• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Arkéa : la rémunération variable illégale de nos dirigeants

Arkéa : la rémunération variable illégale de nos dirigeants

Pas un jour ne passe sans qu’une nouvelle polémique frappe les patrons d’Arkéa. Au programme aujourd’hui, les rémunérations variables que se sont octroyées Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal en toute illégalité pendant une décennie.

«  Arkéa : les dirigeants rémunérés en toute illégalité  ». Tel est le titre que vous pourrez trouver sur le site de Mediapart ces jours-ci. Preuves à l’appui, le journal affirme ainsi que nos patrons se sont octroyé plus de 8 millions d’euros de rémunération variable depuis 2010 en toute illégalité.

Déjà, qu’ils émargent à des salaires largement supérieurs à certains patrons du CAC 40, alors qu’Arkéa est une banque mutualiste je vous le rappelle, on apprend aujourd’hui qu’une partie de cette rémunération était tout simplement illégale.

Dans une banque coopérative comme la nôtre, la loi interdit en effet au président et à son directeur de percevoir une rémunération variable, sauf si les statuts le permettent. Or, ce n’est pas le cas au sein du Crédit Mutuel Arkéa.

Le hasard fait bien les choses, Jean-Pierre Denis a récemment engagé une réforme des statuts de notre banque qui lui permettrait de contourner cette loi et lui donnerait par la même occasion tous les pouvoirs. Mais cette même réforme ferait passer Ronan Le Moal au second plan. Et c’est justement cette réforme tant désirée par Jean-Pierre Denis qui serait la cause de la dégradation des relations entre les deux hommes — en plus de l’échec à venir de leur projet d’indépendance — et donc de la démission de notre directeur.

Interrogés par Mediapart sur ce sujet, les deux compères ont botté en touche. Idem quand la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, par la voix de son directeur général, Pierre Édouard Batard, a adressé un ultimatum aux deux dirigeants concernant leurs émoluments.

La question adressée par Mediapart à Jean Pierre Denis et Ronan Le Moal à ce stade est la suivante : «  comptez-vous rembourser ces sommes indues que vous avez perçues  ?  ». Les deux hommes n’ont bien évidemment pas répondu. Mais on peut tout à fait imaginer la réponse…

Les véritables projets de Jean-Pierre Denis s'éclaircissent au fil des polémiques, à savoir comme l’indique Mediapart : devenir irrévocable, être tout-puissant, et rester richissime…

Dans toute cette histoire, les dindons de la farce sont encore et toujours les sociétaires et salariés du Crédit Mutuel Arkéa. Bien loin des émoluments de nos patrons, nous risquons du jour en lendemain d’être mis à la porte sans ménagement si nous ne soutenons pas les projets insensés de Jean-Pierre Denis. Pour ce qui est des sociétaires, c’est leur argent qui est danger, eux qui n’ont rien demandé et qui, pour la plupart, n’ont pas idée de ce qu’il se trame dans leur banque…


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    



    • Marcus Hadock 20 février 12:58

      Ne soit pas irrespectueux ! pauvre mec.

      Ces 2 qui se disent patrons s’en mettent pleins les poches avec une grosse partie de façon illégale avec l’argent des sociétaires et mettent en danger des milliers d’emplois dans une région qui n’a pas besoin de cela.
      Le seule réponse de JPD, aurait été de poser sa démission. Au lieu de cela, il s’accroche à sa corne d’abondance.
      Si t’es pas sociétaire, je ne comprend pas ta réaction à cet article. Alors continue de te « b... » sur d’autres articles.

       


      • Marcus Hadock 20 février 13:04

        @Marcus Hadock
        Je rajoute, les 2 « patrons » auraient du, en même temps que poser leurs démissions de rembourser ce « vol », abus de biens sociaux...
        Dans n’importe quelle entreprise on appelle cela des patrons voyous et si c’était un salarié, on le licencierait pour faute lourde.


      • zygzornifle zygzornifle 20 février 15:26

        on apprend aujourd’hui qu’une partie de cette rémunération était tout simplement illégale.

        ils sont prêt a renter au gouvernement Macron ....


        • eddofr eddofr 20 février 16:26

          En même temps, ma bonne dame, les « Crédits Mutuels » de nos jours, c’est plus ce que c’était ...

          J’ai du mal moi, pauvre sociétaire du Crédit Agricole à comprendre pourquoi je suis devenu propriétaire d’une banque privée comme le Crédit Lyonnais ... et surtout, quel profit j’en retire en tant que sociétaire ...


          • Marcus Hadock 20 février 16:55

            @eddofr
            La seule chose que je sois sûr, c’est le crédit agricole et donc ses sociétaires qui sont les bénéficiaires, mais je ne connais pas le profit pour le sociétaire.
            Pour le Crédit Mutuel Bretagne, les seuls bénéficiaires ... pardon il est seul maintenant, le seul bénéficiaire est Jean-Pierre Denis.


          • chantecler chantecler 20 février 18:59

            Le scandale est répandu :

            Combien de sociétés d’assurances ( privées) complémentaires se déclinent en , se prétendent mutuelles ?

            Et les médias n’hésitent pas à nous enfumer sur ce plan ( c’est aussi ça le néolibéralisme , tordre le sens , le langage)...

            Rappel : une mutuelle n’est pas censée faire du bénéfice , rémunérer des actionnaires , des dirigeants très gourmands ...

            Une société d’assurances complémentaires, si .


            • Marcus Hadock 20 février 22:30

              @chantecler
              tout à fait vrai !
              Le CMB est mutuelle, le Groupe Arkéa et les filiales malheureusement non.
              Pourtant l’entité principale est le CMB et les salaires mirobolants et en partiellement illégaux sont gérer par une structure Arkéa.


            • Attila Attila 21 février 00:20

              @Marcus Hadock
              « Le CMB est mutuelle, le Groupe Arkéa et les filiales malheureusement non.  »
              Ah ! L’auteur dit le contraire :
              «  alors qu’Arkéa est une banque mutualiste je vous le rappelle »
              .
              Mutuelle ou pas mutuelle ?
              .


            • eddofr eddofr 21 février 16:34

              @Attila

              En réalité, la seule distinction qui reste est que la banque « mutuelle » appartient aux sociétaires alors que la banque commerciale appartient aux actionnaires.

              Mais même ça ...

              A l’origine, les banques mutualistes et ou coopératives étaient essentiellement locale et se sont progressivement fédérées au niveau régional puis national.

              Le problème c’est qu’aujourd’hui, l’organisation est tellement complexe que les vrais mutuelles (et leurs sociétaires) n’ont plus vraiment voix au chapitre.

              La filiale Régionale dirige ses ’maisons mères’ locales, la fédération nationale est une holding, qui elle même possède des promoteurs, des banques commerciales, des journaux, ... Et la loi ne sanctionne pratiquement jamais les libertés prises par les dirigeants avec les statuts et les règles démocratiques ...

              https://www.creditmutuel.fr/fr/groupe/banque-solide/filiales.html

              Rappelez-vous en lisant, c’est sensé être un crédit mutuel (collectiviser les ressources des sociétaires pour permettre à chacun d’eux d’obtenir un service bancaire qu’une banque capitaliste leur aurait refusé ou accordé à un coût exorbitant).


            • Marcus Hadock 21 février 22:11

              @Attila

              Bonjour,
              Je comprends votre interrogation.
              Les caisses du Crédit Mutuel de Bretagne (c’est le nom affiché lorsque vous entrer dans une caisse de Crédit Mutuel en Bretagne) sont des mutuelles. Ils appartiennent aux sociétaires et ont un agrément.
              Elles sont affiliées à la Fédération du Crédit Mutuel qui elle-même est affiliée à la Confédération, autant que je me souvienne.
              C’est pourquoi (Groupe) Arkéa, différentes structures ont été mise en place (par JPD et RLM ?) pour faire croire que c’est une autre banque et prendre le contrôle du CMB.
              D’où ma distinction entre CMB et Arkéa. Il me semble qu’une décision en défaveur d’Arkéa a été acté pour ne pas utiliser dans les caisses la dénomination « Arkéa ».

               @Eddofr

              A l’origine, les banques mutualistes et ou coopératives étaient essentiellement locale et se sont progressivement fédérées au niveau régional puis national.

              Le problème c’est qu’aujourd’hui, l’organisation est tellement complexe que les vrais mutuelles (et leurs sociétaires) n’ont plus vraiment voix au chapitre.

              C’est exactement cela. Sauf que prendre le contrôle des caisses leur a posé de sérieux problèmes. Tous les Présidents de caisse ne sont allé dans le sens « d’Arkéa » et continu de faire les AG pour décider pour leur caisse. 

              Les autres présidents « aux ordres » font des journées portes ouvertes. smiley


            • Marcus Hadock 21 février 22:15

              @Marcus Hadock
              Veuller m’excuser @Eddofr, je ne vous ai pas salué !
              Bonjour, smiley


            • Attila Attila 22 février 00:15

              @Marcus Hadock
              @eddofr
              Merci de vos réponses. C’est éclairant, en effet.

              .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

BretonEnColère


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès