, alimentent l’ambiguïté quand ils parlent de politique sioniste pour parler de politique israélienne, exactement comme leurs adversaires.

            « Sionisme » devrait être considéré, au moins par les israéliens, comme un terme s’appliquant à un mouvement du passé visant à l’établissement d’un État juif, dès lors que celui-ci a été créé.

            « L’antisionisme » apparaîtrait alors plus clairement pour ce qu’il est le plus souvent : la volonté de détruire cet État.


          • JL JL 22 février 12:35

            @Pierre Régnier

             
            ’’« L’antisionisme » apparaîtrait alors plus clairement pour ce qu’il est le plus souvent : la volonté de détruire cet État.

            ’’
             
             Là pour le coup, c’est moi qui conteste : on pourra parler de sionisme et donc d’antisionisme aussi longtemps qu’Israël manifestera son hégémonie et poursuivra son projet d’extension, cf. le grand Israël.
             
             Un internaute n’a-t-il pas révélé ici-même que tous les actes antisémites (ou antisionistes profitaient à ce projet ?
             
             Malheureusement, quelqu’un mal intentionné a fait disparaitre le post !
             
             smiley



          • pipiou 22 février 17:17

            @Massada
            Sauf que le juif ne se bat certainement plus pour sa survie ; à t’écouter on pourrait se dire que le juif est menteur et fourbe, mais ne généralisons pas.

            L’israelien n’aime pas les Français (qui aime-t-il en fait à part les autres juifs ?) parce que le Français n’adhère bas à la politique brutale des Israeliens, et il le dit.

            En bonne pratique l’Israelien taxe le Français d’Antisémitisme et de toute autre accusation malsaine pour le décrédibiliser.

            Il faut savoir une chose : les juifs sont des gens très intelligents, mais comme partout il y a des juifs cons, tarés ou malhonnêtes.
            Et c’est là que les Juifs sont très forts : ils ont décidés de rassembler tous leurs dégénérés dans un même endroit isolé et bien gardé par les arabes : Israel.
            Chapeau pour ce tour de force.


          • OMAR 22 février 20:36

            Omar9
            .
            @Pierre Rénier
            .
            Il fallait détruire l’apartheid ; cette abomination soutenue par Israël et les sionistes.
            https://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/07/22/israel-afrique-du-sud-les-liaisons-dangereuses_4693546_3212.html
            .
            Il faut, pour le bien de l’Humanité, détruire aussi le sionisme, une idéologie analogue à celle du nazisme :
            https://www.voltairenet.org/article153326.html
            .
            Et surtout, merci de ne pas convulser....


          • Cadoudal Cadoudal 22 février 20:50

            @OMAR
            Mon vieux colon, l’apartheid n’est que l’aboutissement logique du dogme colonialiste quand il se trouve confronté à la réalité...

            Plusieurs fois par semaine, des plaintes sont déposées par la société d’énergie pour « occupation illicite du terrain ». Tous les deux jours, le campement est démantelé et les habitants de la rue se plaignent régulièrement des détritus laissés par les migrants, du bruit, des altercations entre exilés alcoolisés et plus largement, du climat d’insécurité qui règne dans la rue

            http://lavdn.lavoixdunord.fr/540597/article/2019-02-21/des-grilles-autour-du-camp-de-migrants-chemin-du-pont-trouille-partir-du-5-mars#Echobox=1550743806


          • OMAR 23 février 09:56

            Omar9
            .
            @Cadoudal
            .
            Et si tu allais distiller ta haine chez ton gourou @moderatus qui vient de publier sur ce même forum, un torchon où, toute honte bue, il déclare : « Aujourd’hui, la France est le seul pays du monde occidental où des Juifs sont assassinés simplement parce qu’ils sont juifs ».
            .
            En un seul instant, 11 juifs furent massacrés dans leur synagogue, à Pittsburgh, aux USA, par un suprémaciste chrétien.
            http://www.lefigaro.fr/international/2018/10/27/01003-20181027ARTFIG00102-fusillade-a-pittsburgh-aux-etats-unis-au-moins-quatre-morts-pres-d-une-synagogue.php
            .
            Infester les réseaux sociaux pour y propager vos mensonges, votre hasbara et vous présenter en hypocrites victimes, voilà votre véritable visage.
            Vous appliquez à merveille, les enseignements de Goebbels..


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 23 février 10:37

            @JL

            Je pense en effet que tous les actes antisémites (ou antisionistes) profitent au projet de « grand Israël ».
            Ce sera le cas tant que le pays auquel a abouti le mouvement sioniste originel ne sera pas sécurisé (garanti par l’ONU qui en avait accepté la création).


          • OMAR 23 février 11:48

            Omar9
            .
            @Pierre Rénier
            .
            Vous jouez sur la « sécurité » d’un « état garanti par l’ONU » qui existe et qui possède un arsenal nucléaire et une armée la mieux équipée au monde contre la Palestine, un autre état pourtant aussi garanti par l’ONU, mais qui est toujours interdit de naissance et dont la population civile ne possède que des lance-pierres pour se défendre...
            .
            Purée, en matière de hasbara, vous êtes une référence....
            Bonjour l’intox....


          • Durand Durand 23 février 15:59

            @Massada

            .

            La résolution 3379 de l’Assemblée générale des Nations unies, titrée « Elimination de toutes les formes de discrimination raciale », adoptée un an après la résolution 3236 de 1974, considère que « le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale »[1]. Elle a été révoquée le 16 décembre 1991[2] par la résolution 46/86.

            https://fr.m.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9solution_3379_de_l%27Assembl%C3%A9e_g%C3%A9n%C3%A9rale_des_Nations_unies

            .


          • CN46400 CN46400 22 février 11:39

            Macron va-t-il envoyer une escouade de CRS à l’Académie pour imposer l’égalité anti-sioniste = antisémite.... ?


            • Pink Marilyn Paracétamol 22 février 12:43

              @CN46400

              bonne question

              en fait, le code pénal définit la circonstance aggravante de racisme en son article 132-76 : « Les peines encourues pour un crime ou un délit sont aggravées lorsque l’infraction est commise à raison de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, de la victime à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. »

              l’"antisémitisme qui n’est pas évoqué en tant que tel dans la loi rentre bien dans cette définition

              ce que Macron s’est engagé à faire au dîner du Crif, c’est d’assimiler l’anti-sionisme (politique) à l’antisémitisme (religieux et/ou ethnique). 
              juridiquement, la seule façon de valider cet engagement serait d’introduire ces deux mots explicitement dans cet article de loi, sinon c’est du pipeau, comme le reste !


            • njama njama 22 février 11:54

              Le sionisme n’est pas une invention juive cqfd.

              Le sionisme est une idéologie politique anglaise du XIX° siècle qui a précédé d’un demi-siècle le Congrès de Bâle (1987)

              « A land without a people for a people without a land » ... "and the Jews ...will probably return in yet greater numbers, and become once more the husbandmen of Judaea and Galilee." Lord Shaftesbury

              (Une terre sans peuple pour un peuple sans terre... et les Juifs ... y retourneront probablement encore en grand nombre, et deviendront une fois de plus les fermiers de Judée et de Galilée !)

              En raccourci ce phénomène migratoire vers Sion c’est l’histoire de la flûte de Hamelin...

              Il est par conséquent susceptible de critiques tant historiques que politiques au même titre que le capitalisme, le fascisme, le nazisme, le communisme, l’islamisme (au sens d’islam politique salafo-wahhabite), le progressisme, le positivisme, ... tous peu ou prou vecteurs de colonisation des esprits et des terres.

              On voit mal comment les termes d’une loi pourraient en interdire la critique !

              D’autre part, s’il a existé depuis des siècles une mystique religieuse du retour à Sion elle était très marginale dans le judaïsme et pas plus ancienne que le sionisme chrétien qui remonte aux Croisades.


              • Odin Odin 22 février 13:47

                @njama

                Bonjour,

                « Congrès de Bâle (1987) »

                Je pense que vouliez écrire 1897, 1er congrès sioniste à Bâle sous la direction de Theodor Herzl, fondateur du mouvement sioniste politique.


              • njama njama 22 février 22:22

                @Odin
                Merci de me rectifier, désolé pour cette erreur frappe clavier numérique

                J’en profite pour rajouter dans cette interprétation de l’histoire coloniale anglaise que Alain Finkielkraut n’est pas du tout sioniste dans ce sens historique du terme parce que si la shoah a quelque chose à voir avec l’histoire des nations du continent européen, la création d’Israël n’a absolument rien à voir avec la shoah... sauf à faire des anachronismes historiques sans queue ni tête. Et dinc il me semble que Finkielkraut comme d’autres nous présentent un mélange des genres.
                Je crois ou préjuge qu’ il n’échappe au bon sens de chacun que la shoah est très largement manipulée politiquement et dans les médias...

                (Perso), j’avoue même avoir été très surpris que le Mémorial Yad Vashem se trouve à Jérusalem en Palestine pour un drame qui s’est déroulé en Europe sans savoir dire non plus où ... il aurait fallu établir ce Mémorial atypique dans l’histoire de l’humanité (?)

                Si le Mémorial Yad Vashem est bien sûr extrêmement symbolique d’une Page extrêmement sombre de l’histoire humaine (du contient européen) ce que chacun admettrait aisément Yad Vashem n’a rien à voir avec ces latitudes orientales qui ne véhiculaient rien d’antisémite, sauf à preuve du contraire... ce que l’on a pas encore vu, lu.


              • Jonas 22 février 22:31

                @njama « Yad Vashem n’a rien à voir avec ces latitudes orientales qui ne véhiculaient rien d’antisémite, sauf à preuve du contraire... ce que l’on a pas encore vu, lu. »

                Les juifs ont été quasiment totalement éradiqué des pays musulmans au XXème siècle.
                1) Algérie

                - 1929-1930 : Incidents dans plusieurs villes de la région de Constantine
                - 3 août 1934 : Violents incidents dans le Constantinois
                - 5 août 1934 : Pogrom au nom du djihad (27 morts) à Constantine (les soldats n’interviennent pas)
                - 1957 : Assassinats à Oran et à Médéa
                - Mars 1958 : Grenades à Boghari
                - 1959 : Grenade à Bou Saada la veille de Kippour
                - 12 décembre 1960 : Saccage de la synagogue d’Alger
                1961 :
                 - Cimetière juif d’Oran profané
                 - Assassinat du célèbre musicien Raymond Leyris à Constantine
                - 2 septembre 1961 : Meurtre d’un juif le jour de Rosh Hashana
                - 5 juillet 1962 : Assassinat et massacres à Oran et notamment dans les quartiers juifs

                1) Egypte
                - Traité de Sèvres, 1918, art. 6-4 : Première atteinte au droit des Juifs autochtones, notion d’appartenance à la race.
                - Lois de la nationalité de 1927 et 1929 privilégiant le droit du sang et l’affiliation arabo-musulmane
                - 1929 : Discrimination administrative
                - Conférence de Montreux (1937) : Indépendance de l’Egypte sous le Roi Farouk, aggravation des lois de la nationalité.
                - 1945-1948 : Exclusion des Juifs de la fonction publique
                - 2-3 novembre 1945 : Émeutes anti-britanniques et antisémites dans plusieurs villes
                - 1947 : Écoles juives sous surveillance pour égyptianiser et arabiser leurs programmes
                - 1947 : Loi sur les compagnies, égyptianisation des affaires publiques et commerciales 75% des employés doivent être de « vrais » égyptiens (arabes ou musulmans) = islamisation du personnel => une majorité de Juifs perdent leur travail
                - Mai 1948-1950 : Ordre aux organisations communautaires de transmettre la liste de leurs adhérents à l’État
                - 14-16 mai 1948 : Arrestations massives (1000 juifs) internés pour accusation de sionisme
                - Juin 1948, loi martiale : Les Juifs sont interdits de quitter l’Égypte pour Israël
                - 2 novembre 1948 : Émeutes et pillages au Caire
                - 1949 : Expulsion des Juifs résidant dans les palais du roi Farouk
                - Février 1949 : Mise sous séquestre des biens des Juifs autochtones et de ceux qui se trouvent à l’étranger
                - Lois de la nationalité (1950-1951-1953-1956) :
                 - Les Juifs autochtones deviennent apatrides : 40 000 personnes deviennent des « étrangers ».
                 - La nationalité est retirée à toute personne engagée dans des actions en faveur d’Etats ennemis ou n’ayant pas de relations avec l’Egypte (en 1956 elles sont définies comme « sionistes »)
                 - retrait des passeports aux partants
                 - 26 janvier 1952 : Samedi noir (émeutes et violences)

                2) Irak
                - Années 1920 : Interdiction de l’histoire juive et de la langue hébraïque dans les écoles juives
                - Années 1930 : Exclusion des Juifs de la fonction publique et de l’enseignement
                - 1932 : Censure des écoles juives (programmes)
                - 1 et 2 juin 1941 : Pogrom (Farhoud) de Bagdad (180 morts, 600 blessés)
                - Juillet 1948 :
                 - Interdiction de quitter le pays
                 - Lourdes amendes sur les Juifs aisés
                - 1948 : Vague de persécutions anti-juives officielles (arrestations, lourdes amendes)
                - Septembre 1948 : Exécution de Shafik Adass, un millionnaire juif
                - 1949 : Persécution contre les membres du mouvement sioniste
                - Loi du 9 mai 1950 : Privation de nationalité pour les Juifs qui quittent l’Irak
                - 12 janvier 1950 : Loi sur le contrôle des banques impliquant la ruine des agents de change, en majorité juifs
                - Juin 1950 : Persécution au Kurdistan. Les Juifs sont contraints de livrer leurs biens et leurs maisons
                - 14 juin 1950 : Attentat contre une synagogue de Bagdad (3 morts, 20 blessés)
                - 10 mars 1951 : Gel des biens des Juifs ayant dû renoncer à leur citoyenneté pour partir

                3) Iran
                - 1968 : Explosion d’antisémitisme
                - 1979
                 - Interdiction des activités sionistes (distinguées des activités « juives »)
                 - Confiscation des biens et propriétés des Juifs
                - 1980 : Difficulté à obtenir des passeports
                - 1979-1980 :
                 - Exécution du président de la communauté juive, Habib Elkanian, accusé de sionisme
                 - Exécutions d’Avraham Brouhim, Albert Daniel et Manotsar Kedochim, notabilités de la communauté juive
                - 2000 : Discrimination dans l’administration, l’université, les sociétés publiques

                3) Liban
                - 1947 :
                 - Étudiants juifs expulsés de l’université de Beyrouth
                 - Fermeture d’associations juives « sionistes » (Club sportif Maccabi)
                 - Licenciement des Juifs dans l’administration, interdiction des associations de jeunesse juive
                - 1967 : Enlèvements et assassinats de Juifs
                - Septembre 1971 : Assassinat du Dr Elia

                4) Libye
                - Janvier 1945 : Émeutes anti juives, pillage des quartiers juifs de Tripoli (60% des biens juifs détruits,135 morts). Les militaires complices.
                 Évacuation forcée des Juifs. Détention provisoire des Juifs de la Hara à Tripoli et à Benghazi.
                - 1948 : Emeutes
                - 12 juin 1951, loi sur la nationalité (art 11, clause 27) :
                 - Les non-musulmans sont astreints à un statut personnel régi par leur tribunaux (rabbiniques), à l’instar des dhimmis de l’époque pré-moderne.
                 - Les Juifs ne sont pas autorisés à voter et à occuper une fonction politique.
                 - loi sur la nationalité : Les Juifs n’ont pas droit à des passeports ou au certificat de nationalité libyenne
                  mais à des documents de voyage dont le renouvellement, à expiration, n’est pas automatique.
                - 1953 : Les Juifs sont soumis à des restrictions et victimes de boycott
                - 1954 :
                 - Interdiction et nationalisation des clubs sportifs Maccabi
                 - Liaisons postales avec Israël suspendues, restriction de l’émigration vers Israël, interdiction du tourisme à destination d’Israël
                - 9 mai 1957 : Décret obligeant les Juifs libyens ayant des parents en Israël à se déclarer au bureau libyen du boycott (or 90% des Juifs étaient déjà partis)
                - 3 décembre 1958 : Dissolution de la communauté juive tripolitaine, désormais administrée par un commissaire
                - 1960 :
                 - Interdiction d’acquérir de nouveaux biens pour les Juifs
                 - Les Juifs ne peuvent pas voter, prétendre à des charges publiques, servir dans l’armée ou dans la police
                 - 2 avril 1960 : Fermeture des écoles de l’Alliance Israélite Universelle
                 - Interdiction d’employer des Juifs dans les entreprises pétrolières
                - 1961, loi n°6 : Séquestre des biens des Juifs se rendant en Israël. Un conservateur général est chargé de les liquider.
                - 15 juillet 1961 : Un certificat de nationalité est exigé pour tout acte commercial mais les Juifs ne peuvent l’obtenir
                - Été 1963 : Une personnalité juive de 84 ans, Halfalla Nahum, est assassinée à Tripoli, des personnalités juives sont agressées et blessées
                - 1967 : Émeutes (10 morts)
                - 1969 : Campagne contre les Juifs
                - 1970 : Cimetières juifs rasés
                - 1970 : Confiscation des biens juifs
                - 1978 : Destruction de 64 synagogues et transformation de 78 synagogues en mosquées ou à Benghazi en église copte.


              • Jonas 22 février 22:32

                @Jonas
                Le Maroc qui compte plus de 35 millions d’habitants a une population...de moins de 4 000 Juifs, soit 0,011% de la population, à peine plus de l’équivalent d’un village.
                La communauté juive marocaine a dû fuir en masse le royaume du Maroc suite aux persécutions subies ces dernières décennies. Elle a trouvé refuge dans les pays occidentaux et en Israël. Donc pas sûr qu’elle soit prête à condamner ceux qui l’ont protégée !

                - 1912 : Sac de Fès et persécution des Juifs
                http://www.israel-infos.net/Le-massacre-de-Fes-dit-Le-Pogrom-de-Fes-17—19-avril-1912-8647.html
                - 1938 : Pogrom à Oujda (4 juifs assassinés), et à Jerada (39 tués, 30 blessés)
                - 1956
                 Indépendance du Maroc, arabisation de l’administration
                 Difficultés à obtenir un passeport pour les Juifs (la famille reste est prise en otage)
                - 26 novembre 1958 : Dahir (décret) de marocanisation des œuvres de bienfaisance juives
                - 7 et 8 juin 1948 : Émeutes anti-juives d’Oujda et Jerrada
                https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89meutes_d%27Oujda_et_de_Jerada
                - 3 août 1954 : Émeute à Sidi Kassem-Petitjean (6 tués)
                - 1958 : Rupture des relations postales avec Israël
                - 1960 : Les entrepreneurs juifs sont obligés d’avoir un associé musulman
                - Janvier 1961, à l’occasion de la visite de Nasser : Les dix jours noirs, exactions policières, 25 élèves de Yeshiva arrêtés
                - Année 1961 : Rançon de 250 dollars par tête de Juif, payée par le Congrès Juif Mondial, pour quitter le pays
                http://yigbin.over-blog.com/article-29389603.html
                - 1961-1962 : Enlèvement et conversion forcée d’une douzaine de jeunes filles
                etc...

                Palestine :
                - pogroms de 1920, 1929, 1936, 1939


              • Jonas 22 février 22:33

                @Jonas
                Syrie :
                - 1947 : Interdiction d’acquérir des biens immobiliers, licenciement des Juifs dans l’administration
                - Novembre 1947 : Pogroms dans plusieurs villes, synagogues incendiées, arrestation de plusieurs centaines de Juifs
                - 1949 : Biens financiers juifs saisis
                - 5 août 1949 : Attentat contre la synagogue de Damas (13 morts, 32 blessés)
                - Février 1950 : Interdiction aux Juifs de travailler dans l’agriculture
                - Avril 1950 :
                 - Loi confisquant les biens des Juifs (maisons, terres, magasins) à Alep, Qamishli, et installation des réfugiés
                 palestiniens dans les quartiers juifs
                 - Caution pour quitter le pays
                - 1958-1961 : Transferts des biens des partants à l’Etat et frais de départ considérables
                - 1960, 1975 : Rançon payée par une mécène juive du Canada pour quitter le pays
                - 1967 :
                 - Nomination de directeurs musulmans dans les écoles juives
                 - Licenciements de travailleurs juifs au profit de Palestiniens, licenciement des médecins et
                  pharmaciens juifs
                - 1973 : Interdiction de toute communication avec l’extérieur

                Tunisie

                - Janvier 1952 : Émeutes contre la Hara de Tunis (1 mort)
                - 1956 :
                 - Indépendance de la Tunisie, tunisification de l’administration
                 - Relations postales avec Israël supprimées
                 - Mise en coopérative de l’économie (industrie et commerce) du pays. Les entrepreneurs juifs sont obligés d’avoir un associé musulman
                 - Agressions nocturnes
                - 1957 : Expropriation du vieux cimetière de Tunis
                - Loi du 11 juillet 1958, spécifique au judaïsme : Remplacement des communautés juives par des commissions provisoires du culte israélite
                 et suppression du statut personnel des Juifs
                - 1960 : Destruction de la grande synagogue de Tunis
                - Juillet 1961 : Violences après l’affaire de Bizerte
                - 1961-1962 : Les Juifs quittant le pays ne peuvent sortir qu’un dinar (2 euros)
                - 6 juin 1967 : Pillage du quartier juif de Tunis et grande synagogue saccagée
                - 1982 : Assassinat de Juifs à Djerba
                - 11 avril 2002 : Attentat contre la synagogue de Djerba


              • Jonas 22 février 22:36

                @Jonas
                Turquie des Jeunes Turcs, de 1923 à 1945 :
                - Juin-juillet 1934 : Pogroms de Thrace
                - Mai 1941 : Création de bataillons de travaux forcés de conscrits non-musulmans
                - 1942 : Imposition du capital appliquée sélectivement aux Juifs

                Yémen
                - 1913 : Imposition de la Sharia, aggravation de la condition du dhimmi
                - 1922-1928 : Décrets sur la conversion forcée des orphelins, exclusion des Juifs de la fonction publique et de l’armée
                - 1931 : Émeutes
                - 1947 : Émeutes et pillages : 80 morts
                - 1948 : Accusation de crime rituel
                - 1948 : L’imam Ahmad oblige les Juifs à transmettre aux Yéménites leur savoir faire dans les métiers de l’artisanat et du commerce avant de quitter le pays.
                - 1949 :
                 - Interdiction formelle de sortir du pays (à l’œuvre depuis toujours)
                 - Établissement de la liste des biens et propriétés des Juifs, base de rançonnement ultérieur


              • njama njama 23 février 09:37

                @Jonas

                Vos commentaires sont truffés de références post ww2 anachroniques et hors sujet par rapport au sionisme et à la Shoah qui, je maintiens n’a rien à voir avec les nations étrangères à l’Europe.

                Wikipedia : Le mémorial de Yad Vashem (יד ושם) est un mémorial israélien situé à Jérusalem, construit en mémoire des victimes juives de la Shoah perpétrée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Parlement israélien, la Knesset, a décidé sa construction en 1953 en votant la loi du mémorial.

                « Et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs une place (Yad) et un nom (Shem) qui ne seront pas effacés », Isaïe 56, 5.

                -----------

                Si pertinence il y avait bien sûr de faire un Mémorial, un lieu de deuil et de Mémoire, c’est une création israélienne qui dit en passant dans le fil du projet colonial sioniste qui a manipulé la judéité depuis le XIX° siècle, comme l’idée d’un peuple, d’une nation juive, manipule également par une analogie douteuse ce verset d’Isaïe sorti de son contexte adressé « Aux eunuques qui garderont mes sabbats... » (si toutefois la référence biblique a réellement été associée au Mémorial ce que je n’ai pas vérifié)

                https://www.info-bible.org/lsg/23.Esaie.html#56


              • Jonas 23 février 10:17

                @njama « Vos commentaires sont truffés de références post ww2 anachroniques »

                Vous avez écrit, je cite :
                Yad Vashem n’a rien à voir avec ces latitudes orientales qui ne véhiculaient rien d’antisémite, sauf à preuve du contraire... ce que l’on a pas encore vu, lu."

                L’antisémitisme islamique existait avant, pendant et après la seconde guerre mondiale.
                Dans les pays musulmans, les chaînes de télévision publiques assènent depuis des années une violente propagande antisémite devant des millions de téléspectateurs, en expliquant pourquoi les juifs sont une sale race qui doit être exterminée.


              • njama njama 23 février 10:51

                @Jonas
                Quel intérêt pour tous ces pays du Machrek ou du Maghreb de pousser leurs concitoyens juifs à l’ exode vers la Palestine ? en bref de donner du grain à moudre au projet sioniste ? A l’évidence, aucun bien sûr. On ne peut s’opposer à une cause en l’alimentant, à moins d’être très très stupide !

                https://www.agoravox.fr/commentaire5290555
                Si preuve de paternité il y a que le sionisme était bel et bien un projet colonial de l’impérialisme britannique (et français) et non pas un projet juif dont Herzl aurait été l’inspirateur et la figure de proue c’est bien la Palestine mandataire accouchée au forceps dans la suite du démantèlement de l’empire ottoman...
                https://fr.wikipedia.org/wiki/Palestine_mandataire
                Conférence de San Rémo 1920 Un comité supérieur, composé de représentants britanniques, français, italiens, grecs, japonais et belges, s’y réunit afin de fixer le sort des provinces arabes de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, et de préparer les conditions du traité de paix avec la Turquie prévu pour le mois d’août de la même année, à Sèvres.

                Le 24 avril 1920, le Comité supérieur place la Palestine sous un mandat du gouvernement britannique. Les Français reçurent un mandat sur la Syrie et le Liban. Les décisions relatives aux territoires ottomans font l’objet du traité de Sèvres.

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_San_Remo_(1920)


              • Jonas 23 février 11:19

                @njama "Quel intérêt pour tous ces pays du Machrek ou du Maghreb de pousser leurs concitoyens juifs à l’ exode vers la Palestine ?"

                Ce n’est pas une question d’intérêt, c’est une question religieuse, la haine du juif dans les textes sacrés de l’Islam.

                Le sionisme, c’est la création d’un état pour le peuple juif, être antisioniste, c’est militer pour la destruction de cet état.
                Rappelons qu’Israël est un état parmi d’autres, construit après le démantèlement du califat ottoman.
                Quelle est la particularité de cet état parmi tous les autres ? Il est juif, les autres sont musulmans.
                Les musulmans n’admettent pas qu’un peuple qui a vécu un millénaire au statut de dhimmi sous les différents califats, c’est-à-dire des citoyens de seconde zone humiliés par les autorités musulmanes, puisse avoir un état autonome.
                D’où la violente propagande islamique à l’échelle internationale menée pour détruire cet état.
                Cette revendication est doublée d’un message messianique islamique : les musulmans seront persécutés sur Terre tant qu’il y aura un juif en vie.
                « Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants. »
                Le Coran 5:82

                "Selon Abou Hourayra, le Prophète Mohamed a dit : « L’Heure ne viendra pas tant que les musulmans n’auront pas combattu les juifs qui n’auront d’autre recours que de se cacher derrière les pierres et les arbres qui diront : “ Musulman ! Voici un juif qui se trouve derrière moi, viens donc le tuer ! ”, à l’exception d’un arbre appelé gharqad et qui est un des arbres des juifs. »
                sahih Boukhari authetique - Le jardin des vertueux p500

                -------------
                Le 24 avril 1920, le Comité supérieur place la Palestine sous un mandat du gouvernement britannique. Les Français reçurent un mandat sur la Syrie et le Liban.

                Est-ce que vous êtes aussi antilibaniste, antisyriste et antijordaniste ? Contre les projets politiques de création des états jordaniens, syriens, et libanais dans les années 1920 ?
                Vous manifestez aussi contre l’Algérie, pays créé à partir d’un projet politique mené par la France à partir de 1830 ?


              • njama njama 23 février 13:32

                @Jonas

                Je dis simplement que la création d’Israël n’a rien à voir avec les pogroms, la shoah (méga-pogrom), ni avec l’anti-judaïsme chrétien (catholique et anglican surtout il faut dire), ou l’anti-judaïsme musulman dont vous supposez le Coran en être le vecteur, je dis sources historiques à l’appui que le sionisme est une construction anglaise à la base, dans le droit fil de l’impérialisme britannique.
                Cela n’a rien ni d’antisémite, ni d’antisioniste, c’est juste un constat.

                Rattacher la création d’Israël (projet politique s’il en est d’accaparements de terres, de spoliations, c’est à dire au final de colonialisme ou à ce qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau) à une persécution universelle et séculaire des Juifs depuis l’avènement du christianisme en passant par l’islam qui lui est postérieur est simplement une méga-imposture intellectuelle.

                Il m’apparaît nécessaire de sortir de cet endoctrinement pogroms / shoah => création d’Israël, de déniaiser les masses populaires et de revenir à une réalité bien plus prosaïque très éloignée de postures théologiques, ou d’un racisme (ou ethno-racisme) primaire anti-juif.
                Si il y eut quelques pogroms, assassinats de Juifs sous d’autres latitudes que celles de l’Europe, pour l’essentiel des persécutions c’est bien en Europe qu’elles se sont produites.


              • Jonas 23 février 14:38

                @njama "Si il y eut quelques pogroms, assassinats de Juifs sous d’autres latitudes que celles de l’Europe, pour l’essentiel des persécutions c’est bien en Europe qu’elles se sont produites."

                Absolument pas. Le jihadisme islamique a fait près de 270 millions de morts depuis 1400 ans à travers le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Asie et le continent européen.
                L’Islam a ruiné en totalité les civilisation arabes, perses, assyriennes, berbères et une partie de l’Inde, tenté de soumettre l’Europe au califat islamique, avant que les chrétiens ne s’allient et ne foutent toute cette engeance dehors.


              • Jonas 23 février 14:42

                @njama « le sionisme est une construction anglaise à la base, dans le droit fil de l’impérialisme britannique. »

                Et alors ? Je peux dire aussi que l’Algérie est «  une construction française à la base, dans le droit fil de l’impérialisme colonial français. »

                Est-ce qu’il faut pour autant maintenant détruire l’Algérie, manifester contre l’existence de l’Algérie, et insulter de « raciste ! » de « sale Algérien ! » les ressortissants de ce pays dans la rue ?


              • njama njama 23 février 16:34

                @Jonas
                Oui on peut voir la conquête de l’Algérie en 1830 dans le droit fil de l’impérialisme colonial français, un des premiers jalons du démantèlement de l’empire ottoman par les puissances impérialistes du XIX°siècle, une aventure qui s’est mal terminée pour les colons français... ce qui risque d’arriver à Israël s’il poursuit sa politique d’apartheid et de nettoyage ethnique.

                La solution pour Israël est politique, elle passe par définir ses frontières (celles de 1967 en libérant les « territoires occupés », avoir une Constitution qu’il n’a toujours pas depuis 1948, et s’il veut prétendre être un État démocratique, la règle universelle c’est « one man, one vote » !

                Réalité encore bien éloignée de la situation actuelle car visiblement depuis sa création Israël n’a jamais cherché la paix, pour la seule raison qu’elle l’empêcherait de poursuivre son idéologie politique mâtinée de talmudisme, la colonisation de la Palestine...
                L’avenir d’Israël restera très incertain et fragile tant qu’il poursuivra sa politique toxique, faut-il donc le plaindre, écouter ses sempiternelles jérémiades alors qu’il est cause de son propre malheur.


              • Durand Durand 23 février 19:02

                @njama

                .

                « pas plus ancienne que le sionisme chrétien qui remonte aux Croisades. »

                C’est dommage de conclure votre post par une ânerie !...L’idéologie religieuse et géostratégique qui sous-tendait les croisades n’avait absolument rien à voir avec le sionisme des évangélistes chrétiens du 19ème siècle et encore moins avec le sionisme israélien..., ”sionisme juif” étant un oxymore.

                .


              • njama njama 24 février 16:00

                @ Durand

                Pour le sionisme catholique la référence lyrique liée aux Croisades est Bernard de Clairvaux † 20 août 1153 (?) Éloge de la nouvelle chevalerie
                Liber ad milites Templi de laude novae militiae
                http://fr.wikisource.org/wiki/De_Laude_novae_militiae

                extraits chapitre III

                "Que la doublé épée des chrétiens soit tirée sur la tête de nos ennemis, pour détruire tout ce qui s’élève contre la science de Dieu, c’est-à-dire contre la foi des chrétiens, afin que les infidèles ne puissent dire un jour : Où donc est leur Dieu ?

                6. Quand ils seront chassés, il reviendra prendre possession de son héritage et de sa maison dont il a dit lui-même, dans sa colère : " Le temps s’approche où votre demeure sera déserte " (Mt XXIII, 38), et dont le Prophète a dit en gémissant : " J’ai quitté ma propre maison, j’ai abandonné mon héritage " (Jr XII, 7) ; et il accomplira cette autre parole prophétique : " Le Seigneur a racheté son peuple et l’a délivré ; aussi le verra-t-on plein d’allégresse, sur la montagne de Sion, se réjouir des bienfaits du Seigneur ". Livre-toi donc aux transports de la joie, ô Jérusalem, et reconnais que voici les jours où Dieu te visite. Réjouissez-vous aussi et louez Dieu avec elle, déserts de Jérusalem, car le Seigneur a consolé son peuple, il a racheté la Cité sainte et il a levé son bras saint aux yeux de toutes les nations. Vierge d’Israël, tu étais tombée à terre, et personne ne se trouvait qui te tendît une main secourable ; lève-toi maintenant, secoue la poussière de tes vêtements, ô vierge, ô fille captive, ô Sion, lève-toi, dis-je, et même élève-toi bien haut et vois au loin les torrents de joie que ton Dieu fait couler vers toi. On ne t’appellera plus l’abandonnée, et la terre où tu t’élèves ne sera plus une terre désolée, parce que le Seigneur a mis en toi toutes ses complaisances et tes champs vont se repeupler. Jette tes yeux tout autour de toi et regarde ; tous ces hommes se sont réunis pour venir à toi ; voilà le secours qui t’est envoyé d’en haut. Ce sont ceux qui vont accomplir cette antique promesse : " Je t’établirai dans une gloire qui durera des siècles et ta joie se continuera de génération en génération : tu suceras le lait des nations et tu seras nourrie aux mamelles qu’ont sucées les rois " (Is LX, 15). Et cette autre encore : " De même qu’une mère caresse son petit enfant, ainsi je vous consolerai et vous trouverez votre paix dans Jérusalem « (Is LXVI, 13). ... »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès