• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Après le génocide

Après le génocide

JPEG

André Versaille, grand intellectuel belge à vocation internationale, écrivain d'immense talent, porte maintenant depuis de nombreuses années un regard sensible et réaliste sur le monde, celui marqué par les humains.

Devenu cinéaste, il a tourné "Rwanda, la vie après - Paroles de mères" et il vient de réaliser "Rwanda, un génocide en héritage". Un chef d'oeuvre de délicatesse, d'écoute pour une catharsis indispensable.

Avec son équipe, il s'est rendu sur place à la rencontre de ceux qui, alors, n'étaient pas nés, mais qui, en naissant, ont automatiquement porté l'indicible poids des horreurs commises. Depuis, comme toujours après des atrocités, ceux-là, leur famille, leurs amis vivent dans un assourdissant et douloureux silence.

André Versaille, dont les yeux attentifs invitent à la confiance, a commis l'exploit de libérer leur parole. Ils sont là, en plan rapproché, comme proches de nous.

Un père a tué. Il a purgé une longue peine. Il s'est mis, ensuite, au service des autres. Grace à André, le fils a pu confronter ses interrogations avec le père. Ils se découvrent, carrément. Le ton est calme. On est dans une nécessité d'apaisement.

Cette mère l'est devenue suite aux viols subis à seize ans de la part d'un chef militaire. Aujourd'hui, son fils a 25 ans. Il sait l'amour de sa mère. Il est hanté par l'image inconnue de son père biologique. Ils ont compris l'extraordinaire opportunité apportée par André de se parler en toute transparence pour faire exploser les non-dits, le mal être-ancré en chacun. Elle gardera, pendant la conversation, les mains croisées, les yeux fermés, la voix posée. Il maintiendra une attitude calme et il ne laissera échapper que quelques larmes.

Et nous avons été spectateurs de ces improbables dialogues, sans jamais tomber dans le voyeurisme. Le fait qu'André lui-meme en soit dénué semble interdire toute approche malsaine.

Ce reportage d'une heure est le fruit de jours entiers de rencontres, menées à pas feutrés, dans une manière d'intimité inhabituelle. Alors, le générique défile et nous restons sans voix, la gorge nouée devant cette douleur enfin libérée et la force de la réconciliation.

Françoise Beck

Crédits photos : "Rwanda, un génocide en héritage", copyright Cinétévé


Moyenne des avis sur cet article :  1.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • medfichouche medfichouche 12 avril 12:08

    Bonjour Françoise !

    Il n’y a aucun doute, le génocide au Rwanda est bel et bien l’oeuvre de la France, pour ce qui est des séquelles, il en restera certainement. 


    • Albert123 12 avril 14:24

      la France n’existe depuis 200 ans que dans le cœur des français, c’est la république d’abord parasite puis désormais nuisible qui impose la cadence depuis tout ce temps. 

      La logique et le traitement qui a été fait du résultat du vote du référendum de 2005 devraient vous empêcher de condamner la France pour des choses dont elle n’est en rien responsable car elle est dépourvue de toute forme de souveraineté au profit d’une minorité républicaine qui lui impose son agenda.

       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès