• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Arnaud Montebourg, ou les ambiguïtés de « l’impétrant (...)

Arnaud Montebourg, ou les ambiguïtés de « l’impétrant »

 

Ira-t-il ? Ou…Ira-t-il ?

Officiellement, Arnaud Montebourg réfléchit encore à sa candidature à la présidentielle de 2022. Selon ses amis, l’annonce définitive devrait survenir imminemment sous peu, avec le printemps.

 

On voit toutefois mal pour quelle raison l’impétueux « impétrant » (selon le terme qu’il affectionne), 3e homme malheureux des primaires de la gauche en 2017 et 2012, ferait de nouveau une croix sur son destin national.

 

Coïncidence, ce retour annoncé suit de près la publication, en novembre 2020, de L’Engagement, « récit intime et édifiant » de ses 2 années passées dans la lumière de la présidence Hollande, entre le célèbre discours du Bourget du 22 janvier 2012, et son départ du Ministère de l’Économie, le 24 août 2014.

 

Dans cette chronique d’une rupture inéluctable, le lecteur croise des Mohicans et des hussards, « l’esprit de la marinière » et l’esprit de pantouflage des « énarques bercyens », « Frwançoois » et Barack, Alstom et la vilenie états-unienne, Colbert et le redressement productif, les tandems interchangeables Hollande-Ayrault puis Hollande-Valls. Bien évidemment, on y revisite de l’intérieur la trahison fondatrice du hollandisme, le refus de la nationalisation temporaire des hauts-fourneaux de Florange, le 1er décembre 2012, en dépit de « la promesse de la camionnette » du 24 février de la même année.

 

Récit personnel, mais aussi livre-programme plutôt convainquant, lorsque Montebourg se propose de revisiter « la leçon de Colbert » et de Keynes en réalisant « l’Union Sacrée » pour la défense de l’appareil productif national, une économie qui resterait d’essence libérale et capitaliste, mais où l’État n’hésiterait plus à intervenir, protéger, soutenir l’action privée :

 

« pas la substitution de l’État à l’économie, dans je ne sais quelle économie administrée [mais] l’art d’édicter des règles » (p 64). « L’État ne pouvait pas réussir seul, et le privé pas davantage » (p 229).

 

« Des idées finalement pas très neuves » dans l’Histoire (p132), mais qu’on ne laisserait pas (pour une fois !) à l’état de « mots prétextes pour se hisser sur le pavois » (p 369), d’incantations creuses pour campagne électorale, oubliées dès l’élection acquise : déjà pas si mal.

 

Le made in France serait aussi un puissant facteur d’union nationale, « un modérateur des tensions qui traversent la société française », une « force unificatrice capable de rassembler l’ouvrier syndicaliste de la CGT […], le petit patron sous-traitant […], l’écolo militant […], et le patriote exacerbé [...] » (p 228).

 

On ne peut que le suivre en convenant que, n’ayant pas grand-chose à perdre, il vaut toujours mieux essayer, même si la réussite n’est jamais certaine, que de rester les bras croisés et ne rien faire.

Qui donc pourrait s’opposer à la sauvegarde d’une industrie nationale dévastée, sinon des bureaucrates obtus, des politiciens planqués ou couards (ou les deux à la fois), des journalistes stipendiés, des promoteurs sectaires de « la start up nation » (suivez mon regard !), des banquiers d’affaires défenseurs des intérêts de « la fabrique de l’argent » (re-suivez mon regard !) ?

Oui, on se le demande bien…

 

Mais pourquoi, alors, une fois le livre refermé, cette impression d’avoir été à demi charmé par une plaidoirie de prétoire, où l’avocat escamote ou déforme la part de réalité qui ne va pas dans le sens de ses conclusions ?

 

Est-ce l’ancienne profession de l’ancien Ministre ? Les quelques génuflexions devant le covid (p260), épidémie qui démontre tout (et son contraire) ? Les railleries envers son « honorable successeur » à Bercy, « Julien Doré de la politique » (p200 à 207), « transformiste », « chanteur de variétés » ? Les quelques attaques nominatives contre certains de ses anciens collaborateurs d’énarques ? Pas vraiment.

Pas question non plus d’incriminer ce qui était absent du livre (ce n’était pas un programme de politique générale), il s’agit bien de ce qui était dedans.

 

Alors quoi ?

Le grain de sable, qui finit par sauter aux yeux, page après page. Il s'appelle Austérité.

 

Tout d’abord, celle de l’exécutif Hollande-Ayrault, qui est qualifiée, avec insistance, d’apocalypse sur Terre :

« une ponction digne des Diafoirus et des médecins de Molière » (p337).

« Ponction énorme et jamais réalisée depuis des décennies » (p350).

« politique radicale d’austérité » (p340).

« des mesures aussi dangereuses qu’inhumaines » (p 341).

« une période inimaginable d’austérité par les mesures les plus dures que la France avait connue depuis longtemps » (p 335).

On parle bien ici de la France, non pas de la Grèce mise sous tutelle et ravagée socialement.

 

Avantage du récit littéraire et intime, rien n’est chiffré, rien n’est démontré. Tout juste est-il précisé que « nos indicateurs précis à Bercy » démontraient « graphiques de l’INSEE à l’appui, que les ménages avaient perdu 1000 euros de pouvoir d’achat en deux ans » (p350). On veut bien le croire, mais quels impôts précisément François Hollande a-t-il fait exploser ?

Ce tableau noir flirte même avec le ridicule lorsqu’on lit, p344, que les résultats des mesures fiscales décidées à l’été 2012 « se faisaient sentir dès le début de l’année 2013 ». Diantre. Si vite ?

 

J’ai surtout vu le hollandisme fiscal comme un immobilisme parmi d’autres, en dépit des promesses de grande réforme (encore une trahison fondatrice) :

Le CICE et la hausse de la TVA (de 19,6 à 20%), soit le contraire d’une réforme : après avoir hurlé contre le projet de « TVA sociale » repris par le sarkozysme finissant, on faisait pareil, en atténué.

Aussi des baisses de charges accordées après des protestations agricoles en 2015, l’abandon de la taxe poids lourds après la révolte de la Bretagne. Mais ces mouvements sociaux n’étaient pas le fait de particuliers écrasés d’impôts, ils venaient du monde des indépendants et de la petite entreprise plutôt à droite, et, comme toujours, « écrasé de charges ».

 

C’est surtout du côté de son successeur Macron qu’on a vu une politique déflationniste et austéritaire assumée envers les particuliers1 s’appuyant à l’occasion sur une écologie brutale et égoïste.2 L’embrasement des gilets jaunes en novembre 2018, puis l’épidémie de Covid au printemps 2020 ont quelque peut contrarié ce mouvement.

 

On a presque l’impression étrange de lire avec Montebourg une critique du quinquennat Macron, mais adressée au quinquennat Hollande.

 

Effectivement, « payer ses dettes n’a jamais constitué un projet de société » et les dogmes budgétaires européens, abandonnés à cause du Covid, « ne servent à rien » (p380). Mais la proposition s’inverse aisément.

L’endettement peut être bénéfique s’il finance l’investissement. Mais, même s’il n’y a pas « le feu à l’hacienda », faire des dettes pour payer ses dépenses courantes (comme c’est beaucoup le cas en France) ne fait pas non plus un projet de société.

 

Encore le pire est à venir. La politique de « relance » voulue par Montebourg, dont le refus par l’exécutif justifie sa démission, est précisément décrite comme « la redistribution de 15 milliards d’euros aux ménages » (p370)

Sauf qu’il est pour le moins curieux qu’un ancien ministre du redressement industriel feigne d’ignorer qu’une telle politique, menée seule, ne profite pas tant que cela à l’économie nationale….si celle-ci a du mal de répondre à la demande. Plus précisément, c’est ce qui a été fait avec Mitterrand en 1981, mal fait sans doute, puis abandonné en 1983. Peut-on vraiment croire que 30 ans plus tard, avec une industrie dévastée, des importations déjà massives, les conséquences auraient été différentes ?

 

Mêmes confusion et omissions surprenantes lorsque Montebourg reprend bizarrement à son compte l’autosatisfaction d’Obama en 2014 sur l’économie américaine, pour accabler Hollande : « pour s’extirper de cette récession qui s’incrustait, l’Amérique avait été aussi brillante que l’Europe pitoyable. En 3 ans, les USA avaient retrouvé leurs ressorts économiques en acier trempé […] Ils avaient utilisé la FED pour faire des chèques au Trésor public et augmenter leur déficit. La planche à billets avait fonctionné à plein » (p187).

 

On a certes bien le droit de rappeler à Hollande une autre de ses trahisons fondatrices (encore une), lorsqu’il a renoncé, vraisemblablement sans même avoir essayé, en juin 2012, à sa promesse de « renégocier les Traités européens », et d’imposer un objectif de croissance, en sus du « pacte de stabilité ».

 

Mais feindre d’ignorer que la France a délégué sa monnaie à une banque centrale indépendante.

Qu’elle n’est pas libre, seule, de « faire jouer sa planche à billets ».

Que l’Europe ne possède pas, de toutes façons, la seule monnaie d’échange internationale, appuyée sur la puissance politique et militaire américaine.

C’est tout de même gênant.

Si les USA d’Obama considéraient que leur mission messianique était de soutenir la croissance mondiale en subventionnant indirectement l’industrie de la Chine, tant mieux pour eux. On a le droit de ne pas vouloir faire pareil quand on n’est pas les USA. D’ailleurs son successeur s’y est bruyamment refusé.

 

On reste donc un peu sceptique sur les intentions réelles de l’auteur du livre.

 

S’agit-il bien de calmer les divisions de la société, d’assumer (enfin) une politique économique pouvant faire quasi consensus ?

 

Ou de réanimer, hystérie anti Macron aidant, les vieilles lunes du programme de l’aile gauche du parti socialiste de 1996, qui n’ont jamais vraiment été appliquées quand c’eût été possible, et n’ont plus la moindre chance de l’être 25 ans après, avec une France de plus en plus enserrée dans des institutions européennes où chaque décision importante est le fruit d’un laborieux consensus et de discussions interminables ?

 

Il est certain qu’avec la crise du Covid et les montagnes d'emprunts contractés pour assumer le confinement et faire passer le ralentissement de l’économie, le prochain débat sera, de nouveau, celui de la dette. On comprend que, selon Montebourg, elle devra être oubliée, comme les 3 % de déficit admissible, « par magie ».

Trop simple, trop démago ?

Ou alors, plus simplement, un programme juste esquissé qui demande à être précisé ?

Vraisemblablement, on ne tardera guère à le savoir.

À suivre !

 

1 Baisse des APL, baisse des aides à la rénovation énergétique, fin des contrats aidés, hausse de la CSG, hausse des taxes sur les carburants, réforme des retraites, réforme de l’assurance chômage.

 

2Le nom de Ministère de la « Transition écologique et solidaire » étant surtout l’antithèse de la pratique du gouvernement, qui rejoint les pires délires de l’écologie punitive


Moyenne des avis sur cet article :  1.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Bendidon Bendidon 2 mars 14:17

    Bref, la forme ou le fond

    Montambour c’est la forme, le charisme à l’état brut (l’auteur est jaloux)

    Achelino c’est le fond mais pour la forme, aucun charisme

    Et Micron ni forme ni fond juste une marionnette de l’état profond

    Bleu Blanc Ruche


    • Captain Marlo Captain Marlo 2 mars 20:30

      @Bendidon
      Achelino c’est le fond mais pour la forme, aucun charisme

      Tandis que Macron, quel bel homme, au sourire séduisant, aux promesses fallacieuses : « Révolution ! » , disait-il ...


    • Attila Attila 3 mars 11:34

      @Union Françoise
      Quand on veut contredire une personne ou un point de vue, mieux vaut le faire honnêtement sinon cela se retourne contre vous.
      « Achelino, un clown et son orchestre qui n’a même pas de programme. »
      PROGRAMME PRÉSIDENTIEL DE FRANÇOIS ASSELINEAU
      .


    • Attila Attila 3 mars 16:11

      @Union Françoise
      Tiens, un nouveau Michalac :
      31 octobre 2020
      .
      31 octobre 2020 16:19
      .
      Et en plus, il défend Sarkozy :
      « Franchement, la France mérite mieux que ça et Sarko lui, au moins, il ouvrait sa gueule pour défendre le pays. » Lien

      .


    • Captain Marlo Captain Marlo 3 mars 20:49

      @Union Françoise
      Super le programme !
      Avec ça, on va aller loin !

      Encore un fainéant sur canapé...
      Vous lui reprochez quoi, au programme de l’UPR, allez, au boulot !
      Et n’oubliez pas de nous expliquer votre merveilleux programme, allez, au boulot !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 mars 14:21

      Arnaud Montebourg le Young leader de la French American foundation (comme François Hollande )

      Avant de voter pour lui renseignez vous !!

      Le programme Young Leaders est l’un des programmes phares de la French-American Foundation. Créé en 1981 dans le but de donner un nouveau souffle aux relations transatlantiques, il fêtera en 2011 sa 30ème promotion.

      Le processus de sélection Young Leaders est très compétitif et attire chaque année davantage de candidatures. L’objectif de cette sélection prestigieuse est de créer et d’entretenir un réseau informel d’hommes et de femmes appelés à occuper des postes clefs dans l’un ou l’autre pays.


      • Bendidon Bendidon 2 mars 14:25

        @Séraphin Lampion
        Oh Seraph et les maj (mises à jour) ???
        les YL américains it’s has been
        Maintenant ce sont les YL chinois 
        Macron, Véran, Philippe tous ont fait en plus des YL us
        Mais pas mon tambour


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 mars 16:05

        @Bendidon

        Oh ben alors, ils vont bientôt ressortir Valls des cartons : lien1

        Les disciples de Rocard n’ont pas dit leur dernier mot : lien2


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 16:30

        @Séraphin Lampion
        Arnaud Montebourg le Young leader de la French American foundation

        Oui il le mentionne dans son bouquin, p151 pour être très précis.

        Mais j’ai pas voulu gloser là dessus : je vous le laisse...


      • troletbuse troletbuse 2 mars 18:45

        @Bendidon
        Arnaud monte et bourre
        Et Aurélie fit le petit  smiley


      • troletbuse troletbuse 2 mars 18:46

        @Olivier Perriet
        Quelle ligne ?


      • Captain Marlo Captain Marlo 2 mars 20:50

        @Bendidon
        Maintenant ce sont les YL chinois 

        Les mouches changent d’âne, disait ma grand mère !


      • kirios 2 mars 14:39

        "Arnaud Montebourg le Young leader de la French American foundation (comme François Hollande )" , j ’ espère que les victimes de la macronie n’oublieront pas que Montebourg fait partie de la même bande


        • Clocel Clocel 2 mars 14:42

          Il nous a été d’un très grand secours dans la période que nous venons de traverser, il se trouvera très certainement des ahuris pour croire au guignol, dernier vestige encore présentable de Solférino.


          • tashrin 2 mars 16:34

            Beh en même temps...

            La gauche est morte... Hamon, Faure, Meluche. Pas un pour rattraper l’autre, et aucun ne s’effacera au profit d’un candidat unique, c’est mort

            A droite ou ce qu’il en reste, pas bcp mieux... Wauquiez ? aha, meme lui ca le fait rire. Xavier Bertrand, le plus probable et le plus consensuel. Sarko ? Hmmm, il est pas encore mort... 

            La perspective qui semble se dessiner, c’est un enieme barrage ripoublicain dont plus personne ne veut pour un duel Macron/LePen, ou pire Macron / Zemmour

            il croit tellement au concept du troisieme homme le Montebourg qu’il a acheté le dossard 3 dis donc !


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 16:42

              @tashrin

              Je vois mal Zemmour y aller. Ca aurait quel intérêt pour lui ? Il a déjà l’influence, il aurait les responsabilités et donc les emmerdes.

              On n’a pas besoin d’être un homme politique pour faire de la politique :

              L’UPR et François Asselineau font de la politique, mais ce n’est pas vraiment un parti politique.


            • tashrin 2 mars 17:02

              @Olivier Perriet
              lol
              Evidemment qu’il va y aller
              il attend juste le bon moment. 2022 si un accord est possible avec Lepen pour une candidature unique, 2027 sinon


            • tashrin 2 mars 17:04

              @Olivier Perriet
              Ca aurait quel intérêt pour lui ? Il a déjà l’influence, il aurait les responsabilités et donc les emmerdes.

              Exactement le même que tous les autres : le pouvoir. Votre argument est valable pour tous les responsables politiques depuis qu’il y en a


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 17:09

              @tashrin

              il l’a déjà le pouvoir : des millions de lecteurs qui l’écoutent comme si c’était l’oracle et lui achètent tous ses bouquins. Que demander de plus ?

              être politicien ce serait s’occuper à 75% de sujets qui n’ont rien à voir avec ses obsessions, s’occuper des autres (y compris ceux qui ne sont pas dans son lectorat, etc..)


            • tashrin 2 mars 17:25

              @Olivier Perriet
              nan, ca c’est de l’influence comme vous l’ecriviez au dessus
              Le pouvoir c’est « je décide et il exécute », pas pareil
              Pis les Ors de la Republique, tout ça... Sinon votre argument est similaire concernant Macron, Meluche, Le Pen, mais aussi Sarko, Fillon, Chirac, etc etc... C’est un trait de caractère des candidats à un poste de responsable politique.
              il est déjà passé d’outsider conspué à chroniqueur respecté, et il inspire maintenant les déclarations politiques de ces anciens opposants qui sentent le vent tourner...
              Moi je vous parie qu’il va y aller


            • Captain Marlo Captain Marlo 2 mars 19:51

              @Olivier Perriet
              L’UPR et François Asselineau font de la politique, mais ce n’est pas vraiment un parti politique.

              Exact, comme l’a été le CNR, c’est un rassemblement provisoire dans un but précis : sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’ OTAN, et mettre en place un programme national. En particulier, la monnaie, le contrôle des mouvements de capitaux et un programme social.

              Merci pour ce portait de Montebourg, un européiste comme tous les autres.


            • Captain Marlo Captain Marlo 2 mars 20:46

              @tashrin
              Le pouvoir c’est « je décide et il exécute », pas pareil

              Mais ça, c’était avant, nous ne sommes plus du temps de de Gaulle !

              Avec les Traités européens, Maastricht & Lisbonne qui décident de tout, il ne reste au Président que le pouvoir de changer les rideaux et la moquette de Matignon & de l’ Elysée ... Et à regarder les problèmes qui se traitent ailleurs qu’à Paris, comme les vaches regardent passer les trains...

              Les décisions essentielles ne sont plus prises à Paris, et ça, Zemmour qui connaît les Traités européens, le sait très bien. Elles sont prises à Bruxelles, à Francfort, souvent à Berlin et à Washington.

              Ce que les Français voient à la téloche, c’est un village Potemkine, du théâtre pour les mougeons, ça ressemble à un pouvoir, mais c’est comme le Canada Dry !
              Une spécialiste des Constitutions c’est Anne Marie Pourhiet.
              Elle explique à la fin de cette courte vidéo, que le travail des Sénateurs est de transcrire mot-à mot, en droit français, les directives de Bruxelles.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 23:43

              @tashrin
               Si vous voulez un zemmourien, il crève les yeux : c’est Robert Ménard.


            • Initiativedharman Initiativedharman 2 mars 17:13

              On risqe d’avoir des candidatures surprenantes et pas celles que l’on croit à cette présidentielle mise à part Marine, notre Trump à nous. Marine devient de plus en plus dangereuse, elle se rapproche du pouvoir élyséen et je suis sûr qu’un jour elle sera élue comme l’ont été Trump, Bolsonaro et Johnson. Tant que la gauche n’arrive pas à faire l’union : sa seule chance de gagner, que la droite ( enfin, l’autre droite ! ) est moriblonde et que Mélenchon y va seul, c’est pas gagné.


              • Captain Marlo Captain Marlo 2 mars 20:11

                @Initiativedharman
                mise à part Marine, notre Trump à nous.

                Quelle illusion ! Les USA sont un pays souverain, ils gèrent leur monnaie, leurs frontières, ils font leurs propres lois et décident de leur avenir.

                Rien de commun avec Marine le Pen, qui veut rester dans l’UE & l’euro.
                Elle appliquera les GOPé de Bruxelles, comme Orban, Salvini... et Montebourg !

                Ce pauvre Montebourg, il critique Bercy, il devrait y faire un tour pour trouver les documents que Bercy met à jour régulièrement, sur l’application des dictats de Bruxelles ! C’est un document public : « Programme National de Réforme ».

                Annexe 4, page 160, on trouve des tableaux, avec dans la colonne de gauche les ordres de Bruxelles en application des Traités européens que la France signés.
                En particulier celui auquel la Commission se réfère constamment pour imposer le sabordage des services publics : Le Pacte de stabilité de la zone euro.

                Et dans les colonnes suivantes, la réponse du Gouvernement et si c’est fait ou en cours. C’est un statut de larbins, de type colonial.


              • troletbuse troletbuse 2 mars 17:20

                Encore une bel article de diversion dont 99% de Français n’en en rien à foutre.

                Bravo,l’ami de Poutine. Bien sur, un article comme celui-ci, ca ne se lit pas  smiley


                • Captain Marlo Captain Marlo 2 mars 20:27

                  @troletbuse
                  Pourquoi « de diversion » ? Vous préférez les sempiternels billets sur Macron publiés par les groupies de la Macronie ?


                • troletbuse troletbuse 2 mars 21:04

                  @Captain Marlo
                  Mais perriet en est un groupie macroniste


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 23:38

                  @troletbuse

                   Moi j’en pas rien à foutre.
                  Et je suis pas franchement macronien je suis surtout horrifié par l’imbécilité fondamentale des antis Macron, qui vont finir par réussir à le faire réélire smiley


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 23:39

                  @Captain Marlo

                  Je préfère les billets anti Macron de la secte UPR smiley


                • Ouam Ouam 3 mars 00:17

                  @Olivier Perriet
                  Il n’a besoin plus besoin de rien désormais pour sa ré-élection vu que désormais le voter par anticipation ET par les memes softs de machine à veau-ter qu’aux usa sera possible.

                  .
                  Tu vois t’est peinard, tu es sur d’avoir ta seconde couche dans peu de temps cad moins d’un an 1/2 maintenant...
                   
                  Si il ne l’est dans les urnes QUE à 48%, il ne reste plus qu’a transferer 3% des votants par anticipation des machines a veau-ter electroniques pour Monarc et hop le tour est joué ...

                  il sera ré-élu glorieusement à 51% smiley


                • Captain Marlo Captain Marlo 3 mars 07:46

                  @Olivier Perriet
                  je suis surtout horrifié par l’imbécilité fondamentale des antis Macron, qui vont finir par réussir à le faire réélire

                  Bonjour, et vous proposez quoi pour éviter sa réélection ?
                  On a eu Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron, tous des européistes mondialistes. Ils ont tous fait la même politique. Changer un borgne européiste par un aveugle européiste, en croyant obtenir un résultat différent, relève de la stupidité, du déni et du refus de réalité.

                  Une maladie très courante répandue par les médias, qui font croire que la politique dépend des personnes, justement pour que les électeurs croient qu’il y a des borgnes plus intéressants que d’autres...

                  Pour avoir une autre politique, Il ne s’agit pas d’une question de personne, mais d’un changement radical de perspective, en s’attaquant aux causes.
                  Ce qu’aucun Parti politique européiste depuis 70 ans, n’a fait et ne fera.


                • troletbuse troletbuse 3 mars 08:12

                  @Captain Marlo
                  Perriet nous dit :
                  Et je suis pas franchement macronien
                  Donc il a été un p’tit pneu Séguiniste
                  un p’tit pneu Chevenementiste
                  et aujourd’hui, un p’tit pneu macroniste

                  Mais surtout anti-Poutine, anti-UPR, anti-Assad, etc
                  Sa seule religion, être anti.



                • Captain Marlo Captain Marlo 3 mars 20:45

                  @troletbuse
                  Mais surtout anti-Poutine, anti-UPR, anti-Assad, etc

                  Anti tout, mais que propose-t-il ?


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 mars 15:03

                  @Captain Marlo

                  de la part de trolletbuse et Fifi se faire traiter « d’anti tout » c’est presque une blague, eux qui vous expliquent à longueur de journée qu’ils font partie des 2% d’intelligents.

                  Ben je sais pas Fifille, c’est toi qui est dans un parti politique, qui fait 1% des voix péniblement après 10 ans d’invectives contre tous les autres ! 
                  Moi je me contente de te dire que ça me semble pas bon.

                  Après tu fais ce que tu veux smiley


                • Furax Furax 2 mars 17:26

                  Young Machin ou pas, je le verrais bien contre Lisnard au deuxième tour.

                  Autre gueule que les deux comiques !


                  • Iris Iris 2 mars 17:38

                    Montebourg c’est peut être pas idiot, du point de vue du turfiste en tout cas, parce que du point de vue politique je suis comme vous, je demande à voir plus.

                    A propos de 2022, il parait qu’on est 70% de Français à ne pas vouloir du même 2nd tour. Il me semble qu’il y a un moyen simple de l’éviter...


                    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 mars 17:41

                      @Iris

                      Le meilleur moyen d’éviter le second tour, c’’est de ne pas faire de premier tour.


                    • Iris Iris 2 mars 17:42

                      @Séraphin Lampion
                      et comment on fait ?


                    • Initiativedharman Initiativedharman 2 mars 18:00

                      @Iris
                      Ce ne serait pas l’union de la gauche par hasard ?


                    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 2 mars 18:27

                      @Séraphin Lampion
                       
                       ’’Le meilleur moyen d’éviter le second tour, c’’est de ne pas faire de premier tour.’’
                       
                       ça pourrait bien arriver.


                    • Iris Iris 2 mars 18:28

                      @Initiativedharman

                      Ce ne serait pas l’union de la gauche par hasard ?


                      Précisez svp ?

                    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 2 mars 18:29

                      @Francis, agnotologue
                       
                       ’’ ça pourrait bien arriver.’’
                       
                      Et ce serait pire.


                    • Xenozoid Xenozoid 2 mars 18:32

                      @Francis, agnotologue

                      ça pourrait bien arriver.

                      vu que cela ne sert a rien de toute façon,ça va eventuellement
                      arriver


                    • Initiativedharman Initiativedharman 2 mars 18:49

                      @Iris
                      L’union du parti socialiste, des radicaux de gauche, du PCF, des Verts et les petits groupes de réflexion qui ont été créés depuis 3 ans.
                      Je n’inclue pas La France Insoumise, d’une part, parce qu’ils ne veulent pas s’allier avec ces groupes, et d’autre part, parce qu’ils sont trop loin d’avoir des idéaux communs.


                    • Iris Iris 2 mars 20:14

                      @Initiativedharman
                      Et vous pensez qu’ils vont se joindre à Montebourg pour le premier tour de 2022 ?
                      J’y crois pas trop, mais si ça se fait, ça peut passer. 
                      En revanche, je ne suis pas certain qu’on puisse appeler ça « union de la gauche ».


                    • Captain Marlo Captain Marlo 2 mars 20:25

                      @Initiativedharman
                      et d’autre part, parce qu’ils sont trop loin d’avoir des idéaux communs.

                      Vous pouvez imaginer toutes les combinaisons possibles, à Gauche, à Droite, au Centre et ailleurs, si ce sont des européistes qui refusent le Frexit, vous aurez toujours la même politique, celle de Bruxelles et des Traités européens.

                      Tout ce qui relève de l’économie, du social et des frontières est géré par les Traités européens. La Défense et la diplomatie sont gérées par l’ OTAN, c’est à dire par Washington.

                      Le Made in France de Montebourg est incompatible avec la libre circulation des hommes, des capitaux, des services et des marchandises. Il ne peut concerner que « des produits de niche » qui ne sont pas en concurrence avec les pays à bas salaires. Par exemple, fabriquer des vêtements en France est incompatible avec les salaires à 20 euros par mois en Ethiopie par exemple.

                      PS : La Gauche me désespère, ce qu’elle sait faire de mieux, c’est se diviser façon amibes. Si quelqu’un peut m’expliquer ce qui les différencie ... ? Merci.
                      Je pose la question depuis des années, et Gaston, ya personne qui répond.


                    • Initiativedharman Initiativedharman 2 mars 21:15

                      @Captain Marlo
                      Je pense plutôt à Anne Hidalgo comme candidate du PS. Quant à l’union, elle ne se fera pas.


                    • L'apostilleur L’apostilleur 3 mars 08:46

                      @Initiativedharman
                      « ... L’union du parti socialiste, des radicaux de gauche, du PCF, des Verts (des communistes qui ont changé de couleur ?) et les petits groupes de réflexion... » L’union de la carpe et de lapins grincheux n’intéressera jamais ceux qui regarderont au delà d’une élection.
                      L’union de la gauche a pu fonctionner jusqu’à ce que le PS se débarrasse du PCF.
                      Finalement le PS a disparu victime de ses propres courants.
                      Pour entraîner les français las de la politicardisation permanente il faut davantage proposer et moins critiquer.


                    • L'apostilleur L’apostilleur 3 mars 08:51

                      @L’apostilleur

                      Montebourg lucide, n’a pas supporter longtemps son « copain » Hamon.


                    • Initiativedharman Initiativedharman 3 mars 13:26

                      @L’apostilleur
                      En 1997, ça avait marché. D’ailleurs, le PS ne s’est jamais remis de la défaite de Jospin cinq ans après.


                    • L'apostilleur L’apostilleur 3 mars 00:32

                      Ce qu’on disait de Montebourg quand il etait aux affaires :

                      « Même les entrepreneurs l’apprécient. « Je trouve qu’il donne une flamme, et dans une France où on est un peu dans la sinistrose... », a affirmé Vincent Bolloré. « Ce que je trouve intéressant d’Arnaud Montebourg, c’est quand il s’occupe de la France de demain, des 34 filières, (...) il a beaucoup d’énergie dans ces domaines », a souligné à son tour Pierre Gattaz le dirigeant patronal, parlant d’un « élan vertueux » »


                      A quand remonte les félicitations du patronat pour un ministre de l’industrie de gauche ?


                      • Captain Marlo Captain Marlo 3 mars 07:56

                        @L’apostilleur
                        A quand remonte les félicitations du patronat pour un ministre de l’industrie de gauche ?

                        En tous temps et en tous lieux la pseudo Gauche socialiste a fait le bonheur du patronat et de la finance !! Par exemple, c’est Mitterrand, dès 1984, qui le 1er au monde a dérégulé le système bancaire.

                        "Le 24 janvier 1984, le PS votait la première loi bancaire au monde – qui mettait fin à 40 ans de séparation des activités bancaires en France.

                        10 ans plus tard, ses effets commenceraient à se faire sentir, avec le début de la constitution des mégabanques universelles.

                        Mais ce n’était que le début du processus de dérégulation massive du système financier français, déjà étudiée dans ce billet. N’oublions jamais…

                        Et la liste est longue :
                        acceptation de l’euro et de la BCE
                        dérégulation des marchés
                        mobilité des capitaux
                        baisse de la fiscalité sur les revenus du capital
                        régime fiscal favorable aux stocks option
                        désindexation des salaires
                        aide apportée à Sarkozy pour le Traité de Lisbonne
                        favoriser la médiatisation du FN pour diviser la Droite, et pour servir d’épouvantail à moineaux au 2e tour des élections.. et je dois en oublier !


                      • Initiativedharman Initiativedharman 3 mars 13:43

                        @Captain Marlo
                        Vous avez oublié le traité de Maastricht.


                      • Captain Marlo Captain Marlo 3 mars 21:05

                        @Initiativedharman
                        Vous avez oublié le traité de Maastricht.

                        Je n’avais pas le temps ce matin de lister toutes les trahisons du PS...
                        Ils ont voté avec enthousiasme tous les Traités européens.
                        Le Traité de Rome signé par Guy Mollet / SFIO, sans référendum.
                        Les accords de Schengen
                        L’acte unique européen
                        Maastricht, évidemment.
                        Le Traité d’Amsterdam
                        Le Traité de Nice
                        La création de la zone euro et de la BCE
                        Le pacte de stabilité de la zone euro
                        Le MES et le TSCG, du temps où Jean Marc Ayrault était 1er Ministre.

                        Et même avant le Traité de Rome ! Mitterrand a participé en 1948 au Congrès de la Haye, Congrès fondateur de la construction européenne.

                        Et en Novembre 1948, il participait à Rome au Congrès des fédéralistes européens.


                      • L'apostilleur L’apostilleur 5 mars 10:12

                        @Captain Marlo

                        « ...les trahisons du PS... »

                        Ils ont évolué les français qui naviguent entre Europe et protectionisme (parfois justifié comme l’a mis en place Montebourg) au gré des événements. 

                        Même le RN s’européanise maintenant. 

                        Les vieux grognards qui ressassent leur victoire de Maastricht transformée en bérézina à Lisbonne devraient écouter les « 70% qui se déclarent favorables au principe d’une union entre plusieurs pays européens dans le but de mettre en place des politiques communes » (2018)


                      • zygzornifle zygzornifle 3 mars 12:08

                        Il sera élu président grâce au vote des abeilles .....


                        • Pierre 3 mars 15:33

                          Il rêve Montebourg ! Par exemple il explique que l’europe doit faire la peau à la chine, ce qui bien entendu sera refusé par les allemands, grands pourvoyeurs de bagnoles aux chinois...à moins qu’ils les débrident ! 


                          • Captain Marlo Captain Marlo 3 mars 21:25

                            @Pierre
                            Il rêve Montebourg !

                            Ce qui fait la force des programmes des Partis européistes, c’est qu’ils ont des programmes absolument géniaux qui attirent les électeurs comme les mouches sur le miel, car ils mettent les souhaits des Français : produire local, produire bio, créer des emplois en France, le RIC, faire du social, sauver les services publics, toussa, toussa...

                            On peut lire par exemple, le programme de Syriza, dit « Programme de Thessalonique », qui a donné à Syriza une majorité de Députés en 2014.
                            Qui peut voter contre toutes ces propositions merveilleuses ? Personne !

                            L’ennui, c’est qu’ils n’expliquent jamais deux choses :
                            1/ Que leurs propositions sont interdites, ou rendues impossibles, par les Traités européens.
                            2/ Et comment ils vont s’y prendre, compte tenu des sanctions en cas de non applications des Traités ? En Grèce, le problème a été vite réglé, la BCE a fermé le robinet bancaire. Adieu veaux, vaches, cochons, couvées !

                            Conclusion : Quand vous lisez un programme, il faut se poser deux questions :
                            Est-ce autorisé par les Traités européens ?
                            Sinon, comment feront-ils avec les sanctions ?

                            S’ils ne répondent pas à ces deux questions, c’est qu’ils vous prennent pour une truffe.


                          • De tous, c’est mon préféré. Surtout sachant que quand on aborde les sujets « délicats » comme la PMA et la GPA, il veut en finir au plus vite. Sachant qu’hélas il devra plier et que comme Henry IV il doit penser : Paris vaut bien une (je ne dirais pas une messe) mais une « corruption » par rapport à son éthique personnelle...Bon ! il y a aussi l’affaire Pulvar en arrière plan....Mais il s’est séparé d’elle...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité